Un cardinal injurie des séminaristes

Download PDF

Sur le site de la Congrégation pour le Clergé, dirigée par le très “franciscain” et très influent Beniamino Stella – créé cardinal par le pape François en 2014 –, est publiée une relation de la dernière assemblée plénière de Congrégation du 1er juin dernier, qui s’est tenue à la Curie générale de la Compagnie de Jésus. Dans cette relation, se trouve ce passage, qui reproduit les paroles mêmes du cardinal Stella, dirigeant les travaux de la plenaria :

« En relation avec les différents aspects de la formation déjà traitée en référence avec la ratio [la ratio fondamentalis pour la formation des séminaristes du 8 décembre 2016], je voudrais également souligner le cas des séminaristes “traditionalistes”, qui ne sont pas sans poser des problèmes, d’abord à leurs formateurs, et ensuite à leurs les évêques après leur ordination. On doit donc soigneusement examiner une “rigidité”, dont le Saint-Père nous a parlé ce matin, avec une fixation sur une image passée de l’Église, de même que sur les apparences extérieures, ce qui est particulièrement visible dans le domaine liturgique. Il n’est pas rare que cela révèle des personnalités narcissiques et vaniteuses, ainsi qu’une tendance à “fuir” les devoirs pastoraux concrets, pour se réfugier dans un intimisme et dans les formes d’un passé que ces séminaristes n’ont d’ailleurs pas connu et qui n’appartient pas à leur vie réelle ».

Mais qui est-il pour juger ?

69 comments

  1. Ecossais

    Tout ce qui excessif est dérisoire
    Le Pape n’a t’il pas demandé aux Évêques de veiller sur leurs séminaristes comme la prunelle de leurs yeux.
    En se laissant aller a ces insultes, le Cardinal Stella révèle la fébrilité romaine faisant en quelque sorte écho aux excès de langage dont le Pape est coutumier.
    Très inquiétant.

  2. Théo

    Le Cardinal Stella, pur produit de Vatican II sur lequel il fait une fixation. Démodé autant qu’un soixanthuitard, vaniteux, rigide et prétentieux et dont la caractéristique toute conciliaire est de fuir ses devoirs pastoreaux. Les conciliaires, comme ils ont vandalisé nos églises, la liturgie et relegué le Christ, sont responsables de la déchristianisation de la France et de l’Europe qui ne fait que s’accentuer. Nos enfants, ils en ont fait des ignorants, heureusement qu’il y a encore des prêtres catholiques pour s’occuper d’eux dans nos écoles “traditionnelles” !
    C’est vraiment désolant que notre Pape en ait fait un cardinal ! Comme si nous n’étions pas assez entourés de gens venimeux et anti chrétiens. Les catholiques sont les plus persécutés. La source du mal vient aussi du Vatican.
    Prions pour nos courageux séminaristes, nous avons tellement besoin de saints prêtres.

  3. Pierre d'Alger

    Le cardinal Stella livre la vision de l’Eglise telle qu’elle prévaut dans ses instances dirigeantes, celle qui voit dans Vatican II un modernisme salutaire et subit le recul du catholicisme comme un phénomène fatal, rationnellement inexplicable, dû à la prégnance des derniers vestiges de la tradition. La démarche déconstructive suit finalement la marche du monde occidental dans le domaine sociétal et le magistère est acculé à des contradictions entre les définitions de la charité et de la vérité. Il faut comprendre sa consternation et sa douleur de devoir souffrir l’incarnation du désaveux de son engagement, probablement sincère, dans les réformes conciliaires. Il rappelle d’ailleurs la prééminence des œuvres sur le culte de Dieu, l’essentialisme de l’intégration au monde sur celle du Royaume. Certains seraient pas loin de faire de l’Eglise essentiellement une organisation humanitaire, ouverte à toutes les autres confessions où la liturgie serait une sorte de cérémonie esthétique minimaliste, une concession à la tradition. Le comble de la tolérance et du relativisme conduit finalement à accepter l’erreur, sauf dans son camp. Terriblement humain et touchant.

    • Courivaud

      Touchant n’est pa le mot conclusif qu’il faut utiliser mais “déplorable” puisqu’il s’agit d’un reniement envers Jésus-Christ et Ses promesses.
      Franchement, est-ce que les “conciliaires” croient à Son retour et au Jugement dernier ?

  4. Guillaume

    Scandaleux.

    Et scandaleux que le pape laisse dire de pareilles choses, et d’autant plus inquiétant qu’en fait, cela ressemble fort à certains propos du pape lui-même.

    Cette façon d’incriminer des séminaristes dans leur personnalité profonde et en recourant à des expressions quasi-médicales, est proprement ignoble, oui ignoble, en même temps qu’à l’opposé le plus radical qui puisse être de l’Evangile!

    Ce qui est, par ailleurs, insoutenable, c’est de voir la mollesse générale des clercs comme des laïcs, qui, à de très rares, et très éminentes exceptions près (dont les posts dans ce blog offrent d’heureuses illustrations), restent impavides face à de telles horreurs qui se produisent dans l’Eglise. Mais ils n’ont pas le droit de rester impavides ainsi. Ce silence assourdissant face à l’odieux est condamnable. Ils doivent s’unir pour dénoncer ces comportements actuels au sommet de l’Eglise. En disant cela, je ne juge certes pas les personnes, car on ne peut savoir si elles se comportent ainsi par manque de jugement, par indifférence, par ambition qui les porte à se rapprocher du manche, ou pour toute autre raison. Mais le péché d’omission est ici très grave. Car l’Eglise est en perdition.

    .

  5. ViveJésus

    Cardinal Stella a été ordonné par le sulfureux Mgr Orchampt (co-consécrateur) et ayant choisit le secrétaire particulier de Mgr Orchampt pour être son second à la Congrégation pour le Clergé. Ses propos du 1er juin sont de l’Esprit du monde.

  6. Xavier S.

    Au n°124 du Catéchisme à l’usage de tous les diocèses de Belgique (1954), on lit : “Y -a-t-il dans l’Eglise catholique romaine un miracle perpétuel ? – Oui, il y a dans l’Eglise catholique-romaine un miracle perpétuel :
    le fait qu’elle subsiste et poursuit son oeuvre féconde, malgré les persécutions, les schismes et les hérésies, malgré les faiblesses de ses membres, PARFOIS MEME DE SES SUPERIEURS.”
    En reprenant le thème de la rigidité (développé par le pape François) et le fait que certains séminaristes “se réfugient dans un intimisme et dans des FORMES D’UN PASSE QU’ILS N’ONT PAS CONNU”, démontre que ce cardinal ignore (ou veut ignorer) ce qu’est le bien de l’Eglise. Le fait qu’il essaye de détruire de bonnes vocations et que ces jeunes tradis sont pour lui des gêneurs, dévoile qu’il n’a pas vraiment la foi catholique et que l’Esprit-Saint ne l’habite pas. C’est très grave pour un cardinal responsable des séminaristes et du clergé du monde entier.

  7. Delmau

    A lire de telles réactions, on se demande si certains prélats ne trouvent pas que le nombre des séminaristes est encore trop élevé, et les pratiquants encore trop nombreux…

    • Hanz

      189> C’est cela qu’ils devront être. Mais le bien et le mal à venir ont leur racine dans le présent. Les avalanches commencent par un flocon de neige. Un prêtre indigne, impur, hérétique, infidèle, incrédule, tiède ou froid, éteint, fade, luxurieux, fait dix fois plus de mal qu’un fidèle coupable des mêmes péchés et entraîne beaucoup d’autres au péché. Le relâchement dans le Sacerdoce, l’accueil de doctrines impures, l’égoïsme, l’avidité, la concupiscence dans le Sacerdoce, vous savez où cela débouche : dans le déicide. Or, dans les siècles futurs, le Fils de Dieu ne pourra plus être tué, mais la foi en Dieu, l’idée de Dieu, oui. Ainsi s’accomplira un déicide encore plus irréparable parce que sans résurrection. Oh ! il pourra s’accomplir, oui. Je vois… Il pourra s’accomplir à cause des trop nombreux Judas de Kériot des siècles à venir. Horreur !…

      Tome 10 page 153 du poème de l’Homme Dieu…

  8. Charles

    Rigidité est une litote.
    Orgueil démesuré, plutôt, dont ils n’ont pas conscience, soutenus par des laïc souvent plus intégristes qu’eux !
    Ils sont un scandale face à l’unité voulue par Jésus (jn 17, 21)

    • Courivaud

      À ce compte là, ces séminaristes ne sont pas les seuls.
      C’est cette manière de disqualifier publiquement des jeunes qui ont pris le risque de leur vie pour Jésus-Christ qui est odieuse

  9. allegrovivace

    Ils pratiquent la fuite en avant au-dessus du vide, et accélèrent l’allure.

    Leur temps est compté, leur disparition biologique est en cours (puisque leurs séminaires sont quasiment vides comme leurs églises sont de plus en plus désertées).

    Ils descendent l’escalier, nous le montons.
    Le temps viendra où nous les croiserons. Nous réglerons alors les comptes de telle sorte qu’ils descendent les marches comme précipitamment…

  10. TM

    Désolé, mais à l’expérience, ces propos sont parfaitement exacts. Quand on dit “Il n’est pas rare”, cela ne veut pas dire que c’est toujours le cas. D’où la nécessité d’un discernement. Et de fait, certains soucis excessif d’esthétique sont aussi souvent liés à des personnalités homosexuelles. Ne prenez pas les cardinaux pour des naïfs. Ils savent parfois de quoi ils parlent.

    • dudesert

      TM .
      Hi hi hi . Vous êtes drôle ! Le goût de l’esthétisme dans la liturgie n’est pas lié à un problème d’homosexualité . Quelles sont vos preuves ?.quand on dit : il n’est pas rare ” cela suppose que c’est assez fréquent pour que cela se remarque.
      Quand à la notion de “rigidité ” , c’est un faux débat . Dieu est immuable et donc sa loi aussi. Vouloir changer la loi de Dieu trop rigide et mal adaptée à l’évolution du monde , c’est dire que Dieu doit changer ….

  11. Hervé Soulié

    Sinistre Stella !
    Et dire qu’il est de ceux qui choisiront le successeur de François Bergoglio….
    Le fumet d’une certaine forme de corruption de la foi chrétienne entoure ce monsieur Beniamino Stella, comme il baigne de plus en plus l’entourage du pape.
    Mais l’heure de la Justice viendra.

  12. Guillaume

    Scandale de la part de ce Cardinal , et scandale tout autant de la part de ceux qui prennent sa défense, car ils soutiennent le scandale .

    Heureusement, comme toujours, la lecture des textes du jour, comme par hasard, mais comme c’est, merveilleusement, toujours le cas, nous apporte les raisons de demeurer sereins. Cette raison de demeurer serein, c’est que nous savons donc que, toujours, justice sera rendue.

    “Vous verrez de nouveau qu’il y a une différence entre le juste et le méchant, entre celui qui sert Dieu et celui qui refuse de le servir. Voici que vient le jour du Seigneur, brûlant comme la fournaise. Tous les arrogants, tous ceux qui commettent l’impiété, seront de la paille. Le jour qui vient les consommera…- dit le Seigneur -., il ne leur laissera ni racine ni branche. Mais pour vous qui craignez mon nom, le Soleil de justice se lèvera: il apporter la guérison dans son rayonnement” (Malachie, 3, 13, 20-a ).

  13. de la croix Guy

    Mais comment êtes vous encore étonnés… ce lamentable cardinal a été choisi par l’hérétique qui l’a nommé justement pour faire ce qu’il fait sur les ordres de Bergoglio.. mais comme disent certains ci dessus il va devoir s’enfuir ou sera terrassé par le Démon qui le possède..; sauf miracle pour qu’il se mette enfin à genoux et demande ^pardon à l’Eglise pour tout le mal qu’il a fait et fait encore aujourd’hui …

    • Courivaud

      S’y habituer ?
      Sûremenr pas, quand il s’agit du “siège de Pierre” !
      Remarque défaitiste mais non surprenante “à droite” ( celle des marcheurs de la LMPT par exemple).

  14. Abbé ARBEZ

    Il exerce son discernement en tant que responsable ecclésial. C’est l’Eglise qui appelle et non pas les candidats qui s’imposent. Les supérieurs de séminaire ont les mêmes exigences et les mêmes priorités pour les futurs prêtres.
    beaucoup de commentaires sont excessifs.

    • Jean-Paul

      Comment peut-il exercer son discernement sur des séminaristes qu’il n’a jamais vus ? Sur quelle base les juge-t-ils ? J’ai vu le cardinal Stella à la manoeuvre sur un dossier très précis et il s’est comporté comme un prêtre indigne.

    • Gaston

      CATÉCHISME CATHOLIQUE D’APRES ST THOMAS D’AQUIN,Disposé suivant le plan du CATÉCHISME DU CONCILE DE TRENTE.A l’Usage des Catéchismes,des institutions religieuses et des fidèles avec un choix de nombreux traits historiques.Par M.L’ABBÉ V. BULTEAU,Aumônier d’un Établissement Public.
      Ouvrage approuvé par Mgr l’Archevêque de Tours,Mgr l’Archevêque d’Avignon et Mgr l’Évêque d’Orléans ,M.l’Abbé Er. Bourret,professeur à la Sorbonne.NOUVELLE LIBRAIRIE CATHOLIQUE.VICTOR SARLIT,LIBRAIRIE-ÉDITEUR.1866.t.II.p.281,a écrit:

      Mais ce n’est pas assez que l’Église de Jésus-Christ soit Apostolique par sont origine,elle doit l’être aussi par sa doctrine et par son autorité.Toute société chrétienne qui ne saurait montrer son uniformité en ces deux points avec les Apôtres,serait bâtarde,illégitime,et privée de la vie de Dieu.

    • Ecossais

      Encore faut-il que le discernement soit éclairé par l’Esprit Saint ce qui exclut de fait les propos non bienveillants du Cardinal Stella.
      C’est Dieu qui appelle, l’Eglise n’est que médiatrice.
      Dire que tous les supérieurs de séminaires ont les mêmes exigences et mêmes priorités pour les futurs prêtres est bien entendu extrêmement contestable, sinon pourquoi tant de séminaristes délaissent t’ils les séminaires diocésains (enfin le peu qu’il reste en France!) pour se tourner vers des séminaires plus traditionnels?

    • Hervé Soulié

      L’aplatissement de beaucoup de clercs devant les dérives du pape Bergoglio est lui aussi excessif.
      Un peu de discernement, mais surtout de courage, seraient là aussi bienvenus.

    • em

      Vous oubliez, Mr l’Abbé, le droit canon concernant les fidèles (les séminaristes étant encore des laïcs) !
      N’a t -on pas le droit de mener sa vie dans le sens de nos convictions. Ces garçons ont eu des familles qui les ont élevés dans les affinités spirituelles qui sont reconnues pas l’Eglise non, et elles sont nombreuses ces affinités lorsqu’on regarde le nombre de communautés que l’Eglise abrite en son Sein.
      Qu’un supérieur de séminaire fasse le discernement nécessaire avant l’ordination des séminaristes c’est sa fonction et sa responsabilité MAIS qu’il prétende juger ces garçons et les prêtres de Tradition selon SES critères à lui (visiblement selon la modernité de vat.II) c’est simplement leur faire injure et ne pas respecter le Droit Canon il me semble !
      Que Dieu, qui protège notre liberté de choisir notre façon de le rejoindre, les protège des hommes d’église aussi peu respectueux comme cet évêque.
      Vraiment ce pontificat est plus diviseur que rassembleur.
      Il est utile d’aller annoncer l’Evangile du Christ vers les périphéries MAIS il serait bon de ne pas diviser les brebis du Coeur de l’Eglise !

    • Gaston

      Saint Pie X et le Serment (1910) contre le Modernisme qui déclare :
      Quatrièmement, je reçois sincèrement la doctrine de la foi transmise des apôtres jusqu’à nous toujours dans le même sens et dans la même interprétation par les pères orthodoxes ; pour cette raison, je rejette absolument l’invention hérétique de l’évolution des dogmes, qui passeraient d’un sens à l’autre, différent de celui que l’Eglise a d’abord professé. Je condamne également toute erreur qui substitue au dépôt divin révélé, confié à l’Epouse du Christ, pour qu’elle garde fidèlement, une invention philosophique ou une création de la conscience humaine, formée peu à peu par l’effort humain et qu’un progrès indéfini perfectionnerait à l’avenir.

      On en est vraiment loin avec l’influent Beniamino Stella !..

  15. Connaissez-vous le nombre de prêtres en Europe sans paroisse et qui ont déjà écrit à ce fameux cardinal Stella sans réponse? Si vous avez la chance de recevoir sa réponse, elle ne peut être que menaçante, INJURIEUSE, une réponse aux propos inquisiteurs! Au lieu de résoudre le problème posé, il en crée d’autres en vous rappelant votre passé, le but étant d’édulcorer le problème posé et de couvrir ses protégés évêques homosexuels qui harcèlent les prêtres et les séminaristes sérieux, respectueux de l’Evangile! Je suis heureux que vous l’ayez compris maintenant! Qu’est-ce que le Vatican? C’est un pouvoir, sexe, argent: ni Dieu ni Satan! Je suis rentré en Afrique en 2012, j’ai vu que beaucoup de prêtres qui ont été humiliés en Europe ont leurs propres paroisses sans aucun lien avec un évêque ni avec le Vatican, car certains CLERCS ont confisqué l’Evangile, ils en ont fait un pouvoir de domination et de mépris des faibles. L’Eglise que Jésus a prêchée est définie dans les actes des apôtres 2, 42-46: prière, écoute de la parole de Dieu, accueil de l’autre, partage et solidarité pour qu’aucun membre ne manque de rien, joie et simplicité. Mais combien de séminaristes et prêtres dont la vie a été détruite par les évêques et les cardinaux, et qui se retrouvent sans paroisse ni revenu, sans assurance maladie ni assurance chômage et assurance vieillesse? Ne soyons pas surpris par les révélations dans les médias sur la souffrance qu’endurent les prêtres de la part de leur propre Eglise! Notre combat pour purifier l’Eglise continue…Le cardinal Stella l’apprendra bientôt!

    • Ecossais

      Merci Jean pour ce témoignage qui en dit long sur la façon dont certains Évêques traitent notamment les prêtres “venus d’ailleurs” comme ils disent non sans un certain mépris.
      Vous remarquerez que ce sont les mêmes prélats qui prônent l’accueil inconditionnel et sans limites de l’étranger, a condition bien sûr qu’il ne soit pas prêtre catholique!

  16. iris

    Le cardinal Stella est l`un des plus proches, et influents, conseillers du pape, ce qu`il a dit ne fait que refléter la pensée du pape qui a souvent exprimé son peu de considération et respect pour les séminaristes et jeunes prêtres “traditionalistes” .

  17. Iris

    “Il exerce son discernement en tant que responsable ecclésial. “

    Dénigrer des séminaristes le seul défaut desquels, mais défaut apparemment rédhibitoire, est d`être “traditionalistes” serait-ce exercer son discernement?
    C`est une bien étrange manière de considérer ce qu`est le discernement du Préfet de la Congrégation du clergé!

  18. Henri,

    Excessifs?
    A supposer même que certains commentaires le soient, comme il est dit plus haut, qualifier ces commentaires d’excessifs, c’est déjà admettre qu’il y a une part de vrai dans les commentaires. Et c’est déjà grave vu le sujet qui est grave.

    De fait, ce qui est grave, c’est que ce Cardinal se permet de juger, jusqu’à injurier, des personnes, alors que seuls les actes peuvent être jugés.Guillaume dit cela fort bien.

    Et la défense que certains veulent faire du Cardinal élude cela. Oui il est bien normal que l’Eglise appelle ses prêtres en exerçant un discernement. Mais pour autant, non, on ne peut accepter qu’elle injurie ceux à qui elle ne souhaite pas confier la mission de prêtre.

    Certes, c’est bien de faire montre de bienveillance et de défendre l’Eglise, et une telle inspiration est tout à l’honneur de ceux qu’elle habite. Mais attention. La bienveillance vis-à-vis du mal dans l’Eglise confirme celle-ci dans ses erreurs. Bienveillance vis-à-vis des personnes, et vis-à-vis de l’Eglise et de ses responsables, oui, mais bienveillance vis-à -vis de ses erreurs manifestes et de ses fautes, là où il y en a, non.

    Il y a au sein de l’Eglise un syndrome du silence qui est coupable.Comment ne pas voir que notre chère Eglise est entrée dans une période de folie et de violence. Des signes nous en sont donnés, qui devraient pourtant nous alerter: On ne peut d’autant moins négliger ces signes que des preuves directes de l’erreur à l’oeuvre dans l’Eglise nous sont données par le constat des hérésies promues au plus haut niveau de l’Eglise, et par des comportements inacceptables comme celui de ce Cardinal qui pratique l’injure.

    Combien de signes de ce que l’Eglise est en pleine folie et en plein désarroi folie faudra-t-il encore accumuler pour que les yeux s’ouvrent, et que la vérité soit dite au grand jour?.

    Les temps sont tels que l’option de la bienveillance, toute inspirée de bonnes intentions qu’elle soit, peut devenir gravement coupable, comme objectivement complice du mal dans l’Eglise.

  19. Rascol

    Curieux, curieux lecteurs de RC…Un cardinal émet un doute sur l’orthodoxie d’une encyclique : il a sûrement raison. Un autre cardinal emet un doute sur l’aptitude de certains séminaristes à devenir pasteurs d’âmes : c’est un scandale ! Bon: la barque de Pierre en a vu d’autres.

    • Iris

      Mais quelle drôle de comparaison!
      Les Dubia, adressés au pape et restés sans réponse, concernent la doctrine et trois Sacrements, font suite à la confusion crée par les interprétations diverses et opposées de Amoris laetitia , les paroles du cardinal Stella, le Préfet de la Congrégation du clergé, sont, quant à elles, très offensives pour les personnes , il dénigre des séminaristes dessinant d`eux un portrait psychologique qui ne fait que révéler son mépris et son irritation.

      • Rascol

        Trois evêques français ont du démissionner ces dernières années, officiellement pour “raison de santé”, en réalité parce qu’ils etaient mal adaptés à cette mission. Le cardinal a raison d’estimer que la charge pastorale nécéssite un discernement. Il n’y a pas lieu d’écarter un jeune de la prêtrise à cause de ses opinions un peu “tradis” : en revanche , s’il est incapable d’être le pasteur d’un troupeau qui ne partage pas ses options, là, ça pose problème.

        • Joel

          “s’il est incapable d’être le pasteur d’un troupeau qui ne partage pas ses options, là, ça pose problème.”

          Vous avez raison: exigeons la démission imméditate de Mgr Fonlupt!

    • Ecossais

      Les dubias n’ont jamais injuriés le Pape c’est là toute la différence, différence que bien sûr vous ne voulez pas reconnaître: curieux vraiment curieux…

      • Rascol

        Les “dubia” n’injurient pas le pape, comme le cardinal Stella n’injurie pas les séminaristes: il porte peut-être un jugement peu nuancé ou même injuste mais il ne les injurie pas.

        • Ecossais

          Définition du Larousse
          Injure:Parole qui blesse d’une manière grave et consciente.
          De toute évidence c’est bien ce dont il s’agit concernant les propos du Cardinal Stella

        • Iris

          Et de nouveau vous tombez dans des comparaisons surréalistes, oui, il ne vous en déplaise, le cardinal Stella injurie des séminaristes qui selon lui sont superficiels, attachés aux apparences extérieures ( et à une Eglise pour lui morte et enterrée) , souffrant de rigidité et pourvus de personnalités narcissiques et vaniteuses, excusez-moi du peu, il ne manque que le trouble mental et là il aurait été totalement fidèle à la pensée que le pape à déjà exprimé par le passé.
          Une attention, la sienne, très partiale , qui révèle son parti pris, qui est celui du pape, il s`attaque à un groupe de séminaristes tout en taisant, par exemple, les problèmes, réels ceux-là, posés par le comportement de certains séminaristes, notamment à Rome, objet de scandales vite étouffés.
          Nier que les propos de ce cardinal soient irrespectueux, visant un groupe en particulier et seulement lui, est nier l`évidence.

    • Courivaud

      Vous n’avez pas noté l’aspect discriminatoire des accusations – pire, des insinuations – portée à l ‘encontre de ces jeunes séminaristes qui pourront difficilement se défendre vis-à- vis de ce prélat ?
      Quel rapport avec la démarche des “dubia” ?

  20. Michel

    A Rascol,

    Vous faites un faux parallèle. Les Cardinaux qui ont émis un doute sur l’orthodoxie d’Amoris Laetitia ont eu raison car l’hérésie y est de fait présente, la démonstration irréfutable peut en être faite. Le Cardinal Stella tient au contraire un propos tout à fait condamnable, et l’on ne peut vous suivre dans la défense que vous en faites.

    Dire, comme le fait le Cardinal Stella, que les “séminatistes traditionnalistes ne sont pas sans poser des problèmes d’abord à leurs formateurs et ensuite à leurs évêques après leur ordination”, c’est affirmer quelque chose pour tous, et non pas, comme vous le dites, émettre un doute pour certains d’entre eux. Le:”On doit donc soigneusement examiner une rigidité” qui suit, avec cette formulation quasi-médicale, clinique, qui a de quoi faire frémir, s’applique à tous, en raison de leur appartenance commune au groupe des séminaristes traditionnalistes. Dire enfin qu’ au sein de ce groupe, “il n’est pas rare” que le comportement de ses membres révèle des “personnalités narcissiques et vaniteuses” etc, c’est dire que cela est fréquent parmi eux.La formulation en négatif n’atténue rien, au contraire, la fausse délicatesse de l’euphémisme ajoute au caractère méprisable et affreux du propos.

    Ne voyez-vous pas que le discrédit ainsi jeté sur des personnes, et jeté sur elles au plus profond, presque médicalement, en raison de leur appartenance à un groupe, a quelque chose d’horrible? Se laisser aller à une telle attitude n’a-t-il pas un nom?

    Et lorsqu’on apprend que de tels propos sont tenus par un Cardinal qui sort tout juste d’un entretien avec le pape, on a vraiment de quoi frémir.

    Alors, Rascol, vous nous dites, avec bonhomie et sagesse, en évoquant la barque de Pierre, que l’Eglise en a vu d’autres dans son histoire. Peut-être, et malheureusement, sans doute.Mais est-ce une raison pour détourner les yeux, sans rien dire, ou en minimisant, lorsque l’on observe quelque chose de grave dans l’Eglise? Si on aime l’Eglise et si on la respecte, on a au contraire le devoir de le relever, discrètement d’abord, au grand jour ensuite si cela devient nécessaire lorsque cela persiste, pour contribuer à ce que remède y soit apporté.

    Guillaume a raison dans son premier post ci-dessus. Il y a aujourd’hui dans l’Eglise, à de trop rares, mais heureusement éminentes, exceptions près, une loi du silence qui devient très grave, dès lors que l’on est entré dans une période folle, les signes en étant multiples, le comportement de ce Cardinal en étant un parmi mille autres, de déraison et de violence.

  21. Heiner Wahlberg

    Tous ces commentaires favorables à l’accueil des séminaristes affichant un goût pour la tradition parce qu’ils sont immatures et potentiellement pédophiles, ça fait peur. On se demande pourquoi autant de commentateurs veulent à tout prix détruire l’Eglise.

    Mgr Stella n’a jamais “insulté” aucun séminariste. Il a prononcé des paroles mesurées, voire en deça de la vérité.
    Révéillez-vous !

    • Courivaud

      Même lorsque l’on vous donne l’intégralité du texte qui atteste de ces propos malveillants, vous dites qu’il n’a pas eu insulte et vous donnez accroire aux lecteurs qu’ils ont mal lu : jésuitisme comme dans les “Provinciales” ou trollisme ?

    • Iris

      Donc si j`ai bien compris les séminaristes et donc les prêtres qui “affichant un goût pour la tradition”( quelle horreur) sont ” immatures et potentiellement pédophiles, “, apprécieront le quart des prêtres ordonnés en France en 2017 qui sont issus des rangs traditionalistes, les prêtres de la FSSP et des autres communautés religieuses.
      Il est bien triste, mais symptomatique et révélateur, de lire des commentaires de ce type, en espérant qu`il ne s`agisse que d`un troll!

  22. Rascol

    @Michel, les accusations d’hérésie dont vous parlez sont parfaitement réfutables, sinon comment expliquer que les thèses d’Amoris Laetitia aient été initiées par la majorité d’un synode des évêques ? Pour ce qui est des séminaristes aux opinions traditionalistes, il n’y a pas de raison de les récuser, sauf s’ils s’avèrent incapables de porter la charge pastorale d’un troupeau qui ne partagerait pas certaines de leurs options: on peut aimer célébrer dans le rite extraordinaire mais on a pas le droit de l’imposer à ceux qui veulent célébrer le Seigneur dans le rite ordinaire de l’Eglise. De même la prédication doit tenir compte de tous les enseignements de l’Eglise, qu’ils plaisent ou non au prédicateur.

    • fg

      L’hérésie aryenne s’est répandue grâce aux évêques qui l’ont embrassée dans leur immense majorité: heureusement, les laïcs de cette époque ne sont pas tombés dans le panneau. Ce n’est pas parce qu’un synode montre de la complaisance pour certaines thèses que celles-ci sont irréfutables.
      Vous accusez d’autre part, sans apporter d’éléments étayant vos accusations, que ces séminaristes occultent volontairement des enseignements de l’Eglise et obligent les fidèles à assister à la forme traditionnelle, alors que la réalité est inverse (la forme ordinaire est accessible dans toutes les paroisses, et il faut faire des dizaines de kms pour trouver une messe tridentine, qui n’est souvent célébrée qu’une fois par mois.
      Dernier détail: on ne “célèbre pas le seigneur” à la messe, on réactualise son sacrifice.
      Allez poster sur Libé ou l’Huma, vous vous y sentirez en famille.

    • disappointed

      Admettons que le cardinal a vraiment dit cela (parce qu’on s’enflamme souvent pour des déclarations qui n’en sont pas… et on ne s’en aperçoit que lorsque les commentaires acides que tout cela suscite ont accru les divisions dans l’Eglise). Donc, si cette déclaration est authentique:
      a) Il est regrettable qu’un cardinal s’exprime de cette manière.”Stigmatiser”, comme disent les personnes dans le vent, telle catégorie de séminariste, n’est ni courtois, ni intelligent, ni charitable, tout simplement parce que pareille déclaration aggrave le problème que son auteur dit avoir l’ambition de résoudre.
      b) L’aggravation provient d’abord du manque de Charité. Le manque de Charité fausse l’intelligence du problème puisque, si des séminaristes de la sensibilité “stigmatisée” peuvent effectivement poser des problèmes et, en particulier, celui-là, d’autres séminaristes de cette sensibilité, eux, ne posent pas du tout de problèmes tandis que, parmi les séminaristes pas traditionalistes le narcissisme fait aussi des dégâts.
      c) Je suis “payé pour le savoir”, du moins si je puis dire, puisqu’on m’a demandé d’appartenir bénévolement à une commission dont la mission est de suivre tel séminariste rencontrant et créant d’importantes difficultés. Tout ce que dit Rascol existe bel et bien mais les cas de non-tradis frappés par le narcissisme existent aussi. Hélas de tels cas se retrouvent encore chez de jeunes prêtres. Tel non-tradi, épris d’art, de musique en particulier, confond sa paroisse avec une scène de concert vers laquelle doivent monter les applaudissements vers le grand artiste qu’il imagine être. Tel tradi divise sa paroisse en imposant la forme extraordinaire du rite romain sans discernement (par exemple, en un autre lieu et à un autre horaire cela n’aurait pas divisé ou, en tout cas, cela aurait seulement suscité les récriminations des hargneux patentés dont les protestations finissent par vous attirer des soutiens tellement elles sont lassantes pour la majorité). Or, étrangement, le même jeune prêtre ne manifeste pas d’intérêt pour les catéchismes (c’est surprenant mais ça existe), si bien qu’une partie des paroissiens, prête à lui accorder sa confiance même si l’établissement de la forme extraordinaire ne lui semble pas une priorité, cette partie des paroissiens est donc si dépitée par l’absence d’intérêt pour les catéchismes, que son dépit, même s’il n’augmente pas les divisions, ne les diminue pas non plus et contribue à entretenir une ambiance néfaste.
      Ces lignes ont pour seule ambition de contribuer à poser un problème très grave pour l’Eglise, d’inviter à essayer de l’analyser de manière plus complète, de souhaiter qu’on trouve des solutions, d’espérer qu’on s’unira dans la prière à cette intention.

  23. Michel

    A Heiner Wahlberg

    Traiter les séminaristes traditionnalistes de rigides pour la totalité d’entre eux, et, pour un grand nombre d’entre eux, de narcissiques et de vaniteux, cela n’est pas injurieux, selon vous?
    Et ce que vous en dites vous-même, en les traitant d’immatures et de potentiellement pédophiles, ce n’est toujours pas injurieux? Ni pas du tout méprisant? Ni pas du tout haineux? Stupéfiant!!!!!!!

    A Rascol

    Vous faites tout ce que vous pouvez pour défendre le Cardinal Stella, mais vous ne pouvez y arriver qu’en enjolivant singulièrement son propos. Car ce que vous dites vous-même, et ce que vous mettez dans la bouche du Cardinal est parfait. Mais c’est très différent de ce que dit ce dernier, qui porte un jugement sur les séminaristes traditionnalistes valant pour tous et non pas seulement une partie d’entre eux lorsqu’il les qualifie de rigides au sens médical du terme, et surtout qui porte un jugement non, en tout cas pas seulement sur leur aptitude à l’exercice dans les meilleures conditions, de la prêtrise, mais bien sur les personnes mêmes, traitées de rigides pour tous et de narcissiques et de vaniteux pour beaucoup. Ce discrédit jeté sur des personnes en raison de leur appartenance à un groupe est, je n’hésite pas à le redire, odieux, et c’est porteur de violence et de haine. oui, c’est très grave, et ne doit pas être toléré. Voyez d’ailleurs ce que cela sème: les voilà maintenant de potentiellement pédophiles.

    Comment expliquer, demandez-vous par ailleurs, que les thèses d’Amoris laetitia aient été initiées par la majorité d’un synode des évêques, si elles devaient être porteuses d’hérésie? Mais vous mettez le doigt là sur une manipulation honteuse du synode. Premièrement, la majorité a été obtenue au forceps à la moitié des voix plus une,on imagine toutes les pressions qui ont du être exercées pour aboutir à ce résultat ric-rac. Mais deuxièmement, ce résultat ric-rac a été obtenu pour un texte dans lequel le mot communion a été supprimé, car en l’y laissant la majorité n’aurait pas été obtenue.
    On connait la suite. Le mot communion a fait son apparition en note de bas de page dans le texte d’Amoris laetitia, commençant à montrer le bout de l’oreille, mais sans encore avouer tout à fait clairement les choses. Puis le pape, par lettre personnelle mais bien signée par lui, à entête du Vatican et qui a été publiée ensuite, a fait connaitre son approbation à l’interprétation faite en Argentine d’AL rendant possible l’ouverture de la communion à des personnes divorcées remariées ne pratiquant pas la continence. Ces manoeuvres pour promouvoir ce changement sans l’avouer clairement sont odieuses. Ajoutons que, bien sûr, il y a des Cardinaux favorables à ce changement, mais pas majoritaires, puisque, comme on l’a vu, il a fallu biaiser pour le vote. Mais le nombre n’empêche pas l’hérésie. Au moment de l’hérésie arienne, nombreux étaient ceux qui tombaient, avant que le pape ne finisse par prononcer la condamnation.

    Pour ce qui est de la preuve de l’hérésie, c’est à dire de la contradiction avec la Tradition et avec l’Ecriture qui fonde la Tradition, la voici dans le développement qui va suivre, et elle est irréfutable. Vous pouvez vous essayez à la réfuter, vous aurez du mal !. C’est d’ailleurs parce qu’il sait qu’il ne peut honnêtement et raisonnablement la réfuter que le pape promeut le changement en se gardant de l’avouer clairement. Voici donc.

    Saint Jean-Paul II, que l’on ne saurait taxer de manquer de miséricorde,, l’a dit dans Familiaris consortio [FC] : « L’Église (…) réaffirme sa discipline, fondée sur l’Ecriture Sainte, selon laquelle elle ne peut admettre à la communion eucharistique les divorcés remariés » (FC n. 84). Il précise ensuite : « La réconciliation par le sacrement de pénitence ‒ qui ouvrirait la voie au sacrement de l’Eucharistie – ne peut être accordée qu’à ceux qui se sont repentis d’avoir violé le signe de l’Alliance et de la fidélité au Christ et sont sincèrement disposés à une forme de vie qui ne soit plus en contradiction avec l’indissolubilité du mariage. Cela implique concrètement que, lorsque l’homme et la femme ne peuvent pas, pour de graves motifs – par exemple l’éducation des enfants – remplir l’obligation de la séparation, ils prennent l’engagement de vivre en complète continence, c’est-à-dire en s’abstenant des actes réservés aux époux » (FC n. 84).

    De fait, telle est bien la discipline de l’Église, ainsi qu’en témoigne son Catéchisme. Selon le Catéchisme de l’Église catholique (CEC), en effet, les personnes qui sont engagées dans une union adultère et qui, tout en étant informées de l’irrégularité de leur situation, prévoient d’y demeurer, sont en état de péché grave (CEC n. 2380-2381). Or, toujours d’après le Catéchisme, ceux qui sont en état de péché grave ne peuvent communier (CEC n. 1385). Donc, il découle logiquement du Catéchisme que les personnes qui sont engagées dans une union adultère et qui, tout en étant informées de l’irrégularité de leur situation, prévoient d’y demeurer, ne peuvent communier. Et comme le Catéchisme donne de l’adultère une définition incluant la situation des personnes divorcées remariées ne pratiquant pas la continence (CEC n. 2380), il en découle logiquement également que celles-ci ne peuvent pas communier. Cette conclusion y est même explicitement énoncée (CEC n. 1650).

    De fait aussi, cette discipline de l’Église est fondée sur l’Écriture même, comme on peut le constater en observant que toutes les prémisses qui sont la base des raisonnements précédents sont appuyées sur l’Écriture, à savoir : pour ce qui se rapporte à la gravité du péché d’adultère : Mt 19, 16-19 ; 1 Co 6, 9-10 ; pour ce qui se rapporte à l’impossibilité de communier en état de péché grave : 1 Co 11 2 ; pour ce qui se rapporte à l’inclusion du remariage après divorce dans la situation d’adultère : Mc 10, 11-12 ; Lc 16, 18 ; Mt 19, 9. C’est donc de la Parole de Dieu elle-même que découle logiquement l’impossibilité d’ouvrir l’accès à la communion pour les personnes divorcées remariées qui ne vivent pas la continence, ainsi vivant en adultère.

    C’est Ce Qu’il Fallait Démontrer (C.Q.F.D.) pour apporter la preuve de l’hérésie qui est à l’oeuvre.

    A vos plumes, ceux qui veulent réfuter, mais alors avec précision, c’est à dire en localisant précisément l’erreur. Vous ne le pourrez, car il n’ y en a pas…

  24. Charles

    Ne jugeons pas, et nous ne serons pas juger… cela vaut pour tous. Je me sens blessé par les propos du cardinal, mais aussi par certains des commentaires qui sont violents. Le Seigneur saura j en suis sur, aller chercher la brebis égarée….et je serai toujours ému lorsque un jeune prêtre célébrera sa première messe solennelle en élevant les Saintes Espèces. Alors la présence de ce qu il y a de plus beau se justifie pour magnifier le Sainte Présence de Dieu. Et ce qui est du monde ne peut que s incliner et gêner. L exemple dérangera toujours surtout lorsque les fruits sont aussi bons…

  25. Bertrand

    Il existe certainement des personnalités narcissiques et vaniteuses chez les traditionalistes il ne faut pas le nier. Mais le comble du narcissisme et de la vanité n’est-il pas de remettre sans cesse en cause le magistère de l’Eglise et notamment des encycliques telles qu’humanae vitae? la vanité, je la vois surtout chez ceux qui font systématiquement le tri dans l’enseignement de l’Eglise au prétexte que tel dogme serait lié à un contexte donné et serait lié à des considérations politiques, ou que telle interprétation du magistère serait “contestable”, suivant leur propre réflexion. Donc ce défaut ne me paraît pas l’apanage du traditionalisme, bien au contraire.

  26. Aurélien

    Bonjour à tous,
    Je suis un jeune prêtre du diocèse de….
    J’ai été bloqué avant l’ordination avec plusieurs confrères suite à une lettre dénonciatrice et scandaleuse adressée au Cal Stella (par un frère jésuite… oh pardon!). Il a donc fait une enquête sur chacun de nous sans jamais vouloir nous rencontrer. J’étais sur le point de quitter le séminaire complètement dégouté mais Notre Seigneur ne l’a pas parmi. (Il mérite toute la gloire)!
    Aussi, je suis en lien avec la Fraternité des St Apôtres et les procédés du cardinal qui s’oppose à leur existence canonique sont assez honteux. Ce qu’il a infligé à Mgr Léonard l’est encore plus.
    Ce qui me fait de la peine concernant cet article, c’est qu’un cardinal est avant tout un père, un alter Christus. A ce titre, au lieu de condamner SES FILS séminaristes sans vraiment les connaître, il ferait bien de les réunir, de les AIMER, et d’essayer de comprendre pourquoi des jeunes sont déçus du manque d’application et de foi dans la célébration des sacrements. La présence réelle du Christ sur terre est le plus grand trésor de l’église. Le jour ou nous arrêterons d’y croire, et de célébrer fidèlement, nous n’aurons plus la présence réelle et ontologique du Christ mais uniquement une présence mystique, ce qui n’a plus rien à voir. Or, comment croire dans cette présence réelle si nos célébrations ne sont pas soignées. Nappe d’autel pleine de tâches, corporaux et purificatoires utilisés des dizaines de fois! Je n’ai jamais vu une mère remettre la même couche à son enfant. Comment les prêtres peuvent-ils affirmer croire dans la présence réelle et en même temps démontrer qu’ils n’y croient pas par leur irrévérence et leur manque de délicatesse.
    Pardon Seigneur Jésus si je vous offense par ces paroles.
    Au fait, la véritable évangélisation consiste à porter les âmes au Christ, pas à faire des rencontres. Donc, que la messe soit célébrer avec un immense respect et que les âmes qui entrent dans nos églises puisse trouver facilement un prêtre (d’où une petite soutane, très discrète si vous voulez).

    • Gaston

      Aurélien, il y a déjà plus ou moins négation de la notion du renouvellement du sacrifice de la Croix de la messe !..
      Pour pas choquer les hérétiques protestants !?

  27. Louis

    ”personnalités narcissiques et vaniteuses”

    ” tendance à “fuir” les devoirs pastoraux concrets”

    Ça me fait penser à quelqu’un…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *