Pays-Bas : un effarant sondage pro-euthanasie

Download PDF

Le magazine féminin néerlandais Margriet a publié les résultats d’un sondage auprès de 1.970 femmes aux termes duquel 89 % d’entre elles sont favorables à un élargissement de la loi d’euthanasie. A l’heure actuelle – et bien que dans les faits le principe souffre déjà nombre d’exceptions – la loi exige que les souffrances endurées par celui qui demande l’euthanasie soient insupportables et sans perspectives d’amélioration, fait dont le médecin sera juge en dernière analyse puisqu’il est en droit de rejeter une demande d’euthanasie.

Ce sont désormais près de 9 femmes sur 10 qui, sollicitées par le sondage, voudraient que l’euthanasie constitue un droit du patient – tout comme l’avortement pendant le premier trimestre est devenu, dans la plupart de nos pays d’Europe, un droit de la femme que nul ne doit discuter.

Preuve que le matraquage médiatique du lobby de la mort est efficace, 77 % des interrogées – plus de trois femmes sur quatre – sont désormais prêtes à approuver l’euthanasie pour ceux qui estiment leur vie « achevée » pour telle ou telle raison. Les raisons citées pour avoir le droit d’en avoir soupé, de la vie ? La perte de la mémoire ou la démence : 74 % d’opinions favorables. La perte des fonctions vitales vient ensuite : l’incontinence, pour 54 % des sondées (… pardon ! ) est une bonne raison pour en finir, elles sont autant à citer la marche autonome et l’incapacité à vivre seul (27 %). La solitude, imaginent 24 % de ces femmes, devrait également justifier l’euthanasie.

Plus frappant encore : 91 % des interrogées envisagent de demander un jour l’euthanasie pour elles-mêmes. 82 % y voient une bonne porte de sortie pour ceux qui souffrent intensément de maladies psychiatriques, et 88 % (près de 9 femmes sur dix, une fois de plus) estiment qu’en cas de démence, l’euthanasie devrait être possible à partir du moment où elle aurait été demandée avant la perte de la capacité de prendre des décisions importantes.

Il n’y a finalement que la « peur » ou la « religion » qui, pour quelque 10 % des femmes, soient des raisons pour refuser systématiquement l’euthanasie. Des arriérées infantiles, peut-être ?

Tout au long de cette dernière année, associations et personnalités ont milité pour le droit à l’euthanasie pour ceux qui souffrent de démence ou qui estiment leur vie achevée : déclarations, joutes politiques, réunions publiques dans des hôtels de province ont promu l’idée dans les esprits.

Et les Néerlandaises, qui sont souvent étonnamment conformistes, s’y sont semble-t-il laissé prendre.

© leblogdejeannesmits.

2 comments

  1. Anonymous

    chère Jeanne

    N'est-il pas nécessaire de se méfier de ces sondages qui appartiennent au b.a. ba des pratiques big brotheriennes?

    Il y a longtemps que les Big Brothers de la propagane manipulent ce type d'opération sondagière pour démontrer combien les opposants sont faibles et impuissants et combien ceux qui s'opposent sont réactionnaires et arriérés.

  2. Certes oui, cher anonyme… Mais je répète que les Néerlandais sont très conformistes et qu'il soit une image exacte de l'opinion, ce dont je doute, ou un instrument pour emporter l'adhésion, ce sondage est et reste effarant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *