Entretien – Le Nouveau Custode de Terre Sainte – Entre confiance et appréhension
Download PDF

Lundi 6 juin, le nouveau Custode de Terre Sainte, le frère Francesco Patton, a fait son entrée officielle à Jérusalem. Il a été accueilli dans l’après-midi à la Porte de Jaffa, l’une des entrées qui percent les murs de la vieille ville et a rejoint , en cortège, la curie custodiale à Saint-Sauveur. Mardi 7 juin son entrée solennelle est prévue au Saint-Sépulcre ; le lendemain il se rendra au Cénacle sur le Mont Sion (le père gardien y possède le titre de Gardien du Mont Sion en mémoire du premier et historique siège de la Custodie de Terre Sainte). Le 9 juin, une cérémonie semblable aura lieu à la basilique de la Nativité à Bethléem, le 11 il sera à Jaffa et le 18 en la Basilique de l’Annonciation à Nazareth.

Le frère Francesco, originaire de Vigo Meano (Trente – Italie) et né en 1963, il vit avec “appréhension” mais aussi “confiance” sa nouvelle mission.

“Durant ces derniers jours – dit-il – j’ai parlé d’appréhension et je pense que c’est le mot juste. J’ai pourtant une grande confiance, parce que je crois en la valeur de l’obéissance et que la volonté de Dieu passe au travers de médiations humaines très concrètes, comme la disponibilité à assumer ce service que l’Ordre m’a demandé”.

Et encore : “Je me rends très bien compte que ce qui m’est demandé est quelque chose qui dépasse mes seules forces et capacités. Je viens sur la pointe des pieds et dans l’humilité, conscient de devoir écouter et apprendre. S’il y a une chose qui m’a vraiment fait plaisir en ces jours qui précèdent mon arrivée à Jérusalem, ce ne sont pas les titres des journaux ou les félicitations, mais les messages de tant de gens simples qui m’ont assuré un soutien dans la prière. Tout comme les nombreux frères qui m’ont écrit de Terre Sainte pour me dire : nous t’attendons et nous prions pour toi. Y compris les frères de la Syrie, qui, bien que vivant une situation de profonde souffrance, m’ont encouragé et ont offert de me soutenir par la prière”.

Le service à la Terre Sainte que le frère Francesco a été appelé à assumer, rejoint le parcours personnel que le religieux considère, à la lumière de la foi, comme presque naturel. “Pour moi, vivre en Terre Sainte signifie retourner à la réalité du charisme franciscain. François, qui était un homme pratique et concret, en fils de marchand qu’il était, est revenu transformé par son expérience en Terre Sainte. C’est à partir de ce pèlerinage qu’ont été incorporées dans la première Règle (Regula non bullata de 1221-ndlr) quelques directives fondamentales et ce encore aujourd’hui dans notre rapport à l’expérience missionnaire. Nous sommes appelés à “ne faire ni disputes ni querelles” et à adopter un style de minorité dans n’importe quel contexte où nous sommes appelés à vivre. “Confessant” d’être chrétiens au travers du service rendu à nos frères et “annonçant” le Christ quand nous verrons ce qui sera agréable au Seigneur. Faisant preuve d’une intelligence dans le dialogue qui nous permette de comprendre quand le cœur de notre interlocuteur est prêt à accueillir notre annonce. Ces traits du charisme franciscain sont inextricablement liés à l’expérience de la Terre Sainte”.

Concernant la situation en Terre Sainte aujourd’hui, marquée par de profonds conflits, frère Francesco Patton parle du “pari de Dieu”.

“Je pense que le fait que Dieu ait choisi de s’incarner précisément en cette Terre Sainte porte une signification – précise frère Francesco. L’histoire de cette terre est marquée par les conflits et les affrontements. Le fait que Dieu ait choisi de s’incarner ici ressemble véritablement à un pari. Comme pour nous dire : s’ils se réalisent ici, alors il est possible que la paix et la justice puissent régner sur toute la terre. Nous sommes tous appelés à aller et rester en Terre Sainte, en sachant que nous faisons partie de ce “rêve de Dieu”. C’est-à-dire la possibilité que “le loup habite avec l’agneau”, comme le raconte la vision d’Isaïe. Et qu’advienne un temps, comme en témoignent les prophètes, de “cieux nouveaux et terre nouvelle”. Nous devons croire que tout cela se déroulera. Parce que ce qui empêche la réalisation du projet de Dieu est notre manque de foi”.

Les premiers jours de son mandat –frère Francesco en est certain – seront une sorte de “noviciat”. “Je n’ai pas la prétention de réussir à entrer subitement dans une réalité complexe comme celle de la Custodie de Terre Sainte et du contexte ecclésial et social dans lequel les Frères mineurs sont appelés à travailler. Je me mettrai à l’écoute. Je crois que les expériences de l’internationalité au service de l’Ordre pourront m’aider à prêter attention aux différentes sensibilités et cultures”.

La frère Patton est cependant certain d’une chose : “Mon cœur est en Terre Sainte. Depuis le moment où ils m’ont communiqué la nomination, j’ai commencé à rappeler, chaque jour, dans la prière nos frères qui vivent en Syrie, tous ceux qui servent avec tant de dévouement dans les sanctuaires et sont engagés dans les paroisses et dans les nombreuses réalités sociales de la Custodie; ceux qui se livrent dans les différents centres et pour n’oublier personnes les pères commissaires investis dans le monde entier dans la diffusion du travail de la Custodie. J’ai pour eux une grande affection et reconnaissance. Ils me sont précieux et je les sens tous unis dans la prière”

Source Terrasanta.net

Une version longue sera publiée dans Terre Sainte Magazine de juillet-août, le bimestriel des Franciscains de la Custodie. Il est encore temps de vous abonner c’est par ici.

Entretien de Vivien Hoch avec Nouvel Arbitre sur la religion de Vincent Peillon
Download PDF

Un entretien vidéo de Vivien Hoch avec nos amis de Nouvel Arbitre. Le lien exact de l’article étant ici.
Itinerarium

Entretien de Vivien Hoch pour Nouvelles de France : la charte de la laïcité
Download PDF

    Entretien de Vivien Hoch à Nouvelles de France, sur la charte de la laïcité de Vincent Peillon.    Que faut-il penser de cette  « charte de la laïcité » ?  Vivien Hoch. Il faut surtout continuer à penser ! Vincent Peillon se proclame défenseur de la République et de la laïcité, mais personne ne […]
Itinerarium

Entretien : Vivien Hoch, un esprit, une foi.
Download PDF

Extraits d’un entretien publié sur le blog de Martianne (Nouvel Obs), intitulé : Vivien Hoch, un esprit, une foi. Je ne connaissais pas Vivien Hoch avant de voir un tweet de lui passer. Sur son Twitter on peut lire : « Chercheur en philosophie, professeur, chroniqueur, journaliste, rédacteur en chef de http://www.itinerarium.fr, catholique et UMP« . Ni une ni […]
Itinerarium

Syrie : un entretien vidéo avec Mère Agnès-Mariam de la Croix
Download PDF

Cette religieuse carmélite est franco-libanaise, mais elle réside depuis dix-huit ans en Syrie où elle a fondé le monastère Saint-Jacques le Mutilé et la Maison d’Antioche. La große presse, surtout la dite française, n’a eu de cesse depuis le début … Continue reading →

Lire la suite de l’article, cliquez sur le lien ci dessous…
L’observatoire de la Christianophobie

Débat sur le mariage gay : entretien exceptionnel avec Thibaud Collin
Download PDF

Le philosophe M. Thibaud Collin, auteur des Lendemains du mariage gay (recensé ici) aux éditions Salvator, nous fait l’honneur de répondre à nos questions. Un impact philosophique et intellectuel sur le débat à propos du mariage gay et de ses implications dans la société.

 
Votre ouvrage se place clairement au plan délibératif, …
Itinerarium

Entretien avec l’Abbé Guy Pagès – “Si les gens savaient qu’ils vont en Enfer, ils changeraient de vie.”
Download PDF

Star de l’apologétique catholique sur internet, Abbé Guy Pagès nous fait l’honneur d’un entretien avec lui. Son site Islam et vérité totalise plus d’une centaine de vidéos d’apologétique (présentation des éléments du christianisme) et de critique de l’islam. Voilà un catholicisme combatif, critique, avec force de proposition, tel qu’il nous tarde de le voir se répandre dans nos paroisses.

Les sujets qu’aborde l’Abbé Guy Pagès, confirmé récemment par l’archevêché de Paris, sont délicats, et demandent d’être en capacité d’outrepasser l’épistémè relativiste et la petite censure quotidienne des “antiracistes”. Le combat est donc courageux, et vertueux. Avant d’entamer l’entretien, une propédeutique, qui fait appel à la conscience de chacun :

Aux musulmans : avec ce qui se passe avec l’islam, dans le monde et France, comprenez-vous pourquoi nous sommes inquiets ?

Aux chrétiens : Choisissez bien vos ennemis. L’Abbé Pagès brûle-t-il des chrétiens, des églises, des journaux, voile-t-il intégralement des femmes ? Ou cherche-t-il, au contraire, à déceler et à exposer les causes profondes de ces catastrophes ? N’inversez pas les rôles. Pensez à cette époque glorieuse des Pères où la doctrine catholique s’est peu à peu formée grâce au dialogue et à la lutte contre les hérésies… La parole (et la pensée) y était beaucoup plus libre.

1° Qu’est-ce qui vous a poussé à vous engager dans cette critique de l’islam et dans cette apologétique sur internet ?

Ce qui m’a poussé à m’engager dans la contre-islamisation de notre pays est :
– l’amour de notre grand Dieu et Sauveur, nié et persécuté par l’islam ;
– le souci du salut des âmes qui, trompées par l’Islam, vont en Enfer ;
– et enfin l’amour de notre pays dont l’avenir semble devoir osciller entre guerre civile et république islamique, en raison de l’immigration musulmane, de sa démographie et du devoir de djihad.


2° Le terme d‘islamophobie, n’est-ce pas désormais un mot-censure qui permet de créer un rempart impénétrable à toute critique de l’islam ? Comment le contourner, et engager un débat sain ?

1) Vous avez raison, le terme d’islamophobie désigne aujourd’hui un délit. Autrement dit, il est impensable, contre-nature, et donc punissable, de ne pas aimer l’islam ! C’est arrivé à un point où la justice occidentale s’applique à rendre des jugements conformes à la charia ! (ex : l’Autriche se soumet à la charia ; la charia s’invite dans la justice allemande, etc…)

2) Il faut revendiquer ouvertement son islamophobie ! Si l’on s’en tient à l’étymologie, personne ne devrait pouvoir être condamné parce qu’il a peur… Ou alors il faut aussi condamner les agoraphobes, les kénophobes, et les acarophobes, entre autres peureux ! Mais que l’on sache bien qu’avoir peur n’est pas un péché, et n’est pas contraire au courage. Le contraire du courage est en effet la lâcheté. Le courage implique d’avoir peur, et de vaincre sa peur. J’estime avoir de bonnes raisons d’avoir peur de l’islam.


3° Avez-vous déjà eu des ennuis de quelconque nature à propos de ce travail ?
(s’il y en a beaucoup, n’hésitez pas à les lister…)

1. J’ai commencé par recevoir des menaces de mort, de tortures, et toutes sortes d’injures de la part de musulmans furieux de voir leur idole remise en question. Je suis allé porter plainte à la Police qui n’a d’ailleurs enregistré mes plaintes que très, très difficilement en raison du nombre d’affaires similaires et de l’impossibilité matérielle de les traiter toutes…

2. Mon site “islam-et-verite.com” a été rapidement piraté au point que tout y a été détruit et qu’une seule phrase y était visible : “Islam is the only true religion for the world.”

3. Mais le plus douloureux est la réaction de catholiques déjà islamisés puisqu’islamophiles, en réalité adeptes de la religion républicaine, et pour qui donc toutes les religions se valent et méritent le même traitement. Mon action leur apparaît alors comme profondément scandaleuse parce qu’injuste, source de division et de haine. Ils m’imputent la responsabilité de la haine que précisément je dénonce ! La réaction de ces gens-là est en fait commandée par la peur des réactions que peut provoquer mon apostolat, et auxquelles ils ne veulent pas faire face s’ils se déclaraient solidaires de celui-ci.

4. Mais les vrais ennuis sont certainement encore à venir…


4° Quelles sont les perspectives futures du dialogue entre les religions ?

Il n’y a pas de dialogue entre les religions, mais seulement entre des personnes, et encore moins entre l’islam et toute autre religion, aussi vrai que l’islam, cherchant à singer le christianisme,
– se présente comme la seule vraie religion,
– refuse la réflexion jugée attentatoire à la vérité divine par définition inaccessible à la pensée humaine,
– et qu’il utilise la violence (djihad) comme moyen de s’imposer.


5° Comment vous appropriez-vous les textes de Vatican II à propos du “dialogue” intereligieux, notamment Nostra Aetate, à propos de l’islam et de “sa part de vérité” ?

Il faut noter que :
de façon générale, le concile Vatican II a voulu donner de l’Église un visage aimable pour le monde de son temps, et pour cela s’est abstenu de susciter des polémiques, ce qui limite nécessairement son approche critique, et que de façon particulière, iI ne parle pas de l’islam, mais des musulmans… Nuance ! Et à ce titre, parce que les musulmans sont d’abord des hommes, ils vivent avec des valeurs qui peuvent être naturellement bonnes, ce que met en fait en avant à leur sujet le concile, mais ce qu’il peut y avoir ainsi de bon chez eux n’est pas produit par l’islam, mais par notre commune humanité, qui est par nature religieuse. Il faut bien remarquer que si l’on peut trouver quelque chose de bon dans la civilisation islamique, cela tient au génie des peuples islamisés ayant réussi à sauvegarder non pas grâce à, mais en dépit, malgré, contre l’islam, quelque chose de leur culture propre.

Si donc Vatican II ne parle pas de l’Islam, la raison de son silence est-elle à chercher ailleurs qu’en 2 Co 6.14-18 et 2 Jn 7-11 ?

Je me suis par ailleurs déjà exprimé sur ce sujet ici : http://videos.islam-et-verite.com/media/294-vatican-ii-et-lislam


6° Ne trouvez-vous pas que le christianisme n’a plus cette force de frappe morale et intellectuelle capable de créer des conversions et de proposer un véritable but, notamment pour la jeunesse, en laissant un trou spirituel béant que vient combler un islam qui rassemble autour d’un projet puissant de vie spirituelle et politique ?

Non, il ne faut pas dire que le christianisme n’a plus de force de frappe, ou alors, il faut dire aussi qu’il n’est pas divin dans son principe, qu’il est passager, que le Christ n’a pas “reçu tout pouvoir au Ciel et sur la terre” (Mt 28.20), et que la Croix glorieuse a moins d’attrait que les séductions et mensonges du Prince de ce monde ! Non, le Christ est ressuscité et le ciel et la terre passeront mais Ses paroles ne passeront pas (Lc 21.33). Là encore, il faut bien distinguer le christianisme et les personnes qui l’incarnent…

La vérité est que l’Église est pourrie aux trois quart par l’apostasie multiforme, aussi vrai que rejeter un seul dogme est ne plus avoir la foi du tout, et qu’un seul péché mortel nous rend inapte à toute œuvre surnaturelle. Ce n’est pas sans raison que Jean-Paul II parlait de “l’apostasie silencieuse” de l’Europe (Ecclesia in Europa, n°9)…


Itinerarium

Traduire le site »