Angers : le directeur de l’enseignement catholique soutient le gender

Download PDF

Le directeur diocésain de l’enseignement catholique du diocèse d’Angers a diffusé un courrier aux chefs d’établissement, qui a été retransmis aux parents d’élèves, parmi lesquels un bon nombre s’étaient plaint auprès des directeurs et enseignants de l’introduction de l’idéologie du gender dans les classes. Récemment, des parents ont réussi à empêché la diffusion du film “Tom Boy” dans lequel une petite fille se fait passer pour un garçon. Ce directeur nie aux parents d’être les premiers éducateurs de leurs enfants, ce qui est contraire à la doctrine de l’Eglise. Il reproche aux parents de s’être opposés aux initiatives prises par des directeurs d’établissement ! Ainsi, il justifie l’introduction dans l’enseignement de cette idéologie à la mode LGBT, qui consiste à faire perdre aux enfants leurs repères.

Le directeur de l’enseignement catholique depuis 2009, Philippe Trillot, ancien directeur des collège et lycée Saint-Joseph La Pommeraye-Chalonnes-sur-Loire, a écrit :

Trillot“Ces derniers jours, notre réseau a fait la une des quotidiens. En cause, l’intrusion mardi dernier au collège Saint Martin à Angers de personnes se réclamant de “La manif pour tous” s’insurgeant de la projection à des élèves de 4éme du film Tom Boy, accusé de faire l’apologie de la Théorie du Genre… Cette séance était programmée au cinéma « Les 400 coups » dans le cadre de l’opération « Collège au cinéma » dont l’Enseignement catholique du Maine et Loire est partenaire.

Devant le coup de force inacceptable mené par quelques manifestants et afin d’éviter tout trouble à l’ordre public, la direction de l’établissement a pris, dans l’urgence, la sage décision de ne pas conduire ses élèves à la projection. Monseigneur Delmas et moi-même avons dénoncé fermement ces méthodes et salué la décision du Chef d’établissement, tout en comprenant l’émotion suscitée dans la communauté éducative.

L’Enseignement catholique du diocèse d’Angers ne saurait se faire dicter sa mission par quelque groupe de pression que ce soit. Il condamne l’attitude de ces personnes se revendiquant de “La manif pour tous” et redit son soutien dans leur difficile mission aux chefs d’établissement et à leurs équipes. Dans un climat de réelles tensions nées, entre autres, des réformes sociétales récentes et en cours, le projet de l’Enseignement catholique, éclairé par l’Evangile, doit être réaffirmé et nécessite une réflexion nourrie et raisonnée sur le fond et les controverses en cours. Les services de la Direction diocésaine y travaillent pour aider les responsables des établissements à éclairer le débat dans le souci d’échanges apaisés et respectueux.”

Vous pouvez réagir ici :

Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique (DDEC)
5 Rue du Haut -Pressoir.
BP 61028 – 49010 Angers Cedex 01
Tel : 02 41 79 51 51

50 comments

    • toto

      Vous n’avez rien sauvé , puisque depuis 1984 l’enseignement catholique sous contrat est prisonnier de l’éducation nationale pour les programmes et le recrutement des enseignants. Mgr Cattenoz à Avignon avait fermement fustigé les dérives de l’enseignement dit “libre”

    • Daniel

      Depuis la réforme de l’enseignement catholique l’an dernier, l’Evêque est partie prenante dans les décisions qu’il doit manager.
      Tout repose donc ici sur l’évêque d’Angers, et il ne faut pas être étonné de ce qui arrive. De plus, le corps enseignant et plus encore les directeurs sont choisis (je dis bien choisi) de préférence hors des catholiques.
      Avec le projet d’interdire l’école à la maison et de refuser de permettre aux familles de dégrever les coûts d’un établissement hors contrat, l’étaux franc-maçon se resserre inexorablement.
      C’est normal, puisque les gens ont voté ainsi et ne sont pas venus assez manifester contre.
      Votre liberté vous la gagnerez à la force du poignet pas en restant chez vous et en votant selon la pensée des media.

    • Marie Odile

      Nous savons tous, bien évidemment que les comportements masculins et féminins sont induits par les cultures et les conditionnements de l’enfant! Dans l’histoire, il est des futurs rois ou prince qui ont été conditionné à la féminité et à l’homosexualité par ceux qui voulaient le pouvoir! tel Henri III qui avait malgré tout des vertus!
      Notre débat est d’un autre âge! Apprenons à nos enfants à être “bien dans leur personne” nos générations ont souffert de bien des névroses conditionnées par la force plutôt que par l’Amour…
      Pensons aux propos récents de notre Pape disant des homosexuels: “qui suis je pour les juger”…. A méditer…

      • Anne Lys

        Madame, est-ce que les chattes, les éléphantes, les baleines femelles ou les poules et tant d’autres femelles animales ont appris leur comportement de femelles envers leurs mâles et leurs petits de cultures et de conditionnements qu’on leur aurait imposés ?

        Quant aux paroles du pape, elles sont absolument conformes à la doctrine catholique de toujours : « condamner le péché mais ne pas juger le pécheur ». Elles ne comportent absolument aucune nouveauté, et certainement pas une approbation du comportement homosexuel.

        • Marie Odile

          Désolée de vous décevoir Anne Lyse… Je ne crois pas devoir orienter l’éducation de mes enfants en me référent aux comportement animaux… Les bonobos ne m’inspirent guère…
          Sérieusement, à part procréer de gré ou de force, se battre contre les prédateurs sexuels, être en permanance en danger… On ne parle pas ici de “masculinité” ou de “féminité” qui est un comportement humain induit…
          Il y a chez les animaux tous les comportemenst sexuels possibles: Sadisme, pédophilie, onanisme, homosexualité… Est ce que tout ceci ouvre selon vous l’esprit?
          J’ai une autre opinion de la personne humaine… je persiste à croire que reconnaître que nos enfants nous échappent dans leur construction et les aimer d’abord, puis toujours QUELQUES soient leur choix de vie me semble la seule valeure sûre…
          J’espère de tout coeur n’avoir choqué personne par mes propos “libres”… Mais il est vrai que je suis lasse d’entendre s’échauffer les esprits contre des évidence…
          Mon travail d’infirmière scolaire me laisse me débattre dans mon école privée avec des jeunes gens en perdition de part leur orientation sexuelle, face à des familles qui revendiquent un peu trop des valeurs qui les blessent… Si nous sommes Catholique, faisons confiance en Dieu… Rien de ce qui n’arrive ne se fait sans sa volonté….

          • Anne Lys

            Madame,

            Vous m’avez certainement mal comprise : je ne vous suggérais nullement « d’orienter l’éducation de [vos] enfants en [vous] référant aux comportements animaux… », je voulais seulement vous rappeler que les humains sont des animaux, précisément des mammifères, et que les animaux mâles et femelles ont, en général (même s’il y a des exceptions, assez rares) un comportement conforme à leur sexe biologique et que ce n’est certainement pas dû à un conditionnement qui leur serait imposé. Et si, chez les autres animaux, ce n’est pas un comportement « induit », il n’y a pas de raison pour que cela le soit chez les êtres humains, comme vous le pensez.

            Vous êtes partisan (ou sans doute victime) de « l’idéologie » (et non la théorie) du “gender, sans doute parce que vous ne savez pas que les « expériences » tendant à imposer un « genre » différent du sexe biologique à des enfants ont échoué (si bien que l’hôpital John Hopkins de Baltimore, qui les avait initiées, y a totalement renoncé), et que seul le mensonge persistant (pendant des DÉCENNIES) de celui qui les avait entreprises (et qui n’a pas supporté de voir la gloire que cela lui avait apportée, tant qu’il prétendait qu’elles réussissaient parfaitement, faire place à une pénible humiliation s’il était obligé de reconnaître leur échec) conduit un certain nombre de scientifiques qui lui ont fait et lui font encore confiance à continuer à croire à cette possibilité.

            Ce qui n’empêche pas, évidemment, que soit de naissance, soit parce qu’ils ont été sexuellement désorientés dans leur adolescence par des adultes eux-mêmes homosexuels, un certain nombre de personnes aient des tendances et souvent un comportement homosexuel. Les premières, évidemment, ne sont pas fautives ; seuls les actes le sont. Mais il ne nous appartient pas de juger les personnes qui les commettent, tant du moins que notre devoir de parents, par exemple, ne nous oblige pas à en protéger les enfants dont nous avons la charge.

            Et il est évident que, même si l’un de mes petits-enfants (pour mes enfants, il ne semble pas qu’il y ait de risque) avait de telles tendances, il n’en serait pas moins aimé… même si j’en serais fort attristée, ne pensant pas que ce soit de nature à faire son bonheur.

  1. C.B.

    Les parents d’élèves savent quoi faire: “voter avec leurs pieds”, c’est-à-dire changer d’établissement (ou envisager l’école à la maison). En France, il n’est pas (et n’a jamais été) obligatoire de scolariser un enfant dans un établissement scolaire: l’obligation scolaire est seulement une obligation d’instruction, le parents ayant le choix du mode et du lieu de cette instruction.

    • maroussia

      Voeux pieux. Il faut se souvenir que des sénateurs UMP, 7 à l’origine, maintenant 6 après le désistement d’une sénatrice ont déposé une proposition de loi visant à interdire l’école à la maison. Une pétition est en cours. Mais pour l’instant je n’ai pas ouïe-dire que l’UMP retirerait cette proposition ! Un autre UMP, député-maire de Versailles, vient de poser une question écrite visant á réduire les possibilités de créations d’écoles hors contrat. Il faut s’attendre aussi á des attaques dans ce domaine… Déjà aujourd’hui quelles sont réellement les possibilités de préserver ses enfants pour un couple aux revenus modestes qui a besoin de 2 salaires et qui ne peut déménager vers une autre école ? L’enseignement catholique nous trahit, et cela ne date pas d’aujourd hui. Comme l’Évêque…Tel maitre, tel serviteur…

  2. Shimon

    dans un moment où l’église est accusée souvent à tort et manière excessive de pédophilie, toujours liée à l’homophilie, on ne peut que regretter que certains représentants ne condamnent pas très clairement l’idéologie du genre qui n’est pas faite pour l’égalité entre filles et garçons, mais pour justifier dans la tête de nos enfants l’homosexualité.

  3. Feynaud

    Nous sommes des grands parents soucieux concernant l’éducation de nos petits enfants. Nous avons des règles morales qui ne correspondent pas avec cette société dépravée, c’est notre avis, partagé par d’autres parents et grands parents. Nos enfants âgés bien évidemment, ont suivi l’exemple des aïeux et nous sommes attachés aux règles de la famille qui se veut, un papa et une maman et non des désordres sexuels tels que la société le préconise en ayant perdue toutes les valeurs qui devraient faire honneur à la famille et qui sombre dans le déshonneur. Nous confirmons que nous sommes contre ce “gender” qui ne veut rien dire que semer la division dans les familles et à l’école car une fille sera une fille et un garçon, un garçon n’en déplaisent à des cerveaux malades.

    • Shimon

      Cher Feynaud,

      l’idéologie du genre s’en prend-t-elle aux repères sexuels de nos enfants ou aux repères professionnels?
      Fait-on dans les écoles, avec l’ABCD de l’égalité une promotion “égalitaire” professionnelle ou dans les relations amoureuses?

  4. Labouche

    Quelle tristesse ! Si même l’enseignement catholique n’est plus capable de discerner ce qui est mauvais pour l’enfant ! Le Film Tom Boy est déstabilisant pour un enfant en phase de croissance et d’identité. L’enseignement catholique d’Angers tombe en plein dans le piège tendu par la franc-maçonnerie qui vise à déstructurer la famille.
    Les responsables auront des comptes à rendre. La mission de l’enseignement catholique est d’instruire les enfants dans la continuité et en harmonie avec l’éducation donnée par les parents (cf. catéchisme de l’Église Catholique). C’est sa vocation ! Ce n’est pas de se substituer à l’éducation familiale car les parents sont les premiers éducateurs mais bien d’accompagner les familles. L’éducation sexuelle touche l’intime et relève exclusivement de la responsabilité parentale.
    M. Trillot ferait bien d’analyser la vision éducative du ministre Peillon…

  5. Lhot

    Encore une fois est invoqué, cette fois par ce directeur d’enseignement catholique ( à se demander en quoi ce qualificatif a de juste ), le sacro-saint ordre public.
    Il se garderait bien de mentionner jamais l’Ordre naturel auquel l’Eglise catholique, Elle, doit se référer “à la lumière des Evangiles” !
    Aussi, ce Monsieur TRILLOT, militant de l’INVERSION des valeurs, use de façon illégitime d’un siège dont il n’a aucunement qualité pour remplir la fonction (il parle de “mission” !), par voie de conséquence. Il devrait en être chassé.
    Pire encore, non seulement il se rend partisan de trahison contre l’enseignement catholique à proprement dit, mais il participe à un système de corruption généralisé qui ne dit pas son nom ! En effet, d’ici quelques temps encore Alain Escada du mouvement CIVITAS, ayant apporté les preuves de cette théorie subversive que l’on cherche à imposer à des enfants innocents, ni lui ni Najat Bellau Vallskacem ne seront en mesure d’imposer leur diktat…
    Quand des enfants sont pris de la sorte en otage par un service public qui se fait fort d’éduquer au lieu d’enseigner, l’ordre public c’est nous ! Les parents.

  6. Archier

    alors que pour la moindre photo de classe, le moindre petit déplacement, il faut une autorisation des parents, dans ce cas, on emmène les enfants, en catimini, en attendant volontairement le dernier moment pour en informer les parents pour ne pas leurs laisser le temps de réagir.

    le “coup de force inacceptable” vient de l’établissement qui, tout en se prétendant catholique, se substitue à l’éducation des parents pour formater les enfants à la perversité, au mépris de l’enseignement de l’église.

    Par ailleurs, dans la relation de cette “intrusion” ce directeur de l’enseignement est soit un menteur, soit un incompétent-ignorant. Alors que des personnes compétentes sont au chômage, c’est une honte qu’il soit encore en place. en effet voilà le témoignage sur “l’intrusion inacceptable”

    ” Le parent d’élève et un membre LMPT sont entrés par la porte d’entrée du Collège (aucune intrusion), se sont présentés au secrétariat d’accueil, ont dit leur nom, leur souhait de rencontrer le Directeur et l’objet de leur visite. Pas la moindre menace sur la sécurité des élèves (!) aucune vocifération, aucune agitation, le responsable LMPT n’est pas allé dans la salle des professeurs, ni dans le bureau du Directeur … voir le témoignage du parent d’élève présent http://www.aleteia.org/fr/education/article/theorie-du-genre-a-lecole-tomboy-le-film-qui-divise-5827436121948160 “j’étais sur place en même temps que lui”, rapporte le père de famille. “Cet homme venait pour dialoguer, il ne m’a paru ni excité, ni menaçant.”

  7. Françoise Authosserre

    Ce directeur de l’enseignement catholique d’Angers tint des propos ambigüs et décourageant pour des parents justement courageux. Soit il rectifie son discours avec des excuses, soit il doit démissionner.
    La tenue vestimentaire non plus n’est pas à la hauteur de la fonction.

  8. gege

    Si nous étions dans une situation normale l’évêque du lieu limogerait sans préavis son directeur diocésain. Mais nous sommes dans un état de ruine tel qu’il ne reste que la prière et demander l’aide de Marie qui a toujours sauvé la France et qui ne nous laissera pas tomber!

  9. MJC49

    Voici le mail que je viens de laisser sur leur site, je me permets de vous conseiller d’en faire de même :
    http://www.ddec49.org/spip.php?page=contact

    Scandalisée que la Direction Diocésaine de l’Enseignement CATHOLIQUE d’ANGERS, en la personne de son directeur, se fasse le chantre de la promotion du Gender au sein des établissements catholiques de notre département.

    https://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/angers-le-directeur-de-lenseignement-catholique-soutient-le-gender

    Et ce, dans le plus parfait mépris des parents mis, à chaque fois, devant le fait accompli.

    Votre rôle n’est pas de semer le trouble dans les esprits des enfants et de contrarier les convictions personnelles des parents, qui SEULS, sont à même de décider de ce qui est bon pour eux.

    Votre rôle se borne à enseigner, et non pas à éduquer.

    Il est inadmissible et parfaitement choquant de voir votre institution plier l’échine, sous couvert “d’ouverture” toute aussi déplacée que malsaine.

    Avec un tel comportement, on comprend tout à fait que fleurissent les écoles privées, réellement catholiques hors contrat, à l’enseignement de qualité et parfaitement vierge de toute allusion à la sexualité qui n’a sa place dans aucun établissement scolaire.

    Maintenant, ne reste plus à la Direction de l’Enseignement Privé (Catholique… permettez-moi d’en douter) d’aller encore plus avant dans votre “modernitude” et de prôner auprès de vos élèves l’euthanasie, et de montrer en exemple, le Royaume de Belgique qui s’honore depuis quelques jours du vote de l’euthanasie des mineurs !

    Qui, à part Dieu, viendra nous sauver de ces fous !?

  10. Comme dit le père Froppo, ce Monsieur devra rendre des comptes à notre Seigneur à moins qu’il soit déjà de lui même voué à Satan. Pour ce genre d’individu il n’a rien de catholique. Qu’il s’attende à être jeté corps et âme dans l’étang de feu.
    Eugène

  11. Stéphane CLAUDE

    J’avais moi même de mon propre chef écrit au directeur du collège Saint Martin fort d’une communication de février 2012 extrêmement claire de l’évêque d’Angers (Mgr Delmas) sur l’enseignement de la théorie du genre à l’école.
    Il y rappelait que les parents, premiers éducateurs, devaient porter toute attention à ce qui était enseigné dans les écoles.
    Sans doute ne parlait-il que pour l’école publique ?
    Je ne regrette pas d’avoir retiré maintenant mes 2 enfants pour les mettre en hors contrat.
    Ces gens sont des vendus. Ce sont des collabos.

  12. gaudet

    Pour Monsieur Philippe Triot je ne vois que 3 solutions

    1- il change carrément de métier, et renonce à gouverner l’enseignement catholique dont visiblement il ne partage pas ou plus la foi et donc les valeurs morales!

    2- il a perdu totalement la raison, en se faisant le défenseur la “thérorie du gender”, et doit donc non seulement quitter ses fonctions, mais aussi de faire traiter en institut psychiatrique, car savoir q’un tel personnage aussi dément, dirige un cursus d’enseignement, cela fait profondément désordre !

    3- Mr Trillot, toujours bel et bien catholique, s’est égaré dans un effet de mode passager et regrettable, et dans ce cas comprenant l’ampleur de son péché , il pourra opérer un juste revirement , et recevoir un plus que nécessaire sacrement de pénitence et de confession !

  13. ADOUE Paul

    Monsieur Trillot

    Comment pouvez-vous tenir de tels propos allant dans le sens de l’idélogique diabolique du Gender ? savez-vous qu’en faisant ça, vous livrez tout simplement nos enfants à Satan ?

    Alors que l’on accuse l’église et le vatican, entre autres, d’être infiltrés par la pédophilie, la franc-maçonnerie, voire le satanisme, et malheureusement souvent à juste titre, vous osez apporter de l’eau au moulin des LGBT, des Peillon, des Femen, des pédophiles en réseau haut-placé, de tous les déconstructeurs du christianisme que vous êtes censé représenter, de la famille et de nos enfants, de nos valeurs chrétiennes, de la création que Dieu a façonnée de ses mains et pas vous, Monsieur Trillot, personnage suffisant et arrogant dans vos propos, Monsieur le Directeur de l’Enseignement Catholique ?

    Je vous plains car le jugement dernier reconnaîtra les justes et je souhaite que vous en fassiez partie mais seul Dieu jugera et des fois il est déjà trop tard.

  14. BRUNIER Jean-Marie

    Qu’en pensent les parents qui mettent leurs enfants dans un établissement catholique ?
    Boutons hors des institutions catholiques ces néo-troskards !

  15. Alyette Giroud

    Honte à ces pseudo-catholiques directeurs d’établissements chrétiens, qui défendent et imposent le “genre” aux enfants contre l’avis de leurs parents.
    Honte à l’évêque qui soutient un tel abus.
    Honte à l’hypocrisie de leur langage.
    Parents et grands – parents, défendons nos familles en la personne de nos enfants et petits-enfants ! et ne nous laissons pas abuser par les propos indignes des personnalités locales dites catholiques.

  16. REZVOY

    Si les parents d’élèves ont relativement peu de poids dans l’enseignement public, nous avons pu vérifier que c’est pire dans l’enseignement privé.
    Les apparatchiks en fonction veillent jalousement à garder tous leurs pouvoirs et à ce que les parents ne viennent pas mettre leur nez là où ils ne sont pas les bienvenus.
    Si vous n’êtes pas d’accord, vous vous entendrez répondre : “si vous n’êtes pas satisfaits, la porte est ouverte…”
    Beaucoup de gens se font des illusions.
    Face à un directeur qui, à votre avis, trahit sa fonction, vous n’avez qu’un seul droit, celui d’aller voir ailleurs.
    M.R.

  17. lambert henri-charles

    il y a bien longtemps que cet enseignement sous contrat n ‘a plus de catholique que le nom qui inspire confiance aux parents pour lui confier leurs enfants. En cela il ne dépare pas de l’épiscopat français, vendu dans sa très grande majorité et depuis fort longtemps à l’esprit du monde.. J’échange volontiers ce directeur contre un instituteur de la IIIème république!

  18. Ces directeurs anticatholiques de l’enseignement catholiques sont à expulser au plus vite des structures censées défendre l’homme et Dieu avant tout. Ces personnes compromises avec le monde n’ont rien à faire à ces postes de responsabilité. Bravo aux parents qui ont eu le courage d’affronter ces extrémistes institutionnels.

  19. FORTIN

    Quand on a pu lire dans “Actus” ce qui suit, à propos de PHILIPPE TRILLOT :

    « Quelqu’un m’a dit un jour que mon format n’était pas A4 mais A3 »,
    dit-il avec humour, avant d’ajouter : «Derrière les grands hommes, cherchez la femme ! »
    Un hommage à son épouse, documentaliste dans l’enseignement catholique, qu’il consulte toujours pour les décisions importantes. Et deux références à sa haute taille, rien de plus, pas de sentiment de supériorité chez lui, aucune crainte à cet égard !

    on peut peut-être se poser quelques questions…
    Pour ma part j’en aurais deux, la première quant aux craintes peut-être balayées un peu trop facilement.
    Et pour ce qui est de la seconde, malgré mon humour, je préfère ne pas ironiser excessivement sur la première citation.

  20. Melmiesse

    Les enseignants sous contrat payés par le gouvernement sont des fonctionnaires obligés d’enseigner le programme officiel; mais les parents d’élèves sont libres et expriment normalement leur refus, ils peuvent faire un enseignement parallèle de la vérité ou se défendre autrement

  21. petilu

    il y a tres longtemps que l’ecole libre d’Angers marchent à cote de son devoir
    Deja en 1989 je m’etais fortement “accrochée avec lune directrice qui trouvait que je m’occupais trop de mes enfants en leur faisant le catechisme et j’avais dit “95% de l’education c’est moi et je vous les confies pour les 5% qui restent!!!!!!!! . J’avais ete soulager de quitter cette ville
    mai 68 a pourri une partie du clergé jusqu’à la moelle et il semble helas que cela dure encore

    Lors de la fermeture de certaines congregations religieuses enseignantes je connais des parents qui ont envoyé leurs enfants en angleterre ou en Suisse
    faudra t-il en arriver là???
    En attendant il nous reste plus qu’à beaucoup surveiller ces ecoles, et prier pour ceux qui les detournent de leur vocation!! et beaucoup encourager les autres les vraies!!

  22. Ernest Geyraf

    Bonjour,

    Renseignement pris par un ami habitant sur place, il semble que ce ne sont pas des parents d’élèves de l’établissement qui sont intervenus dans l’établissement. Les parents d’élèves étaient au courant et n’avait pas réagi.
    Le directeur Diocésain s’insurge ici sur la méthode (lisez bien sa déclaration).

    Il faut éviter d’utiliser les méthodes calomnieuses et mensongères de nos adversaires.

    Cordialement

    • Doumenge

      J’habite à 5mns de ce collège ou j’ai scolarisé mes enfants. Des parents ont téléphoné dès novembre pour prévenir qu’ils étaient contre cette diffusion car le film figure sur une liste de plusieurs films diffusables aux collègiens.
      Ils ne leurs ont meme pas montré l’excellent documentaire: “sur les chemins de l’école”.
      Donc le directeur du collège Mr Bizon et le directeur diocésain ont vu ce film dont la réalisatrice se targue de l’avoir fait dans un but “subversif et politique”.
      Le titre du film était surprise jusqu’à la veille pour certaines classes.
      VOICI LA VERITE: seul un parent d’élève (un très bon ami personnellement) s’est présenté à l’accueil le matin meme de la diffusion.
      Il avait demandé à un membre actif de la lmpt de l’accompagner, celui ci est resté à l’accueil et n’a pas pénétré au delà dans le collège.
      Notre ami s’est entretenu 2 heures dans le bureau du directeur qui était assisté lui de 2 profs initiateurs de la sortie.
      Donc il s’est retrouvé seul contre 3 à expliquer la nocivité de ce film.
      Notre ami est un HEROS des temps modernes.
      Le directeur a bien voulu annuler la projection du film puis a retourné sa veste face à son équipe de profs.
      Le journaliste aussi a tout emplifié et déformé, que de mensonges!

  23. Sous contrat ou pas, c’est bien à l’enseignement catholique de décider pour ce qui concerne la théorie du gender.
    Les parents ont eu complètement raison de s’opposer à la projection de ce film, et donc à l’enseignement de cette théorie; d’autant que bizarrement, d’après les nouvelles déclarations de Peillon, cette théorie n’existe pas !! et que les anciennes consignes pour l’enseigner ont complétement disparu des sites de l’Education Nationale.
    Il a bien fait de mentir Peillon, au vu simplement des réactions sur ce blog, et aussi heureusement des réactions de l’opinion publique française en général.

  24. Je viens de tel à la direction diocésaire de l’enseignement catholique d’Angers . Ils m’ont fait poiroter ils n’ont pas raccroché comme ils savent faire. Ils m’ont promenée de service en service pour me ramener au standard. Là je suis tombée sur une secrétaire accueillante ce qui est rare quand le torchon brûle .

    J’ai donné mon nom

    Je lui ai dicté ma protestation (salée) et elle l’a soigneusement prise et s’est engagée à la transmettre au directeur diocésain Trillot.

    Voici l’adresse mail de l’accueil de la direction diocésaine de l’enseignement catholique :s.verdier@ec49.fr elle vient en complément du n° de tel.

    Puis elle a accepté de me donner son mail : ,

    Ce qui m’a permis de lui demander ensuite de faire part de ma protestation à Mgr Delmas.

    Maintenant ils ont mon adresse mail aussi

    Je disais,

    Que grâce à internet, on est au courant de ce scandale national qui est un abus de pouvoir. Que ce qui a été écrit par le directeur diocésain, soutenu par l’évêque, est contraire au Magistère, que c’est une forme publique de destruction de la foi par le haut, que les parents sont bien le premiers éducateurs de leurs enfants .

    Je demande réparation publique par une déclaration officielle reconnaissant cette grave atteinte à la doctrine catholique dans un des ses fondements théologiques essentiels .

    Tout ceci a été soigneusement consigné. Engagement a été pris de transmettre . On va voir s’il y a un écho (ça m’étonnerait). Ils n’ont pas l’air submergés par les appels, une des secrétaires que j’ai eue ne comprenait pas le mot “Gender”

    • gaudet

      De Vaugelas

      Vous avez bien fait de souligner le fait que , indépendamment du cas du directeur d’enseignement diocésains,
      l’Évêque du lieu , porte en lui une part importante de responsabilité dans le développement de ce lamentable scandale, car en n’opposant pas son veto à la politique du gender, ce prélat se place de lui même, en dehors des principes les surs de l’Eglise en matière de morale humaine et familiale , et en d’autres temps, il aurait été sanctionné pour cette faute remarquable !

      Il est clair pour tout le monde , que jamais ce directeur d’enseignement n’aurait pu adopter librement cette attitude tristement délétère, si nous étions en présence d’un évêque de fort solide tradition catholique et affirmant la rectitude de la foi, dans son expression la plus forte !

      Il conviendrait donc de saisir par voie de courrier cet évêque mondain, amorphe , irresponsable et falot , dans le but de lui demander carrément des comptes !

  25. Dominique BOCHET

    Cela fait des années que Rome n’est plus dans Rome et que le religieux n’est plus dans l’enseignement catholique. Après avoir subit l’enseignement catholique comme parent et membre de l’APEL pendant 10 ans dans un département de l’ouest . Après avoir était mis en quarantaine avec un ami par le chef de cet établissement en tant que représentant au conseil pastoral pour avoir demandé la repose des Crucifix dans les classes, d’avoir de vrais animateurs en pastorale … Je refuse de croire que les établissements d’enseignement catholique méritent encore leur label “Catholique”. Dans ce même établissement, plusieurs professeurs de religion musulmane n’assurent pas leurs cours durant les périodes de leurs fêtes… Refus de porter plaintes lors des agressions d’élèves maghrébins sous la menace de porter plainte à leur tour pour racisme… et les exemples ne manquent pas ! La conclusion est que, ce qui se passe à Angers n’a rien de surprenant et n’est que la continuité de 40 ans de laxisme spirituel de notre clergé. Seul salut pour des parents qui souhaitent un véritable enseignement Catholique est de trouver une école hors contrat. “Parce que nos Enfants le valent bien”

    • maroussia

      20 ans parent d’élève dans l’enseignement catholique, dont 8 ans dans l’ouest…des responsabilités au sein de l’APEL et de l’UDAPEL…Et je partage entièrement votre opinion.
      Maintenant c’est le tour du premier petit-fils et je me fais beaucoup, beaucoup de soucis ! Au point d’envisager avec les parents mon départ dans un pays étranger où nous avons des attaches pour le scolariser . Comme c’est triste. Nous payons deux fois, une fois avec nos impôts, une autre fois en règlant les factures d’école, quel mépris en retour…

      • Dominique BOCHET

        Je suis dans la même situation que vous, mes enfants devenus parisiens ont opté pour le hors contrat pour mon petit fils.
        Ils paieront mais en connaissance de cause.

  26. Anne Lys

    Ainsi, pour M. le directeur de l’enseignement catholique d’Angers, « L’Enseignement catholique du diocèse d’Angers ne saurait se faire dicter sa mission par quelque groupe de pression que ce soit. Il condamne l’attitude de ces personnes se revendiquant de « La manif pour tous » et redit son soutien dans leur difficile mission aux chefs d’établissement et à leurs équipes. » (Traduisons du jargon : L’enseignement catholique d’Angers refuse aux parents de ses élèves le droit de contrôler l’enseignement et l’éducation donnée à leurs enfants ; enseignement et éducation appartiennent exclusivement aux chefs d’établissement et à leurs équipes.)

    Il est déjà bien difficile aux parents de « l’enseignement catholique » qui veulent une éducation catholique pour leurs enfants d’être certains qu’ils vont l’obtenir des écoles où, avec un notable sacrifice financier, ils ont mis leurs enfants. En effet, ces écoles sont contraintes d’adopter les programmes et les méthodes de l’enseignement public, l’État a la haute main sur le recrutement des enseignants, il peut refuser (et refuse) la création de classes que les effectifs rendent nécessaires. Ces écoles doivent accepter des enfants qui ne sont pas catholiques et éviter de les choquer par l’affirmation de la foi catholique dans l’enseignement.

    Mais au moins les parents pouvaient-ils espérer que le droit des parents à être les premiers éducateurs de leurs enfants, à contrôler ce qui leur est présenté et enseigné, serait respecté dans ces écoles. Il apparaît qu’il n’en est rien et que la direction de l’enseignement catholique, à Angers tout au moins, a adopté le principe de M. Peillon, ministre de l’Éducation nationale, selon lequel l’école doit « arracher » les enfants à leurs « déterminismes familiaux » ; M. Trillot ne dit pas encore que c’est pour leur enseigner la religion républicaine qui doit remplacer le Christianisme dans leurs esprits, comme le dit ouvertement M. Peillon.

    Que des parents estiment qu’ils ne souhaitent pas que leurs enfants soient imprégnés de l’esprit et de la forme du film « Tomboy », lequel, il devrait tout de même le savoir, a été expressément écrit et réalisé dans l’intention de faire naître chez les enfants une interrogation sur la réalité psychologique de leur sexe biologique et de leur faire perdre leurs repères dans ce domaine, cela relève, bien évidemment, de leurs prérogatives d’éducateurs.

    Que d’autres pensent que, de toute façon, ce film n’est pas adapté à l’âge de leurs enfants, cela en relève aussi.

    Des parents qui exigent de savoir ce qui est présenté à leurs enfants et de le refuser si c’est contraire à leur conception de l’éducation ne sont pas « un groupe de pression », mais des parents qui savent qu’ils sont les premiers éducateurs de leurs enfants et qui le manifestent. Que des enseignants « catholiques » n’acceptent pas cette réaction naturelle et s’en offensent, alors qu’ils devraient se féliciter de cette vigilance (qui a pu manquer parfois), c’est tout à fait anormal.

  27. In fine, avec la légalisation du mariage homo, c’est un peu comme si on disait à Dieu : « tu as crée la vie, pour cela tu as inventé cette magnifique relation sexuelle entre un homme et une femme pour assurer la continuation de l’espèce. Mais voilà, nous ne sommes pas intéressés et nous te rendons les clefs de la vie en légalisant un état orienté vers la mort.
    Et cela, c’est une attaque frontale contre Dieu.
    A tous pécheur miséricorde (tendance homosexuelle)
    Mais pas de miséricorde pour le péché (légalisation du mariage homo)

    http://www.youtube.com/watch?v=f-WfY32AApk

  28. MARTIN

    La théorie du “genre” est née dans l’esprit dégénéré d’un psychiatre et fut même adopté par un pédophile nazi qui fournissait ce même psy en expérimentation (quelques recherches intensives sur le net vous apprendront cela). Mais ça c’était avant. Aujourd’hui alors que la méthode globale longtemps valorisée est découverte comme une fabrique à illettrés, il faut bien la remplacer par autre chose qui, si possible, mettra encore plus nos enfants dans la confusion totale face à la vie. Cela arrange bien ceux qui trouvent bien pratique de pouvoir manipuler les gens en appuyant sur des boutons sans qu’ils réfléchissent. Quant aux LGBT, s’ils pensent que cela leur sera bénéfique, ils feraient bien d’y regarder de plus près car, si cette théorie a intéressé les nazis ce n’est surement pas pour les protéger. L’église catholique devrait ce rappeler les mots du Pasteur Martin Niemoler en 1945 qui commence par : “Ils ont commencé à rechercher des communistes … ” et se termine par “il n’y avait plus personne pour me défendre.”.

  29. Shimon

    écrit à Dachau par le Pasteur Martin Niemöller

    Quand ils sont venus chercher les communistes, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas communiste.

    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas syndicaliste.

    Quand ils sont venus chercher les juifs, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas juif.

    Quand ils sont venus chercher les catholiques, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas catholique.

    Puis ils sont venus me chercher, Et il ne restait plus personne pour protester.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *