Le cardinal de Buenos Aires se fâche pour la vie

Download PDF

Le cardinal-archevêque de Buenos Aires, président de la Conférence épiscopale argentine, Jorge Bergoglio, a dénoncé « l’application de la peine de mort » en Argentine à travers l’avortement et « l’euthanasie clandestine » des vieux qui souffrent de l’abandon et de la maltraitance.

« Les œuvres sociales paient jusqu’à une certaine limite : si tu la dépasses, “ meurs donc, au bout du compte, tu est vieux”. Aujourd’hui on se débarrasse des vieux alors qu’en réalité, ils sont le siège de la sagesse du peuple. »

Le cardinal, qui présentait le “Document d’Aparecida” à la suite de la rencontre des épiscopats latino-américains au Brésil en mai, a établi un parallèle entre la culture de mort qui rejette les vieux et l’exploitation et la prostitution des jeunes par milliers.

« Nous disons que nous ne sommes pas d’accord avec la peine de mort, qu’elle est une injustice, mais en Argentine nous avons la peine de mort. On peut condamner à mort un enfant conçu à la suite du viol d’une femme retardée mentale. Soyons conscients que nous ne pourrons pas occulter la culture du rejet avec des euphémismes », a encore déclaré le cardinal, qui réagissait à la récente décision qui a abouti à un avortement pratiqué par ordre de la justice sur une femme souffrant d’une maladie de l’intelligence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *