A propos d’un “panel” de catholiques “influents” dans la société belge (1)

Download PDF

J’ai évoqué ces jours-ci (à propos de l’enregistrement du cardinal Danneels) “Le Soir”, quotidien belge dont je ne partage pas (est-il besoin de le préciser?) les orientations idéologiques, souvent proches de la maçonnerie si peu franche, mais dont la lecture est fort utile, y compris à celui qui cherche des informations sur l’actualité religieuse.
Par association d’idées, mon petit doigt m’ayant laissé entendre que Mgr Léonard serait dans les prochains jours à Rome pour conclure avec le cardinal Ouellet (en lui forçant la main?) le dossier des nominations de ses trois auxiliaires (il se murmure même que ce dossier devrait être bouclé d’ici la Toussaint), le souvenir d’un dossier du “Soir”, datant de plusieurs mois, m’est revenu en mémoire.
En janvier dernier, “Le Soir” avait publié une étude sur l’influence de certaines personnalités catholiques dans la société belge : un « jury » composé d’observateurs de la vie publique belge, catholiques et non-catholiques, avait désigné les personnalités catholiques jugées les plus influentes. A priori, quel intérêt de savoir que le cardinal Danneels remportait la palme de ce très médiatique « jury » ? Ou que l’abbé Gabriel Ringlet, ancien vice-recteur de Louvain-la-Neuve, le talonnait ? Peu d’intérêt… à la réserve près qu’un certain nombre de personnes, “jurés” ou “lauréats”, se trouvaient dans la galerie de portraits d’épiscopables que nous avons brossés le mois dernier.
La composition même de ce panel mérite le détour. On y retrouve par exemple l’abbé Jean-Pierre Delville, dont nous avions parlé, ainsi que l’abbé Eric de Beukelaer. Je saisis l’occasion pour préciser un point à leur sujet : quand j’ai écrit qu’à la tête du séminaire de Louvain-la-Neuve l’abbé de Beukelaer représentait une amélioration par rapport à l’abbé Léonard, le compliment était incomplet. Le progrès est sensible aussi par rapport à son prédécesseur immédiat, Jean-Pierre Delville. Sous l’abbé Delville, écouter du chant grégorien était une contre-indication, qui pouvait vous valoir une convocation dans le bureau du président (directeur). Je connais toutefois le cas d’un ancien séminariste qui, dénoncé par ses pairs pour ce crime anté (et anti) conciliaire, parvint à sauver sa tête en arguant que cette musique fait partie du passé l’Eglise, qu’on se doit de connaître. L’abbé Delville étant historien, l’argument porta. Ouf ! Sous l’abbé de Beukelaer, je n’ai pas connaissance que des délations pour ce genre de “crimes” portassent à conséquence. Le plus délicieux est la chute : l’abbé Delville s’essaye depuis quelques mois au rite « tridentin ». Compétent en matière de musique, il a même célébré l’an dernier à Liège une messe dans la forme traditionnelle pour l’Académie de chant grégorien. Je vous laisse imaginer si son ancien séminariste est venu écouter son homélie sur le plain chant . Reste que l’abbé Delville est difficile à cerner, et peut-être dans le bon sens : ceux qui le connaissent lui attribuent une grande indépendance d’esprit et une aversion pour l’instinc grégaire. Son « virage » actuel est donc à considérer avec attention.

(à suivre)

10 comments

  1. abbé F.H.

    Souvenir du Séminaire du temps de l’abbé Léonard…

    Les complies intégralement en latin et grégorien le dimanche par un groupe de séminaristes auxquels l’abbé se joignait parfois, dévotions libres en groupe: chapelet et litanies du sacré Cœur. Et s’il me semble bien, les antiennes mariales en grégorien à la messe communautaire n’étaient pas interdites.

    Sans compter le fait que j’allais à la messe St Pie V à BXL tous les dimanches (à l’époque dans une école privée si mes souvenirs sont bons), que j’y faisais même régulièrement sous-diacre… avec les encouragements de l’abbé Léonard lui-même.

    Une vie communautaire saine, des discussions parfois très franches avec l’abbé sur la crise de l’Église…

    Bref, deux années de bons souvenirs, sans aucune brimade pour cause de conservatisme ou de traditionalisme.

  2. Kris Vancauwenberghe

    M. l’abbé F.H., votre témoignage est intéressant. Pour ma part, je connais deux anciens séminaristes qui ont eu l’abbé Léonard comme directeur à Louvain-la-Neuve et qui sont partis, assez écoeurés des misères qu’on leur créait pour cause de conservatisme ou de philotraditionalisme. Vous avez eu plus de chance qu’eux, semble-t-il.

  3. En tant que journaliste responsable de la couverture de l’Eglise catholique dans “Le Soir”, je ne me savais si “proche de la maçonnerie si peu franche”. J’en prends bonne note: ce peut sans doute m’être utile.

    Je suis surtout flatté d’apprendre que la lecture du “Soir” est “fort utile, y compris à celui qui cherche des informations sur l’actualité religieuse”.

  4. Thierry

    Mr Guttierez,non Béatrice Delvaux votre directrice en chef n’est pas proche du soit disant libre examen qui n’est qu’un cache sexe de la maçonnerie pas franche du tout vu qu’elle se cache!J’ai moi mème assisté a un interview de Hugues Dorzèe voulant absolument faire dire au curé de la paroisse africaine de Liège qu’il y avait baisse de fréquentation alors que c’est le contraire!Moralité l’article était une pirouette mi-figue mi-raison!Et j’ajouterai qu’en Belgique pour savoir le nombre de Catholique on fait un sondage,c’est le soir qui l’a décrété,alors que l’Eglise catholique a tout de mème inventé le registre de l’état Civil!Ceci dit je reste aficionado de l’abbé Delville car pour moi il est catholucide et très loin de l’hérésie perpétuellement tolérée d’un ringlet qui fait le bonheur sans faim des milieux les plus anticatholiques qui soient à commencer par le soir!

  5. Cher Thierry, Béatrice est ma rédactrice en chef et il m’étonnerait qu’elle porte le tablier 😉

    Quant à l’abbé Delville, il était parmi les membres du jury que j’ai personnellement composé, en toute subjectivité (revendiquée), pour dresser une liste indicative des 200 catholiques les plus influents du Royaume.

    Admettez mon œcuménisme!

  6. Notre jury, pour rappel:

    – Edmond Blattchen, journaliste à la RTBF
    – Louis-Léon Christians, professeur de droit des religions à l’UCL
    – Eric de Beukelaer, porte-parole de la Conférence épiscopale
    – Philippe de Briey, militant du dialogue interreligieux
    – Charles Delhez, jésuite, rédacteur en chef de l’hebdo Dimanche
    – François Delooz, directeur de l’ONG Viva Africa (Sant’Egidio)
    – Jean-Pierre Delville, professeur d’histoire du christianisme à l’UCL
    – Jan De Volder, journaliste à l’hebdomadaire catholique Tertio
    – Pierre Galand, président du Centre d’Action laïque
    – Michel Ghins, professeur de logique et philosophie des sciences à l’UCL
    – Philippe Grollet, ancien président du Centre d’Action laïque
    – Jean-Pol Hecq, journaliste à la RTBF
    – François Houtart, chanoine, altermondialiste
    – Jean-François Husson, fondateur de l’Observatoire des Relations Administratives entre les Cultes, la Laïcité organisée et l’Etat (Oracle)
    – Jean-Pierre Lemaître, animateur du forum Eglise-Wallonie
    – Luc Moës, moine bénédictin à Maredsous
    – Vassilis Saroglou, professeur de psychologie de la religion à l’UCL
    – Tommy Scholtès, jésuite, directeur de l’agence Cathobel
    – Stéphane Seminckx, abbé, porte-parole de l’Opus Dei
    – Rik Torfs, professeur de droit canon à la KUL
    – Emmanuel Tourpe, philosophe, directeur de la programmation à la RTBF

  7. Kris Vancauwenberghe

    Savoir M. Gutiérrez personnellement est FM ou proche de la FM est un terrain aventureux mais il est franchement hilarant de le voir découvrir que le Soir est de cette orientation.

    Si M. Gutiérrez ignorait vraiment cela, alors il ferait mieux de changer de profession car cela signifierait qu’il est fort mal informé (et sur son propre journal, qui plus est). Tout Belge connaît l’orientation du Soir. C’est notoire. Le mettre en doute revient à douter que le nez soit au milieu du visage. Allons, Le Soir devrait au moins avoir le courage de ses opinions.

  8. Ce dont je suis certain, M. Vancauwenberghe, c’est que “Le Soir”, quoi que vous en pensiez, n’a pas confié la couverture éditoriale de l’Eglise à un Frère… Ce qui montre bien à quel point ce quotidien est sous influence maçonnique. Vous êtes très drôle, M. Vancauwenberghe!

  9. Kris Vancauwenberghe

    M. Gutiérrez, je ne pense précisément rien au sujet de vos affinités ou appartenances maçonniques. Je n’ai aucune opinion à ce sujet parce que, pour avoir une opinion, il faudrait être documenté spéficiquement à votre sujet. Ce que je ne fais pas, n’ayant pas l’habitude d’accuser ni de soupçonner ni d’épier les personnes.

    En revanche, ce que je dis, c’est qu’il est hilarant de mettre en doute l’orientation maçonnique du Soir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *