Anglicans : Kasper fait à Benoît XVI une «querelle d’Allemand»

Download PDF

Président depuis longtemps – trop longtemps ! – du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, le cardinal Walter Kasper ne décolère pas contre la Constitution apostolique
Anglicanorum cœtibus signée par Benoît XVI le 4 novembre dernier pour permettre aux anciens anglicans d’intégrer la pleine communion catholique dans des « ordinariats personnels » tout
en sauvegardant l’essentiel de leur patrimoine anglican liturgique et spirituel propre. À cette générosité du Souverain Pontife, applaudie chez les anglo-catholiques membres ou non de la
“Communion” anglicane, et au-delà (chez de nombreux luthériens), Kasper ne répond que par l’amertume (il n’a pas participé au “gros œuvre” de cette Constitution, le travail ayant été confié par
Benoît XVI à la Congrégation pour la Doctrine de la foi en laquelle il a confiance), les mensonges éhontés (on reviendra dans le détail sur son insensé entretien accordé à L’Osservatore
Romano
du 15 novembre), et par l’offense au Successeur de Pierre.

On sait que Benoît XVI rencontre aujourd’hui le Dr. Roman Williams, l’archidruide de Canterbury qui préside – selon l’expression amusante et fort juste que j’ai lue dans un journal français – à
ce « zombie ecclésiologique » qu’on nomme la « Communion anglicane ».

Hier, à l’invitation de Kasper, Williams a prononcé un long discours lors du symposium qui se tient à la Grégorienne de Rome pour « célébrer » le centenaire de la naissance de Willebrands qui fut
le premier président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. Comme il fallait s’y attendre, Williams a dénigré Anglicanorum cœtibus qui n’est selon lui qu’une «
réponse pastorale » sans grande portée et qui ne constitue pas « une percée vraiment nouvelle du point de vue ecclésiologique ». De tels propos sont évidemment inacceptables quand on est l’invité
du Saint Siège et que l’on s’exprime à la Grégorienne devant un parterre de prélats dont Kasper.

Mais il y a encore plus grave. Williams a déclaré : « Pour beaucoup d’anglicans, le refus d’ordonner des femmes présente une implication potentiellement inacceptable quant à la différence entre
hommes et femmes baptisés ». Autrement dit, Williams déclare que le refus de l’Église catholique d’ordonner des femmes constitue un obstacle à l’unité des chrétiens ! On n’a pas signalé, depuis
hier, de communiqué de Kasper se distançant de ces grossièretés…

Kasper a perdu le sens et son “complice” Williams est un imbécile : car c’est précisément parce que des “Églises” de la “Communion” anglicane ont décidé d’appeler des femmes aux ordres sacrés que
la “Communion” a éprouvé un obstacle à sa propre unité et qu’elle a entamé son processus de désagrégation, et c’est précisément aussi parce que l’Église catholique s’y refuse et s’y refusera
toujours qu’elle attire aujourd’hui et qu’elle continuera à attirer de nombreux anglicans en son sein. Kasper en éprouve de l’amertume, on le comprend. Mais il faudrait que quelqu’un lui explique
que poursuivre le dialogue avec un champ de ruines ne relève plus de l’œcuménisme mais de la psychiatrie.