Le futur cardinal Burke rappelle les devoirs des votants catholiques

Download PDF

LifeSite – décidément le meilleur et le plus complet des sites d’informations pro-vie – vient de retranscrire une partie des propos tenus par le cardinal-élu Raymond Leo Burke au micro de Thomas McKenna, président de Catholic Action for Faith and Family (lien vers le film de l’interview sur LifeSite). Il était interrogé quelques heures à peine après l’annonce de son élévation au cardinalat.

« On ne peut jamais voter pour quelqu’un qui favorise de manière absolue le droit au choix de la femme de détruire une vie humaine qu’elle porte en son sein, ou le droit à l’avortement procuré », a-t-il dit.

« En tant qu’évêque il est même de mon obligation d’exhorter les fidèles à remplir leur devoir civique en accord avec leur foi catholique », (…) les catholiques « ont une obligation morale très grave, lorsqu’ils votent, de porter leur voix pour les candidats qui défendraient la vérité de la loi morale, qui bien entendu sert également le meilleur bien de chaque personne dans la société », a-t-il ajouté.

Mgr Burke, qui s’est distingué par son courage à refuser la communion aux hommes politiques qui font publiquement la promotion de l’avortement, a répété à leur propos :

« Voici l’exemple parfait de catholiques qui trahissent leur foi dans la vie politique, en tant que législateurs, juges, ou quoi que ce soit, en conduisant d’autres personnes à croire que l’avortement ne doit pas être le grand mal qu’il est bien en réalité, voire que l’avortement est en réalité une chose bonne en certaines circonstances. »


Il s’est aussi adressé à ceux qui envisageraient de voter pour des hommes politiques pro-vie parce qu’ils sont de leur avis sur d’autres questions, disant qu’il leur poserait cette question : « Suivez-vous la règle d’or que nous a enseignée le Seigneur lui-même dans les Evangiles ? » 


« En d’autres termes, faites aux autres ce que vous voudriez qu’ils vous fassent. Pensez-vous réellement qu’il serait juste de faire avancer l’un de vos intérêts, qui peut être bon – qu’il s’agissent de l’environnement ou d’autre chose – au prix de refuser aux autres membres de la société, spécialement ceux qui dépendent complètement de nous pour la vie elle-même, de leur refuser le droit de vivre. Je pense que si la plupart des gens voulaient bien raisonner ainsi, simplement aux termes de la règle d’or, ils se rendraient compte que cela ne peut jamais être juste. »


Daniel Hamiche donne sur son blog le lien vers le site où l’on peut féliciter Mgr Burke pour son « chapeau ».

Et très prochainement ici, je vous proposerai la traduction intégrale de la conférence magistrale que donnait Mgr Burke sur le combat pour la culture de vie – un gros morceau, mais il en vaut largement la peine !


© leblogdejeannesmits.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *