Limites du désir d’unité

Download PDF

Recevant les jeunes de France venus en pèlerinage en Terre sainte, le nouveau patriarche latin de Jérusalem, Mgr
Fouad Twal, leur a fait goûté la beauté de l’Eglise de Jérusalem.

Il a aussi rappelé la première et principale limite qui se présente devant toute démarche oecuménique ou interreligieuse: “Avant nous déjà, le Maître a tellement aimé cette Eglise [de Jérusalem],
il a tellement fait pour rassembler ses enfants – tous ses enfants: juifs, chrétiens et musulmans mais même ses larmes n’ont pas pu faire que son désir d’unité se réalise.”

Passons sur l’idée curieusement formulée d’une maternité de l’Eglise sur les juifs et les musulmans. Mais nous oublions trop souvent que la première prière “oecuménique” fut celle du Christ et
qu’elle n’a pas été exaucée.

Cela ne doit évidemment pas nous empêcher de prier pour qu’un jour, tous les enfants de Dieu soient unis dans son unique Eglise, mais cela doit au moins nous apprendre la patience et
l’humilité!

Prier pour l’unité oui! Prétendre faire mieux que le Christ lui-même, certainement pas!