Michael Lonsdale donne sa voix à l’embryon

Download PDF

Révision des lois bioéthiques

A la veille de l’examen du projet de loi de révision des lois bioéthiques, l’initiateur de la pétition en ligne pour un moratoire sur la recherche embryonnaire, les2ailes.com, a remis devant l’Assemblée nationale les 11 000 signatures récoltées en quelques semaines. Stanislas de Larminat n’avait l’appui d’aucune association ; il n’avait pas de fichier d’adresses ; pas d’appareil. Il a simplement estimé que devant la perspective d’une autorisation de principe de la recherche, ou de la prorogation du régime dérogatoire qui tout en interdisant la recherche la rend possible depuis les lois bioéthiques de 2004, il était impossible de ne rien faire.

Sa pétition, on pourrait la qualifier d’artisanale. Elle s’est propagée comme une traînée de poudre, de personne à personne. Elle est, de ce fait, éminemment représentative d’une réelle inquiétude des Français, à qui l’ensemble des gros médias fait pourtant avaler quotidiennement une ration d’arguments en faveur de la culture de mort.

Lundi matin, c’est Michael Lonsdale qui, aux côtés de Stanislas de Larminat, a présenté la pétition à la presse, avant d’accompagner un modeste cortège de 2CV vers l’Assemblée. Les deux hommes ne se connaissaient pas. L’acteur – le « Frère Luc » des Hommes et des dieux qui a touché 3,5 millions de cœurs – s’est associé avec enthousiasme à la démarche au nom de son amour pour la vie. Parce que les choses doivent être claires. Parce qu’en l’état actuel de la science, qui détruit des embryons au nom de sa « liberté », on peut craindre, demain, la création d’embryons artificiels.

L’arrivée en “Deuche”

Parenthèse pateline. On se souviendra de l’arrivée des 2CV bleu-blanc-rouge amenant Lonsdale, Larminat, la pétition… Les voitures grimpent sur le trottoir devant la façade « Seine » du Palais-Bourbon. S’y garent insolemment devant les policiers de garde. Elles y resteront – petit miracle ! – tout le temps de la petite cérémonie qui voit la remise symbolique d’une des 570 enveloppes destinées aux députés à Xavier Breton, élu UMP de Bourg-en-Bresse, qui anime un petit groupe parlementaire soucieux de limiter les dégâts de la loi bioéthique.

Celui-ci a déposé un amendement d’interdiction pure et simple de toute recherche sur l’embryon, et des amendements « de repli » pour obtenir au moins son arrêt provisoire par un moratoire, et à tout le moins le régime d’interdiction de principe.

Il faut lire la pétition de Stanislas de Larminat sur son site, où elle reste active. Elle dénonce ces députés qui, en votant la possibilité de considérer l’embryon – « être humain », incontestablement – comme un « matériau de laboratoire », se rendraient « coupables d’être irresponsables ».

L’objectif est parcellaire : s’opposer, sur un point précis, à une nouvelle dérive de la culture de mort tout en limitant les dégâts dans la situation existante. Pourrait-on obtenir davantage ? J’ai entendu un député de la majorité, la semaine dernière, expliquer que la remise en cause de l’avortement à l’Assemblée nationale était aujourd’hui totalement « taboue ». C’était « off », bien sûr. Devant l’urgence de la révision des lois bioéthiques, il faut bien en tenir compte. Mais il ne fait pas de doute que la démarche de Larminat s’inscrit dans un cadre clair de respect de la vie de tout être humain conçu :« N’est-ce pas le refus d’engager ce débat – et donc celui du statut de l’embryon – qui conduit le parlement à envisager la libéralisation totale de la recherche embryonnaire ? »

Michael Lonsdale répond à “Présent”

J’ai demandé à Michael Lonsdale, connu pour son engagement catholique et sa foi affirmée, s’il était venu là en tant que chrétien.

— Je suis venu parce que je crois à la vie et que c’est infiniment précieux, et qu’il faut la protéger. Ne pas laisser faire tous ces projets de recherche scientifique qui sont proprement hallucinants – quand on pense qu’on va laisser trifouiller la vie à son départ, il faut être très présent dans ce débat. Il s’agit de la vie, de la vie honnête, et de la vie belle ! Il ne faut pas que ces embryons soient soumis à des manipulations… Dieu sait pour quoi ! Parce qu’il y a toujours le Mauvais qui est là-dedans.


— Qu’est-ce qu’un embryon, donc, Michael Lonsdale ?

— Oh là là ! Ne me demandez pas de précisions scientifiques ! C’est un petit bout de machin de truc-chose, mais c’est toute la vie qui est incluse là-dedans !

Xavier Breton, aussi

Le député de Bourg-en-Bresse a également répondu à une question de Présent.

— Peut-on défendre une « exception française » en matière de bioéthique par rapport à beaucoup d’autres pays qui autorisent ce genre de recherches ?


— Nous pouvons être fiers, en France, d’avoir des lois de bioéthique qui montrent que nous ne sommes pas dans un vide complet. Il y a aujourd’hui des pays qui sont dans une logique d’ultralibéralisme très dangereux en matière éthique. Je crois que la France, depuis les lois de 1994 révisées en 2004, a su se doter de lois faites d’équilibre dont on peut être satisfait en partie, ou complètement, mais c’est en tout cas tout à notre honneur d’avoir un débat comme celui-là, qui, je l’espère, continuera à affermir les positions de notre pays.

De fait, il y a beaucoup de choses plus que contestables dans la loi, mais tout de même une volonté de ne pas tout laisser faire.

L’Alliance pour les droits de la Vie, la Fondation Jérôme-Lejeune, Frigide Barjot qui sur appelalaverite.com a lancé tout récemment une autre pétition contre la recherche embryonnaire, et Chrétienté-Solidarité étaient présents à la conférence de presse de lundi pour apporter leur soutien et dire leur solidarité avec la pétition de Stanislas de Larminat.

Source : www.present.fr

© photos : Olivier Figueras

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *