Ne plus se battre contre les lois de mort ? Rocco Buttiglione rectifie le tir

Download PDF

Rocco Buttiglione, cet homme politique italien connu comme catholique et rejeté en tant que tel de la Commission de Bruxelles, vient de s’expliquer sur ses récentes et troublantes déclarations au Corriere della Sera à propos de la loi 194 italienne autorisant l’avortement. Il y apparaissait comme jugeant s’être « trompé » sur un point en s’opposant à la loi ; il fallait désormais se battre d’abord pour qu’il y ait moins d’avortements dans le monde. Aux côtés d’Obama ! (Présent du 24 juillet). « Nous ne voulons pas voir changer la loi. Moins que jamais ! » L’émotion qu’il suscita fut grande et l’organisation de défense de la famille et de la vie C-Fam dépêcha un journaliste auprès de Buttiglione. Vivement questionné par Piero Tozzi, Buttiglione s’est livré à une longue explication où il apparaît que les propos de l’homme politique n’ont pas été rapportés avec toute l’honnêteté voulue dans le quotidien italien.

Il faut donc rectifier au plus vite. D’autant que les précisions de Rocco Buttiglione sont sans concessions aucune vis-à-vis des programmes malthusiens promus par l’ONU. Il dérange assez pour qu’un gros journal se permette de tordre son propos. Voilà ce qu’il en dit à C-Fam :

« Il y a un point sur lequel j’ai été inexactement cité, ou plutôt cité hors contexte, ce qui a donné une fausse impression. J’ai dit qu’il est juste de défendre la vie de l’enfant, même contre la mère. Cela est juste mais très difficile, peut-être même impossible. Nous devons défendre les droits de l’enfant, mais aussi renforcer la liberté de la mère, en donnant une alternative aux femmes, en ayant confiance dans le fait que plus la femme est libre, moins il est probable qu’elle accepte la mort de son enfant. »

Etait-ce donc une « erreur » de s’opposer à la dépénalisation de l’avortement, demande le journaliste.

« Ma déclaration a été simplifiée. Je n’ai pas dit qu’il était erroné de chercher à défendre les droits de l’enfant par le recours au code pénal. Je n’ai pas dit cela. La vie de l’enfant doit être défendue par tous les moyens possibles. Avec la loi pénale ? Oui, certainement, avec la loi pénale, là où c’est possible. Mais cela n’est pas possible aujourd’hui en Italie, alors nous devons nous appuyer sur d’autres moyens. Nous devons être conscients du fait que nous n’avons pas un consensus pour la mise hors la loi de l’avortement. »

Et de préciser qu’il ne suffit pas de faire une loi pénale, mais qu’il faut aussi aider les femmes : à ce propos, Buttiglione pourrait sans doute approuver la « Loi pour la Vie » proposée par le Centre Charlier, c’est exactement son propos, à telle enseigne qu’elle n’envisage pas de punir la mère, mais seulement les instigateurs et les acteurs de l’avortement…

Voilà donc qui est moins choquant. Ce n’est pas du pragmatisme pur. Ce n’est pas une acceptation résignée, voire complice, d’un statu quo, où l’on s’interdit même de chuchoter qu’il vaudrait quand même mieux que l’avortement ne soit pas légal, comme le font certains mouvements pro-vie qui ajoutent à leur juste préoccupation pour la deuxième victime de l’avortement – la mère ! – une volonté d’édulcorer leur langage sur la vérité de l’avortement.

Au cours de son entretien avec C-Fam, Buttiglione rappelle la situation spécifique de l’Italie où l’avortement légal résulte d’un référendum : malgré les efforts de l’Eglise, souligne-t-il, efforts fructueux puisqu’un récent référendum bioéthique n’est pas allé dans le sens de la culture de mort, l’opinion demeure majoritairement favorable à l’avortement. Mais en même temps, ajoute-t-il, une majorité estime désormais que « l’avortement est trop fréquent en Italie » : il s’agirait donc de tenter d’abord de modifier la loi afin d’en restreindre la portée (le délai de 20 semaines, par exemple), puis de faire appliquer en fait les dispositions de cette loi qui visent à éviter le recours à l’avortement.

Les déclarations si inexactement rapportées par Il Corriere della Sera avaient été sollicitées à la suite d’une initiative menée par Buttiglione, Magdi Cristiano Allam et d’autres : une motion parlementaire adoptée le 15 juillet dernier en vue d’obtenir, au Conseil de l’Europe, au Parlement européen, et même à l’ONU « avec au moins la neutralité bienveillante des Etats-Unis » un moratoire mondial sur les avortements forcés. Une sorte de défi lancé à ceux qui se disent « pro-choix », explique Buttiglione : comment tolérer l’avortement forcé au nom de la liberté de choix, alors qu’il est à la fois « contre le choix et contre l’enfant » ?

« Dans certaines parties du monde, en Chine en particulier, l’avortement est obligatoire et il faut un permis pour avoir un deuxième enfant. Mais dans d’autres parties d’Asie, aussi, en Afrique, et même en Amérique latine, nous voyons un chantage sur les femmes. Des programmes qui affirment : “Nous vous donnerons du pain, mais seulement si vous acceptez d’avorter.” C’est le fait d’agences de l’ONU, qui financent ce genre de programmes. »

Ce succès a été obtenu en Italie grâce à l’absence d’opposition frontale des « pro-choix », qui ne pouvaient pas décemment voter contre.

Interrogé plus précisément à propos de la politique d’Obama, dont les pro-vie américains connaissent l’extrémisme en matière de culture de mort, Buttiglione a précisé :

« Je sais qu’il existe une lutte importante à propos de la vie aux Etats-Unis, et je ne veux rien faire qui puisse faire du tort aux pro-vie dans cette lutte. Je veux aussi leur parler et gagner leur soutien. Je veux aussi les rassurer sur le fait que nous ne laissons pas tomber, ne serait-ce que la vie d’un seul enfant. Nous ne faisons pas un échange, en acceptant la mise à mort d’un certain nombre d’enfants à naître, pour en échange obtenir la vie de certains autres. (…) Il n’existe qu’un contexte limité où nous autres, pro-vie, et eux, pro-choix, peuvent s’unir dans une bataille – c’est là où la liberté de choix de la femme est écrasée aussi bien que la vie de l’enfant. Je ne pense pas que nous ayons à donner quelque gage que ce soit aux pro-choix pour les convaincre de nous rejoindre sur ce terrain. S’il est exact, comme ils le disent, qu’ils ne sont pas pour l’avortement mais pour la liberté de choix, voilà une occasion pour eux de nous rejoindre afin d’en apporter la preuve. S’ils ne le font pas, alors ils ne sont pas véritablement pro-choix, mais pro-avortement. Ils aiment l’avortement. Ils ne pensent pas que la vie humaine doit être soutenue, mais qu’il faut réduire la population du monde par n’importe quel moyen nécessaire. »

Pas question, donc, de rejoindre les « pro-choix » en renonçant à dire que l’avortement est mauvais, ni de le prétendre « acceptable » comme ils le disent…

Soulignant que les stratégies pour la vie sont forcément différentes selon les pays et les moments, et qu’elles peuvent parfaitement coopérer tout en conservant leur originalité, Rocco Buttiglione a répondu à une question sur ses discussions avec Jean-Paul II quant à la tension entre le pragmatisme et les principes dans la construction d’une culture de vie.

« On ne peut jamais soutenir une position intrinsèquement mauvaise. On ne peut voter une loi qui sacrifie la vie d’un seul enfant. On peut soutenir une loi qui protège la vie de certains enfants, même si cette protection n’est pas donnée à tous. On sauve ceux que l’on peut sauver et l’on n’approuve pas la mort de ceux que l’on ne peut pas sauver. Certains pro-choix étaient prêts à voter notre résolution si nous avions dit que nous voulions voir l’ONU condamner les avortements forcés et soutenir les avortements non forcés. Nous avons répondu : nous ne le pouvons pas. »

Quant à la promesse faite par Obama à Benoît XVI de travailler à réduire le nombre d’avortements, Piero Tozzi a supposé que Buttiglione ne serait pas prêt à dire s’il y croyait. Réponse de ce dernier :

« Je peux répondre ainsi : je ne puis que l’espérer. »

• Texte complet de l’interview sur www.c-fam.org.

Source : “Présent” n° 6894 du samedi 1er août 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *