Le mal à la racine

Download PDF

L’archevêque du Missouri, Mgr Raymond Burke (le même qui avait vigoureusement soutenu La Passion du Christ de Mel Gibson), vient de publier, le 6 octobre, une lettre pastorale rappelant que l’Eglise ne condamne pas seulement l’avortement et tout clonage et de toute destruction d’embryon au nom du respect de la vie, mais aussi tout trafic d’ovules humains, gratuit ou non. Ceci à l’approche d’un référendum sur la question le 7 novembre prochain… C’est « l’amendement 2 » qui vise à garantir le droit de produire des embryons à des fins de recherche.

« Je suis profondément soucieux par rapport aux femmes qui nécessairement interviennent dans le processus du clonage humain. (…) Le clonage humain nécessite la récolte d’œufs sur des femmes qui sont exploitées afin de permettre à ses promoteurs d’arriver à leurs fins. En tant que chrétiens, nous devons mettre en avant l’immoralité de cette exploitation.
La femme qui se soumet au prélèvement de ses ovules en vue du clonage humain participe à un grave mal moral : la génération artificielle de la vie humaine. (…)
La loi morale naturelle interdit à toute femme de coopérer à un acte de clonage humain. Elle lui interdit également de prendre part à un processus qui aboutit à tuer un être humain au stade embryonnaire. La coopération d’une femme aux maux jumeaux que sont le clonage humain et la destruction d’embryons humains en vue de recueillir des cellules souches n’est jamais permise. »

Mgr Burke souligne ensuite les dangers auxquels sont exposées les femmes qui subissent une hyperstimulation ovarienne : douleur et inconfort bien sûr, mais aussi stérilité irréversible, dommages à d’autres organes, parfois la mort :

« Lorsque nous manipulons l’organisme afin qu’il fasse ce que nous voulons, au lieu de faire ce que fait la nature, nous l’endommageons et nous y introduisons la maladie. »

Il ajoute que toutes ces manipulations « transforment la femme en un bien de consommation utilisé au bénéfice de quelques-uns pour la recherche scientifique, et de leurs éventuels profits financiers considérables ».

Intéressant détail pour les internautes et bloggeurs dans cette lettre pastorale : Mgr Burke renvoie ses ouailles au site www.handsoffourovaries.com qui explique tous les risques liés à ces procédés, et il recommande le blog de Chelsea Zimmerman, une quadriplégique qui réfléchit sur l’Evangile de la Vie sur www.reflectionsofaparalytic.com.
Ladite jeune fille s’est impliquée courageusement dans la campagne contre l’amendement 2 en déclarant publiquement qu’elle refuserait la guérison ou la soulagement que pourrait lui apporter un traitement avec des cellules souches embryonnaires : voir cet
article du Columbia Tribune.

Mgr Burke a encouragé les catholiques du Missouri à dire le chapelet afin que l’amendement 2 soit rejeté dans un mois.

1 comment

  1. Mille merci pour votre notice de l’intervention de Mons Burke (qui est l’archevêque métropolitain de la cité de St Louis) en défense de la dignité de notre vie humaine: Monseigneur est un vrai défenseur–eheu! parmi les loups–de la Sainte Eglise in Missouri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *