Du monde pour faire battre NKM

Download PDF

Le mardi dernier, à la permanence de campagne de Jean-Pierre Lecoq, on pouvait reconnaître différentes figures catholiques engagées, prêtes à faire battre NKM, candidate dans la 2ème circonscription de Paris et qui louche très sérieusement vers Macron. Le maire du 6ème arrondissement, candidat divers droite dans la 2ème circonscription, a reçu le soutien de nombreux catholiques de conviction. On pouvait ainsi reconnaître la présence de bloggeurs, de militants ou même de Frigide Barjot, fondatrice de la Manif pour tous, puis de l’Avenir en commun. Outre l’appui d’élus parisiens, Jean-Pierre Lecoq peut compter sur le soutien des réseaux catholiques. La candidature de NKM ne suscite pas l’enthousiasme des électeurs, beaucoup concevant mal une élue au profil “sociétal” dans une circonscription qui reste, malgré tout, traditionnelle.

Rappelons qu’il y a moins d’un an, en juillet NKM avait changé de position sur l’ouverture de la PMA aux couples homosexuels. En effet, elle s’était déclarée favorable à cette perspective, après avoir, selon ses dires, “beaucoup réfléchi”. En effet, elle avait affirmé: “j’ai beaucoup réfléchi, travaillé, j’ai surtout beaucoup consulté, parlé avec les uns et les autres. Je pense que ce n’est pas très logique d’avoir la possibilité de la PMA pour des couples traditionnels, d’avoir la possibilité d’adopter des enfants pour des couples de femmes, et de ne pas avoir la possibilité de la PMA alors qu’en fait, dans un certain nombre de cas, en célibataire, ça se fait quand même. Bref, le refus net d’un point non négociable qui doit faire réfléchir…

3 comments

  1. Françoise

    Vu le manque de valeurs chrétiennes dans hélas ! la majorité de la population, pourrait-on faire valoir auprès des électeurs l’argument FINANCIER ? la PMA coûte des dizaines de milliers d’euros sans résultat garanti et l’avortement remboursé à 100 % aux frais du contribuable ce n’est pas bon marché non plus.

    Pourquoi ne pas faire campagne en faveur de l’adoption plutôt que l’avortement, sans contrepartie financière bien sûr ? Sinon on risque de déraper vers le trafic – l’achat/la vente – de bébés à naître.
    Ce serait parfait pour les couples normaux – homme et femme – mais les couples gays se jetteraient sur cette possibilité, favorisant ainsi la remise de petits innocents à des loups avides du “droit à l’enfant” qui n’existe pas.

    Un débat kafkaïen et peut-être sans solution dans notre société dont les lois récentes constituent un affront envers le christianisme et visent à le faire disparaître.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *