Les réseaux du cardinal Sodano (3): qui est le cardinal-doyen?

Download PDF

Angelo Sodano reste un des plus puissants hommes de l’Église romaine. Sa clientèle est très vaste.
Pour donner un exemple : Mgr Lorenzo Baldisseri, 69 ans, nonce au Brésil, promis à un avenir important, lui est lié étroitement.
Le Vicariat de Rome tousse quand le cardinal Sodano se mouche.


Un des premiers actes du pape Benoît XVI, qui ne l’aimait pas pour bien des raisons, a été de le proroger tout de
même provisoirement dans son poste du cardinal secrétaire d’État, le confirmant dans cette fonction qu’il aura assumée pendant presque quinze ans, ce qui en fait une des plus longues périodes
dans l’histoire de ce poste. Jusqu’à la nomination du cardinal Bertone à la Secrétairerie d’État, ce fut une véritable période de « cohabitation » d’Église.


A vrai dire, elle dure encore. Par la suite, le cardinal Sodano a été élu doyen du Collège des cardinaux par les
cardinaux-évêques, selon l’usage. Le doyen est toujours un cardinal-évêque, qui est la plus haute catégorie dans le collège des cardinaux (elle en comprend trois : les cardinaux-évêques des
six diocèses qui entourent Rome, les cardinaux-prêtres c’est-à-dire titulaires d’église romaines « sacerdotales », les cardinaux-diacres, titulaires à Rome de
« diaconies »).
Le cardinal doyen du Sacré Collège – qui est appelé à être, avec à ses côtés le Camerlingue, le principal personnage de l’Église en cas de vacance du Siège, comme en France le Président du Sénat
en cas de mort ou démission du Président de la République –, a le titre d’évêque titulaire d’Ostie, titre qu’il détient, selon l’usage, en supplément de son précédent diocèse titulaire (celui
d’Albano dans le cas d’Angelo Sodano).

Mais si, en 2007, il a démissionné de ses fonctions de Secrétaire d’État, après avoir beaucoup traîné pour quitter
les fabuleux appartements de la Secrétairerie d’État, auxquels s’attachent tous les Secrétaires d’État, le cardinal Sodano s’est octroyé le privilège jamais vu de s’installer au cœur des jardins
du Vatican, au dernier étage du collège éthiopique (ce collège avait été fondé par Pie XI en cet endroit de rêve pour montrer l’intérêt du Saint-Siège pour les Missions, notamment vers ce pays
convoité par l’Italie du Duce).
Et il ne faut pas oublier que l’ancien Secrétaire d’Etat reste encore membre de la Congrégation de la doctrine de la foi, de la Congrégation des Églises orientales, de ce lieu-clé des
nominations qu’est la Congrégation des évêques – sans parler de ces postes de vigilance financières que sont la Commission papale pour l’État du Vatican et la Commission papale cardinale de
vigilance de l’Institut des opérations religieuses…

Les finances du Vatican… Tout le monde s’accorde à dire que Mgr Paul Marcinkus, dirigeant de l’Institut des Œuvres
de Religion, la banque vaticane (on l’appelle aujourd’hui la Banque Sodano), qui a basculé en 1987 avec le krach du Banco Ambrosiano, deux ans avant le retour à Rome de Sodano, n’était
qu’un enfant de chœur auprès de ce personnage de grande envergure qu’est Angelo Sodano.

 


(à suivre)