Mutations en douceur à la Secrétairerie d’Etat

Download PDF

Le jeu de « chaises musicales » se poursuit au Vatican, remarque à juste titre notre confrère Golias. Je serai plus
explicite que lui.

Voici quelques jours, Mgr Ettore Balestrero, conseiller de nonciature, a été nommé sous-secrétaire à la section pour les relations avec les Etats de la Secrétairerie d’Etat (où il travaillait déjà
depuis 2001). On sait que le secrétaire de cette section est l’archevêque français Dominique Mamberti.

Mgr Balestrero, né en 1966, a exercé diverses fonctions dans la diplomatie pontificale en Corée, en Mongolie et aux Pays-Bas, avant de revenir à Rome. Il a été ordonné prêtre en 1993 et il est
titulaire d’une licence canonique en théologique et d’un doctorat en droit canonique. Il parle l’italien, le français, l’allemand, l’anglais, l’espagnol et, ce qui est plus rare à la Curie, le
néerlandais !

Il faut surtout noter que Mgr Balestrero remplace à ce poste un ami du cardinal Sodano, Mgr Pietro Parolin, qui faisait cause commune avec Mgr Filoni, le Substitut aux Affaires générales. Parolin
est nommé nonce apostolique au Venezuela, remplaçant Mgr Giacinto Berloco, parti à Bruxelles, comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire ici).

J’ai déjà souligné que Mgr Boccardo (voir ici), nommé évêque de Spolète, a laissé sa place de second au Secrétariat du
Gouvernement de l’État de la Cité du Vatican à Mgr Carlo Viganò. Or, Mgr Viganò était, plus encore que Mgr Parolin, de la garde rapprochée du tout-puissant (tout-puissant jusqu’ici…) Mgr Filoni.
Il est vrai que Carlo Viganò deviendra probablement sans tarder Président Gouvernement de l’État de la Cité du Vatican, et donc cardinal à la place du cardinal Lajolo.

Quant à Mgr Paolo Sardi qui, comme Mgr Viganò, avait rang de nonce apostolique à la Curie et qui, comme lui, était des proches de Mgr Filoni, il a lui aussi quitté la Secrétairerie d’État, atteint
par l’âge de la retraite. Mais Mgr Sardi est un homme très appuyé : il devient Pro-Patron (puis Patron, quand il sera cardinal) de l’Ordre Souverain de Malte, ce qui le « place » automatiquement
pour le prochain consistoire.

Enfin, dans cette valse, la mutation la plus importante (et de la signification particulière de laquelle je reparlerai en revenant sur le « faux-pas » de Mgr Fisichella dans l’affaire de Recife)
est celle de Mgr Caccia, premier collaborateur de Mgr Filoni, c’est-à-dire assesseur du Substitut aux Affaires générales. Il a été envoyé comme nonce au Liban et a été remplacé par Mgr Peter Brian
Wells, parfait ratzinguérien. Là, il s’agit d’un véritable « coup d’Église » en cet été 2009.

En résumé, on peut constater que le résultat concret de ce petit « jeu de chaises musicales » est l’éclatement de l’équipe du Substitut pour les Affaires générales, Mgr Fernando Filoni, grand
protecteur du néo-catéchuménat, bête noire – non sans de bonnes raisons – des ratzinguériens pur jus…