Pour l’Année de la foi, dix saints américains proposés comme exemples par les évêques des États-Unis
Download PDF

 

Comment mieux marquer l’Année de la Foi (11 octobre 2012-24 novembre 2013) aux États-Unis que de rappeler à l’attention des catholiques américains ces saints qui l’ont portée et illustrée sur ce vaste continent. C’est ce qu’a proposé, le 15 octobre la Conférence des évêques des États-Unis avec « 10 saints américains pour l’Année de la foi », une liste réalisée par Jeannine Morino avocate canoniste, membre du secrétariat pour l’Évangélisation et la Catéchèse de la Conférence épiscopale et qui a travaillé comme conseillère et postulateur de nombreux procès en canonisation d’Américains. Voici cette liste.

1. Saint Isaac Jogues, S.J. Missionnaire et martyr français né à Orléans (1607), mort décapité à coups de tomahawk par des Iroquois à Auriesville (aujourd’hui dans l’État de New York) en 1646. Canonisé en 1930.

2. Sainte Francesca [Frances] Xavier Cabrini. Missionnaire italienne née en 1850 en Lombardie, décédée en 1917 à Chicago (Illinois), fonda les Missionary Sisters of the Sacred Heart of Jesus pour s’occuper des pauvres, des abandonnés, des illettrés et des malades. Elle est la sainte patronne des immigrants et la première citoyenne américaine à avoir été canonisée (1946).

3. Sainte Elizabeth Ann Seton. Née à New York en 1774, convertie au catholicisme, fondatrice des Sœurs de la charité de Saint Joseph, à Baltimore (Maryland) en 1809, décédée en 1821 à Emmitsburg (Maryland). Canonisée en 1975. C’est la première sainte américaine née sur le territoire des États-Unis.

4. Saint John Neumann. Né en Bohême (alors dans l’empire austro-hongrois) en 1811, prêtre rédemptoriste, quatrième évêque de Philadelphie (Pennsylvanie) de 1852 à sa mort survenue en 1860. A fondé le premier système scolaire diocésain aux États-Unis. Premier citoyen américain canonisé (1977).

5. Sainte Katharine Drexel. Née en 1858 à Philadelphie (Pennsylvanie), missionnaire auprès des Indiens et des Noirs américains, fondatrice des Sisters of the Blessed Sacrament et de nombreuses écoles, elle décède en 1955 à l’âge de 96 ans. Canonisée en 2000.

6. Sainte Mère Théodore Guérin. Née en 1798 à Étables-sur-Mer (Bretagne). Fondatrice des Sisters of Providence à St. Mary-of-the-Woods (Indiana). Créa un réseau d’écoles en Illinois et dans l’Indiana. Décédée en 1856, canonisée en 2006.

7. Sainte Rose Philippine Duchesne. Née à Grenoble en 1769. Missionnaire auprès des Indiens, notamment des Potawatomis. Ouvre la première école pour fille à l’ouest du Mississippi et la première école pour les jeunes Indiens. Décédée en 1852, canonisée en 1988.

8. Saint Damien de Veuster de Molokai. Religieux de Picpus et missionnaire belge né en 1840. Apôtre auprès des lépreux de Molokai (Hawaï). Décède en 1889 de la lèpre qu’il contracta lui-même. Canonisé en 2009.

9. Sainte Marianne Cope. Née en 1838 en Allemagne, arrivée aux États-Unis en 1840. Au service des malades elle s’occupe des lépreux de Molokai. Décédée en 1918, canonisée le 21 octobre 2012.

10. Sainte Kateri Tekakwitha. Née en 1656 dans un village iroquois à Auriesville (aujourd’hui dans l’État de New York). Fille spirituelle des jésuites français. Décédée en 1680 près de Montréal, canonisée le 21 octobre 2012. La première Indienne canonisée.

Trois des dix saints proposés à la vénération des Américains en cette Année de la foi sont nés en France, et deux autres sont des enfants spirituels de Français : Kateri Tekakwitha et Elizabeth Ann Seton, fille spirituelle du serviteur de Dieu Simon Bruté de Rémur, un Breton premier évêque de l’Indiana…

 

Le cardinal Burke à Grenoble
Download PDF

En parcourant, depuis avant-hier, les sites Internet des diocèses de France, pour une recherche qui n’a rien à voir avec mon activité sur Americatho (voir ici), je suis tombé sur une information très intéressante : la visite du cardinal Raymond Burke, préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique, à Grenoble aujourd’hui et demain, à l’invitation de Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-Vienne.

Ce soir, à 20 h 30, en la cathédrale Notre-Dame de Grenoble, le cardinal Burke donnera une conférence sur sainte Rose-Philippine Duchesne, une religieuse de la Société du Sacré Cœur, née à Grenoble en 1769 et qui fut missionnaire auprès des Indiens de Louisiane, du Missouri, du Mississipi puis du Kansas (voir ici).

Demain, dimanche 13 novembre, le cardinal Burke célébrera pontificalement, dans la forme extraordinaire du rit romain, en la collégiale Saint-André de Grenoble et remettra, au cours de la célébration, des reliques de la sainte à Mgr Guy de Kerimel.

Comme je suis toujours d’humeur facétieuse, j’espère pouvoir expédier une belle carte postale de Grenoble à mon ami Nicolas Senèze, journaliste au quotidien La Croix

Renseignements : 04 38 38 00 38 (Maison diocésaine)

Traduire le site »