11è anniversaire de l’entrée en application du Motu Proprio Summorum Pontificum
Download PDF

Ce 14 septembre, nous fêtons le 11ème anniversaire de l’entrée en application du Motu Proprio Summorum Pontificum du Pape Benoit XVI.

En France, on compte 119 lieux de Messes dominicales en application du Motu Proprio de plus qu’avant Juillet 2007 [Chiffre association AMDG] soit 240 lieux de Messes dominicales.

Rendons grâce des bienfaits passé, présent et à venir !

Vêpres traditionnelles à Rome
Download PDF

Dans le cadre du dixième anniversaire du Motu Proprio Summorum Pontificum, des vêpres traditionnelles ont été célébrées. Cela s’inscrit dans les différentes célébrations et conférences prévues dans le cadre de cet événement, marqué notamment par de riches interventions. Ainsi, le cardinal Müller a notamment souligné que « la loi de la prière doit stabiliser la foi ». On notera la présence de Mgr Gänswein, qui a présidé ces vêpres célébrées dans le rit traditionnel. Un exemple à suivre pour d’autres prélats ? Bref, à jour 1, de riches événements, encourageants pour tous ceux qui sont attachés à la liturgie de l’Église catholique.

Rome – Conférences pour le dixième anniversaire de Summorum Pontificum
Download PDF

Pour le dixième anniversaire du Motu Proprio Summorum Pontificum, plusieurs conférences étaient prévues à l’Angelicum, à Rome. On notera ainsi l’intervention du cardinal Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui a salué le rôle de la forme extraordinaire du rite romain. Il a estimé que l’ancienne liturgie “continuera à rajeunir l’Église”. Des propos encourageants, notamment en ce jour anniversaire de l’application des dispositions du Motu Proprio.

Mgr Pozzo, secrétaire de la commission pontificale Ecclesia Dei, a estimé que la forme extraordinaire permettait de regarder l’avenir avec espoir: elle peut grandement enrichir le nouveau rite. Elle constitue une antidote à “la créativité arbitraire”.

Plus généralement, il fallait noter le ton peu polémique et confiant des interventions, loin des polémiques mesquines et des regards moqueurs dont sont capables certains journalistes devenus subitement ultramontains. Ainsi, n’avons-nous pas lu des propositions délirantes visant à ne plus ordonner les prêtres qui auraient des problèmes avec le nouveau rite ou à interdire aux parents de suivre l’ancien rite avec leurs enfants ? Bref, la rigidité pourtant dénoncée… À l’Angelicum, on était loin de ces accusations, de ces polémiques stériles et de ces suspicions: on respire la sérénité qu’irrigue l’Usus antiquior.

Quant au cardinal Sarah, il s’est livré à un fervent plaidoyer pour les fidèles attachés à la forme extraordinaire “ne sont pas des catholiques de second rang”, “personne ne pourra confisquer cela !”

Oui: la messe traditionnelle a de l’avenir et ne cesser de progresser, non seulement quantitativement, mais aussi dans l’intérêt qu’elle suscite auprès des jeunes prêtres. Après tout, l’avenir, c’est eux !

Une photo – Célébration de la messe traditionnelle à la basilique de Licheń
Download PDF

Une messe traditionnelle a été célébrée en 2014 au sanctuaire de Notre-Dame des douleurs Reine de Pologne, à Licheń. Cette célébration démontre que l’usage de l’usus antiquior est tout à fait possible dans des églises récentes. Cette église, consacrée par Jean-Paul II en 1999, comprend de nombreux autels où la célébration ad orientem reste possible. Deo gratias !

Succès du Pèlerinage de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X à Fatima
Download PDF

Ne serait-ce que du point de vue de la fréquentation, la commémoration par les évêques, les prêtres et les fidèles liés à la Fraternité Saint-Pie X des apparitions de Notre Dame à Fatima a été un véritable succès. Ainsi, à Os Valinho, on a dénombré, au total, 10 000 fidèles. Prêtres et religieux étaient nombreux, soit environ 300 personnes présentes. Et cette fois-ci, il faut noter le très bon accueil des autorités diocésaines réservé à la Fraternité Saint-Pie X.

Le succès de ce rassemblement, sur les lieux où la Sainte Vierge est apparue cent auparavant presque jour pour jour, peut être tenu pour un signe fort. On notera aussi le rappel par Mgr Bernard Fellay des propos de Benoît XVI, qui avait souligné que les messages de Notre Dame à Fatima étaient particulièrement actuels.

SOURCES – Le Salon Beige et FSSPX. NEWS

 

Mgr Schneider: sur Vatican II et la crise de l’Église
Download PDF
C’est un texte de Mgr Schneider, évêque auxiliaire d’Astana, qui propose quelques solutions concernant l’interprétation du dernier concile. Mgr Schneider est déjà monté au créneau sur les questions doctrinales. La traduction, faite par Jeanne Smits, a été relue Mgr Schneider. Pour ne retenir qu’une seule affirmation, on peut citer cette remarqué pertinente de l’évêque: “le problème de la crise actuelle de l’Eglise consiste en partie dans le fait que certaines affirmations de Vatican II qui sont objectivement ambiguës, ou ses rares affirmations qui peuvent difficilement s’accorder avec la tradition magistérielle constante de l’Eglise ont été « infaillibilisées ». C’est par ce moyen qu’on a bloqué le sain débat assorti d’une nécessaire correction implicite ou tacite.” Le traducteur, que nous remercions, souhaite une large circulation de ce texte. C’est précisément ce que Riposte catholique entend faire. On pourra également se reporter à l’analyse du site fsspx.news.fr.
La situation de crise sans précédent où se trouve actuellement l’Eglise est comparable à la crise générale au IVe siècle, lorsque l’arianisme, ayant contaminé l’immense majorité de l’épiscopat, occupait une position dominante dans la vie de l’Eglise. Nous devons chercher à aborder cette situation avec réalisme, d’une part, et de l’autre, avec un esprit surnaturel – avec un profond amour de l’Eglise, notre mère, qui souffre la Passion du Christ en raison de cette confusion doctrinale, liturgique et pastorale formidable et généralisée.

Nous devons renouveler cette foi par laquelle nous croyons que l’Eglise est entre les mains très sûres du Christ, sachant qu’Il intervient toujours pour renouveler l’Eglise au moment où le navire de l’Eglise semble devoir couler, comme c’est évidemment le cas de nos jours.

 

En ce qui concerne l’attitude à l’égard du concile Vatican II, nous devons éviter deux extrêmes : le rejet complet (tel celui des sédévacantistes et d’une partie de la Fraternité Saint-Pie X), ou l’« infaillibilisation » de tout ce qui a été exprimé par le concile.

 

Vatican II était une assemblée légitime présidée par les papes et nous devons garder envers ce concile une attitude respectueuse. Néanmoins, cela ne signifie pas qu’il nous soit interdit d’exprimer des doutes bien fondés ou des suggestions respectueuses d’amélioration en ce qui concerne certains points spécifiques, en nous basant toujours sur l’ensemble de la Tradition et du Magistère constant de l’Eglise.

 

Les affirmations traditionnelles et constantes du Magistère recouvrant une période de plusieurs siècles, ont préséance et constituent un critère de vérification par rapport à l’exactitude de déclarations magistérielles postérieures. Les nouvelles affirmations du Magistère doivent, en principe, être plus exactes et plus claires, et en aucun cas ambiguës et en contradiction apparente avec des affirmations magistérielles antérieures.

Les affirmations de Vatican II qui sont ambiguës doivent être lues et interprétées à la lumière des affirmations de la Tradition dans son ensemble et du Magistère constant de l’Eglise.

En cas de doute, les affirmations du Magistère constant (les conciles antérieurs et les documents des papes, dont le contenu est manifestement l’expression d’une tradition certaine et réitérée au cours des siècles dans le même sens) prévalent sur les affirmations objectivement ambiguës ou nouvelles de Vatican II, difficiles à accorder avec des affirmations spécifiques du Magistère antérieur constant (par exemple, le devoir de l’Etat de vénérer publiquement le Christ, Roi de toutes sociétés humaines, le sens véritable de la collégialité épiscopale par rapport à la primauté de Pierre et au gouvernement universel de l’église, la nocivité de toutes les religions non catholiques et le dangerosité qu’elles représentent pour le salut éternel des âmes).

Vatican II doit être considéré et reçu tel qu’il est, et tel qu’il était réellement : un concile avant tout pastoral. Ce concile n’avait pas pour intention de proposer des doctrines nouvelles ni de les proposer sous une forme définitive. Dans une grande partie de ses affirmations, le concile a confirmé la doctrine traditionnelle et constante de l’Eglise.

Parmi les nouvelles affirmations de Vatican II (par exemple, la collégialité, la liberté religieuse, le dialogue œcuménique et inter-religieux, l’attitude à l’égard du monde) certaines n’ont pas un caractère définitif, et comme elles se trouvent être en apparence ou en réalité en contradiction avec les affirmations traditionnelles et constantes du Magistère, elles doivent être complétées par des explications plus exactes et des suppléments plus précis, à caractère doctrinal. L’application aveugle du principe de l’« herméneutique de la continuité » n’est pas d’un réel secours puisqu’à travers celle-ci on fabrique des interprétations forcées qui ne sont pas convaincantes et qui n’aident pas à atteindre une compréhension plus claire des vérités immuables de la foi catholique et de leur application concrète.

Il y a eu des cas dans l’histoire où les affirmations non définitives de certains conciles œcuménique ont été par la suite – grâce à un débat théologique serein – précisées ou corrigées de manière tacite (par exemple, les affirmations du concile de Florence à propos de la matière du sacrement de l’ordre, à savoir que la matière serait constituée par la porrection des instruments, alors que la tradition plus sûre et constante affirmait que l’imposition des mains de l’évêque était suffisante, une vérité qui serait en fin de compte confirmée par Pie XII en 1947). Si après le concile de Florence les théologiens avaient aveuglément appliqué le principe de l’herméneutique de la continuité à cette affirmation concrète du concile de Florence (une affirmation objectivement erronée), en défendant la thèse selon laquelle la remise des instruments constituait la matière du sacrement de l’ordre était en accord avec le magistère constant, on ne serait probablement pas parvenu au consensus général des théologiens par rapport à la vérité qui affirme que seule l’imposition des mains de l’évêque constitue la matière réelle du sacrement de l’ordre.

Il est nécessaire de créer au sein de l’Eglise un climat serein de discussions doctrinales par rapport à celles des affirmations de Vatican II qui sont ambiguës ou qui ont été à l’origine d’interprétations erronées. Une telle discussion doctrinale n’a rien de scandaleux : au contraire, elle va contribuer à faire expliciter de manière plus sûre et complète le dépôt immuable de la foi de l’Eglise.

Il ne faut pas mettre à ce point l’accent sur un concile donné, qu’on en vienne à l’absolutiser et à le placer de fait sur le même pied que la parole de Dieu orale (la Tradition sacrée) ou écrite (l’Ecriture Sainte). Vatican II lui-même a très justement affirmé (cf. Dei Verbum, 10) que le Magistère (le pape, les conciles, le magistère ordinaire et universel) ne se situe pas au-dessus de la parole de Dieu mais en-dessous, lui étant subordonné: il est seulement son serviteur (serviteur de la Parole orale de Dieu, c’est-à-dire la Tradition sacrée, et de la Parole écrite de Dieu, c’est-à-dire l’Ecriture Sainte).

D’un point de vue objectif, les affirmations du Magistère (les papes et les conciles) qui ont un caractère définitif ont plus de valeur et de poids que les affirmations à caractère pastoral, dont la qualité est naturellement changeante et provisoire, sujette aux circonstances historiques ou apportant une réponse à des situations pastorales d’une période donnée, comme c’est le cas pour la plupart des affirmations de Vatican II.

L’apport original et précieux de Vatican II réside dans l’appel universel à la sainteté qui s’adresse à tous les membres de l’Eglise (chapitre 5 de Lumen Gentium), dans la doctrine relative au rôle central de Notre Dame dans la vie de l’Eglise (chapitre 8 of Lumen Gentium), dans l’importance du rôle des fidèles laïcs par rapport à la sauvegarde, la défense et la promotion de la foi catholique, et dans leur devoir d’évangéliser et de sanctifier les réalités temporelles conformément au sens pérenne de l’Eglise (chapitre 4 de Lumen Gentium), dans la primauté de l’adoration de Dieu dans la vie de l’Eglise et la célébration de la liturgie (Sacrosanctum Concilium n° 2 ; 5-10). Le reste peut être considéré jusqu’à un certain point comme secondaire, temporaire et sera, à l’avenir, probablement jugé oubliable, comme cela fut le cas pour certaines affirmations non définitives, pastorales et disciplinaires de divers conciles œcuméniques par le passé.

Les sujets suivants : Notre Dame, la sanctification par les laïcs de leur vie personnelle en même temps que la sanctification du monde selon le sens pérenne de l’Eglise, ainsi que la primauté de l’adoration de Dieu, sont les aspects les plus urgents qui doivent être vécus en notre temps. En cela Vatican II a un rôle prophétique qui, malheureusement, n’a pas encore été réalisé de manière satisfaisante.

Au lieu de vivre ces quatre aspects, une part considérable de la Nomenklatura théologique et administrative au sein de la vie de l’Eglise a promu au cours de ces cinquante dernières années, et continue de promouvoir des thèmes doctrinaux, pastoraux et liturgiques ambigus, altérant ainsi l’intention originelle du Concile ou en utilisant abusivement ses affirmations doctrinales moins claires, voire ambiguës, en vue de créer une autre Eglise – une Eglise de type relativiste ou protestant.
Nous vivons de nos jours l’aboutissement de ce développement.

Le problème de la crise actuelle de l’Eglise consiste en partie dans le fait que certaines affirmations de Vatican II qui sont objectivement ambiguës, ou ses rares affirmations qui peuvent difficilement s’accorder avec la tradition magistérielle constante de l’Eglise ont été « infaillibilisées ». C’est par ce moyen qu’on a bloqué le sain débat assorti d’une nécessaire correction implicite ou tacite.

En même temps, on a encouragé la fabrication d’affirmations théologiques contrastant avec la tradition pérenne (par exemple, en ce qui concerne la nouvelle théorie d’un double sujet suprême ordinaire du gouvernement de l’Eglise, c’est-à-dire le pape seul et le collège épiscopal tout entier ensemble avec le Pape ; la doctrine de la neutralité de l’Etat par rapport au culte public qu’il doit rendre au vrai Dieu, qui est Jésus-Christ et qui est aussi Roi de chaque société humaine et politique ; la relativisation de la vérité selon laquelle l’Eglise catholique est l’unique chemin du salut, voulu et ordonné par Dieu).

Nous devons nous libérer des chaînes qui ont « absolutisé » et entièrement « infaillibilisé » Vatican II. Nous devons réclamer un climat de débat serein et respectueux, à partir de l’amour sincère pour l’Eglise et pour la foi immuable de l’Eglise.

Nous pouvons voir un signe positif dans le fait que le 2 août 2012, le pape Benoît XVI a écrit une préface au volume relatif à Vatican II dans l’édition de ses Opera Omnia. Dans cette préface, Benoît XVI exprime ses réserves par rapport à certains contenus spécifiques dans les documents Gaudium et spes et Nostra ætate. La teneur des paroles de Benoît XVI laisse voir que des défauts concrets au sein de certaines sections de ces documents ne sont pas susceptibles d’amélioration par « l’herméneutique de la continuité ».

Une FSSPX, canoniquement et pleinement intégrée dans la vie de l’Eglise, pourrait également apporter une précieuse contribution à ce débat – tout comme le souhaitait Mgr Marcel Lefebvre. La présence canonique plénière de la FSSPX dans la vie de l’Eglise en notre temps contribuerait également à créer le climat général d’un débat constructif, de telle sorte que ce qui a été cru toujours, partout et par tous les catholiques au cours de 2 000 ans puisse être cru de manière plus claire et plus sûre également aussi de nos jours, réalisant ainsi la véritable intention pastorale des Pères du concile Vatican II.

L’intention pastorale authentique vise le salut éternel des âmes – un salut qui ne sera réalisé que par la proclamation de la volonté tout entière de Dieu (cf. Actes 20: 27). L’ambiguïté dans la doctrine de la foi et dans son application concrète (dans la liturgie et dans la vie pastorale) constituerait une menace pour le salut éternel des âmes et serait par conséquent anti-pastoral, puisque la proclamation de la clarté et de l’intégrité de la foi catholique et de son application concrète fidèle constituent la volonté explicite de Dieu.

Seule l’obéissance parfaite à la volonté de Dieu – qui nous a révélée par le Christ, Verbe incarné, et par les Apôtres, la foi véritable, la foi interprétée et pratiquée de manière constante et dans le même sens par le Magistère de l’Eglise – amènera avec elle le salut des âmes.


                                                                                   + Athanasius Schneider,

       Evêque auxiliaire de l’archidiocèse de Sainte-Marie d’Astana au Kazakhstan
 SOURCE – Blog de Jeanne Smits
Benoît XVI reçoit la visite du supérieur général de l’Ordre Maronite de la bienheureuse Vierge Marie
Download PDF

La rencontre s’est passée le 30 juin 2017: à Mater Ecclesiae, le pape émérite Benoît XVI a reçu la visite l’Abbé Maroun Chidiac (o.m.m.), Supérieur général de l‘Ordre Maronite de la bienheureuse Vierge Marie.

SOURCE – Benoît-et-moi 2017

Célébration d’une messe traditionnelle à Notre-Dame de Paris pour le dixième anniversaire du Motu proprio Summorum Pontificum
Download PDF

Comme cela avait été annoncé par Riposte catholique, une messe solennelle d’action de grâce pour le dixième anniversaire du Motu proprio Summorum Pontificum a été célébrée à Notre-Dame de Paris. Il y avait du monde et des catholiques d’horizon différent, certains venant de la Fraternité Saint-Pie X ou des milieux diocésains. La messe était célébrée par le chanoine Marc Guelfucci, curé de la paroisse Saint-Eugène. On pouvait également reconnaître l’abbé Sébastien Damaggio (FSSP) et l’abbé Claude Barthe, qui faisaient office de diacre et de sous-diacre. Parmi les prêtres présents, on pouvait voir des prêtres, exerçant auprès des fidèles attachés à la forme extraordinaire du rite romain.

Mgr Patrick Chauvet, recteur de Notre-Dame de Paris et vicaire épiscopal pour l’usage de la forme extraordinaire du rite romain, a prononcé une homélie dans laquelle il a placé la célébration de la messe traditionnelle dans une perspective ecclésiale et spirituelle. Le Motu proprio Summorum Pontificum s’inscrit dans une “nouvelle interprétation du concile que voulait Benoît XVI qui ne soit pas une interprétation de rupture mais de continuité”. Il a parlé de la liturgie pour les prêtres et les fidèles: “la liturgie est un mystère, ou, si vous voulez, elle est une entrée dans le mystère de Dieu”. Mgr Chauvet a souligné le rôle de la beauté et du silence dans la liturgie. Bref, “une belle liturgie nous fait découvrir ce qu’est l’Éternité”.

À la suite de cette célébration, ils étaient nombreux à se retrouver sur un parvis ensoleillé. Cette célébration du 7 juillet 2017 s’inscrit dans ce désenclavement constant du rite traditionnel. Certes, il faut noter que depuis environ 30 ans, la cathédrale Notre-Dame de Paris accueille occasionnellement des célébrations du missel traditionnel. Ainsi, le 2 juillet 1988, le cardinal Lustiger avait célébré la messe tridentine. On peut y voir un lointain écho à cette première célébration qui avait ouvert la porte à d’autres célébrations sous les voûtes de Notre-Dame de Paris.

 

Dénouement liturgique à Saint-Germain-en-Laye ?
Download PDF
“10 ans après la promulgation du motu proprio de Benoît XVI, la paix liturgique va-t-elle enfin s’installer à Saint-Germain-en-Laye ?” C’est en effet la question que se pose le site Paix liturgique. En effet, la procession de la Fête-Dieu du dimanche 18 juin 2017, qui a rassemblé des fidèles des formes ordinaire et extraordinaire du rite romain, laisse supposer une solution à la question liturgique posée depuis dix ans. Des fidèles demandaient la célébration de cette forme extraordinaire. Il y a, pourtant, quelques signes de détente dans cette commune des Yvelines.
En effet, actuellement
la communauté traditionnelle de Port-Marly, dont l’église est actuellement en rénovation, est accueillie depuis le début 2017 en la chapelle des franciscaines de Saint-Germain-en-Laye. Lors des premières messes à la chapelle des franciscaines, le curé de Saint-Germain, le père Faure, avait tenu à souhaiter lui-même la bienvenue aux fidèles de Port-Marly – dont une grande part sont originaires de Saint-Germain – leur précisant qu’ils ne devaient pas se sentir « en exil » mais « en communion ». Un geste apprécié des fidèles.
Mais il y a eu des gestes positifs, le 18 juin dernier:
Au bout d’un semestre de coexistence sur le même territoire, la preuve la plus éclatante de cette communion a été donnée ce dimanche 18 juin lors de la grande procession organisée pour la Fête-Dieu entre la chapelle des franciscaines – où se célèbre donc actuellement la forme extraordinaire le dimanche – et l’église Saint-Germain, où se célèbre la forme ordinaire. Plus d’un millier de catholiques de Saint-Germain-en-Laye ont en effet accompagné le Saint-Sacrement dans les rues de la ville, suscitant l’émerveillement de nombreux badauds.
Il y a eu des signes particulièrement forts:
Comme en témoignent les photos (…), les enfants de chœur de Port-Marly ont entouré le Saint-Sacrement que portait le curé de Saint-Germain ; tandis que c’est le chanoine Guitard (chapelain de Port-Marly) qui a donné la bénédiction finale en l’église Saint-Germain. Il était difficile de donner meilleur témoignage d’unité et de coopération entre les deux communautés. Et ce, en accord parfait avec l’esprit du motu proprio de Benoît XVI qui invitait les prêtres célébrant le missel de Paul VI « à manifester de façon plus forte que cela ne l’a été souvent fait jusqu’à présent, cette sacralité qui attire de nombreuses personnes vers le rite ancien ».
Une question est donc posée, car la chapellenie doit retrouver son église de Port-Marly:
Qu’adviendra-t-il alors des familles de Saint-Germain-en-Laye qui, durant six mois, ont pu assister à la forme extraordinaire à la chapelle des franciscaines ? Tout naturellement, elles espèrent que la messe traditionnelle puisse continuer à être célébrée à Saint-Germain.
Un dénouement pourrait être trouvé à la requête encore non-satisfaite visant à ce que la forme extraordinaire du rite romain soit célébrée régulièrement à Saint-Germain-en-Laye:
Cela fait bientôt dix ans que des familles demandent l’application du motu proprio dans la ville. À l’époque, le premier argument avancé contre cette demande était l’absence de lieu de culte. Aujourd’hui, en dehors de la chapelle de l’hôpital (voir notre lettre 377 du 5 mars 2013), il y a donc aussi la chapelle des franciscaines qui pourrait continuer d’accueillir la célébration de la forme extraordinaire. La décision appartient bien entendu au seul curé de la paroisse Saint-Germain. Gageons qu’au moment de répondre aux demandeurs, il aura à l’esprit ces mots de Benoît XVI, dans sa Lettre aux évêques du 7 juillet 2007, accompagnant la publication du motu proprio Summorum Pontificum : « J’en arrive ainsi à la raison positive qui est le motif qui me fait actualiser par ce motu proprio celui de 1988. Il s’agit de parvenir à une réconciliation interne au sein de l’Église. En regardant le passé, les divisions qui ont lacéré le corps du Christ au cours des siècles, on a continuellement l’impression qu’aux moments critiques où la division commençait à naître, les responsables de l’Église n’ont pas fait suffisamment pour conserver ou conquérir la réconciliation et l’unité ; on a l’impression que les omissions dans l’Église ont eu leur part de culpabilité dans le fait que ces divisions aient réussi à se consolider. Ce regard vers le passé nous impose aujourd’hui une obligation : faire tous les efforts afin que tous ceux qui désirent réellement l’unité aient la possibilité de rester dans cette unité ou de la retrouver à nouveau. »
On ne peut que souhaiter une solution heureuse. En tout cas, les ingrédients de la réconciliation sont bien présents: des fidèles unis dans la ville de Saint-Germain-en-Laye et une chapelle disponible.
Toutes nos prières pour le Pape émérite Benoît XVI
Download PDF

Le Pape émérite Benoît XVI fête aujourd’hui son 90ème anniversaire. Toutes nos prières l’accompagnent en ce jour de Pâques. Ad multos anos

Nous rendons grâces aussi spécialement pour le Motu Proprio Summorum Pontificum qu’il a publié le 7 juillet 2007 et dont nos fêtons le 10è anniversaire cette année.

Le discours que Benoît XVI avait été interdit de prononcer à la Sapienza
Download PDF

Le 15 janvier 2008, le pape Benoît XVI devait s’adresser aux étudiants de l’université de Rome. Mais un quarteron de laïcs a obtenu l’annulation de sa visite.

Voici le discours qu’il avait prévu d’adresser sur le sens de l’université et le rôle de l’Eglise et de la foi chrétienne dans le développement universitaire au fil de l’histoire.

 

Texte du discours que le Pape aurait dû prononcer à l’Université « La Sapienza » de Rome, le 17 janvier 2008.  La visite a été annulée le 15 janvier 2008.

Mgr Aillet explique l’esprit de la liturgie selon Benoît XVI
Download PDF

Dans les derniers jours du pontificat de Benoît XVI, KTO programmait une série d’émissions sur le pape.

 

Nos liturgiques de la terre ne pourront jamais être qu’un pâle reflet de la liturgie céleste. Benoît XVI, Paris 2008

 

Lire la suite

Découpler l’éthique de l’économie est un faux dualisme explique Benoit XVI
Download PDF

Alors que le pape François recevait des entrepreneurs chrétiens la semaine dernière, alors que les analystes nous disent que le duel Fillon Juppé pourrait se jouer sur l’économie et l’Europe, il nous est apparu opportun de rappeler ce court avertissement du pape Benoît XVI en 2010.

Retrouvez ici cet extrait de “Benoît XVI, entretien avec les journalistes au cours du vol vers le Portugal”, 11 mai 2010

Pour le card. Tauran, le discours de Ratisbonne de Benoît XVI était prophétique
Download PDF

Le cardinal Tauran est intervenu à huis clos lors de l’Assemblée plénière des évêques à Lourdes. Jean-Marie Guénois, dans un article du Figaro, rapporte les propos sans concession du prélat, lors de sa conférence de presse improvisée.

L’homme qui, au Vatican, est chargé du dialogue avec les religions, dont l’islam, tient un discours qui peut apparaître détonnant dans le concert actuel des voix iréniques de l’Eglise…

Lire la suite

26 novembre : des Veillées pour la Vie dans toute la France
Download PDF

En 2010, le Saint-Père Benoit XVI, devant l’ampleur du Mal commis contre l’enfant à naître, a voulu frapper à la porte de la conscience et des coeurs de chaque personne humaine comme des Etats, afin que la vie humaine soit aimée, accueillie, respectée, défendue, protégée, depuis sa conception jusqu’à son terme naturel. Benoît XVI a lancé un appel au monde entier afin que soient organisées des Veillées de prière, au moment de l’entrée de l’Eglise, dans le Temps de l’Avent….

Lire la suite

Homélie de Benoît XVI pour la Toussaint 2008 – A quoi sert cette solennité ?
Download PDF

Chers frères et soeurs,

Notre célébration eucharistique s’est ouverte par l’exhortation « Réjouissons-nous tous dans le Seigneur ». La liturgie nous invite à partager l’exultation céleste des saints, à en goûter la joie. Les saints ne constituent pas une caste restreinte d’élus, mais une foule innombrable, vers laquelle la liturgie nous invite aujourd’hui à élever le regard.

Lire la suite

Ad Orientem, ce qu’a dit Benoît XVI
Download PDF

Voilà une nouvelle qui va faire couler un peu d’encre. Le pape émérite Benoît XVI s’est dit, une fois de plus favorable à la célébration Ad Orientem, à l’occasion d’un hommage au patriarche de Constantinople dont le pape François a préfacé l’ouvrage, recueil de divers témoignages.

Ce n’est pas la première fois que le cardinal Ratzinger (voir L’esprit de la liturgie) puis le pape Benoît XVI exprime son soutien à ce retour à la célébration vers l’Orient, non pas tournée dos au peuple, mais face à l’Orient. Alors que le cardinal Sarah avait déchaîné une foule d’opposition en reprenant ce thème à son compte et invitant les prêtres à célébrer de nouveau vers l’Orient, le pape émérite qualifie cet acte liturgique d’œcuménique.

Mais contrairement à ce qui est dit ici ou là, il n’y a pas d’intention polémique de la part du pape émérite.

Lire la suite ici

Formation – Le Gender dans l’enseignement de Benoît XVI
Download PDF

A l’occasion de la polémique déclenchée par le pape François sur l’enseignement du gender, l’abbé Lelièvre publie sur son site Evangelium Vitae une recension de l’enseignement du pape émérite Benoit XVI sur l’idéologie du gnere.

 

Un enseignement riche, profond et d’une clarté toujours aussi saisissante à retrouver ici.

Biographie – Benoît XVI – « Serviteur de Dieu et de l’humanité »
Download PDF

« Serviteur de Dieu et de l’humanité » : c’est le titre d’une nouvelle biographie du pape émérite Benoît XVI publiée en italien par Elio Guerriero, écrivain et théologien, aux Editions Mondadori et préfacé par le pape François.

 

« C’est au moment de sa démission que j’ai vraiment senti l’exigence d’écrire ce livre, après le choc que la nouvelle avait produit dans la vie de l’Eglise, et auquel les médias avaient donné une tournure démesurée. Je savais que la décision du pape Benoît XVI de se retirer venait de sa profonde conception du service avec lequel il avait affronté le ministère de Pierre. Et de son point de vue, l’idée était très claire et très simple. Il remplissait un service: dès l’instant où il n’aurait plus eu la force suffisante pour l’assumer, il aurait senti non seulement le désir mais le devoir d’y renoncer, tout en restant – pour ce qui est de l’aspect sacramentel – évêque émérite de Rome. » Explique l’auteur

 

Source Zénith

Entretien – Benoît XVI – Renonciation – “Je n’ai pas eu de pression”
Download PDF

Dans son dernier livre « Dernières conversations » qui vient de sortir en Italie, le pape émérite Benoit XVI  revient sur sa renonciation.

 

Ce texte de renonciation, c’est moi qui l’ait écrit. Je ne peux pas vous dire quand avec précision mais c’était tout au plus deux semaines avant. Je l’ai écrit en latin parce qu’une chose aussi importante doit se faire en latin. En outre, le latin est une langue que je maîtrise au point de pouvoir écrire de façon élégante. J’aurais également pu l’écrire en italien naturellement mais au risque de faire l’une ou l’autre erreur.

ON NE ME FAISAIT PAS CHANTER
Je ne me suis pas retiré sous la pression des événements et ce n’était pas non plus une fuite devant des situations que je me serais senti incapable d’affronter. Personne n’a cherché à me faire chanter. Je ne l’aurais de toute façon pas permis. Si on avait essayé de le faire, je serais resté parce qu’il ne faut pas partir sous la pression. Ce n’est pas vrai non plus que j’étais déçu ou quelque chose de ce genre. En fait, grâce à Dieu, j’étais dans l’état d’âme tranquille de celui qui a dépassé la difficulté. L’état d’âme de celui qui peut passer sereinement le témoin à son successeur.

 

Le pape émérite précise être content de son successeur.

 

Source Belgicatho

Biographie – Un nouveau livre sur Benoit XVI – Le pape émérite explique sa renonciation
Download PDF

Serviteur de Dieu et de l’humilité : C’est le titre d’une nouvelle biographie de Benoît XVI, dont la sortie en librairie est prévue le 30 août prochain. Ouvrage signé par Elio Guerriero, écrivain et théologien, et préfacé par le Pape François. Le Souverain pontife, dans cette préface, rend un vibrant hommage à son prédécesseur, «dont la présence discrète et la prière pour l’Église constituent un appui et un réconfort» pour son ministère.

Une semaine avant la sortie de cette biographie, Benoît XVI a accordé un entretien à Elio Guerriero, publié sur le site internet de la Repubblica. Le Pape émérite y évoque, en toute simplicité, sa renonciation, et les raisons qui l’ont décidé à poser ce geste historique.

«Après l’expérience des voyages au Mexique et à Cuba (mars 2012, ndlr), je ne me sentais plus capable d’entreprendre un tel voyage», confie Benoît XVI, qui se réfère aux Journées Mondiales de la Jeunesse, prévues à Rio, l’année suivante. Événement pour lequel «la présence physique d’un Pape est indispensable». «C’est une des circonstances pour lesquelles la renonciation m’est apparue comme un devoir», affirme-t-il simplement, confessant avoir expérimenté les limites de ses forces physiques.

Convaincu dès le début de n’être qu’un «humble et simple ouvrier dans la vigne du Seigneur», le Pape émérite prend conscience qu’il ne peut alors faire autre chose «que se remettre entre les mains du Seigneur, et lui faire confiance», comptant sur la présence de la Vierge Marie, des saints, en particulier de ce qu’il nomme ses «compagnons de voyage de toute une vie» : St Augustin et St Bonaventure…

 

Source Radio Vatican

 

 

Entretien – Card. Schönborn – Jean-Paul II, Benoit XVI, pape François, herméneutique de la réforme dans la continuité
Download PDF

des extraits de l’entretien du cardinal archevêque de Vienne (Autriche) Christoph Schönborn et du jésuite italien Antonio Spadaro, publié ce 8 juillet 2016 par les éditions Parole et Silence seront publiés en italien par la revue des jésuites Civiltà Cattolica le 9 juillet.

 

Zenith publie un extrait de cet entretien concernant la continuité des trois derniers papes.

Jean-Paul II a ouvert tout grand les portes au Christ. Le pape Benoît a refondé l’organicité de la foi dans la personne de Jésus. Le pape François nous pousse à passer la porte pour sortir à sa rencontre dans nos pauvretés. Tous les trois, chacun avec son style providentiel, mettent en œuvre ce processus de renouveau dans la fidélité qui caractérise le concile.

Nous touchons là à des questions profondes qui tournent autour de « l’herméneutique de la réforme dans la continuité ». Pour transmettre la doctrine, l’approfondir et la présenter d’une façon qui corresponde aux exigences de notre temps, il y a tout un effort pour la contextualiser en distinguant les vérités contenues dans le dépôt de la foi de la façon de les énoncer. Cela est particulièrement sensible dans le domaine de l’anthropologie et du rapport de l’Église avec le monde d’aujourd’hui où, au premier abord, il peut apparaître une certaine discontinuité.

Livre – “Derniers entretiens” de Benoît XVI paraîtra en septembre
Download PDF

“Derniers entretiens” (“Letzte Gespräche”) : c’est le quatrième chapitre du dialogue du pape émérite Benoît XVI avec le journaliste allemand Peter Seewald qu’annoncent les éditions allemandes Droemer Knaur pour le 9 septembre 2016 (288 pp.). En français, le livre sortira chez Fayard.

Peter Seewald achève ainsi en quelque sorte une tétralogie. Il a déjà publié trois livres d’entretiens avec Joseph Ratzinger-Benoît XVI : Le sel de la terre (1995), Dieu et le monde(2001), et Lumière du monde, (Bayard 2010).

L’éditeur allemand annonce la publication en soulignant que c’est la première fois dans l’histoire qu’un pape a l’occasion de proposer un bilan de son pontificat: des entretiens menés juste avant et après son renoncement.

Le pape émérite y parle de sa démission, de la façon dont il a vécu le conclave depuis Castelgandolfo et de  sa « surprise » en découvrant le nom de son successeur, dont il souligne l’humanité.

Le pape émérite avoue avoir pris des notes durant son pontificat mais qu’il compte les détruire.

 

Source Zenith

Livre – Recueil d’homélies de Benoît XVI, le théologien à genoux (pape François)
Download PDF

Benoît XVI « a fait et fait encore de la “théologie à genoux“ », affirme le pape François dans la préface d’un recueil d’homélies du pape émérite à paraître dans plusieurs pays.

« Chaque fois que je lis les œuvres de Joseph Ratzinger/Benoît XVI, je me rends compte de plus en plus clairement qu’il a fait et qu’il fait encore de la “théologie à genoux“: à genoux, car, avant encore d’être un très grand théologien et maître de la foi, on voit que c’est un homme qui croit vraiment, qui prie vraiment; on voit que c’est un homme qui personnifie la sainteté, un homme de paix, un homme de Dieu », affirme le pape actuel dans la préface d’un recueil d’homélies du pape émérite sur le sacerdoce à paraître dans plusieurs pays (en France, chez Parole et Silence), et dont l’agence I. Media publie de larges extraits (à lire sur Apic).

Source La Vie

En savoir plus sur Zenith

Info – La fondation Ratzinger distribue des bourses d’étude
Download PDF

A l’occasion du jubilé sacerdotal de Benoît XVI, célébré ce mardi au Vatican par le Pape François et toute la Curie, la Fondation Joseph Ratzinger – Benoît XVI fait le point sur ses activités. Elle précise dans un communiqué que chaque année, dix bourses d’étude sont accordées à des étudiants originaires d’Italie et de l’étranger. En tout, pour l’année 2015, le montant de ces bourses a atteint 120 000 euros.

Autre tâche que s’est assignée la fondation du pape émérite, celle d’organiser des conférences de haute valeur culturelle et scientifique afin de répondre concrètement à l’exhortation apostolique de François Evangelii Gaudium : « les universités sont un milieu privilégié pour penser et développer cet engagement d’évangélisation de manière interdisciplinaire et intégrée. »

La fondation accorde enfin, chaque année, le Prix Ratzinger à des chercheurs dont le nom est soumis au comité scientifique et au pape émérite.

 

Source Radio Vatican

Traduire le site »