Mexique : avortement, excommunication et pardon

Download PDF

L’archevêque de la ville de Mexico, le cardinal Norberto Rivera Carrera, a décidé d’accorder pendant cette période de carême une permission spéciale à tous les prêtres habilités à confesser dans son diocèse pour « lever l’excommunication de tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont participé à un avortement ».

Il s’agit, a expliqué le P. Sergio Roman del Real, chanoine de la cathédrale de Mexico, de profiter de ce « temps de miséricorde et de réconciliation » pour faciliter cette levée qui est normalement réservée à l’évêque, et même dans les cas les plus graves, au Saint-Père ».

« S’il est vrai que l’absolution du péché d’avortement relève du pouvoir de l’évêque, il est très difficile à une seule personne de confesser tous ceux qui le commettent, puisqu’il n’implique pas seulement la femme, mais tous ceux qui y participent : celui qui l’a conseillé, celui qui a payé, l’infirmière et le médecin qui l’ont pratiqué », a-t-il expliqué.

De façon habituelle, le pouvoir de lever l’excommunication pour l’avortement dans le diocèse de Mexico est réservé aux prêtres qui confessent dans la basilique de Notre-Dame de Guadalupe et dans la cathédrale métropolitaine, ainsi qu’à chacun des doyens des différents vicariats épiscopaux.

L’archevêché de Mexico en profite pour rappeler que l’excommunication est une mesure punitive employée par l’Eglise dans un but médicinal ou expiatoire, afin que la personne rétablisse et corrige sa situation spirituelle.

© leblogdejeannesmits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *