Ordination au Nigéria
Download PDF

Nous avons relayé l’annonce puis les photos de l’ordination de l’abbé Charles Ike. Notre confrère Rorate Caeli a relevé que les New York Times dans son édition de dimanche 1er octobre a consacré un article complet au regain de la forme extraordinaire (y compris en Afrique) et à cette ordination en particulier. Autres photos de l’ordination

Le nouveau patron du NYT : un catholique pratiquant…
Download PDF

Le nouveau président-directeur général du New York Times est entré en fonction le 12 novembre. Sujet de Sa Gracieuse Majesté, Mark Thompson, né à Londres en 1957, a été le directeur général de la BBC de 2004 au 17 septembre 2012. Il a fait ses études supérieures au Merton College d’Oxford, un établissement jésuite, et est un catholique pratiquant, désormais ancien paroissien de l’Oratory Church of St Aloysius Gonzaga d’Oxford. Nous allons voir comment ce catholique pratiquant va s’y prendre – ou ne pas d’y prendre… – pour amender – ou ne pas amender… – la ligne éditoriale de ce grand quotidien newyorkais généralement très peu amène pour l’Église et la foi catholiques… Suspense…

 

Comment la presse de gauche s’y entend pour salir un évêque américain
Download PDF

 

À lire certains organes de la große presse américaine de gauche – y compris, malheureusement, des organes mineurs de la presse catholique, notamment le National Catholic Reporter –, comme l’incontournable cathophobe New York Times titrant « L’évêque de Kansas City reconnu coupable de protéger un prêtre pédophile », ou le quotidien Kansas City Star, le “local” de l’étape, « L’évêque Finn coupable », on pouvait penser, la semaine écoulée, en découvrant ces titres en une que Mgr Robert Finn, le très remarquable évêque du diocèse de Kansas City-St. Joseph, avait été condamné par le juge John Torrence du comté de Jackson (Misouri) pour avoir couvert des abus sexuels sur des mineurs commis par un de ses prêtres… Vous parlez d’un choc ! Mgr Finn est, effectivement, passé devant ce juge jeudi dernier sous l’inculpation de n’avoir pas, à deux reprises, signalé un allégué abus sexuel sur mineur. En l’occurrence, il ne s’agissait pas même d’un abus sexuel, au sens pénal du terme, mais d’une infraction commise par le contrevenant. Le tribunal n’a d’ailleurs retenu qu’une seule inculpation, sur les deux, pour laquelle l’évêque a été condamné avec sursis à deux années de « mise à l’épreuve », une sentence immédiatement opposée par le bureau du procureur de l’État, ce qui a, par principe, pour effet d’abandonner les poursuites contre l’évêque et le diocèse, puisque c’est l’État du Missouri qui poursuivait… Tout cela semble un peu compliqué. Bill Donohue, président de la Catholic League, nous aide à y voir plus clair dans un communiqué du 7 septembre intitulé « Examinons la culpabilité de l’évêque Finn »…

« Débarrassons le terrain de quelques mythes. L’évêque Finn n’a pas été condamné pour un crime : il a été jugé coupable d’une infraction, et non coupable pour une autre. L’affaire n’impliquait pas un abus sexuel sur un mineur – aucun mineur n’a jamais été abusé ni touché en aucune manière par le Père Sean Ratigan. L’affaire ne relève pas davantage de pornographie enfantine. Voici ce qui s’est passé.

Le 16 décembre 2010, un technicien en informatique a trouvé des photos d’entrejambes d’enfants mais entièrement habillés, sur l’ordinateur de Ratigan ; il y en avait toutefois une montrant les parties génitales d’une fillette. Le lendemain, Ratigan tenta de mettre fin à ses jours. Le vicaire générale, Monseigneur Robert Murphy, sans même avoir vu ces photos, prit contact avec un officier de police sur cette affaire. L’officier, après en avoir discuté avec un autre flic, déclara qu’une seule photo de nature non sexuelle ne saurait constituer de la pornographie. Après que d’autres photos de ce type eurent été trouvées, un avocat donna un avis identique : ce n’était pas de la pornographie.

Finn demanda alors à un psychiatre d’évaluer Ratigan. Le jugement qu’il reçut de ce professionnel fut que le prêtre ne présentait aucun risque pour les enfants – le psychiatre diagnostiqua que le prêtre souffrait d’une dépression. Finn mit des limitations aux activités du prêtre que ce dernier enfreignit. Quand on sut que Ratigan utilisait de nouveau un ordinateur, on y découvrit des photos encore plus troublantes. Murphy appela alors les flics – Finn n’était pas en ville ce jour-là – et Ratigan fut arrêté la semaine suivante. Hier [jeudi 6 septembre], Finn a été jugé coupable d’une infraction pour n’avoir pas signalé un abus sexuel allégué sur un mineur.

La Catholique League est partisan de sévères condamnations pour les abuseurs sexuels d’enfants, et pour ceux qui couvrent ces abus. Mais nous sommes aussi pour une justice équitable pour tous, et sachant ce qui se passe dans beaucoup d’autres communautés d’autres religions et dans le secteur public, nous estimons que ces condamnations reprises en chœur et prenant pour cible Finn sont aussi malhonnêtes qu’artificielles. »

Voilà comment on écrit l’histoire dans une certaine presse, et même dans une certaine presse “catholique”…

Bill Donohue met en garde contre l’islamisation rampante aux États-Unis
Download PDF

De manière sans doute moins massive qu’en Europe, mais tout aussi insidieuse, l’islamisation progresse aux États-Unis. Le président de la Catholic League, Bill Donohue, avec sa verve et son bon sens habituels, en a abordé le 11 août un nouveau cas assez sidérant.

  • « Dans un article des pages sportives du 11 août du New York Times, on se demande pourquoi un lycée public du Michigan a aménagé les horaires d’entraînement de football pour qu’ils s’adaptent aux joueurs musulmans pendant le ramadan (la plupart des lycéens sont musulmans). Plutôt que de s’entraîner dans la journée, alors que les musulmans jeûnent, les séances d’entraînement ont été décalées plus tard dans la nuit. Pour la seconde année consécutive, l’entraînement se déroule de 11 h du soir à 4 h du matin.
  • Le journaliste sentant que c’était là une manière d’agir hautement inhabituelle pour un établissement public, tente de la rapprocher de situations analogues. Après avoir signalé que “trouver un arrangement entre un sport et une religion a déjà connu de nombreux précédents pour différentes croyances”, il donne trois exemples.
  • Sandy Koufax, qui est juif, a refusé d’être lanceur lors du premier match du championnat national de baseball en 1965, parce que ce match tombait le jour de Yom Kippour. La Brigham Young University, qui appartient à l’Église de Jésus-Christ et des saints des derniers jours [Mormons], n’a aucune manifestation d’athlétisme le dimanche. Et Hakeem Olajuwon, un joueur du Panthéon du basketball, jeûne aussi pendant le ramadan”.
  • Ces trois analogies sont nulles. Personne de la Major League de baseball n’a fait quoi que ce soit pour s’adapter à Koufax : il a simplement décidé de ne pas lancer un jour sacré pour le judaïsme. La Brigham Young est un établissement d’enseignement privé qui décide de ses règles, et donc l’affaire des adaptations à la religion est fallacieuse. Olajuwon comme Koufax sont des gens qui pratiquent leur religion, et ils n’ont ni cherché ni obtenu une quelconque adaptation de qui que ce soit.
  • En d’autres mots, ce à quoi on a affaire ici, c’est un nouveau cas ou le favoritisme pour des musulmans de la part d’institutions publiques veut se justifier comme si c’était un usage ordinaire ».

En prime, avec la traduction de ce communiqué de Donohue, je vous invite à découvrir et à savourer – tant qu’il n’a pas été censuré – une fort courageuse intervention devant un public américain de la psychiatre syrienne Wafa Sultan, aujourd’hui réfugiée aux États-Unis…

 

 

C’est la Semaine Sainte : les foldingos sont à la manœuvre…
Download PDF

Vous ne m’accuserez pas de vous avoir pris en traître. Je vous l’avais annoncé hier : la chasse aux cathos est ouverte. Voici un petit communiqué de Bill Donohue (extraits) de la Catholic League qui va vous en montrer quelques exemples tout chauds :

  • « Lady Gaga, qui reconnaît “ne pas avoir les idées claires en matière de religion”, nous offre l’exemple de son état de confusion religieuse en choisissant de sortir son single “Judas” au cours de ce week-end. Il commence par la phrase : “Je suis amoureuse de Judas”.
  • Des écoliers de 8/9 ans d’une école de Seattle ont été invités à nommer “sphères de printemps” les traditionnels “Œufs de Pâques”. Les bambins ont refusé.
  • Des adultes de Munson Township (Ohio) ont été invité à renommer la “chasse aux œufs de Pâques”, “chasse aux œufs”. Voyons si cette dernière ne sera pas abolie l’année prochaine.
  • Le réalisateur Simcha Jacobovici, qui nous avait amusé voici quelques années avec son canular de la découverte de la tombe de Jésus, est de retour. Il prétend, cette fois, avoir trouvé deux des clous qui ont servi à crucifier Jésus. Il cherche, en vain, à trouver un archéologue qui pourrait le croire.
  • L’évangéliste Rob Bell vient de faire la couverture du Time. La rédaction a raffolé sa conception chrétienne de la “Sainte Cène” : le péché et le mal n’existent pas, il faut remplacer tout cela par sucre et épices et tout va bien.
  • Le canal “History Channel” nous régale d’un “Jésus : les 40 jours oubliés”, qui se fonde sur les “évangiles oubliés”, pas sur les authentiques. C’est chouette de voir qu’on donne plus de poids à des écrits des deuxième et troisième siècles qu’à des textes du premier.
  • Pour le Vendredi Saint, James Frey – ce même type qu’Oprah [Winfey] a qualifié de faussaire – nous présentera son livre Le dernier Testament et la sainte Bible [The Final Testament of the Holy Bible] : il nous y présente Jésus comme un alcoolique vivant dans un crasseux appartement du Bronx, fumant de la drogue, embrassant des hommes et fécondant des prostituées. Frey est agnostique sur la question de savoir si Jésus a jamais travaillé pour le New York Times.
  • Contrairement à nos sceptiques, nous n’élucubrons pas à partir de ces faits. Nous nous contentons de les signaler. »

 

Traduire le site »