Des précisions sur la Marche pour la Vie à Bruxelles

Download PDF

Pâques, fête de la vie, victoire de la vie sur la mort (“qui mortem nostram moriendo destruxit et vitam
resurgendo reparavit”…). C’est donc avec joie que nous recevons, en cette octave pascal, une précision d’un lecteur qui a participé à la Marche pour la vie du 28 mars à Bruxelles.

 

On a lu un peu partout que la Marche pour la vie était partie de la Place royale de Bruxelles. C’est exact mais
pas assez exact. Le départ de la marche a été lancé précisément du parvis de l’église Saint-Jacques sur Coudenberg, paroisse royale, qui donne d’un côté sur le palais, de l’autre côté sur la
Place royale. Quoique non confessionnelle, la marche a donc commencé par un rassemblement sous le péristyle de cette église. La famille royale n’y est probablement pour rien; mais celui qui y est
certainement pour quelque chose, c’est le curé, l’abbé Robrecht Boone! Celui-ci a rejoint les marcheurs sur le parvis de son église, où il leur a donné de très bonne grâce l’autorisation de
tendre un calicot pro-vie entre les colonnes et de brancher leur sonorisation sur son réseau électrique. Situation curieuse, à vrai dire, puisque cette marche n’était pas confessionnelle (des
personnes qui priaient le chapelet furent même invitées à se taire – sans succès). On comptait même plusieurs personnalités musulmanes dans le comité de soutien. Du côté catholique, la présence de Mgr Léonard, tout frais émoulu archevêque, fut fort remarquée (voir riposte  catholique).

Le curé Boone le recevait à un double titre: comme archevêque de Malines-Bruxelles, car la paroisse royale est
une paroisse territoriale bruxelloise comme les autres, mais aussi comme ordinaire des forces armées, dont Saint-Jacques sur Coudenberg est l’église principale (quasi cathédrale). Bref, on a vu à
l’action un véritable homme d’Église. Merci à ce lecteur belge pour son témoignage. Il confirme la bonne opinion que nous avions déjà du curé Robrecht Boone, dont nous avions parlé l’an dernier:
Remarquons par ailleurs que tous les évêques de Belgique, à l’exception de Mgr Van Looy, de Gand, soutenaient officiellement la marche. Un exemple et une leçon pour notre épiscopat! Notons encore
que, d’après nos informations, le curé Boone de la paroisse Saint-Jacques sur Coudenberg accueille dans son église un “rosaire pour la vie” mensuel. Récité à un autel latéral, devant la statue de
N.-D. de Bois-le-Duc, ce rosaire a lieu tous les premiers samedis du mois à 16h30. Ici encore, une belle leçon pour notre clergé. Décidément, sous l’égide de son curé, la paroisse royale de
Bruxelles n’a pas oublié le souvenir du roi Baudouin!