Les communautés chrétiennes conservatrices en hausse aux États-Unis ; les progressistes en chute libre

Download PDF

Depuis l’étude de Dean Kelly parue en 1972, Why Conservative Churches Are Growing (pourquoi les “Églises” – pour mieux dire, les dénominations – conservatrices progressent), la tendance se confirme année après année : les dénominations chrétiennes les plus progressistes voient fondre le nombre de leurs adhérents, tandis que celui des dénominations les plus conservatrices ne cesse de croître.
La 79ème édition pour 2011 (compilant les chiffres de 2010) du Yearbook of American & Canadian Churches, réalisé par Eileen W. Lindner, le confirme amplement. La compilation porte sur 145 838 339 adhérents de différentes dénominations chrétiennes aux États-Unis (un certain nombre d’entre elles n’ont pas mis à jour leurs statistiques depuis l’édition 2010). Comme l’écrit Lindner,

  • « les Églises qui ont enregistré une augmentation de fidèles au cours de ces dernières années, continuent de croître, et celles qui les ont vu diminuer continuent de décroître ».

C’est la même analyse que faisait le 16 février Bill Donohue, le président de la Catholic League, avec un communiqué au titre laconique : « Les [dénominations] progressistes sont en chute libre ».
Parmi les “grandes” dénominations, celles qui ont enregistré une croissance en nombre sont, d’abord, l’Église catholique (68 503 456 membres, + 0,57 %), la Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, les mormons (6 058 907, + 1,42 %), les Assemblies of God (2 914 669, + 1,42 %), les Témoins de Jéhovah (1 132 686, + 4,37 %), et la Seventh-Day Adventist Church (1 043 606, + 4,31 %). Ce sont, toutes, des “dénominations” conservatrices (contre l’avortement ou le “mariage” gay).
Deux dénominations, également réputées conservatrices, voient toutefois le nombre de leurs membres diminuer : la Southern Baptist Convention (16 160 088, – 0,42 %) et la Lutheran Church-Missouri Synod (2 312 111, – 1,08 %). Mais les autres dénominations baptistes ou luthériennes plongent plus profond.
Toutes les autres dénominations libérales, c’est-à-dire progressistes, plongent sans exception : la United Church of Christ (1 080 199, – 2,83 %), la Presbyterian Church USA (2 770 730, – 2,61 %), l’Espiscopal Church – anglicans – (2 006 343, – 2,48 %), l’Evangelical Lutheran Church in America (4 552 868, – 1,96 %), les American Baptist Churches USA (1 310 505, – 1,55 %), la United Methodist Church (7 774 931, – 1,01 %)…
Comme le dit en synthèse Bill Donohue :

  • « Les dénominations dont les enseignements sur l’avortement et le mariage s’approchent le plus des opinions du New York Times et de la NPR [National Public Radio, le réseau “public” de radiodiffusion] sont en chute libre. On dirait que Dieu prend soin des dénominations qui ne traitent pas l’Écriture comme s’il s’agissait d’un texte post-moderne destiné à être déconstruit par les idéologues de gauche. »

4 comments

  1. Pardon, même si on admet l’appellation “églises” pour les communautés protestantes, on doit au moins signaler que les témoins de Jéovah, ne croyant pas à la divinité du Christ et ne partageant pas les Ecritures canoniques, ne sont pas des Chrétiens.

  2. soha

    le seul vrai problème est : quelles doctrines sont véhiculées par toutes des ” dénominations” et où est la Vérité (Jésus Christ,Verbe Incarné et qui accepte son règne historique puis éternel, l’un préparant l’autre et nous préparant à l’autre)…
    C’est à dire: qui est sauvé ou le sera? Mais cela n’intéresse ni les Américatholiques ni les vaticatholiques,on n’en entend jamais parler nulle part, ni dans la grosse presse ni dans la petite, ni chez les criminels, ni chez les crapules ni chez les confusionnistes…C’est pourtant tout l’Evangile ( se perdre/se sauver, accueilir la Seule Bonne Nouvelle/ la rejeter etc)
    Salut Babel, les métissés explosent…

  3. CAROLINE

    effectivement les témoins de jéhovah ne croient pas en la nature divine du Christ. mais celle-ci est un dogme défini par des conciles ultérieurs et n’a aucune référence biblique sûre.
    quand aux mormons, en rajoutant les révélations de Joseph Smith à la bible, il apporte une nouveauté eu “dogme”. C’est bien pire que la tradition de l’Eglise catholique que les protestants nous reproche d’ajouter.
    si la tendance catholique en amérique est de considérer des saints des derniers jours comme des chrétiens à théologie différente, c’est uniquement pour mieux servir la Culture Wars.
    le dogme est bien moins important au XXIe s qu’il ne l’a été dans le passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *