ONU : le sommet pour la jeunesse n’accepte que la culture de mort… Mais c’est un bide !

Download PDF

Le sommet de Mexique à l’occasion de l’Année internationale de la jeunesse de l’ONU a du mal à mobiliser les troupes, malgré les quelque 106 pays représentés. La presse locale évoque des accès déserts, des ateliers et des « activités ludiques » qui peinent à rassembler plus que quelques dizaines de personnes, des conférences et des débats que quasiment personne n’écoute, même si les organisateurs assurent avoir atteint quelque 7.000 visiteurs par jour en moyenne.

Jornada note que la plupart des jeunes participants sont des élèves qui s’apprêtent à passer le bac d’Etat qui font ainsi leur « devoir » scolaire, et même ceux-là sont de moins en moins nombreux, se contentant des conférences magistrales qui « feront bien » dans leur carnet. Les organisateurs se désolent de leur « passivité » ; les jeunes entraînés là par leurs professeurs semblant surtout intéressés par les sacs, montres et autres gadgets distribués par les exposants.

Un bide, donc, que cette rencontre censée intéresser les jeunes du monde entier, et il y aura finalement eu davantage de personnes dans la rue pour se plaindre de ne pas être entendues lorsqu’elles s’expriment en faveur de la vie, que de partisans inconditionnels du message de mort clairement véhiculé par l’ONU et ses agences à Leon (Guanajato) où se tient le sommet pourtant prestigieux.

L’inauguration officielle des rencontres des jeunes n’a pas eu l’honneur de la visite du président mexicain Felipe Calderon, tandis qu’une dizaine de ministres sur les 45 convoqués ont fait faux bond. Après les manifestations pro-vie dans la rue, des groupes de plusieurs centaines de jeunes ont manifesté là encore en demandant qu’on ne « voie pas la figure » de Felipe Calderon dans cette assemblée, message apparemment reçu 5 sur 5. « Nous avons la preuve de votes manipulés », proclamaient une banderole de 8 mètres, faisant allusion aux accusations du cardinal Iñiguez Sandoval contre la Cour suprême qui vient d’approuver le « mariage » homosexuel.

Les manifestants ont cependant été refoulés des abords de la Conférence organisée par l’ONU au motif que leur présence aurait pu provoquer des affrontements avec un autre groupe présent pour protester – en fait, selon Jornada, 4 catholiques soutenant deux bannières avec les mots : « L’idéologie du genre dégénère la société ; santé reproductive ou libertinage effréné. »

Ricardo Serrano, directeur du développement social  de l’université panaméricaine Bonaterra, membre du  Conseil consultatif de la Commission étatique des droits humains du Mexique, a dénoncé le caractère monolithique de l’événement. A la Conférence mondiale de la Jeunesse de l’ONU , « toutes les voix ne sont pas entendues » et « des thèmes comme le développement social fondé sur la défense de la vie humaine et la reconnaissance de la dignité de l’humanité à toutes ses étapes ne seront pas abordés ».

Sur la mortalité maternelle et les grossesses adolescentes, a ajouté Serrano dans un communiqué, l’ONU ne livre que des demi-vérités : « Avec un langage trompeur et menteur où l’on ne dit pas toute la vérité, l’ONU promeut l’anti-conception, que ce soit par l’avortement ou par des méthodes qui causent des dégâts collatéraux irréversibles. » Aucun organisme pro-vie n’a été invité à s’exprimer ; pire, « depuis des semaines avant le sommet, les conclusions étaient déjà prêtes ». « Comment peut-il être question de sommet mondial, si tous les résultats des délibérations étaient connus des semaines auparavant ? Autant assister à un match de football en sachant, avant même d’acheter les billets, que les visiteurs vont gagner par 2 à 0. Et c’est bien ainsi : l’ONU continue de marquer des buts, pendant que les voix de la majorité au Mexique sont étouffées par les organismes internationaux qui accaparent les médias grâce à l’argent et qui “alimentent” – langage aujourd’hui à la mode les organisations qui défendent cette culture de la mort. Comme presque toujours, c’est une question d’argent. »


© leblogdejeannesmits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *