Planning familial raciste ? Excuses officielles…

Download PDF

Une opération de testing menée par un groupe d’étudiants pro-vie aux Etats-Unis a conduit le Planning familial de l’Etat d’Idaho à s’excuser officiellement pour l’attitude raciste d’un de ses employés, le vice-président marketing de Planned Parenthood Idaho. Les étudiants avaient publié dans leur revue, The Advocate, la retranscription des propos – accompagnés de rires – du représentant du Planning acceptant un don qui était proposé à condition de servir à « aider » des femmes noires, le donateur assurant qu’il en avait assez de la discrimination positive en faveur des noirs.

Il n’y a donc pas eu de démenti, mais des excuses écrites pour cette « erreur sérieuse » dont le Planning assume « l’entière responsabilité ».

Cependant, l’association pourvoyeuse d’avortements a choisi de contre-attaquer en dénonçant la méthode utilisée par le groupe étudiant, qualifiant le responsable de leur revue « d’extrémiste anti-choix bien connue ». « Bien que les actions de notre employée aient été inacceptables, il est tout aussi inacceptable que les opposants à l’avortement utilisent des tactiques racistes, trompeuses, pour salir le Planning familial ».

(Voilà que le testing relève du racisme : c’est nouveau !)

La présidente du groupe étudiant qui a mené l’opération de testing, Lila Rose, a indiqué à la presse qu’elle possède sept enregistrements de responsables du Planning dans autant d’Etat acceptant sans réserves des dons proposés pour réduire le nombre de Noirs par le biais de l’avortement.

Source : ici.

2 comments

  1. Encore aujourd’hui, aux Etats-Unis, les noires sont surreprésentées parmi celles qui avortent puisque ce sont 36 % des victimes de l’infanticide prénatal qui sont noires.C’était bien l’intention de Margaret Sanger, fondatrice du “Planning familial”, que de réduire le nombre des naissances chez ce que, dans un livre de 1922 (“Pivot of Civilization”), elle appelait les “races inférieures”. Puis le socialiste national Adolf Hitler a quelque peu atténué dans la gauche progressiste l’enthousiasme pour l’eugénisme et le racisme “scientifique” qu’attestent par exemple les écrits de Salvador Allende dans les années 1930.Ensuite, la décolonisation a ancré dans la mentalité de la gauche la haine du blanc, qui s’exprime aujourd’hui par sa censure et autres négations institutionnelles des Droits de l’homme et du citoyen quand l’homme en question se trouve avoir la “mauvaise” couleur.Nazisme anti-blanc et anti-occidental dont le “testing” est un exemple parmi d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *