La théologie de la libération sévit toujours

Download PDF

Je lis sur le Salon beige ces quelques lignes d’Hugues Kéraly sur le catholicisme en Amérique du Sud:

“Quand on parle de l’Amérique latine comme d’un continent catholique, il faut distinguer. Deux religions largement antagonistes y partagent en effet la même appellation : l’une mariale-nationaliste, où communient encore la majorité des fidèles ; l’autre sociale-révolutionnaire, où s’engagent les militants de gauche, des fractions importantes du clergé et les grosses têtes pensantes des “bureaux de l’épiscopat”, très actifs sur tout le continent.”

6 comments

  1. ema

    Il n’y pas qu’en Amérique latine, même si c’est plus feutré en Europe Occidentale! Mais il me semble que ce sont plutôt des personnes vieillissantes et des communautés qui se rarifient même si elles sont encore bien nuisibles, des deux côtés de l’Atlantique.
    En Amérique latine, beaucoup de catho. sont partis chez les néo-protestants et églises évangéliques d’un prosélisme particulièrement virulent(avec comme fond de commerce aussi l’image positive d’une riche et moderne l’Amérique du Nord, le nouvel eldorado) plutôt que de subir le lavage de cerveau catholico-marxiste, un catholicisme marxiste qui ne leur avait pas apporté le bonheur sur terre et qui en plus n’était pas capable de leur parler du ciel et de l’enfer, pour après la mort.

  2. Luc Warnotte

    Bien sûr, la théologie de la libération sévit encore. Avec la nomination de Mgr João Braz de Aviz comme successeur du cardinal Rodé à la tête de la S. Congrégation des religieux, ça ne risque pas de s’arrêter de sitôt. A peine nommé par Benoît XVI, Mgr Braz s’est lancé dans une éloge de la théolib.
    http://www.golias.fr/VATICAN-Quand-le-nouveau-Prefet
    C’est un spledide remake du cardinal Hummes en 2006, avec sa déclaration sur le célibat sacerdotal.
    La vérité, c’est qu’il ne sert à rien de nommer de vieux gauchos brésiliens en espérant que l’air de Rome et la gentillesse de Benoît XVI les fasse changer d’idées. A quand de bonnes nominations?

  3. Ghalloun

    C’est intéressant, cet espèce de prolongement de la théologie de la libération parmi les progressistes européens…Pourquoi cette hérésie est-elle si répandue? Peut-être est-ce lié à l’époque, qui met complètement de côté les fins dernières.

  4. Beth

    Lisez le livre de Jean-Pierre MOREAU:”Le terrorisme pastoral-Résurgence de la thélogie de la libération” Atelier Fol’Fer 2009, vous serez édifiés sur le côté fr ançais du phénomème et de son extension internationale.

  5. MOMO

    Bande d’imbéciles intégristes !

    Relisez la bible ! « Qu’as-tu fait ? Écoute le sang de ton frère crier du sol vers moi » (Gn 4, 10)

    Les pauvres sont, pour le
    chrétien, « le lieu historique de Dieu ». C’est en eux qu’on rencontre le Christ. Ils sont les
    aimés de Dieu. Comme le Christ, ils portent le péché du monde.ette rencontre de Dieu dans les pauvres implique une ascèse, un travail sur soi.
    L’homme se décentre et trouve sa propre réalisation en se donnant à autrui. Chemin faisant,
    le chrétien aura à se demander s’il veut vraiment supprimer la douleur d’autrui et s’il cherche
    réellement sa libération et le sens de sa propre vie !

    « L’espoir des pauvres ne périt jamais », affirme le psalmiste (Ps 9, 19)

    La théologie de la libération s’inspire essentiellement du livre de l’Exode : « J’ai vu, j’ai
    vu la misère de mon peuple qui réside en Égypte. J’ai prêté l’oreille à la clameur que lui
    arrachent ses maîtres. Je connais ses angoisses. Je suis résolu de le délivrer de la main des
    Égyptiens et à le faire monter de ce pays vers une contrée plantureuse et vaste » (Ex 3, 7-8).
    Il s’agit donc de se libérer de l’oppression (dictature, capitalisme sauvage, etc.) et de
    cheminer, avec l’aide de Dieu, vers la liberté, la fraternité, la justice sociale.

    L’Église doit devenir ce qu’après les prophètes, le Christ a voulu qu’elle soit : une force
    libératrice. Faute de cela, les pauvres chercheront hors de la Bible et de l’Église l’énergie qui
    leur est nécessaire pour résister et pour changer leur réalité.

  6. jejomau

    Momo

    Ton Jésus ressemble furieusement à Marx qui est excommunié avec tous ses sbires. Ils ont causé des centaines de millions de morts avec leurs camps de concentration et ont permis que les nazis viennent envahir notre pays en faisant une alliance secrète avec eux…

    Quand on est traître, remarque… C’est pas à moitié !

    Alors, tes leçons à deux sous.. tu peux les garder : plus aucun peuple ne peut vous voir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *