Prosternés devant le monde… et giflés par le monde!

Download PDF


L’excellent blog Messa in Latino a publié un article sévère à propos des perquisitions musclées de la justice belge à l’archevêché de Malines (que j’avais
lu en son temps, mais dont je découvre à l’instant la traduction sur le blog
Benoît et moi). Je dois avouer que je suis obligé d’approuver. En particulier, cette idée importante que l’agenouillement devant le
monde n’a pas rendu l’Eglise plus appréciée du monde (l’expérience des prêtres jureurs en France ou des popes kégébistes en URSS auraient dû nous servir de leçon…):

“Dans cette histoire abjecte il n’y a pas les bons et les mauvais . Ils sont
tous mauvais et dans le meilleur des cas, moins que médiocres. Dans les échelons supérieurs, le seul à être sauvé est Mgr Léonard, ancien évêque de Namur et, depuis peu de Malines- Bruxelles, et
nouveau primat, dont la figure domine tous les autres, bien que cela soit largement dû à la bassesse des autres.

Tout le monde sait désormais que la justice belge (la même qui à l’époque de l’effroyable affaire Dutroux, pédophile et serial killer, a mené l’enquête pour couvrir les milieux politique touchés
par le scandale) a monté un sketch qui est pire que grotesque: une « rafle » de toute la Conférence épiscopale de Belgique, réunie à l’archevêché de Malines-Bruxelles, gardant les évêques
séquestrés du matin au soir, avec la saisie de leurs ordinateurs et même leurs téléphones portables; une perquisition domiciliaire à la maison de l’archevêque émérite Danneels, et surtout – et
c’est vraiment incroyable – la profanation des tombes de deux cardinaux pour y chercher qui sait quels documents enterrés avec eux. Et après cela, les Belges iront se plaindre de passer pour des
idiots dans les blagues : il n’est pas venu à l’idée des flics zélés et de leurs mandataires en toges que pour faire disparaître des documents, il y a des moyens beaucoup plus simples et
efficaces que de les mettre dans des tombes ( le feu, par exemple, ou de simples broyeuses de documents)?. Et en effet, ils n’ont trouvé que des os dans les tombes , y compris ceux du grand
protagoniste du Concile, le cardinal hyper-progressiste Suenens. Mais , par ailleurs, tout a été conçu pour asséner le maximum de torts à l’image d’une Eglise qui a encore bien peu d’image à
sauver: du nom de l’opération de police (“Opération Eglise”) à la réclamation du crime d’association de délinquants. L’Église, autrement dit, est officiellement accusée d’être une association “de
malfaiteurs”, dans le but de viols sur mineurs .

Le monde séculier lance son attaque à la veine jugulaire d’une Église qui pourtant depuis quarante ans ne cesse de chanter les louanges de ce monde, cherchant à le cajoler et à le flatter à tout
prix, en particulier au prix de la foi . C’est un fait connu que les évêques belges depuis le Concile, font la course avec la Hollande à qui se fait l’interprète le plus audacieux de l’esprit du
Concile (dans la partie flamande de la Belgique, le pourcentage de prêtres opposés au célibat est de 80 % , et 56 % sont pour l’ordination des femmes , sans parler du soutien aux causes des gays
et des divorcés; par contre la pratique religieuse dans ce qui fut la catholique Belgique a connu un effondrement spectaculaire , pire même qu’en France) . Et maintenant, les évêques belges ,
serviteurs infidèles et renégats de Notre-Seigneur, reçoivent leur juste récompense de ce même « monde moderne » qu’ils ont courtisé indécemment.”

Avertissement sévère, disais-je, mais dont il faut souhaiter qu’il soit
rapidement entendu.

Sinon, comme disait naguère un cardinal de curie à propos d’évêques français,
“ils se feront égorger, mais ils n’auront même pas la palme du martyre”. Le cardinal parlait de l’islam; cela peut valoir aussi, au sens figuré, de la laïcité maçonnique…