L’unité entre les catholiques, c’est possible: la preuve par Argenteuil
Download PDF

À Argenteuil, des catholiques de Tradition, encadrés par les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X, ont été reçus à la basilique. Les pèlerins de l’UNEC avaient d’abord fait une procession – remarquée – dans les rues d’Argenteuil. Ils ont ensuite été accueillis  par le recteur de la basilique d’Argenteuil. Autour de la Sainte Tunique, qui est sans couture, il est possible d’unir les catholiques. Saluons ce geste positif qui démontre que la bonne entente est possible.

Bénédiction d’un monastère au Nouveau-Mexique
Download PDF

Un nouveau monastère de bénédictines a été créé au Nouveau-Mexique. Le 10 février 2018, Mgr Felllay a béni cette nouvelle maison.  Comme l’a affirmé le supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X, « il s’agit du premier monastère contemplatif que nous avons la grâce de bénir sur le sol américain ». Cette initiative est intéressante :  elle démontre la vitalité du catholicisme de Tradition outre-Atlantique et sa capacité à susciter des œuvres contemplatives.

Les religieuses fondatrices du monastère de bénédictines Saint-Joseph de Silver-City, au Nouveau-Mexique, ont assisté à la bénédiction de la toute nouvelle maison de leur congrégation par Mgr Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X.

La bénédiction a eu lieu en la fête de sainte Scholastique, 10 février 2018, jour de liesse pour la branche féminine de l’Ordre bénédictin.

Mgr Fellay a souligné l’importance de l’événement : « cette cérémonie est décisive pour la Tradition ; il s’agit en effet du premier monastère contemplatif que nous avons la grâce de bénir sur le sol américain ».

Avant la bénédiction, Mgr Fellay a prêché trois jours de retraite aux religieuses. Le matin même de la cérémonie, il a célébré une messe solennelle cours de laquelle trois religieux bénédictins ont reçu la tonsure.

Ces journées de fête se sont achevées par une procession aux flambeaux en l’honneur de la Très Sainte Vierge Marie, suivie d’un magnifique feu d’artifice.

 

 

Photos reproduites avec l’aimable autorisation des responsables du site fsspx.news.

Source : sspx.org – FSSPX.Actualités du 01/03/18

Après les conservateurs, Facebook censure-t-il les catholiques ?
Download PDF

En moins de 24 heures, une vingtaine de sites catholiques au Brésil, aux États-Unis et en Afrique ont eu la mauvaise surprise d’être bloqués par le réseau social de Mark Zuckerberg. Certains administrateurs craignent une censure.

Un peu plus de deux douzaines de pages catholiques ont été bloquées en moins de 24 heures sur Facebook, rapporte Catholic news agency (CNA), sans que le réseau social ne donne de motif. Le média recense plus exactement 25 sites : 21 brésiliens et 4 pages de langue anglaise administrées aux États-Unis ou en Afrique. Elles avaient toutes une audience relativement importante, allant de quelques centaines de milliers à six millions de fans.

 

Lire l’article sur Aleteia

 

Un procédé similaire avait été constaté en France durant la campagne de l’entre deux tours des présidentielles

Plus de 200 millions de chrétiens persécutés dans le monde
Download PDF

Depuis des mois nous relayons dans nos colonnes les persécutions que subissent quotidiennement de par le monde les chrétiens.

Le Vatican dénonce désormais publiquement une situation insupportable à plusieurs niveaux : liberté religieuse ; culturel ; ou encore la persécution et la discrimination.

 

Déjà en 2014, le cardinal Parolin (numéro 2 du Saint-Siège) pour sa part « a dénoncé publiquement devant le même auditoire les exactions d’une « atrocité inouïe » commise par « l’État islamique » : « meurtres de masse, décapitation de ceux qui pensent différemment, vente des femmes sur le marché, enrôlement des enfants pour les combats, destruction des lieux de cultes ». Rappelant qu’« il est licite d’arrêter l’agresseur injuste » pour l’Église « mais dans le respect du droit international », il a une nouvelle fois appelé à l’urgence de l’engagement de la communauté internationale pour une solution politique. »

 

Lire la suite

Elections – Un peu de hauteur pour donner à la raison de quoi se nourrir et voter (ou non) en connaissance et en conscience
Download PDF

Mes amis qui se trouvent plus « à gauche » que moi expliquent qu’il est absolument nécessaire de voter Macron pour faire barrage au FN, et que le vote blanc avantage sa candidate. En même temps, ceux qui sont plus « à droite » que moi ne comprennent pas comment, en ne votant pas FN, je prends le risque de faire passer Macron.

Aussi faudrait-il pour certains choisir entre une gauche humaniste et ouverte et une droite extrémiste, xénophobe et donc dangereuse, tandis que pour d’autre le choix se pose entre un héritier du hollandisme et une candidate dernier rempart d’une France traditionnelle et chrétienne assaillie par l’islam.

Je pense qu’il faut accepter de regarder de plus près quelques-uns des présupposés qui sont à l’œuvre.

Sur le plan sociétal, il est clair que Macron est un homme de gauche. Si en effet la gauche se caractérise par une volonté d’égalité, on peut dire qu’il se situe dans la ligne d’une gauche extrême qui veut une égalité extrême, au prix de la négation des différences les plus naturelles : négation de la différence entre l’homme et la femme portée par la loi Taubira, indifférenciation des cultures et des individus qui conduit à l’aveuglement face à l’islamisme et au multiculturalisme. Je ne peux voter pour cette gauche extrême.

 

Lire la suite

 

Pascal Jacob, agrégé de philosophie

Catholiques et électeurs – Des repères pour voter
Download PDF

Depuis des années les choix électoraux qui se présentent aux catholiques relèvent davantage du mieux possible que de l’adhésion franche et massive. Exceptés quelques partis ou candidats marginaux, le plus souvent, il faut se perdre dans un labyrinthe parfois savamment conçu pour nous conduire en eaux de plus en plus troubles.

Le chevalier blanc n’existe pas sur notre échiquier de présidentiables. Nous pouvons donc être dans l’objection de conscience et refuser de voter, nous pouvons aussi être dans le moindre mal ou le mieux possible. Une nuance de taille plus qu’il n’y parait. Le moindre mal vise à limiter la casse, là où le mieux possible envisage le choix comme une étape en vue du Bien à atteindre.

Le site InfoCatho n’entend nullement se prononcer sur tel ou tel candidat. Nous vous proposons, une série (non exhaustive) de réflexions, de positions, tant du magistère, que de penseurs ou d’acteurs de la vie publique et politique. Ces articles sont parus, au fil du temps sur notre site et leur but est donner matière au discernement, en conscience, avec la grâce de l’Esprit-Saint.

A lire ici

Les hasards providentiels du calendrier électoral
Download PDF

Nous disons toujours que Dieu ne fait pas de politique et Il n’en fait certainement pas au sens électoral du terme. Néanmoins, du God save the Queen, aux prières pour la France, en passant par le choix des rois bibliques et le gouvernement direct du peuple juif, il semble que l’univers politique ne soit pas totalement étranger à la Providence Divine. Nous avons aujourd’hui, du fait du triste spectacle qui nous est livré, tendance à réduire la politique au politique. Il y a pourtant dans « la politique au sens noble » plus que dans le politique réduit à sa plus simple expression pragmatique. La politique n’est autre que l’ensemble de ce qui touche la vie de la cité, entendons la vie commune des hommes regroupés de façons diverses, pour des raisons variées et à des fins pouvant être fort différentes d’une communauté à l’autre. Des hommes et des femmes se sont (ou se trouvent de facto par l’histoire) regroupés et se donnent des règles non seulement pour vivre ensemble, mais aussi pour avancer ensemble. Autrement dit, la politique c’est l’ensemble des éléments qui permettent à une communauté d’avancer vers une même destinée. Aussi, le choix de cette destinée est-elle éminemment « politique », puisqu’elle guide de façon absolue et normative tout le contenu de ce « vivre ensemble ». La politique, parce qu’elle donne le but, façonne ipso facto les moyens pour atteindre ce but. On ne prend pas un sous-marin pour aller sur la lune. Dieu donnant le sens ultime à toute vie humaine, il est donc, sous cet angle-là, évidemment politique. Si nous comprenons la politique comme service du bien de l’Homme, alors le bien de l’Homme étant Dieu, les deux ne peuvent s’ignorer sans se tourner le dos. C’est du reste pour cela que l’Église rappelle que la politique est un service éminant de la charité. S’il ne faut pas tomber dans l’écueil de politiser Dieu, il ne faut pas, non plus, s’échouer sur le récif d’une déchristianisation de la politique. En ce sens aussi la politique ne peut être laïque ou elle ne sera que cela, comme je l’ai écrit ailleurs. Le rôle du catholique en politique, comme de toute la doctrine sociale de l’Eglise, est donc de revêtir la peau de bête de saint Jean-Baptiste en criant dans le désert (pour indiquer le but, montrer l’Agneau) et aplanir les routes.

Lire la suite

Entretien avec Guillaume de Prémare – Les catholiques doivent/peuvent-ils voter en conscience ?
Download PDF

En amont de la soirée qu’il animera ce jeudi 30 mars 2017 à Vannes, sur le thème « 2017, la France à l’heure des choix ; comment voter en conscience ? », Guillaume de Prémare, délégué général d’ICHTUS, revient au micro de RCF, sur ce qu’est la conscience et le vote en conscience.

Ce que les cathos ont à apporter aux élections
Download PDF

Si nous en jugeons par l’activité des réseaux sociaux ainsi que les différents engagements et autres tribunes, l’actualité est totalement phagocytée par l’élection présidentielle. Pour qui doutait de l’intérêt des Français pour la chose politique, le démenti est d’autant plus cinglant que le débat de fond semble totalement occulté par les affaires qui pleuvent sur presque tous les candidats. Commanditées, manipulées ou non, ces dernières quoi qu’ils en disent, passionnent les électeurs, comme si, enfin, il se passait quelque chose d’intéressant dans le monde plat et finalement uniforme de l’arène politique. Pourtant, l’enjeu est bien plus grand que la mise au pilori de tel ou tel candidat et il est intéressant de noter combien, intrigants, comme électeurs en ont conscience. Les uns usent de tous les moyens pour parvenir à leur fin et surtout pour éviter que l’autre ne gagne. Les autres semblent résolus à ne plus se laisser dicter leur vote par média et appareil politique interposés. Nous assistons sans doute à un tournant dans la psychologie politique des Français. Un tournant en forme de prise en main et de renaissance d’un esprit politique français, mais dont l’analyse ne relève pas de cet édito qui souhaiterait au contraire mettre en relief la vitalité catholique que recouvre cette élection 2017.

 

Lire la suite

Que répondre aux jeunes soutiens de Mélanchon et Hamon qui se revendiquent catholiques ?
Download PDF

Dans une tribune du Monde intitulée  « Nous, jeunes catholiques, refusons de laisser à la droite le monopole des valeurs chrétiennes », une poignée de jeunes catholiques, comme ils s’intitulent eux-mêmes, apportent leur soutien à trois des candidats explicitement apparentés à la pensée marxiste. Conscient de n’être plus qu’un petit reste (si l’on en croit leur propre qualificatif de poignée), ils appartiennent en effet à une vielle vague du catholicisme qui n’a plus aujourd’hui le vent en poupe. Cette école, sans doute généreuse, qui prônait « le petit bout de chemin ensemble » avec les communistes se traîne encore, moribonde, dans cette tribune, sous les traits d’une jeunesse au cœur probablement sincère, mais au regard sans doute peu aiguisé et à l’esprit peut-être peu informé.

N’entrons pas dans le débat des millions de morts d’une idéologie dont le centenaire mériterait bien un regard plus objectif. Ces jeunes redisent avec force deux choses, la première est que ceux qu’ils stigmatisent comme « cathos de droite » n’en font pas assez pour les pauvres, les exclut et l’environnement. Trois thèmes qu’ils mettent sous le haut patronage du pape François, mais auxquels, pour être vraiment catholique il manque l’esprit « Laudato si’ », à savoir le destinataire in fine de toute chose et la source du bonheur de l’Homme, Dieu. Car telle est la différence fondamentale entre l’idéologie marxiste, l’humanisme athée et la foi chrétienne, le bonheur c’est Dieu lui-même. Les biens et le bien être matériels, s’ils sont nécessaires, ne sont pas une fin en eux-mêmes. Ce que ces jeunes oublient parfois, c’est que ces « valeurs chrétiennes » ne sont précisément pas des valeurs, mais des conséquences d’un souffle plus profond qui repose sur des fondamentaux.

 

Lire la suite

Les cathos en politique ? « Des intangibles » qui ne doivent pas gagner des voix mais des âmes
Download PDF

Il semble bien difficile de se positionner aujourd’hui sur l’échiquier politico-socio-religieux.

Tout part dans tous les sens, mais plus encore, il me semble que les nôtres (je ne sais comment nommer notre camp) ne saisissent pas la réalité de la situation présente, laquelle a bien évoluée depuis les années 80.

Il est du reste intéressant de se dire que nous ne savons pas nous nommer. Cela fait maintenant  quatre ans que, personnellement, je me tors l’esprit pour dire, avec force guillemets,  » notre camps « ,  » notre dynamique  » ou encore  » notre mouvance « . N’est-il pas finalement relativement symptomatique de ne pas savoir se nommer ? Cela peut signifier plusieurs choses.

Premièrement que nous ne savons pas identifier ce qui nous rassemble et/ou nous meut. Pourtant cette distinction n’est pas mince. Sommes-nous ensemble parce que quelque chose nous unit, ou sommes-nous unis pour aller quelque part ensemble ? Et m’est avis que là est notre premier obstacle. Tous, nous refusons la civilisation dite Taubira. En revanche, nous ne sommes d’accord ni sur ce que nous estimons devoir promouvoir, ni sur la méthode pour y parvenir. Aussi, malgré un fond commun essentiel, fondamental et puissamment ancré dans notre « code génétique », nous nous trouvons incapables d’avancer. Nous sommes à même de dire ce que nous ne souhaitons pas, mais nous pennons à exprimer ce que nous voulons. La raison me parait trouver sa racine dans une erreur inscrite, malheureusement elle aussi, dans notre caryotype. Nous avons commencé à être « contre ». Nous étions quelques-uns à avoir pointé du doigt, dès les premiers balbutiements de nos marches, ce travers qui nous lierait pour longtemps. Nous avons dit et redit ce que n’était pas la famille, nous sommes restés sur la défensive au lieu de proposer et défendre la beauté de notre vérité. Ce faisant nous avons passé notre temps à courir derrière les annonces du gouvernement et de ses mentors LGBT.

 

Lire a suite

Les cocus du Trocadéro ou Fillon l’indécrottable du système ?
Download PDF

Non le Trocadéro n’a pas donné un blanc-seing à François Fillon ! S’il est venu en masse c’est pour ne pas être cocufié par le système qui ne veut pas entendre sa voix. Les 200.000 pèlerins du Trocadéro ne sont pas venus, nostalgiques du Trocadéro de Sarkozy, moins encore clamer l’innocence de François Fillon, ils sont venus rappeler que la droite est à droite ! Mais faudra-t-il à peine 5 jours au candidat sauvé des eaux, par ce peuple de droite de conviction, pour montrer son mépris à ceux-là même qui lui ont permis de s’imposer à l’appareil politique qui, depuis le début, ne veut pas de lui. Acceptera-t-il cet accord (antérieur au Troca) signé in extrémis par l’UDI qui a peur de tout perdre ? Donner 96 circonscriptions à l’UDI serait rien moins que cocufier le peuple du Trocadéro. Que l’équipe de conseilleurs de monsieur Fillon se rappelle de la jurisprudence Jospin qui, à moins de 200.000 voix, a perdu la qualification au second tour de la présidentielle.

Alors que, clairement, l’hémorragie des soutiens Fillon se fait vers Marine Le Pen, il serait bon que celui qui dénonçait les manigances du système se rappelle que ce n’est pas lui que le peuple a soutenu, mais que cette victoire des Primaires, ce peuple qui en est l’auteur pourrait la reprendre. Elle est la sienne, il a le droit d’en disposer. J’ai dit ailleurs que le vote utile du premier tour de la primaire avait été non seulement inutile, mais avait réduit les catholiques à néant. Aucune négociation, des investitures qui ne se comptent pas sur les doigts de la main, alors que les médias assurent que Fillon est passé « à cause des catholiques ». Pourquoi un tel mépris de l’assise même de son camp, sinon parce que le candidat Fillon, non seulement se moque des catholiques, mais aussi parce qu’il est persuadé qu’ils lui sont acquis. D’où le soufflet méprisant à l’investiture de Xavier Lemoine. Un mépris pour l’homme et son engagement, un mépris pour le terrain qu’il incarne, balayé pour des calculs d’officines parisiennes, de la part d’un homme qui jure ses grands dieux être de cette France profonde, un mépris enfin des catholiques qui ont répondu nombreux à l’appel du Trocadéro.

Les catholiques vont-ils comprendre, enfin, qu’ils sont les premiers cocus du Trocadéro ? Vont-ils laisser une fois encore passer ce soufflet ? Alors à quoi bon soutenir un candidat qui ne leur accordera rien, pas même les miettes du système dont, s’il ne touche pas à l’accord UDI, il restera un indécrottable représentant. Dans le cadre de la diversité, François Fillon donne des gages à tout le monde. Des gages, il est vrai cohérents avec son programme, lui-même globalement ficelé. Mais alors, pourquoi les catholiques seraient-ils les seuls dindons de la farce à ne pas conditionner leur vote, monnayer leur voix ?

Lire l’intégralité de la tribune de Cyril Brun

Charte des acteurs catholiques de la santé, la sacralité de la vie réaffirmée
Download PDF

La nouvelle charte « des personnels de la santé » a été présentée, ce lundi 6 février 2017, en Salle de presse du Saint-Siège par le dicastère pour le développement humain intégral, indique Radio Vatican. Il s’agit d’une mise à jour d’un texte élaboré en 1995, à l’initiative du Conseil Pontifical pour la Pastorale des Services de la Santé, en 1995 qui tient compte des avancées de la recherche biomédicale et des nouvelles réalités socio-sanitaires.

Ce nouveau document, comme le précédent, est divisé en trois parties : la procréation, la vie, la mort. Il s’adresse « non seulement aux professionnels de la santé, mais aussi aux chercheurs, pharmaciens, et législateurs en matière de santé », a précisé Antonio Gioacchino Spagnolo, directeur de l’Institut de bioéthique de l’Université du Sacré-Cœur de Rome, qui a participé à l’élaboration de ce texte. C’est pour tous « une base ».

 Extraits de la présentation

Délit d’entrave numérique et alii, nous ne prions pas assez
Download PDF

Délit d’entrave numérique, mariage pour tous, exploitation de l’homme par l’homme, pauvreté, prolifération des structures de péchés, éducation en berne, déstructuration de genre, persécutions contre les chrétiens, la liste s’allonge tristement presque jour après jour.

Si le Mal se déchaîne, et bien avant de crier au loup millénariste dans la bergerie, peut-être pourrions-nous envisager les choses plus simplement, à l’aune de la part qui est la nôtre : nous ne prions pas assez.

Certes, il est probable que ce délit d’entrave numérique ne passe pas le cap du Conseil constitutionnel, mais les récents arrêtés de ce dernier montrent que rien n’est plus sûr désormais.
C’est en descendant du train que j’ai appris le résultat de ce vote liberticide. Croisant au même moment tant de personnes aux profils variés, mais tellement épris des attraits de ce monde, tellement déstructurés par ces structures de péchés à peine cachées et surtout inconscients du drame qui se nouait, je me disais : mais pourquoi tant d’êtres créés pour aimer Dieu et qui pourtant se détournent autant de Lui ! Car au final ne compte que cette intime relation avec Dieu. Tout le reste ne découle-t-il pas de là ?

Me revint alors cette phrase du démon au Saint Curé d’Ars : « avec trois comme toi, je ne pourrais plus rien faire ». Trois, seulement trois ! Et les apôtres, eux, étaient 12 tocards.
Alors, cinglante, se dresse devant nous cette question : que faisons-nous ? L’épître à Diognète expliquait aux païens à la fin du IIème siècle : les chrétiens sont comme le sang qui irrigue le corps du monde. Notre sang doit être bien contaminé pour donner tant de maladies.

Les prophètes, la peur au ventre parfois, parcouraient le monde pour rappeler au peuple hébreu le chemin, la vérité, la vie. David déchirait ses vêtements et se couvrait de cendres pour invoquer la miséricorde du Très-Haut sur son peuple. Saint Paul disait achever dans sa chair ce qui manquait à la croix du Christ. Et Yahvé rappelait à Caïn qu’il était responsable de son frère.

Nous catholiques, nous qui savons à la fois le chemin, la vérité et la vie, c’est à dire la finalité dans la vision béatifique de nos désirs amoureux les plus fous, nous catholiques sommes infiniment responsables de l’affadissement du sel, de l’opacité de la lumière.

N’est-ce pas là une immense tristesse pour le monde, une immense tristesse sur nous qui nous prélassons parfois dans notre confort, sur nous qui ne voyons plus notre responsabilité, c’est-à-dire la puissance que nous avons dans ces mains jointes, tendues vers le ciel ?

 

lire la suite

Catholiques muselés ?
Download PDF
Pour moi, c’est clair: on essaye de museler les catholiques. Qui? Les prêtres, les évêques et le pape. Comment? En leur faisant comprendre que l’unique moyen d’amener les autres à la foi en  Jésus-Christ est l’amour et la générosité. Problème: l’amour et la générosité existent aussi chez les athées, chez les adeptes de religions non-chrétiennes et même dans les sectes.Tant mieux d’ailleurs! Dès lors, s’il faut se fier uniquement à ces deux critères, il est évident qu’on peut se convertir à toutes les idéologies. Et s’il faut attendre que les catholiques soient parfaits pour proclamer leur foi aux périphéries, ils sont inévitablement condamnés à ne jamais ouvrir la bouche pour évangéliser. On le sait, le prosélytisme est considéré comme une horreur et une idiotie par la plupart des gens d’Eglise…qui ne semblent même pas se rendre compte que celui-ci est utilisé abondamment par beaucoup d’autres. Quel homme politique, particulièrement lors d’une campagne électorale ne cherche pas à convertir les électeurs? Quel supporter de foot ne désire par convaincre que le club qu’il soutient est le meilleur? Au vu de cal, où est encore dans l’Eglise l’ardeur d’un saint Paul qui écrivait: “Malheur à moi si je n’annonce pas l’Evangile!” (1 Cor 9, 16)? Qu’est devenue la Prédication apostolique qui vise la conversion des non-chrétiens pour le salut éternel de leur ‘âme? Au nom  d’un dialogue inter-religieux qui fait fit de Celui qui est LA vérité (et non pas une vérité plurielle), Jésus est aujourd’hui trahi par ceux qui ont la mission de faire connaître qu’il est le seul chemin qui mène au Père et à son éternel Royaume. Réveillez-vous, pape François! Réveillez-vous, prêtres, évêques et cardinaux! En ratant l’essentiel de ce que Dieu vous confie, vous entraînez gravement votre peuple et la terre entière à renier Celui qui a dit: “Tu n’es ni chaud, ni froid. Ainsi, parce que tu es tiède, je te vomirai de ma bouche!” (Apocalypse 3, 16).

Jean-Pierre Snyers

Victoire de Trump et abrogation de la loi Taubira, même combat
Download PDF

Si le monde semble abasourdi par la victoire de Donald Trump, les commentaires et réactions ont de quoi laisser sans voix.

Mettons de côté les habituels poncifs d’une presse et d’une intelligentsia plutôt gauchisante qui de sa supériorité de censeur juge ces pauvres américains bouseux, comme ils jugent les électeurs frontistes ou toute personne qui n’auraient pas la chance d’avoir compris combien le monde doit être comme ils le pensent…

Lire la suite

Catholiques et musulmans en chiens de faïence
Download PDF

Où que nous regardions, vers le Nord ou le Midi, vers l’Orient ou l’Occident, les quatre points cardinaux du monde catholique sont aux prises avec l’islam. Pas de répit, pas de quartiers, pas de zones épargnées, la chrétienté, cette semaine, vit au rythme de l’islam. Bien entendu, ce sont les attentats sur les terres occidentales qui reviennent, lancinants. De façon incontournable, la guerre au Moyen-Orient occupe tous les esprits, pour des raisons diverses et à des degrés variés. A l’inquiétude sécuritaire s’ajoute la crispation civilisationnelle qui se tisse d’amalgames et de poncifs.

L’Eglise se trouve concernée à au moins quatre niveaux. Sur le sol ravagé par les guerres, c’est l’Eglise locale qui accompagne au jour le jour les fidèles. Organisations sanitaires, conférences nationales pour préparer l’unité et la paix, réouverture des églises, réappropriation des lieux de culte et des villages chrétiens ravagés par Daesh, aux côtés d’organisations internationales venues sur le terrain apporter le soutien et le réconfort d’une grande fraternité chrétienne.

Il faut, sur des fronts moins militaires, une attention croissante des évêques face aux attaques répétées et insidieuses des autorités musulmanes qui ne cessent d’accentuer la pression en vertu de cette dhimmitude que le Coran leur enjoint d’imposer aux non-musulmans. Vexations, interdiction du vin (gênant pour la messe), provocations blasphématoires ne sont pourtant pas limitées aux pays musulmans. Les réfugiés chrétiens en Allemagne sont violentés, persécutés par les musulmans, dans les camps. Un quotidien que l’Eglise est appelée à gérer dans le respect de la personne humaine et la fidélité à sa foi.

En appui de cette forte présence ecclésiale aux côtés des populations dont elles sont solidaires par le sang et la nation, le Saint-Siège multiplie ses interventions à l’ONU dénonçant la probable éradication des chrétiens au Moyen-Orient si rien n’est fait, appelant au respect de la dignité humaine, dénonçant les entraves à la liberté religieuse.

Enfin, c’est au Vatican, ou dans les instances nationales interreligieuses que se joue le quatrième aspect de cet engagement ecclésial. Le pape François a reçu au Vatican, à plusieurs reprises, des représentants de l’Islam dont la controversée université d’Al-Azhar.

En face, chez les musulmans, nous trouvons un prétendu Etat islamique ouvertement en guerre contre, non pas l’Occident, mais la chrétienté.

 

Lire la suite

Analyse – Géorgie – Les catholiques ne sont pas les bienvenus
Download PDF

En Géorgie les catholiques ne sont pas les bienvenus. Ce sera peut être l’aspect le plus notable de ce voyage pontifical. Ce nouveau déplacement du Saint-Père dans le Caucase ne ressemble en rien au précédent arménien.

Dès son arrivé l’accueil fut froid, “glacé” titre même Jean-Marie Guénois dans le Figaro.

Petite communauté, discriminée, l’Eglise catholique avait demandé un lieu relativement petit pour la messe du samedi. Mais elle leur fut refusée, de sorte que les fidèles semblaient perdus dans une salle trop grande pour eux. D’autant plus perdus que la hiérarchie orthodoxe a clairement expliqué à ses fidèles qu’il était impossible de prier avec les catholiques.

Ce voyage qui voulait se placer sous le signe de la paix et de l’unité a finalement révélé les très vives tensions entre l’Eglise catholique et l’Eglise orthodoxe de Géorgie. Ce fut l’occasion de mettre en lumière, les nombreuses vexations et discriminations que subissent les catholiques de la part de la majorité orthodoxe et que Riposte catholique a rapporté dès la semaine dernière dans divers articles.

Les divergences sont nombreuses avec cette Eglise orthodoxe (qui est la seule ne pas avoir signé le document commun entre Orthodoxes et Catholiques)  qui interdit les mariages mixtes.

Cela dit, il suffit de se promener en Roumanie, ou en Grèce, pour se rendre compte que si l’œcuménisme avance entre patriarches, les fidèles et particulièrement les popes n’ont pas de mots assez durs à l’encontre des catholiques.

Malheureusement cette charité chrétienne d’un autre style est une donnée à ne pas occulter dans le dialogue œcuménique, notamment de la part des catholiques occidentaux pleins de certitudes et de poncifs, sans prises réelles avec la réalité concrète. Si volonté sincère il y a, il n’en demeure pas moins que le chemin est encore long.

Tribune – Les catholiques ont le devoir de jouer les Champollion sinon notre identité sera perdue pour de bon
Download PDF

Sur Figarovox à deux voix, Samuel Pruvot et Malik Bezouh expliquent au FigaroVox le cheminement intérieur et spirituel qui leur a permis, à partir d’expériences à l’origine différentes, de partager une identité nationale commune fondée sur l’héritage chrétien.

Samuel Pruvot est rédacteur en chef à Famille Chrétienne et auteur du Mystère Sarkozy (éd. Le Rocher, 2016). Malik Bezouh est l’auteur de France-islam: le choc des préjugés. Notre histoire des croisades à nos jours (éd. Plon, 2015).

Extraits

Dans notre ADN français, pas mal de monde se bouscule. Saint Denis et Clovis. Et toute une ribambelle de saints. Une question se pose cependant. Le christianisme est-il juste une part ancestrale de nous-mêmes? Les racines chrétiennes seraient à la France ce que les gènes de l’Homme de Neandertal représentent chez l’Homo sapiens. Une butte témoin, une relique, un fossile. Un christianisme de musée pour de savants agnostiques. Si le catholique est le dernier des Mohicans il ne reste plus qu’à le parquer quelque part. En souvenir.

Une identité morte ne sert à rien sinon à recevoir des chrysanthèmes. Je me souviens longtemps du jour où j’ai retrouvé la foi dans la basilique du Sacré Cœur renouant du même coup avec toute l’histoire de France. Samuel Pruvot

Malik BEZOUH.

 Et si l’identité chrétienne de la France devenait un atout, une force, voire même un outil pouvant permettre d’amarrer la France musulmane à la nation, du moins celle qui, pour de multiples raisons, en est la plus éloignée?

Entretien – Géorgie – Pourquoi appelle-t-on les catholiques des “Français” ?
Download PDF

Le Père Dumoulin, répond à Radio Vatican

Extraits

Une toute petite Eglise qui a toujours existé. (voir notre article sur sainte Nino) Au XVIIème de nombreux missionnaires sont venus aider les Géorgiens face aux Turcs. En vertu des accords entre la France et la Turquie à l’époque, ce sont surtout des missionnaires français qui ont pu venir avec efficacité.

Ce qui explique qu’aujourd’hui encore on appelle les catholiques les “Français”.

Cette petite église se répartit en trois  branches : rite arménien ; rite assyro-chaldéen (c’est aussi pour ça que le pape vient) ; rite latin

 

Pendant toute la période communiste seule l’église de Tbilissi est restée ouverte.

Puis des missionnaires sont revenus. Les orthodoxes ayant pris les églises, il a fallut se retrouver dans des maisons.

Aujourd’hui de la part des orthodoxes, sans parler de persécutions il  y a quand même de nombreuses discriminations.  Ce qui entraîne un découragement chez certains fidèles.

 

L’orthodoxie est comme une identité nationale, alors que les catholiques, aujourd’hui très minoritaires, étaient autrefois leader au niveau de la culture.

Hémorragie de population géorgienne en général et catholique en particulier du fait de la discrimination contre les catholiques qui pose problème pour trouver un travail. Les mariages mixtes sont impossibles d’où une hémorragie catholique vers l’orthodoxie.

 

 

 

Tribune – La France ne redeviendra la France que si elle retrouve sa vocation de priante et de suppliante
Download PDF

 

 

En cette fin septembre, la France se rappelle au Ciel. Une neuvaine est lancée au plus haut des Cieux, portée par saint Michel, une autre sourd de l’archidiocèse de Reims qui fête, le 1er octobre, Remi son patron. Après la grande neuvaine de l’an dernier, restent donc les « petites neuvaines » qui fleurissent sur cette vieille terre de France. Et Dieu sait qu’elle en a besoin !

Mais Dieu sait aussi que pour que nous ne nous attribuions pas des mérites indus, il nous faut quémander, quémander, quémander sans cesse. La France est meurtrie. Meurtrie dans son cœur de Fille aînée de l’Eglise, meurtrie dans son âme d’évangélisatrice des peuples, par la désertion de ce peuple égaré, tenté par le veau d’or de l’humanisme athée, devenu athéisme « humanicide », par le tranchant parricide de l’orgueil.

Pourtant, cette terre bénie de Dieu, visitée par son Fils, par sa Mère, par ses archanges, terre refuge des compagnons du Christ, Madeleine, Lazare, Joseph d’Arimathie, terre native du plus grand nombre de saints, cette terre tuméfiée par le reniement de ses enfants demeure, aux yeux du monde, la terre prophétique de la chrétienté, la terre d’espérance du renouveau de la civilisation du Christ. En témoignent les assauts qu’elle subit de l’extérieur par les hordes fanatisées du démon qui, sur son sol, sont venus sacrifier le Christ officiant, à l’autel de Saint-Etienne-du-Rouvray. En témoignent les assauts du dedans menés par une idéologie mortifère qui se veut la nouvelle voix prophétique de la France et ajoute aux plaies du Christ sacrifié les plaies de l’Egypte insoumise.

Comment se fait-il qu’une terre qui a tant reçu de Dieu, une terre donnée par son roi à Notre Dame, soit aussi abandonnée ? Qu’avons-nous donc fait ? Qu’ont fait nos aïeux « pour mériter ça » ? Dieu oublierait-il d’avoir pitié, comme se plaint le psalmiste ? Tout cela ne serait-il que juste retour de nos infidélités ? Peut-être…. Car, comme le dit saint Cyprien de Carthage, Dieu châtie pour t’avertir et te corrige pour t’éduquer.

Le malheur qui s’abat sur le juste, longtemps incompris dans la Bible, est une épreuve qui vérifie la qualité de la foi, nous dit saint Pierre, mais aussi, comme le rappelle le livre d’Esther, il est un avertissement pour celui qui s’approche de Dieu. C’est une purification, une invitation à l’humilité et à l’écoute, prémices de la contemplation.

Le malheur qui s’abat sur les méchants est avant tout une conséquence de leur éloignement de la main protectrice de Dieu. La mal est une des conséquences de notre refus de Dieu. Nous écartant du droit chemin, nous tombons dans le précipice de la souffrance, nous nous livrons nous-mêmes au pouvoir de Satan. En nous coupant de Dieu, nous nous fermons à ses grâces, à ses appels à la conversion. Et il faut souvent à Dieu bien des efforts pour se faire entendre dans le brouhaha peccamineux qui nous enveloppe. Dans sa sagesse, il a beau appuyer là où ça fait mal, pour nous révéler notre erreur, rien n’y fait et il nous faut bien souvent atteindre le fond du gouffre pour enfin percevoir le murmure discret mais insistant de l’Esprit qui dit « viens ».

Ce qui est vrai de chacun l’est collectivement d’une nation. Petit à petit, la France s’est coupée de Dieu, s’est laissé enfouir sous le fatras du péché, aveugler par l’orgueil de sa suffisance. Ce faisant, ses oreilles se sont bouchées et ses yeux sont devenus aveugles, tandis que ses mains se sont fermées. Alors, conformément à la prophétie intemporelle du Magnificat, les riches repartent les mains vides et les puissants sont tombés de leur trône. Des décennies durant, la France a cessé de crier vers le Ciel. Fin des adorations, des processions du Saint Sacrement, suppression de la prière à saint Michel à la fin des messes sont autant mains riches qui se sont fermées, n’attendant plus rien de Dieu.

La France ne redeviendra la France que si elle retrouve sa vocation de priante et de suppliante. Le peuple de France est reconnu comme un peuple spirituel et contemplatif, il lui faut retrouver son âme d’orant. Se perdre dans l’activisme est une des nombreuses chausse-trappes du démon. C’est par sa vocation spirituelle et contemplative que la France redeviendra ce doigt tendu vers le ciel, cette nation prophétique. C’est de ce prophétisme priant que la Fille aînée de l’Eglise pourra à nouveau être éducatrice des peuples. Je ne dis pas qu’il ne faut pas agir. Je dis qu’il faut agir dans la prière. Je ne dis pas que nous agissons trop, je dis que nous ne prions pas assez. C’est de l’adoration, de ce cœur à cœur intime avec le Christ qu’un feu nouveau embrasera la France. Du reste n’est-ce pas ce que le Sacré Cœur ne cesse de demander ? Une conversion de chacun au Cœur Sacré pour que la France puisse enfin honorer cette demande du Christ qui attend cette consécration à son Sacré Cœur.

Mais accepter de tout remettre au Christ est dépouillant. Dépouillant parce que c’est lui laisser le choix des règles du jeu et du temps. Dépouillant parce que cela suppose une plus grande humilité, une plus grande confiance et abandon total. Mais comment pouvons-nous croire que nous ferions mieux que Lui ?

Nous sommes entre Ciel et terre. Le combat que livre le démon à la France est trop violent pour que nous puissions croire y arriver sans Dieu. Mais Dieu attend notre prière pour creuser en nous le désir du salut, pour nous rendre humbles face à la victoire qu’il promet afin que nous ne retombions pas, comme tant de fois le peuple hébreu, dans nos vieux démons, oubliant le Seigneur dès le péril passé.

Pour espérer revoir le Christ régner sur la France, il faut d’abord que toute sa terre irradie de prière. Mais nous manquons tellement de foi, d’espérance… et de patience !

Info – Zambie – Catholiques et Protestants contre un ministère des affaires religieuses
Download PDF

Catholiques et protestants de Zambie sont unis dans leur opposition à la création d’un Ministère des Affaires religieuses (Ministry of National Guidance and Religious Affairs).

« Face aux différents défis financiers et économiques que notre pays affronte actuellement, nous considérons que la création de ce ministère ne constitue pas une priorité urgente ni une décision prudente. Après tout, nous pensons que les zambiens désirent que leur pays soit une démocratie et non une théocratie » affirme un communiqué conjoint de la Conférence épiscopale de Zambie (Zambia Conference of Catholic Bishops, ZCCB) et du Conseil des églises en Zambie (Council of Churches in Zambia (CCZ)), organisme qui regroupe les principales communautés protestantes du pays.

 

« Nous pensons que, en tant qu’Eglises et communautés de foi, nous avons jusqu’ici été capables d’exercer le mandat qui nous a été confié par Dieu et de contribuer de manière significative au développement national sans avoir ce ministère. Par suite, le Conseil des églises de Zambie et la Conférence épiscopale de Zambie s’opposent à la création du ministère précité » conclut le communiqué parvenu à Fides.

La parti du Président Edgar Chagwa Lungu, le Patriotic Front (PF), qui a promu l’initiative, affirme que la création du nouveau ministère contribuera à régler les activités des principales Eglises du pays et surtout des différentes églises qui ont poussé comme des champignons et prennent pour cibles les personnes les plus vulnérables.
Le Président a nommé le pasteur pentecôtiste Godfridah Sumaili à la tête du nouveau Ministère. Le Parlement doit cependant encore ratifier tant la nomination en question que la création du Ministère lui-même. L’Evangelical Fellowship of Zambia (EFZ), qui regroupe les églises pentecôtistes, a loué l’initiative du Président Lungu parce qu’elle « promeut les valeurs chrétiennes et attribue une plus grande signification à la déclaration indiquant que la Zambie est une nation chrétienne ».

 

Source Agence Fides

Agenda – Les catholiques bretons dans la Grande Guerre : colloque à Sainte Anne d’Auray
Download PDF

L’Institut Culturel de Bretagne, le centre de Recherche Bretonne et Celtique et l’Académie de Musique et d’Arts sacrés de Sainte-Anne-d’Auray proposent un colloque sur les catholiques bretons dans la Grande Guerre.

Cette intervention aura lieu le vendredi 14 et samedi 15 octobre 2016 à la salle Kériolet au sanctuaire de Sainte-Anne-d’Auray.

Pour plus de renseignements il est possible de prendre contact à cette adresse : [email protected]

Info – Œcuménisme – Signature d’un document commun avec les orthodoxes
Download PDF

C’est un pas supplémentaire dans le dialogue entre catholiques et orthodoxes: un nouveau document a été approuvé lors de la XIVe session plénière de la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Eglise catholique et l’Eglise orthodoxe. Mais Moscou rappelle la persistance de « l’obstacle uniate ».

Intitulé « Synodalité et primauté pendant le Premier millénaire : vers une compréhension commune au service de l’unité de l’Eglise », il s’agit du premier texte depuis le document signé à Ravenne en 2007 qui porte sur la primauté et la synodalité.

Le nouveau document a été signé par tous les participants, seule la délégation de l’Eglise orthodoxe géorgienne s’est abstenue, exprimant son désaccord avec certains paragraphes du texte.

 

L’Eglise orthodoxe russe parle de « l’obstacle uniate »

Pendant les séances, les participants ont discuté du thème de la poursuite du dialogue. Le chef de la délégation de l’Eglise orthodoxe russe, le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou (DREE), a proposé de consacrer le prochain stade du dialogue au thème de la synodalité et du primat dans les Eglises d’Orient et d’Occident durant le second millénaire.

Dans ce cadre, estime le patriarcat de Moscou, « il serait nécessaire de poursuivre la discussion sur l’’uniatisme’ en tant que phénomène apparu après le schisme de 1054 et demeurant jusqu’à aujourd’hui une pierre d’achoppement dans les relations orthodoxes-catholiques ».

L’ »uniatisme », terme considéré comme péjoratif par les gréco-catholiques, a longtemps servi à désigner les Eglises orientales rattachées à Rome. Il désigne les fractions de ces Eglises qui ont rompu avec leur Eglise « mère » orthodoxe et sont entrées en communion avec l’Eglise catholique.

Le métropolite Hilarion a rappelé qu’en 2000, pendant la session de Baltimore, aux Etats-Unis, la Commission mixte aurait dû discuter le thème des conséquences ecclésiologiques et canoniques de l’uniatisme.

Les divergences demeurent

Cette discussion, rappelle Moscou, devait s’inscrire dans la poursuite du travail commencé dans les années 1990 avec l’adoption, en 1993, du document de Balamand, au Liban, condamnant l’uniatisme. Un autre projet de document sur le même thème avait été élaboré à Ariccia, en Italie, en 1998. Cependant, souligne le chef du DREE, « la session de Baltimore n’avait pu terminer ses travaux à cause de divergences d’opinion entre les participants catholiques et orthodoxes, de même qu’à l’intérieur des deux parties ».

Selon le métropolite Hilarion, « lorsque les travaux de la Commission mixte ont repris après une interruption de six ans, il a été proposé de reprendre la discussion de la question du primat et de la synodalité dans l’Eglise ». L’Eglise orthodoxe russe a approuvé cette proposition, à condition que les conséquences ecclésiologiques et canoniques de l’union seraient aussi abordées avec les thèmes de la primauté et de la conciliarité.

Cependant, en 10 ans, de 2006 à 2016, la Commission n’est pas revenue une seule fois sur ce thème. « La logique de notre dialogue exige qu’afin d’achever le travail sur le document consacré à la primauté et à la synodalité dans l’Eglise pendant le premier millénaire, nous passions à l’examen de la question de la synodalité et de la primauté dans les Eglises d’Orient et d’Occident au second millénaire ».

Pour l’Eglise orthodoxe russe, il faut se pencher sur le schisme de 1054, ainsi que sur le problème de l’’uniatisme’, qui est à ses yeux central pour le second millénaire. « Je suppose que les problèmes qui nous séparent seront discutés, constate le métropolite Hilarion, et que nous n’arriverons pas à un accord sur chacun de ces points. Cependant, l’objectif de notre dialogue n’est pas de parvenir à un accord sur les questions sur lesquelles nous nous entendons déjà, mais de discuter des problèmes qui nous séparent. Le thème de l’’uniatisme’ est l’un de ces problèmes, et d’une brûlante actualité ».

Offenses et « attaques injustes »

Et le métropolite Hilarion d’attirer l’attention des membres de la Commission mixte sur des actions « inadmissibles d’un point de vue chrétien » qu’il affirme menées par la direction de l’Eglise gréco-catholique ukrainienne: « Il ne s’agit pas seulement de critiques, mais d’offenses et d’attaques injustes. Nous devons nous rendre compte qu’à l’intérieur de nos Eglises, il y a des gens qui mettent des obstacles sur notre route. Nous devons garder cela à l’esprit lorsque nous pensons à l’avenir de notre dialogue! »

L’archimandrite Irénée Steenberg, membre de la délégation de l’Eglise orthodoxe russe, souligne pour sa part qu’il sera difficile à l’Eglise orthodoxe russe de poursuivre le dialogue orthodoxe-catholique « si la question des conséquences ecclésiologiques et canoniques de l’uniatisme restait sans solution ». Il a néanmoins été décidé de laisser le choix du thème des prochaines séances à l’examen du Comité de coordination de la Commission mixte, qui se réunira en 2017.

 

Source Cathobel

 

Pour aller plus loin voir “catholiques et orthodoxes, 1500 ans de “je t’aime moi non plus”

Info – Œcuménisme – Primauté et synodalité – Vers un document commun avec les orthodoxes
Download PDF

Le dialogue en théologique entre catholiques et orthodoxes se poursuit, avec un projet de document sur la synodalité et la primauté, au service de l’unité.

La  XIVe session plénière de la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Église catholique et l’Église orthodoxe se déroule en effet du 15 au 22 septembre à Chieti, en Italie, indique un communiqué du Saint-Siège.

Le travail de la Commission sera présidé par le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, et par l’archevêque Job (Getcha) de Telmessos, du Patriarcat œcuménique. La rencontre est organisée par  l’Archidiocèse de Chieti-Vasto et la Conférence épiscopale italienne.

Au centre de la session, il y a un projet de document intitulé « Vers une compréhension commune de la synodalité et de la primauté au service de l’unité de l’Église ». La rédaction du document a été lancée au cours de la précédente session plénière de la Commission qui s’était déroulée à Amman, en Jordanie, en 2014, et a été complétée lors de la réunion qui a eu lieu à Rome en 2015.

 

Source Zenith

Traduire le site »