2013-54. Deux cantiques en l’honneur du Sacré-Coeur.

Download PDF

En ce mois du Sacré-Coeur, dans la continuité de mes publications de la semaine dernière et en préparation de quelques autres, dans les prochains jours, je veux publier aujourd’hui à votre intention deux cantiques en l’honneur du Sacré-Coeur de Jésus.

1) Tout d’abord, voici un cantique populaire que nous aimons beaucoup au Mesnil-Marie : la mélodie de Praetorius sur lequel il a été composé est facile à mémoriser, et elle est, à ce qu’il me semble, utilisée aussi pour d’autres compositions.
Les paroles que l’on trouve ci-dessous sont d’un certain chanoine G. Mignot, dont nous ignorons tout par ailleurs.
Ce cantique a été publié dans le « Recueil de Cantiques Populaires » (21e édition – 1948) du chanoine Joseph Besnier, maître de chapelle de la cathédrale de Nantes. 

Pour la petite histoire, je note que cet « ouvrage honoré des félicitations et de la bénédiction de Sa Sainteté Pie XII » (sic) s’ouvre par une lettre des plus élogieuses à l’entête de la Secrétairerie d’Etat de Sa Sainteté, datée du 2 janvier 1948, et signée de… J.B. Montini, substitut.
Qui pouvait alors imaginer que, vingt ans plus tard, le même Montini, devenu pape Paul VI, oeuvrerait à envoyer aux oubliettes liturgiques tout le travail du bon chanoine Besnier, spécialement en faveur du chant grégorien ?

2) Vous trouverez ensuite des paroles composées par Frère Maximilien-Marie pour être chantées sur le fameux air d’Aloys Kunc « Pitié, mon Dieu ! »
Ce cantique avait été écrit dans le contexte de la spoliation des Etats Pontificaux et de l’écrasement de la France sous la botte prussienne, en 1870, ce pourquoi le texte original du refrain disait bien : « Sauvez Rome et la France, au nom du Sacré-Coeur! » et non pas « Sauvez, sauvez la France… »
Notre Frère a tenu à conserver ce refrain originel, qui prend aujourd’hui un autre sens – encore plus dramatique peut-être – , mais il a réécrit les couplets afin de les faire davantage « coller » à l’actualité de l’Eglise et de notre malheureux pays.

Qui bene cantat bis orat, disait notre glorieux Père Saint Augustin : qui bien chante, deux fois prie !
Prions pour la France ! Prions et supplions le divin Coeur de Jésus, pour le Royaume des lys !
Prions et invoquons la miséricorde du Sacré-Coeur en chantant avec ferveur… 

2013-54. Deux cantiques en l'honneur du Sacré-Coeur. dans Prier avec nous patteschatsLully.      

regne-a-jamais cantiques dans Vexilla Regis

1 – Règne à jamais, Coeur glorieux,
Dans tous les temps, dans tous les lieux,
Sur terre comme dans les Cieux !

Refrain :   O Coeur Sacré, sois notre Roi :
                    Nous voulons vivre sous Ta loi,
                    Nous n’aimerons jamais que Toi ! 

2 – Règne à jamais sur nos foyers :
Sur eux, toujours, reviens veiller ;
Avec foi, nous saurons prier !

3 – Aux peuples tremblants dans leur foi 
Il faut un Chef, il faut un Roi :
Ce Roi, Sauveur Jésus, c’est Toi !

4 – Depuis qu’à Reims, aux temps jadis,
Tu baptisas le fier Clovis
Tu dois régner sur nous, ses fils ! 

5 – Règne, ô Jésus, sur tous les coeurs,
Sur Tes amis, sur les pécheurs,
Sur les brebis et les pasteurs !

coeur-de-jesus-sauvez-la-france- chanoine Joseph Besnier

1- Pitié, mon Dieu, car votre Sainte Eglise
De toutes parts se trouve menacée ;
Jusqu’en son sein, il en est qui pactisent
Avec l’esprit de l’enfer déchaîné : 

Refrain : Dieu de clémence, ô Dieu vainqueur,
                Sauvez Rome et la France, au nom du Sacré-Coeur ! (bis) 

2 – Pitié, mon Dieu, apostate est la France :
Elle renie son Seigneur et son Roi !
Que votre Amour brise sa résistance
Et la ramène à votre sainte loi !

3 – Pitié, mon Dieu, d’un horrible naufrage
La Chrétienté se trouve menacée.
Ressuscitez les glorieux lignages
De l’héroïsme et de la sainteté !

4 – Pitié, mon Dieu, que ce monde coupable,
Abandonnant ses chemins dépravés,
Dans l’unité de l’amour véritable
Par votre Eglise trouve enfin sa paix !

coeur-de-jesus-sauvez-la-france- Pitié mon Dieu

Le blogue du Maître-Chat Lully

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *