Le Magistère de l’Eglise est aussi une lumière pour les non-croyants

Download PDF

Dans le message aux membres de la congrégation pour la Doctrine de la foi dont je parlais la semaine dernière, Benoît XVI disait également ceci:

“C’est ainsi que le Magistère de l’Église entend offrir sa propre contribution à la formation de la conscience non seulement des croyants, mais de tous ceux qui recherchent la vérité et entendent être à l’écoute des arguments qui proviennent de la foi, mais également de la raison elle-même. L’Église, en proposant des évaluations morales pour la recherche biomédicale sur la vie humaine, puise en effet à la lumière autant de la raison que de la foi (cf. ibid., 3), dans la mesure où sa conviction est que « ce qui est humain est non seulement écouté et respecté par la foi, mais il est aussi purifié, élevé et porté à la perfection » (ibid., 7).”

On retrouve ici plusieurs notions parfaitement traditionnelles, mais hélas trop souvent occultées de nos jours: le caractère universel de l’Eglise et de la révélation de Jésus-Christ; le fait que la “grâce n’abolit pas la nature, mais la parfait”, comme dit saint Thomas; le fait que l’Eglise ne soit pas seulement la dépositaire de la Révélation, mais aussi (et pour cette raison même) la meilleure interprète de la loi naturelle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *