Propos scandaleux de Mgr Bonny: et si on écrivait à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ?

Download PDF

Grâce au site Belgicatho on dispose enfin de l’intégralité de l’entretien donné par Mgr Bonny, dont nous avions parlé (voir aussi le lien suivant). Il ne fait que confirmer la tenue de propos gravement hérétiques, contraires à l’Écriture, à la Tradition et même au Magistère le plus récent. On se contentera des extraits les plus problématiques de cet entretien:

Qu’est-ce qui est selon vous possible à long terme ? L’Église donnera-t-elle sa bénédiction à  des couples croyants holebis ? 

«Personnellement, je trouve que dans l’Église il devrait y avoir plus d’ouverture pour la  reconnaissance de la qualité de fond (en ndls :qualité du contenu, du fond)  d’un couple holebi (note de Riposte catholique: il s’agit de la contraction de l’expression homosexuel-lesbien-bisexuel). Cette forme de vie à deux doit alors répondre aux mêmes exigences que le mariage religieux. Les valeurs de fond sont pour moi plus importantes que la forme institutionnelle. L’Éthique chrétienne défend la relation durable ou l’exclusivité, la fidélité et le soin pour l’autre sont centraux. À côté de cela il y a encore l’ouverture pour la vie nouvelle, ou du moins la responsabilité que les partenaires prennent pour être généreux dans ce que l’on donne aux enfants et aux jeunes. Il faut accepter que ces critères-là puissent être présents dans une diversité de relation et il faut chercher à donner une forme à ces relations. »

Pensez-vous qu’il soit possible que des couples holebis qui ont l’ambition de vivre selon l’éthique de l’Église aient la chance de pouvoir se marier religieusement ?

« Je ne veux pas dénier que la particularité d’une relation homme femme est un élément stable de notre tradition chrétienne. Dans un premier temps, nous allons privilégier cette relation homme femme dont la fécondité peut donner vie à un enfant. Cette relation gardera au sein de l’Église son caractère sacramentel et sa liturgie propre.

Mais cette particularité ne doit pas rester exclusive et n’exclut pas qu’il existe une diversité de relation dont l’Eglise peut reconnaître la qualité fondamentale.

« Nous devons, en effet, chercher une reconnaissance formelle de la « relationalité » présente chez beaucoup de couples holebis croyants. Cela doit-il être une reconnaissance sacramentelle du mariage ? Peut-être que l’Église devrait plutôt réfléchir à la diversité de forme de reconnaissance. Cette discussion est la même pour le mariage civil. En Belgique, il existe le même modèle pour les relations hommes femmes que pour les relations homosexuelles. Mais il existe d’autres possibilités, qui selon moi, sont autant valables. Il n’est peut-être pas nécessaire de mettre toutes les relations dans le même modèle »

Afin que ce soit clair: vous dites que l’Église doit reconnaître formellement les relations holebis ? 

« Comme il existe dans notre société une diversité de cadres légaux pour les partenaires, il devrait également, au sein de l’église, y avoir une diversité de forme de reconnaissance. De cette manière, on s’empêche de tomber dans l’engrenage des discussions idéologiques complexes. Je suis un partisan d’une diversité de formes de reconnaissances qui partent de la pratique pastorale ou de la pensée pastorale plutôt que des discussions de principe. Parce que ces derniers apportent très souvent des différends et génèrent souvent la discorde. Plusieurs grands-parents m’ont expliqué qu’ils étaient contents que j’écrive une  telle lettre.  Ils ne sont pas non plus intéressés par une discussion de principe. Ils veulent  tout d’abord garder leurs enfants et petits-enfants unis, holebis ou pas. Parce qu’ils les aiment tous tout autant. 

« À Noël, ils veulent également inviter leur petite fille avec son amie lesbienne sans que  cela crée des tensions. La vie est à ce point concrète, n’est-ce pas ? Des questions aussi concrètes sont seulement solvables avec beaucoup d’humanité et de compréhension, mais pas avec des discussions de principe. La même dynamique est active dans l’église. La communauté ecclésiale est une grande famille et ma première  préoccupation est de savoir comment favoriser ce réflexe. En effet, je ne veux pas   minimiser la signification des questions doctrinales, mais comme évêque je me reconnais surtout dans ses grands-parents. Moi aussi je veux garder la famille unie. Je veux que tous les membres de la famille continuent à se fréquenter, à fêter Noël ensemble et à former une communauté solidaire.» 

Et si on écrivait à la Congrégation pour la Doctrine de la foi ? Les coordonnées:

Congrégation pour la Doctrine de la Doctrine de la Foi
Palais du Saint Office, 00120 Cité du Vatican
E-mail: cdf@cfaith.va

 

51 comments

  1. C.B.

    “Cette forme de vie à deux doit alors répondre aux mêmes exigences que le mariage religieux.”
    Avec ouverture à la vie dans les rapports conjugaux: pour les “hole” ça paraît un peu bizarre.
    “L’Éthique chrétienne défend la relation durable ou l’exclusivité, la fidélité et le soin pour l’autre sont centraux.”
    Ça paraît une lecture très sélective, d’autant plus si on rapproche ces propos d’un laxisme affiché envers les cohabitants adultérins (dits “divorcés-remariés”). La durabilité semble vite être à géométrie variable.
    Mais quelle signification ce prélat accorde-t-il au mariage catholique???
    “À Noël, ils veulent également inviter leur petite fille avec son amie lesbienne sans que cela crée des tensions.”
    Il suffirait peut-être d’éduquer à ne pas attendre une bénédiction de l’Église pour chacun de leurs gestes… Et si “tenions” il y a, c’est peut-être que la réunion de famille est diversement comprise par les membres de cette famille: suffit-il d’avoir des relations intimes avec un individu pour accéder au statut de “membre de la famille”?
    “Je veux que tous les membres de la famille continuent à se fréquenter, à fêter Noël ensemble et à former une communauté solidaire.”
    Un peu court comme programme pour un homme d’Église: il n’a visiblement pas de foi à proposer, ni même de sacrement à offrir.

  2. Jean-Pierre Delmau

    Que suggérez-vous ? Que chacun écrive directement (chacun ne représente que lui-même…), ou que vous-même écriviez après avoir sondé vos lecteurs ?

      • Hilde Van Cureghem

        Garmon, l’adresse est: Bisdom Antwerpen, Schoenmarkt 2, 2000 Antwerpen, mais je ne suis pas certaine qu’ils vous répondent si vous écrivez en français. La langue officielle à Anvers est le néerlandais, que ce soit pour l’Etat ou pour l’Eglise.

  3. gershom leibowicz

    Il ne s’agit aucunement remettre en cause l’importance du message de l’Eglise relatif à la valeur de l’union indissoluble entre un homme et une femme et il convient de le répéter à temps et à contre temps. Mais l’Eglise ne doit elle pas aussi signifier sous une forme ou sous une autre que Dieu est présent à chaque fois que deux personnes font une alliance de vie aussi précaire , aussi embryonnaire , aussi fragile et bancale soit elle? L’Eglise n’a t elle pas la responsabilité de ne pas ajouter de la souffrance à la souffrance et surtout d’ouvrir des chemins à l’espérance quelque soient les situations de vie?

    C’est sans doute aussi cela qu’à voulu signifier Mgr Bonny. Qu’on ne soit pas d’accord avec lui est tout à fait légitime, mais choisir d’en appeler à l’autorité plutôt que de discuter sur le fond sa position est ce réellement adulte ? En appeler à la délation , plutôt que d’exprimer son désaccord est véritablement fraternel?

  4. garmon

    Peut-être d’abord voir avec des diocésains d’Anvers pour qu’il fassent des reproches à leur évêque ? Peut-être les écoutera-t-il ?

    Dieu vous gare

    Garmon

  5. Crespin-Jeaugeart

    Vous préconisez exactement tout ce qui ne fonctionne plus aujourd’hui dans l’Eglise : la dénonciation.

    Mgr Bonny ne sera pas relevé de ses fonctions, ni convoqué, au contraire, il sera sans doute promus.

    C’est vous qui trouvez cela scandaleux : François lui-même a baptisé un enfant adopté par un couple lesbien et souhaite plus de miséricorde à l’endroit des gays.

    Que cela vous plaise ou non.

    • Shimon

      Le pape François a baptisé un enfant, il n’a pas approuvé ni encouragé une union.
      C’est tout le problème de François: son manque de clarté, son ambiguïté pour aller repêcher les personnes aux périphéries.

      Avec le pape François redisons :
      « l’image de Dieu est le couple conjugal: l’homme et la femme ; pas seulement l’homme, pas seulement la femme, mais tous les deux. C’est cela l’image de Dieu : l’amour, l’alliance de Dieu avec nous est représentée dans cette alliance entre l’homme et la femme. Et cela est très beau ! Nous sommes créés pour aimer, comme reflet de Dieu et de son amour. Et dans l’union conjugale l’homme et la femme réalisent cette vocation sous le signe de la réciprocité et de la communion de vie pleine et définitive. » 
      Redisons le haut et fort et prions pour qu’il soit plus clair et sorte de toute ambiguïté.

      • Christian Favre

        Il n’y a aucune ambiguïté. C’est plutôt que vous n’arrivez pas à comprendre le message du Pape François. Au fond, il n’y a rien de compliqué, c’est le message de Jésus. Salutations distinguées.

        • garmon

          Message ironique

          Quand il était pape, Jésus-Christ abandonnait 99 brebis fidèles pour aller aux périphéries chercher la centième…. On l’a tué.

          Aucune autre solution pour l’Église que de jouer son va-tout, serrer les rangs, de battre la chamade, d’aller à l’assaut du monde. Les derniers temps approchent et de grands combats. Avec d’autres mots, c’est ce que dit notre pape.

          Dieu vous garde.

          • Frankie

            Réponse ironique !

            Quand le Christ était pape il affermissait ses brebis dans la foi ! Il ne les scandalisait pas ni ne les mettait dans le doute ni ne les divisait ! Il en prenait soin ! Un seul discours et aucune ambiguïté ! Il rendait les routes droites et pas scabreuses !

            François disperse le troupeau qui lui a été confié ! François est dur avec les faibles mais condescendants avec les puissants ! Tout le contraire du Christ !

            Que Dieu nous protège en effet d’un pape qui plaît tellement aux médias aux athées et aux hérétiques !

  6. debonvouloir

    Nous appartenons au seul Dieu et à l’unique religion qu’Il a fondée hiérarchique en confiant à “Pierre” la mission de conduire l’Eglise.

    Je ne vois pas à quel titre et en vertu de quoi, en 2014-15, le simple “fidèle” que je suis, se donnerait l’audace de signaler son incurie au Préfet de l’ex “Saint-Office”, en lui montrant mon déplaisir de sa mollesse à la tête de son dicastère, et implicitement du jugement peu sûr du “glorieux Pape régnant” qui l’a nommé dans la fonction.

    …Au bout du bout, je me demande comment je garde cette vertu de Foi qui m’oblige affectueusement à rester dans ce corps de l’Eglise, à respecter son fonctionnement hiérarchique en principe incomparable d’efficacité pour réaliser le salut des âmes.
    Je me demande aussi pourquoi je continue de regarder avec commisération l’oeuvre diabolique de la société républicaine, démocratique, qui pour exister doit constamment s’aligner sur le plus petit dénominateur commun de ses membres comme si Dieu, Sa sainte religion instituée épouse mystique du Christ, le Décalogue, n’existaient pas.

    l’Eglise n’étant pas le “Titanic”, mais quand même ! çà commence à faire beaucoup trop d’eau à l’intérieur depuis la Réforme, les “Lumières”, la Révolution répandue à travers le monde dans l’Institution République depuis la France nation de son “Fils aîné”, les “ralliements” à la République (vitrine politique de la Révolution de l’Homme Autonome -sans Dieu-) et enfin VATICAN II pour “couronner” LE TOUT.

    Le Préfet de l’ex “Saint-Office” participe de la chute libre de l’Eglise, de l’apostasie qui a envahi l’Eglise… voyant ce que je vois, j’en conclus que parmi les Princes de l’Eglise aussi, il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas. voir.

  7. A bien lire le texte, aucun doute que ce monsiggnore soit en service pour François et Kasper, en préparation des mentalités.
    Ecrire à la Congrégation pour la Doctrine de la Doctrine de la Foi est donc inutile.
    Mieux vaut se préparer au schisme qui va surgir du Synode de 2015…

    • Courivaud

      en effet, nous ne sommes pas loin du schisme…et l’on doit s’y préparer, en espérant tout de même qu’il arrivera le plus tard possible.

  8. Hervé Soulié

    C’est une bonne idée en effet qu’une telle lettre.
    Il m’arrive de penser cependant que si Bonny se permet d’exprimer une telle opinion, c’est qu’il s’y sent encouragé par un discours qui vient de plus haut que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

    • Frankie

      Cher Frère !

      Relisez le catéchisme de l’Eglise catholique vous y trouverez des textes clairs et limpides !

      Il me semble que de tout temps l’Eglise accueille sans fair de distinctions !

      Elle n’accueille pas le péché qu’elle dénonce et qu’elle combat ! Toute personne qui se repent et renonce au péché trouve toujours une porte ouverte et une oreille compatissante !

      Le Christ ne dit-il pas a la femme adultère : moi non plus je ne te condamne pas ! Va et ne pèche plus !

    • Shimon

      Sans doute le Christ a-t-il dit à la femme adultère “moi non plus je ne te condamne pas” mais il a dans le même mouvement ajouté le plus important “va et désormais ne te fourvoie plus”. Prétendre tenir compte de la première partie sans en même temps tenir compte de la seconde, n’est-ce pas trahir son exemple?

    • Onclin

      @Frankie
      Tout à fait d’accord, et d’accord avec vos autres réactions. C’est certainement « l’épée de l’Esprit Saint » qui vous anime « Frankie » le « vrai » et certainement pas « l’épée de l’esprit saint polyèdre » définit par ce Pape.
      Bonne continuation.

  9. Hilde Van Cureghem

    En écrivant à la Congrégation pour la doctrine de la foi, il faut bien prendre soin de demander une monition canonique formelle à l’égard de Mgr Bonny, avec déposition et excommunication s’il ne se rétracte pas.

    • Christian Favre

      ‘Oui, allez… On appelle le commissariat des affaires religieuses pour se débarrasser de cet évêque qui nous dérange…’

      Madame, nous ne sommes pas encore dans un pays islamique!!!

      Je respecte votre opinion, mais aussi l’avis de l’évêque d’Anvers. Il n’est pas déjà en train de marier des couples gays ou lesbiens. Il participe simplement à un débat ouvert depuis longtemps au sein de l’église. Menacer d’excommunion toute personne qui se permet d’exprimer un avis divergent, c’est une impertinence.

      Salutations distinguées.

  10. Struyven

    Je lui conseillerais juste de bien relire sa Bible et surtout d’aller relire le Catéchisme de l’Eglise Catholique.
    Ce sont, en effet, des propos hérétiques. Et c’est ce modèle qui représente un berger pour toutes les âmes en perdition ?

  11. oplontis

    Si Rome était saine et un recours possible, ça se saurait… Même sous Jean-Paul II ce genre de recours était inutile…. Alors aujourd’hui, pensez-donc…

  12. Nostradmus

    À Mgr Bonny,
    Monseigneur, vous comme moi, comme le président Obama et même le pape, nous sommes tous nés de la rencontre d’un homme et d’une femme (fut-ce dans une éprouvette). Il n’y a pas d’alternative. Un seul père et une seule mère.
    Tout enfant a droit, évidemment, à la vie depuis sa conception jusqu’à sa mort naturelle. Mais en outre tout enfant a le droit d’être aimés de ses parents et il a le droit aussi de connaître ces parents.
    On peut bien se construire un monde fantasmé, fantasmagorique et irréel, à plusieurs pères et plusieurs mères, on se heurtera toujours à une réalité non modifiable, qui poursuivra certains jusqu’à la mort.
    On peut bien voler un enfant à ses parents pour le donner, ou mieux le vendre, chaque enfant reste le fils ou la fille de son père ET de sa mère.
    Voulez-vous donc que l’Église bénisse le rapt d’enfant, la traite d’êtres humains et l’esclavagisme ?

  13. Harvey

    La pensée unique liberticide repose sur un postulat qu’il est interdit de remettre en doute, même à la marge : « il est impossible de vivre sans sexe » ; « celui qui ne baise pas est un malade ».
    C’est évidemment un déni flagrant de la réalité. Même sans considérer les moines et moniales chrétiens, ni même les moines et moniales bouddhistes, Il y a autour de nous combien de personnes heureuses vivant bien leur célibat sans sexe.
    Mais il n’est vraiment pas facile d’échapper à la société de consommation, qui poursuit chacun jusque dans la marchandisation de la sexualité. Tout, absolument tout doit être l’objet d’un profit possible pour avoir le droit d’exister dans la pensée unique. Gare à celui qui ose remettre en question les dogmes matérialistes de consommation ; Il doit être éliminé (moyennant finance, bien entendu).

  14. Shimon

    Permettez-moi, Monseigneur, de ne pas séparer l’amour de ma femme de l’engendrement que nous avons ensemble voulu ; permettez-moi de considérer que je puis manifester mon amour autrement que sexuellement et permettez-moi encore de considérer la sodomie comme une ignominie, comme une crasse cause de nombreuses maladies.

  15. Shimon

    Permettez-moi encore, Monseigneur, d’ajouter que mon fils, ma bataille, est avec ma fille, le sens de ma vie.  Avec mon épouse, permettez-moi Monseigneur de vous dire que, parce qu’ils sont l’incarnation de notre amour et la chair de notre chair, nous les aimons passionnément. Permettez-moi encore, Monseigneur, de constater que je n’aurais pas pu avoir ce fils et cette fille avec un autre homme ; que ces enfants voulus et conçus ensemble, ma femme n’aurait pas pu les avoir avec une autre femme. Dieu a béni notre union selon ses plans.

    • Shimon

      A faire le grand écart entre indiquer une voie juste et montrer de la compassion pour l’égaré, la brebis perdue, le drachme égaré, il est très difficile de ne pas tomber dans la schizophrénie. L’association des contraires est hautement acrobatique.

      • alex

        cette fausse compassion n’est que le partage homosexualiste du déni de la pathologie homo: pathologie retirée de la liste des maladies classées par l’OMS seulement en 1991, c’est ça le progrès!
        Avant 1991, la pensée unique section OMS reconnaissait ce trouble comportementale comme pathologie.

  16. apobrod

    Le Dieu des surprises
    «Un cœur qui aime la loi, parce que la loi est de Dieu», mais «qui aime également les surprises de Dieu», parce que sa «sainte loi n’est pas une fin en soi»: c’est un chemin, «c’est une pédagogie qui nous conduit à Jésus Christ». C’est ce que le Pape François a invité à demander au Seigneur dans la prière. Au cours de l’homélie, le Pape s’est arrêté surtout sur le passage de l’Evangile de Luc (11, 29-32) dans lequel Jésus apostrophe les foules qui se pressaient en masse pour l’écouter comme «une génération mauvaise» parce qu’elle «demande un signe». Selon l’Evêque de Rome, «il est évident que Jésus parle aux docteurs de la loi», qui «souvent dans l’Evangile» lui demandent «un signe». Le Pape a donc exhorté à s’interroger sur le motif pour lequel les docteurs de la loi ne comprenaient pas les signes des temps, en invoquant un signe extraordinaire. Et il a proposé plusieurs réponses: la première est «parce qu’ils étaient enfermés. Ils étaient enfermés dans leur système, ils avaient très bien établi la loi, un chef d’œuvre. Tous les juifs savaient ce que l’on pouvait faire, ce que l’on ne pouvait pas faire, et jusqu’où on pouvait aller. Tout était établi». Mais Jésus les déroute en faisant des «choses étranges», comme «aller avec les pécheurs, manger avec les publicains». Et, aux docteurs de la loi cela «ne plaisait pas, c’était dangereux; la doctrine que eux, théologiens, avaient élaborée au cours des siècles, était en danger». La deuxième réponse à l’interrogation initiale doit être reconduite au fait qu’ils «avaient oublié qu’ils étaient un peuple en marche. Et quand on est en marche, on trouve toujours des choses nouvelles, des choses que l’on ne connaît pas. Et ils devaient assumer ces choses dans un cœur fidèle au Seigneur, dans la loi». Mais, dans ce cas également, «un chemin n’est pas absolu en soi, c’est le chemin vers un objectif: vers la manifestation définitive du Seigneur». Du reste, toute «la vie est un chemin vers la plénitude de Jésus Christ, lorsque viendra la deuxième fois. C’est un chemin vers Jésus, qui reviendra dans la gloire, comme l’avaient dit les anges aux apôtres le jour de l’ascension». En somme, a répété le Pape François en répétant les paroles du passage évangélique, «cette génération cherche un signe, mais aucun signe ne lui sera donné, sinon le signe de Jonas»: c’est-à-dire «le signe de la résurrection, de la gloire, de l’eschatologie vers laquelle nous sommes en marche». C’est pour cette raison que Jésus les qualifie de «génération mauvaise», dans la mesure où ils «n’ont pas compris que la loi qu’ils conservaient et aimaient était une pédagogie à l’égard de Jésus Christ». En effet, «si la loi ne conduit pas à Jésus Christ, si elle ne nous rapproche pas de Jésus Christ, elle est morte». D’où la consigne finale de réfléchir sur ce thème, de s’interroger sur deux aspects, en se demandant: «Suis-je attaché à mes possessions, à mes idées, enfermé? Ou suis-je ouvert au Dieu des surprises?».
    Questions que devraient se poser tous ceux qui pensent détenir la vérité!!!

    • alex

      L’ homosexualité est un péché, une maladie, elle est illégale car elle ne conduit pas du tout au Salut, à Dieu.
      La Loi selon Dieu signifie cela… et l’aimer, c’est d’abord la pratiquer dans la charité divine.

      Alors un commentaire hors-sujet de 10 pages sur votre Dieu des surprises ne changera pas Dieu ni ses commandements, désolé.
      En plus toute la Révélation précédent et préparant la venue du Messie a été l’Ecole de la Vie, de la Vérité, de la Charité, écolé accomplie par Christ-Jésus.
      Le Christ n’a pas pris chair par surprise, ni n’a promis des surprises de sa part et celle de Dieu, IL n’a pas la doctrine des surprises mais celle de la voie sûre du Salut.

      la “génération mauvaise” qui attend des signes=surprises de Dieu s’applique à françois-copain-du-monde et à tous ses suivistes et suiveuses les plus traitres de l’identité qu’ils ont volé, qu’ils bafouent, méprisent, et manipulent à leur fin clientélistes raccoleuses, vaines, zéro.

      Votre Dieu des surprises vient de Mac Donald’s et ses pochettes surprises pour séduire les clients, c’est ce dieu du Loto et autres finasseries du monde pour Captiver les esprits:
      cette manipulation mentale de dieu=surprises est minable, fausse et totalement infondée.

      Quand vous aurez compris qu’appartenir à la Vérité, c’est ne pas la trahir, c’est ne jamais mentir, alors vous comprendrez que vous n’êtes pas de Dieu, ni à Lui, mais encore à vous-mêmes et petite cervelle éhontée.

  17. apobrod

    Vous devez être a plaindre pour déverser autant de mépris, de haine….Vomir ainsi sur ceux (majoritaires) qui ne pensent pas comme vous n’est pas un signe de bonne santé !!!!
    Mes hommages, Monsieur “j’ai tout bon Moi”!!!

    • Frankie

      Êtes-vous sûr qu’une majorité de personnes pense comme vous ?

      Je n’en suis pas persuadé ! Si cela devait être le cas, cela signifierait que l’ignorance crasse sur ce que’est la foi catholique progresse.

      Et si c’était le cas personne ne prendrait position contre les propos tenus par ce Mgr.

      Si vous relisez le blog vous verrez plutôt une majorité de personnes se positionner de manière claire contre les errements de ce prélat.

      Les idées du monde creusent encore plus facilement leurs sillons ! Votre réquisitoire en est la preuve !

      Il est normal sans haine et sans vomissements de prendre désormais de plus en plus position pour défendre tant la doctrine que le magistère !

      Dans cet Occident si hostile à la Vérité et à Dieu, nous donnons de la voix pour défendre l’héritage que nous avons reçu depuis 2000.

    • alex

      et vous , vous avez la majorité pour vous donc “tout bon pour vous” !!
      la haine du péché, du mal et du mensonge, c’est le préalable à la vraie charité dans la vérité.

      seulement, le monde, ses amis dont vous memes haissez la charité divine maniestée dans la vérité de Dieu.
      alors oui les courards, les tièdes comme vous, je leur vomis dessus naturellement sans me forcer.

      • apobrod

        PAPE FRANÇOIS
        MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
        MAISON SAINTE-MARTHE
        (L’Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 38 du 18 septembre 2014)
        Ces sots de chrétiens
        Être chrétien signifie être « un peu sots », tout au moins selon la logique mondaine. Et en aucune façon autoréférentiels, au point que nous ne réussissons à rien faire seuls et, précisément pour ne pas nous effrayer, la grâce de Dieu vient à notre secours. Ce sont les lignes fondamentales de la vie chrétienne, axée sur la nouveauté de l’Évangile qui renverse les critères du monde, qui ont été reproposées par le Pape François. En invitant à lire et à relire, même quatre fois si nécessaire, le sixième chapitre de l’Évangile de saint Luc — la liturgie du jour proposait en particulier les versets 27-38 — le Pape a rappelé que Jésus nous a donné « la loi de l’amour : aimer Dieu et nous aimer comme des frères ». Il nous demande tout d’abord d’« aimer ». Et nous nous demandons « mais qui dois-je aimer ? ». Il nous répond « vos ennemis ». Ainsi, surpris, nous demandons une confirmation : précisément nos ennemis ? « Oui » nous dit le Seigneur, précisément « nos ennemis ! ». Ensuite, il nous demande aussi de « bénir ceux qui nous maudissent ». Et de ne pas « prier » seulement « pour ma mère, pour mon père, mes enfants, la famille », mais « pour ceux qui nous traitent mal ». Et de « ne pas refuser à celui qui te demande » quelque chose. La « nouveauté de l’Évangile » consiste à « se donner soi-même, à donner son cœur, précisément à ceux qui nous veulent du mal, qui nous font mal, à nos ennemis ». On lit dans le passage de Luc : « Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le pareillement pour eux. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on ? ». Ce serait un simple « échange : tu m’aimes, je t’aime ». Tout ce raisonnement de Jésus conduit à une forte conclusion : « Aimez, en revanche, vos ennemis. Faites du bien et prêtez sans rien espérer. Sans intérêt. Et votre récompense sera grande. Et ainsi, vous serez des fils du Très-Haut ». Il est donc évident que « l’Évangile est une nouveauté difficile à faire avancer ». En un mot, cela signifie « suivre Jésus ». L’imiter. Jésus ne répondit pas à son Père « j’irai et je dirai quatre mots, je ferai un beau discours, j’indiquerai la voie et puis je reviendrai ». Non, la réponse de Jésus au Père est : « Je ferai ta volonté ». Et en effet, dans le jardin des Oliviers, il dit au Père : « Que ta volonté soit faite ». Ainsi, « il donne sa vie non pour ses amis » mais « pour ses ennemis ! ». La vie chrétienne telle que nous la présente Jésus semble vraiment « une sottise », a fait remarquer François. Saint Paul lui-même, du reste, parle de la « folie de la croix du Christ qui n’a rien à voir avec la sagesse du monde ». C’est pourquoi, « être chrétien est, dans un certain sens, devenir sot ». Et « renoncer à cette malice du monde pour faire tout ce que Jésus nous dit de faire. Et si nous faisons les comptes, si nous faisons un bilan, il semble en notre défaveur ». Mais « la voie de Jésus » est « la magnanimité, la générosité, se donner soi-même sans mesure ».
        Comprenne qui pourra!!
        Que Dieu protège Notre Pape François

        • Frankie

          Et quand notre Seigneur a-t’il justifié l’homosexualité ? L’adultère ?

          Que Dieu Protège François de ses errements qui sèment la discorde et clivent notre Église !

          Et qu’il nous protègent des hérétiques qui se trouvent en son sein !

    • Frankie

      J’ajoute que se taire serait une forme de trahison ! La barque de Pierre tangue par la volonté des divers Kasper Marx Forte et Fernandez, princes de l’église, porte-voix de la révolution bergolienne !

  18. Courivaud

    Je crois que la situation est mûre pour écrire un excellent commentaire critique sur les débuts de pontificat de François 1er, sans être malveillant, et sans être papolâtre non plus.

    Après tout, le nombre d’incidents et de maladresses au Vatican portant sur des sujets sensibles que les papes précédents maîtrisaient mieux, même en période post-conciliaire, ne cesse de se multiplier. Le principe d’autorité est plus que jamais bafoué.
    à quand cet article DE FOND (d’une longueur dépassant 20 lignes) dans “Riposte catholique” pour qu’il mérite son nom ?

  19. Nico

    Il est étonnant de la part d’un homme d’église que ces propos soient exclusivement de nature humaine sans aucune référence au divin.
    Quelle crédibilité un pasteur peut-il avoir en parlant de couple s’il présente lui-même l’église comme étant infidèle au Christ et à sa parole ?
    Ensuite, on ne s’étonne plus de voir les églises se vider.
    Vouloir tout accepter sous prétexte d’éviter les conflits porte un nom : “la lacheté”. Ce n’est pas vraiment ce que l’on demande aux chrétiens :
    “Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous.” Matthieu 5.11

    • Shimon

      J’ignore quelle est la sexualité de Monseigneur. Peut-être a-t-il lui la plus grande difficulté avec la chasteté et la continence.
      Si c’est le cas, comment s’étonner de son immense bienveillance pour les couples à qui la chasteté pose problème, les infidèles et adultères, les égarés dans des voies de travers?
      S’il na pas de problème personnel avec la chasteté pourquoi supposer à priori que lui, il soit meilleurs que d’autres, que d’autres ne pourraient pas suivre sa voie?

      Il faut toujours et toute circonstance, ainsi que l’a fait le Christ, montrer sans se lasser la voie du salut personnel, mais il faut aussi sachant que nous sommes tous faibles et pécheurs éviter de jeter la pierre le premier.
      Hypocrite, ne vois-tu pas la poutre ans ton œil?

  20. Voici, au fond, la seule vraie question: Homosexualité: Est-ce un péché?

    Certes, dans le début de son épitre aux romains, St Paul condamne clairement les pratiques homosexuelles.
    Certes, fondamentalement et pour des raisons biologiques évidentes, si tous les êtres humains devenaient homosexuels cela mettrait en péril la survie même de l’espèce. En effet on a jamais vu les gays se reproduire entre eux.
    Il n’est pas faux de dire que l’homosexualité est intrinsèquement orientée vers la mort.
    Il va de soi que si nos parents avaient été homos, nous ne serions pas là pour en parler aujourd’hui…Nier cela est commettre un affront contre le bon sens.
    L’homosexualité est essentiellement contre nature et cela dans le présent comme dans le passé. L’homosexualité idyllique « acceptée » dans l’antiquité est une contre vérité et un mythe entretenu par les lobbies gays. Socrate n’a-t-il pas été exécuté justement (en partie) pour cette raison ?
    Toutefois, en ce qui concerne la notion de « péché » les choses se compliquent un peu.
    En réalité le péché « homo » semble pouvoir être dégradé en 4 phases.

    Premier phase.

    C’est celle de l’héroïsme.

    La personne est homosexuelle mais se bat contre ses tendances, elle ne « pratique » pas, elle souffre en silence, vit dans la solitude. Dans ce cas on ne peut bien évidement pas parler de péché. Bien au contraire, elle a quelque part un comportement héroïque.

    Deuxième phase.

    C’est la phase de la lâcheté.

    Ici, la personne certes « pratique », mais pratique en silence et dans le plus grand privé. Elle est trop faible pour résister mais en même temps elle souffre de son état.
    Il y a sans doute ici déjà l’amorce d’un péché mais d’un péché qui je crois est loin d’être le pire.

    Troisième phase.

    C’est celle du « outing »

    C’est l’état où les choses sérieuses commencent. Ici l’individu se ment à lui-même. Non seulement il pratique mais pour échapper à un sentiment de culpabilité il l’annonce haut et fort, il fait comme si son état était normal.
    Par le biais d’une fausse sémantique il nomme le « mal » « bien » et le « bien » « mal ». Pour échapper à ses propres ténèbres il veut rendre ténébreux l’univers entier. C’est la phase de l’éthique »à la carte ». Une éthique non transcendantale dont le seul but est de se justifier en évacuant tout sentiment de culpabilité. C’est la phase de la « culture de mort ».
    Le niveau du péché ici appartient au mystère de Dieu.

    Quatrième phase.

    La phase du veau d’or.

    C’est peut être la pire.
    Elle concerne ceux qui n’ont même pas l’excuse d’être homos eux-mêmes mais qui dans un faux amour déraciné de toute vérité, dans une fausse tolérance, s’agenouillent devant l’autel de l’esprit du temps. Ce sont les « eternels lâches «, ce sont ceux qui étaient nazis quand la majorité était nazi en Allemagne, ce sont ceux qui étaient staliniens quand la majorité des intellectuels français d’après-guerre était stalinienne, ce sont ceux qui maintenant sont pour le meurtre légal des enfants « à naîtres » quand tous le monde est pour l’avortement. Ce sont ceux qui sans être directement concernés, pour rester tranquille, pour gagner leur petit fric, pour conserver leur petite gloire, rampent devant le veau d’or du moment.
    Oui, ce sont peut être eux les pires.

    Enfin, il est important de souligner que depuis les récent débats en France nous savons qu’environ 50% des gays eux-mêmes sont contre la légalisation du « contre Dieu et nature » mariage homo.
    50% des gays sont ils homophobes ?
    Nous savons aussi que la majorité des membres des mouvements contre l’avortement sont des femmes.
    Ces femmes sont elles misogynes ?
    Le débat sur le mariage gay, de même que celui sur l’avortement, touche au plus profond de l’éthique humaine concernant le rapport que l’être humain a avec la vie et bien évidement éclate les petits antagonismes habituels.
    La diabolisation comme fasciste, misogyne ou homophobe de tous ceux qui refusent le diktat du politiquement correct, est juste une ruse pour écraser le débat et révèle le vrai visage de la dictature culturelle (fruit du complot fondamentaliste féministe international) qui telle une immonde toile d’araignée planétaire étouffe chaque jour un peu plus la liberté de penser.
    In fine, avec la légalisation du mariage homo, c’est un peu comme si on disait à Dieu : « tu as crée la vie, pour cela tu as inventé cette magnifique relation sexuelle entre un homme et une femme pour assurer la continuation de l’espèce. Mais voilà, nous ne sommes pas intéressés et nous te rendons les clefs de la vie en légalisant un état orienté vers la mort.
    Et cela, c’est une attaque frontale contre Dieu.
    A tous pécheur miséricorde (tendance homosexuelle)
    Mais pas de miséricorde pour le péché (légalisation du mariage homo)
    Le mal a toujours existé. La nouveauté avec la culture de mort, c’est qu’elle nomme le mal bien et le bien mal.
    La légalisation du meurtre légal des enfants non nés et du mariage gay sont essentiellement le signe de la culture de mort qui caractérise notre époque et annonce les temps apocalyptiques.
    Toucher à la vie, toucher à la création, c’est attaquer Dieu frontalement.

    Le Seigneur ne laissera pas faire.

  21. Bruno

    Encore un sage et un intelligent… qui se fourvoie. Heureusement que le Seigneur dans ses rencontres -et oui, l’
    Esprit de Sainteté existe- nous convainc de péché,de justice et de jugement et qu’il nous guérit ( ou pas tjrs comme nous nous attendons) et qu’il nous transforme.Et Dieu que son Amour est Bon! Amen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *