L’Eglise catholique éthiopienne

Download PDF

Le Pape a reçu le 29 janvier les membres du collège pontifical éthiopien. A cette occasion notre confrère Yves Daoudal nous donne ces précisions:

“Benoît XVI a reçu ce matin le recteur, les prêtres et séminaristes du Collège pontifical éthiopien, à l’occasion du 150e anniversaire de la mort de saint Justin de Jacobis (1800-1860).
Je découvre à cette occasion, 1 – qu’il y a un saint catholique éthiopien, 2 – un Collège pontifical éthiopien, 3 – une Eglise catholique éthiopienne (de rite éthiopien, proche du rite copte mais en langue guèze). La hiérarchie de cette Eglise a été constituée en 1961. Il y a un archevêché d’Addis-Abeba et un évêché suffragant, et aussi trois évêchés en Erythrée. Les catholiques éthiopiens sont un peu plus de 200.000 (moins nombreux que les latins…) et apparemment près de 600.000 en Erythrée. (L’Eglise éthiopienne « miaphysite » compte 35 millions de fidèles.) Elle a plusieurs centaines d’écoles, et depuis peu une université.”

3 comments

  1. Jean Ferrand

    Yves Daoudal parle de « myaphysisme ».

    En réalité il faut écrire « miaphysisme ».

    Voici le commentaire qu’en donne Wikipédia, toujours bien informée (publicité sans frais) :

    « Les Églises des trois conciles sont qualifiées de miaphysiques car elles suivent ce que disait Cyrille à propos de la nature du Christ.

    « Celui-ci soutenait que les deux natures (humaine et divine) coexistent sans qu’il y ait égalité entre elles : « unique nature incarnée (mia physis) du Verbe de Dieu sans mélange et sans confusion ». La nature est divine, l’adjectif « incarné » désigne l’Humanité que le Verbe Divin a fait sienne. On ne peut donc pas parler de monophysisme, cette dernière doctrine niant toute partie humaine dans la nature du Christ. »

    D’après la grammaire grecque c’est bien Wikipédia qui a raison, quant à l’orthographe :

    eis (un), mia (une), ev (neutre).

    Même si l’article de Wikipédia est bien documenté, il n’est est pas moins peu clair. Il faudrait q’un théologien compétent le rende plus compréhensible.

    Il est certain que le pape Pie XII a déclaré que l’hérésie des monophysites était purement verbale, et non dogmatique ; une erreur d’expression, en quelque sorte.

    Quant à moi, je parle toujours des “monophysites” même si cet adjectif est assez difficile à définir. La correction en “miaphysites” ne lève guère l’ambiguïté.

    Quod vobis videtur ?

    Qu’attendent les théologiens pour intervenir sur Wikipédia, puisque cette encyclopédie se dit libre, autrement ouverte à toute contribution ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *