Du nouveau dans l’affaire Schönborn-Sodano

Download PDF


Voici ce que déclarait hier
l’agence
Vatican Information Service:

Benoît XVI a reçu ce matin le Cardinal Christoph Schönborn, OP, Archevêque de Vienne et Président de la
Conférence épiscopale autrichienne, qui avait demandé à pouvoir lui exposer la situation de l’Eglise locale. Le Cardinal, précise un Communiqué de la Salle de presse du Saint-Siège, “désirait
préciser le sens de ses récentes déclarations sur des aspects de la discipline ecclésiastique, sur la Secrétairerie d’Etat actuelle, sur le Secrétaire d’Etat de Jean-Paul II ou sur son
prédécesseur à l’archevêché de Vienne”.

  “Dans un second temps, le Cardinal Tarcisio Bertone, Secrétaire d’Etat, et son prédécesseur le
Cardinal Angelo Sodano, Doyen du Sacré Collège, ont été introduits de manière à écarter certaines équivoques nées de certains propos du Cardinal Schönborn, lequel a tenu à s’excuser pour les
interprétations qui en ont été faites. A ce propos, il faut rappeler que toute accusation portée au sein de l’Eglise à l’encontre d’un Cardinal relève de la stricte compétence du Saint-Père. Les
diverses instances ecclésiastiques n’ont que voix consultative, et dans le respect du respect des personnes. Par ailleurs, l’utilisation du mot jacasseries a été à tort interprété comme un
irrespect envers les victimes d’abus sexuels, alors que le Cardinal Sodano nourrit la condamnation et la compassion mêmes qui ont été plusieurs fois exprimées par le Pape. Les propos du salut
pascal rendu au Pape par le Cardinal, qui étaient tirés de l’homélie papale du Dimanche des rameaux, faisaient référence au courage qui ne se laisse pas intimider par les jacasseries des opinions
dominantes”.

Je doute que ce “rabibochage” en présence du Pape ait suffi à rapprocher les deux cardinaux, mais en tout cas,
cette visite du cardinal-archevêque de Vienne est assez curieuse (tout comme le cardinal-archevêque lui-même qui, tantôt est un prélat de pure obédience “ratzingerienne”, tantôt sape, volens,
nolens, l’autorité pontificale comme dans l’affaire de Mgr Wagner, poussé puis lâché par Mgr Schönborn). Sans doute aura-t-elle prochainement des suites inattendues…