Préparations au mariage ou au sacerdoce : les dossiers de Mgr Bestion

Download PDF

Mgr Bestion, évêque de Tulle depuis le début de l’année, raconte ce qui l’a intéressé lors de l’assemblée de la CEF :

“Celui sur la préparation au mariage. Un gros travail a été fourni par le groupe présidé par Mgr Jacques Benoit-Gonnin, évêque de Beauvais. Hier, un document a été présenté. Il me paraît très en prise avec la réalité sur le terrain. Je vais proposer qu’il soit repris dans le diocèse de Tulle. Aujourd’hui, le mariage est une question pastorale très importante. Il y a aussi le dossier sur les séminaires qui m’a beaucoup intéressé. J’ai longtemps œuvré dans les séminaires, mais cela ne signifie pas que je ne doive pas me poser des questions sur la façon dont on forme les séminaristes aujourd’hui. Dans mon diocèse, j’observe que les situations sont très variées : des hommes d’âges divers se posent des questions sur la vocation sacerdotale. Je dois envisager un parcours particulier pour chacun.”

Il part désormais à la découverte de son diocèse :

“Ma priorité, d’ici le mois de juillet, est de visiter chacun des prêtres. J’en vois 4 ou 5 chaque semaine. Ils sont une soixantaine, pas tous en activité. Ensuite, j’ai prévu de reconstituer les conseils – épiscopal, presbytéral, diocésain de pastorale. Je suis frappé par l’engagement de nombreux laïcs, notamment dans les Equipes d’Animation Paroissiales (EAP). Je suis confronté déjà à quelques problèmes, comme dans tous les diocèses. Comme l’a dit Mgr Pascal Wintzer,archevêque de Poitiers, le jour de mon ordination : « Vous savez que vous aurez à enseigner, sanctifier et gouverner. Mon expérience de vicaire général du diocèse de Mende m’avait permis de m’en rendre compte.”

Enfin, sa devise épiscopale :

“« Vous puiserez les eaux aux sources vives du salut » (Isaïe 12,3). Cette devise a été une surprise. Je réfléchissais pour chercher ma devise mais la méthode n’était pas la bonne. J’ai compris que je devais la demander dans la prière. Je devais la recevoir. C’est ce que j’ai fait. Un matin, à l’office de laudes, cette phrase m’est venue du livre d’Isaïe. Cette devise a touché énormément de gens. L’image de « l’eau vive » a beaucoup parlé aux diocésains. Le service pour la Pastorale liturgique et sacramentelle l’a utilisée pour le Carême. “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *