Noël et les enfants à naître à Lisbonne

Download PDF

Pour sa Xe édition, l’initiative « Crèche dans la ville » à Lisbonne a connu son temps fort, dimanche, avec la bénédiction de femmes enceintes dans la basilique des Martyrs dans le centre commerçant historique. Elles étaient près de trente à recevoir la bénédiction de Mgr Anacleto Oliveira, évêque auxiliaire de la capitale portugaise, qui faisait remarquer :

« A cette cérémonie participent davantage de personnes qu’on n’en voit. Et ce sont celles qu’on ne voit pas qui sont au centre de l’attention. »

« Crèche dans la ville » vise à rendre la fête de Noël plus visible dans la cité à travers différents événements qui vont de la fabrication de crèches par les enfants à une procession à travers les rues du Baixo Chiado, « le chemin de la Joie » qui rappelle le voyage de la Sainte Famille jusqu’à Bethléhem en passant par quatre stations où sont lus des extraits de l’Ecriture sainte. C’est à l’issue de cette marche que se donne la bénédiction aux femmes enceintes, avec les mots « vous êtes bénies parmi les femmes ».

Pourquoi bénies ? Parce que la fécondité, l’arrivée d’un nouvel enfant sont des bénédictions, elle sont toujours perçues ainsi tout au long de l’histoire du Salut. Il n’y a pas une seule remarque négative à propos de la naissance d’un enfant dans toute la Bible…

Centrée sur l’attente de l’Enfant divin, l’initiative « Crèche dans la ville » qui bénéficie du soutien de plusieurs paroisses lisboètes participe aussi à l’annonce de prières pour les enfants à naître auprès des avortoirs. Lundi, à 14 h, avec la « Mission mains levées », eut lieu pour la première fois un rassemblement intitulé « prier avec les anges », devant la Clinica dos Arcos où se pratiquent le plus grand nombre d’avortements à Lisbonne. Elle s’ajoutait aux veillées mensuelles qui ont lieu tous les 25 au soir depuis la légalisation de l’avortement au Portugal.

Sur son site, la Mission mains levées propose plusieurs témoignages filmés de personnes ayant renoncé à avorter grâce à leur rencontre avec ses représentants auprès des cliniques d’avortement.

Et quels sont donc ces « martyrs » honorés dans la Basilique qui fut au centre des ces événements ? Eh bien, les croisés français, anglais et allemands qui en 1147 moururent lors de la prise de Lisbonne sur les mauresques… L’église d’origine, datant du temps d’Afonso Enriques (mort en 1185), a été remplacée par un édifice néo-baroque après le tremblement de terre de Lisbonne qui le détruisit en 1755.

© leblogdejeannesmits.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *