Voir son enfant avant d’avorter : le Kentucky vote la loi

Download PDF

Le Sénat du Kentucky a voté par 32 voix contre 5 une loi exigeant que toute femme demandant un avortement voie une échographie de son bébé avant que l’opération n’ait lieu. Au nom du consentement éclairé, la loi prévoit également que la femme reçoive des informations sur l’avortement lors d’un entretien face à face la veille du jour où l’intervention est programmée.

Ce n’est hélas pas la première fois que les sénateurs du Kentucky ont adopté une telle mesure : l’an dernier, une loi rédigée en termes identiques avait été rejetée en commission par la Chambre de cet Etat.
Elle est l’illustration de la politique de petits pas menée par les pro-vie américains qui au Kentucky, ont obtenu en 1998 la légalisation du principe du consentement éclairé, qui impose pour l’heure la fourniture d’informations sur l’avortement 24 heures avant l’avortement. Mais l’expérience prouve que cet entretien se fait généralement par téléphone, ce qui ne correspond pas à l’esprit de la loi.
Avec l’ajout de l’échographie – au sujet de laquelle les promoteurs du projet ont précisé que rien dans la loi ne pouvait empêcher la femme de détourner son regard au moment où elle lui serait présentée – c’est une image vivante et réelle du fœtus qui peut contribuer à sauver sa peau. Les sénateurs ont pu entendre le témoignage d’une jeune femme; Kathy Rutledge, au nom d’un groupe de femmes qui regrettent d’avoir avorté : « L’incertitude de notre choix aurait pu être évitée si la simple occasion de voir une image échographique nous avait été donnée. »

1 comment

  1. Anonymous

    Cette politique des petits pas reste la meilleure strategie de progression sur ce dossier fondamental.

    En France,comme au Vatican,il serait souhaitable de s'en inspirer.

    Il ne sert a rien de vouloir “supprimer d'un coup la loi Veil”comme on le tente depuis 35 ans.

    Il vaut mieux attaquer cette loi par le coté au lieu de l'attaquer de front,selon le principe d'efficacité.(effet chateau de cartes detruit en enlevant une seule carte)

    Concretement,il faut se fixer un 1er objectif d'amendement de la loi Veil.

    Un objectif simple,visible et consensuel qui embarrasse le systeme.

    Cet objectif a ete proposé sur le site fdesouche dans la partie debat entre les 2 candidats a la presidence du FN (pages 62 & 63 je crois de ce chapitre);

    Le commentateur “la source”propose de se concentrer sur un segment specifique,le plus fragile;
    Le segment des mineures enceintes.

    Il suggere que la loi devrait obliger chaque conseil regional d'ouvrir un lycée residentiel pour les mineures enceintes.

    ceci de maniere a pouvoir continuer a suivre les etudes secondaires (3-2-1-T)tout en donnant naissance a l'enfant,completé par une offre d'adoption(option).

    je ne comprends pas que aucune personalité politique ,telle que B Gollnisch,n'ait pas pensé a creer un microparti a objectif unique;
    Obtenir un amendement de ce type sur la loi veil.
    Il me parait evident qu'un tel micro parti recevrait des dons deductibles fiscalement(max de 7.500e par an et par donateur)
    Sa simple existence placerait dans l'embarras extreme les decideurs decisifs,surtout a l'approche des elections…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *