Summorum Pontificum n’a pas été au menu de la CEF

Download PDF


Qu’à cela ne tienne ! Les catholiques attachés à la forme extraordinaire du rite romain organisent un 2e colloque
pour l’Unité Catholique
, intitulé “La forme extraordinaire du rite romain : une chance pour l’Eglise !
Une journée autour du Motu Proprio Summorum Pontificum pour en comprendre les
enjeux, dresser un bilan, échanger sur les réussites
et les difficultés, voir les perspectives possibles pour réussir l’Unité
Catholique.

Cette journée se tiendra samedi 14 novembre de 10h à 19h au
Palais des Congrès de Versailles
, 10 rue de la Chancellerie (Versailles Rive Gauche). Entrée libre, garderie assurée.

10h à 12h30
:

– les communautés traditionnelles
se présenteront puis répondront, dans une table ronde, à la question : “que vous apporte et qu’attendez-vous du Motu
Proprio ?

14h à 18h :
Luc Perrin fera un bilan du Motu Proprio en France et à l’étranger, chiffres à
l’appui

– 4 demandeurs de messes selon la forme extraordinaire dans leur diocèse témoigneront de leur action
– Table ronde “l’accueil du Motu Proprio dans les diocèses” avec François
Foucart, longtemps chroniqueur religieux sur France Inter, l’abbé Cambon, Official du diocèse de Cahors, un ou deux représentants des communautés traditionnelles, Olivier de Durat, Président de
ND de Chrétienté et Michel Tauran, d’Una Voce France. 

– Table ronde “le Motu Proprio : quel avenir ?” avec le Père
Laurent-Marie Pocquet du Haut-Jussé, Jean-Pierre Maugendre, Président de Renaissance Catholique, l’abbé Chanut, Philippe Oswald, directeur de Famille Chrétienne et un invité
surprise.

Marie-Alix Doutrebente, l’une des organisatrice, explique :

Le pape a initié un processus d’unité à laquelle il nous appelle tous :
il est évident qu’en organisant cette journée, nous voulons faire connaître la forme extraordinaire et montrer combien elle est sanctifiante pour les fidèles qui la pratiquent… […]
L’objectif poursuivi, c’est la nécessaire réconciliation entre tous les catholiques. Pour le reste, à la grâce de Dieu…
“.

Les évêques de France enverront-ils des représentants ?