Peut-on vraiment débaptiser?

Download PDF

Jeudi 22 au soir, Mgr Léonard donnait une conférence à Bruxelles, dont la “Libre Belgique” a rendu compte.
Parmi plusieurs bonnes choses, sur lesquelles je reviendrai dans les jours qui viennent, je trouve ceci, qui me semble assez surprenant, à propos des campagnes de “débaptisation” (ou de débaptême, je ne sais pas comment on qualifie cet acte bizarre en français):

“En soi, cela ne me gêne pas que l’on change de convictions mais j’ai des doutes sur ceux qui se contentent de remplir des formulaires prémâchés.”

J’ignore si le journaliste (Christian Laporte, qui n’est pas réputé pour être un grand défenseur de la Tradition de l’Eglise…) a omis de rapporter certains propos du primat. Mais, si, effectivement, Mgr Léonard n’a dit que cela, ça me semble extrêmement court!
Car “débaptiser”, c’est un peu plus que “changer de convictions”. Et c’est même impossible! Faut-il rappeler que le baptême confère un caractère inamissible? On est baptisé pour l’éternité. Et donc le problème n’est pas les “formulaires prémâchés”, c’est la notion même du baptême!

8 comments

  1. Isabelle MALBOS

    C’est l’ignorance des vérités de la Foi qui fait relater des âneries et comme les gens n’ont plus d’instruction religieuse, ils gobbent sans dicernement ce que disent certains journalistes..ou ces derniers seraient-ils dangereusement pervers ?

  2. Louis

    Certes … On est baptisé pour l’éternité. Mais si on a apostasié, ce sacrement n’est d’aucun secours. “Celui qui ne croira pas sera condamné” ! Avec ou sans baptême …

  3. Michel

    Je ne peux m’empêcher de citer l’abbé Christian-Philippe Chanut, dans une conférence donnée à Namur le 25 mai 2008. Je cite:
    “(…) il y a eu une grande campagne qui n’a pas beaucoup réussi mais qui a quand-même marqué les esprits, où les gens demandaient à être débaptisés. Alors, “débaptisés”, on ne sait pas très bien ce que ça veut dire. On peut vous rayer des listes. Moi, je n’ai eu les cas qu’une fois: un brave homme est venu me demander d’être radié de la liste des baptisés, et, comme c’était un jour où j’étais particulièrement cruel, je dis: Mais monsieur, mais bien volontiers, asseyez-vous, je vous dicte une lettre: “Je demande à être radié de la liste des baptisés, je renonce à tous les avantages du baptême, à l’éternité, à ceci et cela…” A la quatrième ligne, il s’est arrêté et il est reparti!”

  4. Virginie Delcourt

    M. Ganimara, l’objection que vous soulevez est pertinente mais je ne pense pas que ce soit la principale. Qu’il s’agisse de “changer de convictions” ou de se faire “débaptiser”, ce dont parle Mgr Léonard est l’apostasie. Et, comme il le dit, “en soi, cela ne [l]e gêne pas”.

    Ca se passe de tout commentaire…

  5. Michel Demeulder

    Oui, on découvre ainsi que, de son propre aveu Mgr Léonard n’est pas gêné par l’apostasie. C’est intéressant… Et moi qui pensais que le Christ avait ordonné aux apôtres de prêcher l’Evangile…
    En tout cas, ceux qui avaient cru aux sonnettes retentissantes du léonardisme pour redresser une Belgique postcatholique, les voilà pour leurs frais!

  6. Kris Vancauwenberghe

    Après de tels propos, on pourrait suggérer à Mgr Fisichella d’engager Mgr Léonard dans son Conseil pour la nouvelle évangélisation…

  7. Oktavius

    Ah non, pas vous !
    Réagissez sur les propos de Mgr Léonard, pas sur ceux qu’un journaliste hostile lui attribue et /ou sortis de leur contexte !
    N’utilisez pas les procédés de nos adversaires!

  8. Kris Vancauwenberghe

    Oktavius, qui vous a dit que je ne suis pas allé à la conférence de Mgr Léonard? C’était très simple, puisque j’habite juste à côté de Bruxelles. Je n’ai pas l’impression que Christian Laporte ait déformé grand chose.
    Pour terminer, que sais-je de vos adversaires? Nous n’avons peut-être pas les mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *