Trois évêques espagnols dans le collimateur de Rome

Download PDF

Le cardinal-archevêque de Barcelone, S. Ém. Luis Martinez Sistach, et NN.SS. Augustin Cortés Soriano (évêque de Sant Feliu de Llobregat) et Josep Angel Saiz Meneses (évêque de Terrassa), ces deux derniers suffragants de Barcelone, seraient dans le collimateur de Rome selon une dépêche d’hier de LifeSiteNews. L’affaire est en effet grave.
Un prêtre de l’archidiocèse de Barcelone, le P. Custodio Ballester, a rendu publique une lettre adressée à son archevêque dans laquelle il dénonce le fait que le cardinal Sistach et les deux évêques suffragants soient toujours membres des conseils d’administration de deux hôpitaux barcelonais, Santa Creu et Sant Pau, où se pratiquent des avortements, des stérilisations et se distribuent libéralement des moyens contraceptifs et abortifs. Le P. Ballester s’est rendu à Rome pour distribuer sa lettre aux dicastères compétents, et il vient de déclarer sur le site Religion y Libertad que « Rome était déjà au courant de ce scandale. Le responsable [qu’il a rencontré] m’a assuré que le Vatican avait déjà signalé aux prélats de Barcelone, Sant Feliu et Terrassa que l’Église devait abandonner ces hôpitaux, mais que jusqu’à présent ils n’avaient pas répondu ».
Le cardinal Sistach s’est récemment signalé à l’attention des catholiques – et sans doute à celle du Saint-Siège – en se refusant de sanctionner un prêtre de son diocèse, le P. Manuel Pousa, qui a publiquement reconnu avoir payé les avortements de deux jeunes filles, célébré des “mariages” homosexuels et être opposé au célibat ecclésiastique…

20 comments

  1. ema

    D’autant que notamment dans le diocèse de Tarrasa (Terrasa en catalan) un prêtre avait déjà démissionné du conseil d’administration d’un hôpital pour ne pas cautionner certaines pratiques

    http://benoit-et-moi.fr/2011-I/0455009e5f0781801/0455009eab0c54f1d.html

    Je crois qu’en France il y a des choses aussi curieuses comme les avortements pratiqués à l’Hôpital St Vincent de Paul à Lille qui dépend de l’Université catholique de la ville…

    Il semble bien que compte tenu des lois ces états, si l’on veut vraiment être catholiques, il faut renoncer même en Europe dite libérales, à certains emplois, professions, études, et devenir donc des citoyens de seconde zone, si rien ne change.

  2. C’est incroyable que personne à Lille ne fasse rien pour que cesse le scandale de l’hôpital saint-Vincent-de-Paul. Le pauvre saint doit se retourner perpétuellement dans sa tombe. Il n’a certes plus besoin de conversion.

  3. Benoît

    Quel scandale que des évêques laissent faire de tels scandales ou les cautionnent par leur présence.
    .
    Le roi Baudoin a montré plus de courage et de conviction quand le parlement belge a voulu lui faire ratifier la loi libéralisant l’avortement.
    .
    Heureusement le Pape a l’air de reprendre en main la situation en nommant des personnages actifs pour réveiller les consciences. Quitte à sanctionner des responsables égarés dont on attend plutôt qu’ils soient des bergers exemplaires, des guides.
    .
    Je repense à la charité inlassable de Saint Vincent de Paul envers les mères seules et les enfants abandonnés à qui il offrit un foyer et un avenir à une époque où les abandons de nourrissons étaient monnaie courante.

  4. JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD

    Le vrai scandale est que le Saint Siège ne sanctionne pas IMMÉDIATEMENT de tels faits.
    Tergiverser c’est cautionner.
    Ne laissons pas les bébés en gestation être tués dans le ventre de leur maman, au prétexte que l’Église de Notre Seigneur JESUS-CHRIST, le Seul Maître de la Vie, est en ‘discutions’ pour savoir qu’elle sera sa position et sa réponse sur ce crime!
    Merci !
    JFL

  5. Benoît Lobet

    Cher Benoît (nous portons le même prénom), vous me permettrez de préciser les choses suivantes, concernant le Roi Baudouin, parce que c’est une affaire que je connais très bien :
    – le Roi était très attentif à la démocratie et savait que, par la Constitution belge de 1830, “tous les pouvoirs émanent de la Nation” (y compris le sien)
    – le Roi doit donc, pour se soumettre à la démocratie, et comme chef de l’Exécutif, signer et promulguer les lois votées par le Parlement
    – le Roi est en même temps une personne privée et une institution
    – comme institution, il devait signer; comme personne privée, sa conscience le lui interdisait
    – le Roi a choisi la solution élégante : il a proposé au Premier Ministre son abdication, ce que le Premier Ministre a refusé
    – le Roi a donc chargé le Premier Ministre de trouver une solution, qui a été un compromis “à la belge” (le Roi a été déclaré, conformément à la Constitution, “dans l’impossibilité de régner” pour des motifs de conscience; ses pouvoirs exécutifs sont revenus au Gouvernement, qui a signé la loi; le Parlement et le Sénat, réunis en Congrès, ont voté la fin de l’impossibilité du Règne)
    – c’est donc, et vous avez raison, un geste courageux, mais qui a posé de graves problèmes constitutionnels précisément parce que le Roi est allé au bout de son courage : le retrait, l’effacement.
    C’est pour moi un modèle de sainteté (à ce niveau de responsabilité) et en même temps de sens de l’Etat (pour que l’Etat continue à fonctionner).
    Je tenais à apporter ces précisions, qui ne sont pas toujours connues du “grand public”…

  6. Benoît Lobet

    Je pense, cher Monsieur Vancauwenberghe, que “la démocratie est le moins mauvais des régimes” (Churchill) et ce depuis l’Athènes du Vème siècle aCn, qui l’a inventée, et dont nous sommes fiers d’être les héritiers.
    Je n’idolâtre, rassurez-vous, rien, ni personne : “Un seul Dieu tu adoreras”, mais je constate que chaque fois que la religion s’est liée au pouvoir dans des théocraties, cette alliance a conduit à des catastrophes.
    Je suis un grand admirateur du Roi Baudouin parce qu’il a pu, en même temps, faire respecter le choix de sa conscience et garder le poste que la destinée lui avait confié, pour le bien commun.

  7. Veerle Devos

    Et Leuven et Louvain? Les hôpitals universitaire de deux universités “catholiques” font la meme chose qu’a Barcelona. C’est un secret polinchinelle. Et pourtant, mgr. Léonard est grand chancelier des deux universites. Si Rome intervienne contre les eveques epagnols, pourquoi pas pour rapeler mgr. Leonard aussi a l’ordre? Il tolere exactemnt la memes chose que ses coleges espagnoles, c’est identique.

  8. Benoît Lobet

    Je ne sache pas que les Universités francophone ou néerlandophone de Louvain (UCL et KUL) aient pour l’instant des pratiques médicales contraires à celles recommandées par le Magistère de l’Eglise catholique. Il n’y a pas de “secret de polichinelle”, parce qu’il n’y a pas de polichinelle… sauf celui qui profère de telles allégations sans preuve!

  9. Veerle Devos

    Abbe Lobet etes-vous serieux? Ou bien voulez m’acopagner en consultation au service ginecologie? On vous prescrie la pilulle sans vous demander votre avis, on vous propose tranquilment un avortement, etc. Sans preuve… vous voulez vraiment rigoler. Vos propos sont extremement blessant. C’est lamentable.

  10. Olivier

    Monsieur l’abbé Benoît Lobet,

    De deux choses l’une : soit vous ignorez que les cliniques universitaires Saint-Luc, de l’U.C.L., pratiquent la fécondation in vitro (ou que l’U.C.L. pratique la recherche sur les êtres humains, cf. plus bas) ; soit vous ignorez que ces pratiques sont contraires à la morale et à la doctrine catholique.

    En outre, concernant la recherche sur les cellules souches embryonnaires, dans un fameux texte de 2002 l’université avait pris position officielle en faveur de cette dernière recherche, allant contre le Magistère et osant prétendre que ceci était audacieux (audace il n’y avait guère tant l’argent et le politique pressent dans ce sens…). Et, de fait, même si l’U.C.L. a fini par reconnaître que d’autres cellules avaient bien plus de perspectives thérapeutiques, elle ne s’interdit pas, et procède effectivement (cf. par exemple ici : http://www.belspo.be/belspo/fedra/proj.asp?l=fr&COD=P6/20, mais il y a quelques autres projets de recherche), à des expérimentations sur les cellules-souches embryonnaires, avec les « dégâts collatéraux » (meurtre d’êtres humains) que l’on connaît.

    Il est donc bien clair (et connu) que l’U.C.L. commet des pratiques contraires à la doctrine catholique – et en fait à la simple morale commune -, ceci dit les liens avec l’Église sont en fait déjà rompus en pratique ou quasiment. Si je ne me trompe pas, le pouvoir organisateur du groupe U.C.L, instance qui chapeaute maintenant l’U.C.L., n’est plus la Conférence épiscopale belge, et qui plus est le Comité de consultation, qui subsiste, n’est plus entre l’université et les évêques, mais entre l’université et la « communauté chrétienne » – ce qui permettra de choisir ces chrétiens parmi ceux soumis au politiquement correct, à la nouvelle doctrine eugénazie et à Mammon… tactique connue de tous les totalitarismes…
    Il reste cependant encore au Magistère, évêques ou pape, à déclarer officiellement que ces universités ne sont plus catholiques… car qu’est-ce qu’une université catholique qui ne reconnaît aucune autorité au Magistère ?

    Respectueusement,
    Olivier Joffre.

  11. Luc Warnotte

    Je ne sais pas s’il y a polichinelle mais il y a bel et bien un Guignol: l’abbé Lobet, qui met en doute ce qui est de notoriété publique. Et ce qui est avoué par les intyéressés eux-mêmes. Depuis au moins 2002, Louvain et Louvain-la-Neuve répètent haut et fort à Rome qu’elles n’ont pas l’intention de cesser les avortements, fécondations in vitro, dons de sperme etc. Le Standaard, Le (Grand) Soir, LLB, De Morgen ont répecruté des dizaines de fois les déclarations des deux Louvain à ce sujet.
    Il y a donc bien Guignol, puisque l’abbé Lobet est chargé de questions bioéthiques dans le diocèse de Tournai. L’ignorance poussée à ce degré-là, c’est de l’incompétence crasse.

  12. Yves

    Si je ne m’abuse, la citation de churchill est encore plus belle. Il dit, devant la Chambre des communes, “Democracy is the worst form of government – except for all those other forms, that have been tried from time to time.”, c’est à dire, “la démocratie est le plus mauvais des systèmes de gouvernements, à l’exception de tous les autres qui ont été essayés jusqu’à présents”.

    Mais sur le fond, 100% d’accord avec l’abbé Lobet.

  13. Benoît Lobet

    Vos informations sur l’UCL et la KUL, puisées uniquement dans la “grande presse” (qui ne fait pas dans la nuance) sont fausses aujourd’hui. Des contacts ont eu lieu entre l’Université de Louvain et l’Enseignement Catholique à Rome, qui ont apaisé ces dernières instances, dans tous les domaines que vous mentionnez un peu vite. L’Université de Louvain, qui se revendique (encore : je sais qu’il y a là un débat interne) “catholique”, mais non “pontificale”(ce qui est historiquement et juridiquement vrai), souhaite rester dans la ligne de l’Enseignement du Magistère. Voilà ce que je sais… Il est vrai que je suis professeur invité dans ladite Université, que j’ai de fréquents contacts avec les collègues éthiciens qui ont en charge ce dossier, et que peut-être ce sont les plus proches qui sont les plus mal informés. Mais, à ma connaissance, Rome est aujourd’hui “rassurée” sur Louvain…

  14. Benoît Lobet

    PS L’article signalé n’implique pas que les recherches y mentionnées conduisent à la production et la destruction d’ovocytes.
    Et depuis que je suis doyen d’Enghien, j’ai renoncé à mon poste de conseiller pour les questions bioéthiques dans le diocèse.
    Je répète que, certes, je peux me tromper, mais qu’à ma connaissance, les chercheurs UCL et KUL dans ces domaines sont très à l’écoute des recommandations romaines.
    Enfin, il y a plus vingt ans que le CA de l’UCL n’est plus majoritairement épiscopal…
    Quant au débat sur le “C” ou le “K” de l’Université de Louvain, il a fait couler beaucoup d’encre : certains professeurs souhaitent la suppression de l’adjectif “catholique” (qui n’a été ajouté qu’au XIXème siècle, alors que l’Université a été fondée en 1425), et revenir à la dénomination primitive de “Université de Louvain”; d’autres, dont je suis, et pour des raisons de visibilité d’une grande institution catholique en Belgique, souhaitent son maintien. Je trouve encore une fois qu’il ne faut pas trop vite cracher dans la soupe, et que l’Université en question – la seule “catholique” a être complète, c’est-à-dire à couvrir vraiment tous les domaines supposés du savoir – mérite d’être respectée avant que critiquée, et respectée entre autres pour tous les efforts qu’elle promeut d’évangélisation en son sein (paroisse étudiante, logement à projet chrétien, etc.) C’est trop peu? certes! C’est toujours trop peu. Mais c’est beaucoup déjà dans un monde difficile.

  15. Pierre de Vacquerie

    M. l’abbé Lobet, vous êtes vraiment un parangon de sophistique et de mauvaise foi. Vous accusez les autres de puiser dans la “grande presse” quand cela vous arrange. Mais lorsque c’est pour servir vos propres idées, vous n’hésitez pas, vous-même, à ne puiser que dans cette presse-là. Et la suffisance de vos réponse montrent le fond de votre personne : un être ultra-domatique (mais se SA dogmatique, celle du politiquement correct) et d’une pensée enflée de suffisance.

  16. Olivier

    Je remercie M. l’abbé Lobet pour ses réponses.
    Je reste fort circonspect sur l’U.C.L. (et plus que circonspect : la pratique de la fécondation in vitro implique bel et bien destruction d’embryons et est donc tout à fait scandaleuse d’un point de vue humain ou chrétien – qu’on ait réussi à amadouer Rome n’est pas vraiment le critère absolu pour moi) mais je suis heureux qu’il y ait de quoi espérer et que beaucoup de gens souhaitent qu’elle reste catholique ou, plus exactement, commence à le redevenir un peu plus.
    Espérons en tout cas que chacun fasse son meilleur pour le respect de la doctrine et de la liturgie catholiques, en Belgique et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *