Quelques portraits “d’épiscopables” belges (1)

Download PDF

Pour profiter du calme estival, je vous propose de commencer un petit tour d’horizon des “épiscopables” belges.
Avec la nomination de Jürgen Mettepenningen comme porte-parole de la conférence épiscopale belge,
Mgr Léonard, président de cette conférence, s’inscrit dans la lignée danneelsienne. Ce choix, que j’avais déjà évoqué pour les nominations de Bruges et de Namur, est-il durable ou n’est-il que d’opportunité (pour rester seul maître à bord à Malines), l’avenir nous le dira. Il reste que la nomination de Mgr Léonard a été comprise, à Rome, parmi les forces vives du catholicisme belge, et même parmi les branches mortes dudit catholicisme, comme un signal “restaurationniste” et que le nouveau primat devra nécessairement tenir compte de cette image.
En attendant, survolons donc les profils disponibles.

Dans le vivier danneelsien, un nom vient immédiatement à l’esprit pour un des trois postes d’auxiliaires à pourvoir à Malines-Bruxelles : le P. Tommy Scholtès, s.j., dont j’ai déjà parlé ici.
Homme très bien introduit, plein d’entregent – certains disent « enjôleur » -, parfaitement à sa place dans le monde médiatique, carriériste achevé, il piétine depuis des années dans l’attente d’une mitre. Si son nom avait été proposé par le cardinal Danneels, il aurait été bloqué. L’ère léonardienne, avec sa production de danneelsisme sans Danneels, sera peut-être sa chance. Un rien arrogant, le P. Scholtès s’est même offert le luxe de publier, dans le journal “Dimanche” du 3 juin, une petite provocation vis-à-vis de Mgr Léonard à propos de l’enseignement de la religion dans les écoles (voir ici).
Mais cela ne veut rien dire : comme on le voit ces derniers mois, Mgr Léonard aime promouvoir des gens à contre-courant de la restauration qu’il est censé mener. S’il s’agit de trouver un digne successeur à Josef De Kesel, Tommy Scholtès fera très bien l’affaire.

(à suivre)

13 comments

  1. G. Daix

    Ah la la ! Les suppositions superfétatoires !
    On ignore généralement qu’à la radio ou à la TV, le P. Scholtès est plus que ma à l’aise avant une audition, jusqu’à la nausée…
    Laissez-lui donc la paix, et laissez à la diplomatie (!) difficile de la Curie de faire son travail…
    Et qui dit qu’il faut des auxiliaires à Mgr Léonard ? “C’est moi le patron”… Alors ? Faut-il lui donner des auxiliaires qui ne pourrant faire qu ce que LUI a décidé ? Que Mge Léonard fasse lui-même son travail, et les vaches seront (peut-être) bien gardées, sept ans durant Puis, on verra…?

  2. chribu

    Quelle désolation!
    Mais que devient Mgr de Maere dans tout ça? Lui que vous croyiez voir accéder à un poste clé?
    ps: les ‘renvois’ vers les pages précédentes ne fonctionnent pas?

  3. Luc

    Le lien vers l’article plus ancien qui parlait du P. Scholtes est brisé. Serait-il possible de le rétablir? Je crois me souvenir que ce jésuite a été conseiller à l’ambassade belge auprès du Saint Siège, mais avec l’article en question ce serait tout de même plus pratique.

  4. Kris Vancauwenberghe

    Les récentes nominations faites par Mgr Léonard seraient seulement “d’opportunité”? Pour Mgr Vancottem à Namur et Mgr De Kesel à Bruges, c’est plausible, mais je ne vois pas comment la nomination du quasi-hérétique nouveau porte-parole Mettepenningen serait pour Mgr Léonard une façon d’avoir les mains libres à Malines. L’explication ne tienne pas la route. Et le fait de laisser rester tout le conseil épiscopale de Mgr Danneels, ce n’est pas non plus une façon d’avoir les mains libres pour restaurer. La question est donc si Mgr Léonard veut restaurer ou pas. Quand on voit son passif, ce n’est pas certain de tout. En tout cas, l’explication donnée dans cet article ne convainque pas beaucoup.

  5. Benoît Lobet

    Et d’où tenez-vous, s’il vous plaît, que Mgr Léonard est “censé mener une restauration”?
    Vous avez une pensée bien dichotomique, et la réalité ecclésiale belge est bien plus complexe et plus nuancée que vous ne la présentez…

  6. luc perrin

    Je puis attirer l’attention sur deux lettres qui, à elles seules, sont à mon sens une indication : s.j.

    A moins que ce bon Père belge soit un opposant déclaré au sein de son ordre mais les Jésuites restés fidèles à saint Ignace aujourd’hui sont extrêmement rares. Et le plus souvent subissent moult vexations ouvertes ou plus feutrées. Est-ce le cas ?

    Même président et primat, Mgr Léonard fait-il à lui seul la pluie et le beau temps au sein d’une conférence épsicopale où son orientation – complexe au demeurant – est, de notoriété publique, ultra-minoritaire ?
    Une hirondelle fait-elle le printemps au royaume décadent et putrescent de Belgique ?
    Un homme peut-il, seul, s’il le voulait, renverser 40 années de divagations ?

    Juste quelques questions en passant pour ceux/celles qui savent.

  7. Benoît

    Il faut sans doute aussi tenir compte, dans les choix de Mgr Léonard, que la meilleure manière de museler ses ennemis est souvent de les nommer parmi ses proches ! à commencer par le porte-parole.

  8. Kris Vancauwenberghe

    L’abbé Lobet (qui ne mène en tout cas de restauration, ça c’est connu) veut peut-être nier les évidences. A moins que l’Eglise de Belgique soit pleine de vitalité et de vigueur?… Allons, le bon sens ne fait pas de mal.

  9. Luc

    Si je comprends bien le commentaire de Benoît, la meilleure façon de museler une personne est de lui donner la parole? Décidément, pour ne pas voir la réalité léonardienne en face, tous les prétextes sont bons.

  10. Jos Van Namen

    La procédure pour la nomination de trois évêques auxiliaires dans l’Archidiocèse est en route, on le sait de source sûre. Mgr Léonard ne gouvernera donc pas seul. C’est également une quasi-certitude que se trouve par les noms envoyés (la “terna” des évêques auxiliaires est proposée par l’évêque diocésain) le nom de l’abbé Eric de Bekeulaer. Nous admettrons que la nomination de ce dernier à Bruxelles ou au Brabant wallon fera l’objet d’un consensus mou (à l’image de la mentalité régnante dans l’Eglise de Belgique), et sera bien moins catastrophique que la nomination d’un Danneels Boy comme T. Scholtès. Je souhaite que Rome ait assez de bon sens pour ne pas imposer au peuple chrétien un personnage comme ce dernier, dont le carriérisme et l’ambition ne sont plus à démontrer (sorry, M. Daix).

    Pour le reste, il faut souffrir d’une terrible myopie pour ne pas se rendre compte que les espoirs que l’on pouvait placer en Mgr Léonard se dégonflent les uns après les autres, de semaine en semaine : les tristes nominations de NN.SS. Vancottem et De Kesel dans les diocèses vacants, la reconduction en bloc du conseil épiscopal du Cardinal Danneels, dont certains membres sont des opposants marqués du nouvel archevêque, qui n’ont pas changé leur fusil d’épaule et lui tirent déjà dans le dos, et, surtout, la nomination du nouveau porte-parole, qui montre définitivement que le nouvel Archevêque n’a pas les mains libres et se fait déjà complètement noyauter. On peut évoquer la politique de la séduction par la promotion, mais dans ce cas il pourrait aussi, à côté de ceux-ci, appeler quelques personnes de confiance, dans sa ligne, pour collaborer avec lui. Quod non.

    De quoi sera fait l’avenir proche de l’Eglise de Belgique : d’une ère Danneels à la manière du Canada dry : On dirait que c’est du Danneels, cela a la même saveur que du Danneels, mais ce n’est plus avec Danneels.

    Et au milieu de tout cela, un Archevêque qui suscitait tous les espoirs, qui n’a pas réussi à juguler ses adversaires et a profondément déçu ceux qui espéraient en lui. Tant pis pour les optimistes, mieux vaut être réaliste.

  11. Yves

    Bonjour,

    Il me semble que Mgr Léonard n’a pas reconduit tout le conseil épiscopal: le délégué pour l’enseignement, le chanoine Jannssens (déjà bien âgé) a été remplacé par le diacre Claude Gillard.

    Par ailleurs, la moyenne d’âge du conseil est assez âgée. Ainsi, le chanoine van Billoen va bientôt partir en pension. C’est ce chanoine qui gérait les séminaristes et qui a obligé un jeune du diocèse qui, entré au séminaire, a voulu ensuite entrer dans la communauté de L’Emmanuel, à quitter le déjà quasi-désert séminaire de Bruxelles (jumelé dans sa détresse à Tournai et Liège). Ce jeune est actuellement incardiné à…Namur.
    Je pense que Mgr Léonard attend simplement le départ pour raison d’âges des ex Danneels-boys pour les remplacer; wait and see

  12. Jos Van Namen

    Si l’on suit votre raisonnement, Yves, Mgr Léonard ne doit quand même pas attendre trop longtemps, car il se fera lui aussi assez vite rattraper par la limite d’âge. D’où la surprise de beaucoup de le voir garder ces old Danneels-Boys, en particulier le Vicaire général Van Billoen, qui était, est et reste un farouche opposant à sa personne. Des conversations privées de ce dernier, suivies d’indiscrétions de ses interlocuteurs, le prouvent en abondance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *