Les insinuations de Mgr Nourrichard

Download PDF

Dans la dépêche AFP dont je parlais tout à l’heure, Mgr Nourrichard reprend son procédé dont j’avais parlé naguère:

“”J’ai aussi été alerté sur des choses plus graves”, a ajouté l’ecclésiastique, sans vouloir entrer plus dans les détails à ce stade.”

Encore une fois, je trouve le procédé scandaleux. Si l’évêque a des accusations graves à formuler, qu’il les formule – devant un tribunal canonique, au besoin -, mais qu’il cesse ses insinuations devant lesquelles l’accusé n’a pas les moyens de se défendre faute d’en connaître la portée exacte.
J’ajoute que le dossier relatif à ces insinuations doit être bien faible pour n’avoir jamais conduit à aucune sanction, alors que le simple fait de demeurer à Thiberville et d’y célébrer la messe serait susceptible d’entraîner l’excommunication!

7 comments

  1. Jean Ferrand

    La défense de l’abbé Michel a été mal cobnduite. Mgr Nourrichard reste dans le droit canonique. Rome ne peut que l’approuver et lui donner tout l’avantage.

    Cette aventure peut même se retourner contre nous, traditionnels.

  2. Patrick

    L’abbé Michel a rendu les clés de l’église et reconnaît ne plus être curé : il reste simplement dans la seule maison qu’il connaît (le diocèse ne lui donne aucune responsabilité) et ne fait aucune publicité. Pourquoi encore le menacer ?

  3. JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD

    Cet évêque assiste à des ‘ordinations’ de femmes, contre la décision papale, et cela ne trouble personne dans l’Eglise Catholique ?
    Comme c’est bizarre !
    Merci !
    JFL

  4. Quel que soit le droit, on voit qu’il y a d’un côté le pouvoir et la coercition, de l’autre, le peuple, la dignité de la messe et l’attachement au pasteur.
    Il y a un parallèle évident entre le gouvernement de l’Eglise en France et le gouvernement du pays. Ils peuvent gagner par leur pouvoir et par les lois, mais pour le peuple, ils ne sont que d’inutiles parasites. Et quel valeur a un pouvoir s’il n’a pas la légitimité du peuple? Je conviens cependant que sur ce point précis le cas de l’Eglise est différent.

  5. kephas

    Je me reconnais ignorant des règles du droit canon, mais je m’avoue perplexe quant à la conduite de Mgr Nourrichard. Voici un évêque qui assiste avec crosse et mitre à “l’ordination” de femme, dans l’indifférence la plus totale parmi la hiérarchie. Les fidèles de Thiberville sont comptés pour rien. Nous avons d’un côté l’Eglise du silence souffrante et vilipendée, et de l’autre côte le silence de l’Eglise qui use et usurpe de ses charges.
    Il est un domaine que je connais mieux c’est celui des allégations infondées et des propos diffamatoires. Nous n’en sommes qu’aux allusions nauséabondes. Alors soit Mgr Nourrichard dispose d’éléments probants et objectifs confirmant ses assertions, et il se doit de les produire et d’engager les actions nécessaires en justice, au titre de sa propre responsabilité civile et pénale, soit il entreprend un dangereux glissement qui met à jour un esprit ténébreux et sournois.

  6. Jean Ferrand

    Réponse à Kephas. Au lieu de récriminer que n’engagez-vous une action canonique en bonne et due forme à l’encontre de Mgr Nourrichard ?

    Tout le reste ne sert à rien, sinon à désavantager la cause de ces pauvres paroissiens de Thiberville et de leur ex-curé.

  7. kephas

    Réponse à Jean Ferrand
    J’ai pris soin de préciser en introduction de mon commentaire mon ignorance du droit canonique. Il me semble dès lors difficile d’engager une action, sans avoir les connaissances. Le manque de compétence désservirait effectivement la cause des paroissiens de Thiberville. Je précise à ce propos que je suis d’un tout autre diocèse de France.
    J’ai donc placé le débat sur celui des lois de la république, dont Mgr Nourrichard peut comme tout a chacun se prévaloir, sachant qu’alors on ne peut se contenter de simples déclarations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *