L’échiquier des nominations romaines : les « blancs » avancent, les « noirs » résistent

Download PDF

Congrégation des Évêques :
– Mgr Monterisi, un « noir », Secrétaire de la Congrégation des Évêques, atteint par cette terrible maladie qu’est l’âge de la retraite, a dû démissionner. Mais il est élevé au poste d’archiprêtre
de Saint-Paul-Hors-les-Murs, qui est une fonction où l’on devient cardinal. Cette nomination était attendue d’un jour à l’autre. Ce fidèle adjoint du cardinal Re n’a plus qu’à attendre la barrette
rouge pour un Consistoire qui pourrait se tenir en juin 2010.
– En revanche, la nomination de son remplaçant, comme nouveau Secrétaire de la Congrégation des Évêques, tout aussi attendue, celle du nonce en Espagne, Manuel Monteiro de Castro, un Portugais, est
généralement considérée comme la nomination d’un « blanc ». C’est vrai, on lui reproche une grande lenteur pour instruire les dossiers de nominations. C’est vrai qu’il devait aussi tenir compte, en
Espagne, de l’influence énorme du cardinal Rouco Valera, archevêque de Madrid, un cardinal Vingt-Trois espagnol mais plus combatif. Mais l’inclination naturelle de dom Manuel le porte vers les noms
d’épiscopables vraiment classiques.

Congrégation du Culte divin :
Le cardinal Cañizares vient d’obtenir la nomination comme Sous-Secrétaire, aux côtés de Mgr Ward, un « noir », de Mgr Juan Miguel Ferrer Grenesche, vicaire général de Tolède, homme très savant dans
les choses liturgiques, dans lequel il a toute confiance. Un « blanc », donc (avec un cas de figure rarissime : deux Sous-Secrétaires pour une même Congrégation). Aussi favorable à la forme
extraordinaire que don Antonio, son Cardinal, don Juan Miguel a accompli une véritable « réforme de la réforme » à Tolède. En effet, l’antique rite mozarabe (rite latin wisigothique antérieur à
l’introduction du rite romain en Espagne et conservé grâce à l’invasion musulmane), qui se célèbre encore dans quelques rares lieux de Tolède et Salamanque, avait été réformé par des bugninistes !
Mgr Ferrer a fort intelligemment réformé cette réforme en en y réintroduisant savamment des textes vénérables.
Et voilà une Congrégation de plus en plus homogène pour s’occuper de liturgie : le cardinal Cañizares, Préfet, Mgr Di Noia, Secrétaire, Mgr Ward et Mgr Ferrer, Sous-Secrétaires. Les plus optimistes
(souvent déçus) font déjà des châteaux en Espagne, c’est le cas de le dire, et imaginent qu’à terme, un Sous-Secrétaire « noir » s’occuperait de la forme ordinaire, et un Sous-Secrétaire « blanc »
de la forme extraordinaire. Un « noir » avance (beaucoup). Deux « blancs », à ce qu’il semble, prennent position. Et la suite ?

Une véritable campagne des « noirs » orchestrée par certains secteurs de la Secrétairerie d’État et par le cardinal Re, dont La Stampa (Marco Tosatti, tout à leur dévotion) s’est fait récemment
l’écho, suggère que le Saint-Père, pour « blinder » sa Curie, pourrait ne changer (et suggère au Saint-Père qu’il ne change) aucun chef de dicastère ayant atteint la limite d’âge ou un seuil limite
de fatigue. Les « noirs », très gentilshommes, proposent donc que « blancs » et « noirs » passent leur tour… Hum ! Hum ! Voyons un peu ce qui en résulterait : cela maintiendrait le cardinal Rodé
(Préfet des Religieux), un « blanc », en prolongeant les cardinaux « noirs » Dias (Propagande) et Levada (Saint-Office), ce qui est sans importance car les pauvres sont tous les deux bien fatigués,
mais – c’est le but de la manœuvre – cela conserverait le cardinal Re, un noir de noir, comme Préfet de la nomination des évêques du monde. A suivre…