Désinformation d’Isabelle de Gaulmyn sur le père Zanotti-Sorkine

Download PDF

L’abbé Michel-Marie Zanotti-Sorkine a accordé un entretien à La Libre Belgique  (dont on pourra trouver le texte sur le blogue Belgicatho). Extraits :

“Quelle est votre recette pour attirer les fidèles à la messe ?

Les églises se rempliront si elles ouvrent leurs portes douze heures par jour, afin que l’on y perçoive avec ses sens la présence du Christ et de sa mère, que le silence y soit respecté pour permettre à l’âme de rejoindre l’amour qui est Dieu, que la liturgie eucharistique ne soit ni plate ni insipide ni bavarde, qu’elle soit célébrée sans pompe excessive mais avec soin et beauté. Il faut que le prêtre soit présent dans son église plusieurs heures par jour, qu’il n’ait rien du fonctionnaire, qu’il reçoive sans rendez-vous, qu’il parcoure les rues de son quartier et de la ville, parlant avec les uns et les autres…

Et en soutane, comme vous ?

Si possible en soutane ou en clergyman pour donner une chance à ceux qui ne pratiquent pas de voir un prêtre, de le reconnaître et de lui parler. Le prêtre ne doit pas être un homme de structure, de plans, dans lesquels les personnes se doivent absolument d’entrer, que l’on sente en lui qu’il n’est qu’un intendant des mystères de Dieu, un gérant et non le propriétaire des richesses divines.

Malgré votre succès pastoral et en librairie, vous êtes fortement critiqué au sein de l’Eglise. Jugé encombrant et trop médiatique, comment percevez-vous ces critiques ?

Ces critiques viennent en effet de l’intérieur de l’Eglise et dans la plupart des cas, de personnes qui ne m’ont jamais rencontré et qui fondent leur jugement sur leur propre sensibilité religieuse ou à partir de “on-dit”. Comment voulez-vous alors que je les considère ? Je les laisse courir. Ce qui m’intéresse, c’est la foule des petits et des humbles qui ont besoin de Dieu et qui eux ne vous jugent pas parce qu’ils ne sont jamais idéologiques.

Votre site internet est très impressionnant. Vous comprenez que vos détracteurs dénoncent ce côté bling-bling ?

Très franchement, je n’ai pas l’impression que mon site soit bling-bling ! Il contient tout au plus des centaines d’homélies et quelque articles de presse… mais dites-moi, puisque nous en sommes à cette question, le prêtre doit-il rester dans son coin, effacé, couleur gris muraille, loin de la modernité, adepte du minima dans tout ce qu’il propose ? Je ne le crois pas. Nous sommes les représentants d’un Christ solaire et rayonnant qui, avant de monter sur la croix, a été suivi par des milliers de personnes à qui il a adressé sa parole de feu ! Et nous devons l’imiter… avant l’incontournable croix !

Il est de notoriété publique que vos relations avec votre archevêque, Mgr Pontier, étaient mauvaises. Est-ce là la raison de votre départ de Marseille ?

Rien de plus faux. Mes relations avec Mgr Pontier sont excellentes. Je dois notamment à Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef au journal de La Croix, d’avoir insinué dans un de ses articles que je n’obéissais pas à mon évêque ! Cette dame que j’entends cependant respecter, elle non plus, ne m’a jamais rencontré ! Je constate encore que c’est de “l’intérieur” que le mal s’accomplit et se répand, et c’est ainsi que les chrétiens se divisent et que l’évangélisation piétine. Mais là encore, je passe sous les aboiements qui ne gênent en rien l’œuvre de Dieu…

Même en Belgique, l’ordination des 3 prêtres qui suivent votre courant est perçue par certains comme une mauvaise nouvelle. Envisagez-vous de venir vous installer en Belgique ?

Je demande à tous ceux qui formulent des critiques à leur sujet d’avoir la bonté d’aller les rencontrer et de se rendre compte de ce qu’ils sont, et de ce qu’ils font. De passage à Bruxelles pour une journée la semaine dernière, je suis allé les visiter, et j’ai été émerveillé de voir à quel point ils étaient déjà insérés dans le tissu social de leur quartier et combien les commerçants les apprécient et les entourent d’une grande gentillesse. Par pitié, arrêtons de critiquer, de détruire, de juger gravement des personnes qui ont donné leur vie au Christ ! La Belgique est-elle si riche en vocations pour ne pas se réjouir de l’arrivée de ces jeunes frères qui ont pour idéal de vie de rejoindre ceux qui se sont éloignés, ceux qui, bien que baptisés, ne pratiquent plus ? Un prêtre de plus dans une ville, ça vaut de l’or ! Alors plusieurs, quel don ! Réjouissons-nous ! Et surtout ne jugeons pas sur l’apparence, sur leur soutane, sur leur liturgie qui n’est rien d’autre que catholique ! L’amour de la différence si souvent prôné par les uns et les autres doit aussi se manifester au sein même de l’église où toutes les sensibilités sont les bienvenues.

A vos yeux, un prêtre doit-il aujourd’hui être médiatique et visible, à l’instar des évangélistes américains ?

Uniquement ceux qui doivent l’être. Le but n’est pas d’être médiatique mais de travailler ardemment jusqu’à susciter l’intérêt du grand nombre et son questionnement. “Allez de toutes les nations, faites des disciples !” Quant à être visible, c’est vital ! Un prêtre doit être reconnaissable. Le dernier des athées doit pouvoir lui cracher dessus ou lui parler. Il n’est pas l’homme d’un sérail, de sa petite chapelle, fut-elle ardente et sympathique.

Vous dénoncez les artistes qui s’attaquent au Christ et vous appelez les chrétiens à s’indigner face à cela. Les religions ne doivent-elles pas accepter les critiques, comme elles dénoncent parfois elles-mêmes certains comportements humains ou évolutions sociétales ?

Vous faites sans doute allusion au spectacle de Monsieur Castellucci qui eut lieu à Paris au Châtelet il y a quelques années et où l’un des protagonistes jetait des excréments sur le visage du Christ ! Tout en sauvegardant une saine liberté d’expression, je ne crois pas qu’il soit bon de rire de tout ou encore de porter atteinte à certaines réalités qui, pour des êtres, sont sacrées. Et il est bon que de temps en temps, instinctivement, le sang monte au visage face à l’insulte. A l’heure la plus tragique de l’expansion du SIDA dans les années 80, je me souviens qu’un mot d’ordre avait été donné : il était alors interdit de se moquer de ce fléau et des personnes atteintes. Je partage ce point de vue. Il y a des réalités intouchables : la souffrance des êtres, et les croyances les plus sacrées. Quant aux artistes, qu’ils écoutent encore ce que François Mauriac disaient d’eux : « l’artiste est celui qui sauve le monde de la douleur en lui donnant les formes les plus belles de l’amour. »

Le pape François appelle les prêtres à éviter de faire “comme on a toujours fait”, c’est pourtant ce que vous faites en restant très traditionnaliste, non ?

Pourquoi me rangez-vous dans une catégorie ? Je suis un homme et un ami du Christ et cela suffit. Depuis deux mille ans, les prêtres célèbrent l’eucharistie et accordent le pardon de Dieu, depuis deux mille ans, ils cherchent à aimer avec démesure tous les êtres qu’ils rencontrent, à commencer par les plus abjects, depuis deux mille ans, ils tiennent à ne juger personne, depuis deux mille ans, ils cherchent des voies nouvelles pour annoncer l’évangile, et à ce sujet, je fais ce que je peux avec mes livres et mes chansons. Le drame c’est que si vous sortez des sentiers battus comme je le fais là, on vous accuse de mettre le système en péril, de sortir de l’institution, de ne plus faire corps avec l’establishment, d’exprimer librement ce que vous portez en vous. Et si vous êtes complètement « dedans », on vous accuse d’être ringard ! Il faudrait tout de même se mettre d’accord !

Et par rapport au pape ?

Je reçois la pensée du pape comme une invitation à sortir de nos plans pastoraux souvent dépassés. Regardez par exemple, pour le baptême : tout le monde est obligé de faire deux à trois ans de préparation pour le recevoir, alors qu’il faudrait faire du sur-mesure, en tenant compte de ce que sont les personnes ! Nous absolutisons les moyens. Sur ce point, le pape François, lorsqu’il était archevêque de Buenos Aires, avait réglé la question en simplifiant au maximum la procédure ! En ce sens, il faut entrer dans des perspectives nouvelles et abandonner nos systèmes étroits et caducs.

Quelles sont vos relations avec les musulmans ? Est-ce vrai que vous avez baptisé des musulmans ?

J’ai trouvé chez mes frères musulmans que je croisais tous les jours dans les cafés et dans la rue une gentillesse et un accueil que je n’ai pas toujours trouvés dans le monde chrétien. Ils m’ont toujours respecté et considéré comme un serviteur de Dieu. L’amitié était au rendez-vous. Et, en effet, j’ai baptisé plusieurs d’entre eux tout simplement parce qu’ils désiraient être immergés dans sa grâce !”

23 comments

  1. Jean-Pierre Delmau

    Le Père Zanotti-Sorkine est un exemple de prêtre, comme l’a été le Curé d’Ars.
    Si je comprends bien, ce qu’on lui reproche dans l’Eglise (hiérarchie et pratiquants), c’est qu’il est visible.
    Or, comme sa mission est de rencontrer (concrètement, pas en les croisant dans la rue) tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, à un moment favorable connu d’eux-seuls, sont en-dehors de l’Eglise, et de leur donner à voir l’amour de Dieu, comment faire autrement que de se laisser interpeller par des inconnus ? Et comment l’interpelleraient-ils s’il ne le reconnaissent pas ?
    Sa soutane n’est pas pour “faire genre”, mais pour attirer les inconnus qui ont besoin de le rencontrer.
    Je dois avouer que je n’arrive pas à comprendre que cela ne saute pas aux yeux de ses frères prêtres.
    Je crois que, en se camouflant, ils ne savent pas ce qu’ils perdent, et ce dont ils privent les autres, ces inconnus qu’ils ne rencontreront jamais.
    Invité à l’ordination de quatre prêtres de mon diocèse il y a 2 ans, j’ai fait cadeau à chacun, en remerciement, du dernier livre du Père Zanotti-Sorkine. Je fais ce que je peux…

  2. oizel

    Le Père Zanotti est trop sûr de lui et de son analyse sur la déchristianisation.
    Quand je lui ai écrit pour le lui dire, il m’a répondu qu’il ne pouvait pas me répondre personnellement. En vérité, il n’avait rien à dire.
    Les prêtres ne sont pas pire qu’autrefois…Il a tort car il ne prend pas en compte les changements survenus. Mgr Barbarin quand il déclare que l’apparition de la TV, a entraîné la disparition de la prière du soir en famille ( que j’ai bien connue !) prend en compte l’apparition de la TV.
    Le Père Zanotti parle-t-il de la TV?
    Finkielkraut va plus loin quand il dénonce l’interconnexion permanente qui ne rend plus possible l’héritage et la transmission autrement dit la religion.
    Le Père Zanotti n’évoque pas les évolutions chez l’être humain ainsi ne fait-il écho des propos du Card A Vingt-Trois qui affirme que les gens sont de moins en moins intelligents et que l’annonce de l’Evangile s’appuie sur la raison.( source vidéo KTO les nouveaux évangélisateurs) il y a de plus en plus de pervers dans la société d’aujourd’hui (Naouri) etc.
    Benoît XVI qui déclare :”Il faut rendre à Dieu la place centrale dans nos vies au quotidien” a ciblé plus précisément l’origine de cette indifférence religieuse. Notons enfin que le doc en neurologie Michel Desmurget a écrit un livre qui résume le drame d’aujourd’hui dont le titre dit tout TV lobotomie !
    Le Père Zanotti est un prêtre charismatique sans aucun doute mais il est nuisible par son analyse simpliste sur la déchristianisation. Il devrait lire Moingt, Delsol, etc.et prendre conscience que les églises en Europe sont balayées par un tsunami comme dit Benoît XVI. Le denier du culte donne la mesure du problème (de mémoire 48% des donateurs ont +de 80 ans ! les séminaires sont vides! les églises se vendent…dans 10 ans que restera -t-il???

    Clovis dont une fresque au Panthéon montre son baptême n’est plus enseigné….la religion doit disparaître même dans l’Histoire de France et personne s’alarme.
    Clovis par sa conversion a évité une guerre civile entre les Francs païens et les gallo romains chrétiens; comme Henri IV , il a fait beaucoup pour l

    • LION Elise

      Trop de savoirs, d’érudition (éructée) et de raisonnements TUE L’AMOUR et le COEUR, trop de raison tue la raison aussi…

      Vous dîtes que le Père Zanotti est nuisible par son analyse simpliste sur la déchristianisation ?! Mais ouvrez les yeux et jugez vous-même du résultat à l’Eglise des Réformés à Marseille, qui était pleine tous les dimanches à son départ ! N’est-ce pas cela qu’on appelle une bonne christianisation ?

      Et Jésus ne convie-t-il pas les petites gens, les simples et les nécessiteux à venir à sa table ?…

      À méditer…

    • BLAUDEAU

      Cher internaute,

      Rencontrez le Père Michel-Marie Zanotti ne fusse que quelques secondes dans votre vie ; serrez-lui la main en le regardant dans les yeux et votre opinion sur lui aura radicalement changée…

      Bonne journée !

  3. Jacques de Lapomarede

    avant l’arrivée du P Zanotti,il-était question de démolir les Réformés et la messe était célébrée dans la crypte vu le nombre de fidèles.
    à son départ l’église etait comble (je dis bien comble)tous les dimanches.C’est peut-être cela qui posait problèmes aux paroisses voisine,non?

  4. Balland

    Merci mon Père pour ce que vous êtes et tout ce que Vous avez apporté à des milliers de pratiquants ou athées.
    40 baptêmes d’adultes lors de la dernière veillée Pascale!!!! ….
    N’y aurait-il pas de la jalousie du clergé qui Le démolisse?? Où est la charité chretienne?
    Prenez exemple et faites autant!!

  5. Marie-France

    Je ne sais si le Père Michel-Marie analyse bien les causes de la déchristianisation, mais à Marseille, il a réussi, en moins de dix ans, à remplir une église qui était en voie de disparition, à faire de nombreux baptêmes, et susciter des vocations sacerdotales …

  6. Berjan

    Suivre le pére Sorkine est très chrétien, il fait comme le Christ en Palestine ???Que reste t-il ? un petit nombre de chrétiens, pour nous c’est pareil;;;;que s’est-il passé …et pourtant nous avons des prêtres …Mais la parole n’est pas la même..Le Pére Sorkine donne envie de le suivre…et de se convertir…Comme le pape François il va aux périphéries …Les gens bien pensants y vont-ils ? Lisons ses livres et allons l’écouter.Un prêtre en soutane c’est formidable, ils ont le courage de leur conviction …et porte Jésus en eux…Prions…

    • Thierry

      Petite rectification : Jésus n’a pas vécu en Palestine mais en Judée-Samarie. Le nom de “Palestine” a été donné par les Romains à cette région bien après.

  7. LION Elise

    On ne peut être que rempli d’admiration et de respect face aux réponses du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, au journaliste. J’ai été extrêmement émue par ses paroles et par les injustes insinuations et critiques qui lui sont portées… Jusqu’à être indignée face à ces attaques envers lui et son œuvre humaine de saint père auprès des plus petits. Je n’en reviens pas de tant de bassesse au sein du christianisme même. C’est (en effet) toujours le Bon et le Juste que l’on fustige, stigmatise, même au sein de l’Église Catholique, “en interne”, je n’en reviens pas… Mais comme répond si bien l’abbé Michel-Marie, il faut arrêter de se tirer dans les pattes, car ce n’est pas ainsi que l’Église Catholique sera unifiée et réunira ses fidèles. Tant de bonté, d’humilité et de sagesse en un seul homme et tant d’injustices aussi, m’ont émue aux larmes ce matin… Et je n’en dirai pas autant d’Isabelle de Gaulmyn (rédactrice en chef du journal de La Croix) qui, par son article, a insinué de fausses informations sur le Père Zanotti, qui ne mérite pas ces critiques, bien au contraire ! Mais on le sait tous, la sagesse et la sainteté sont souvent attaquées, ici-bas, pour que piétine l’évangélisation et que les actes d’amour soient salis. Excusez-moi si je sors de mes gonds et que mes propos ne sont pas aussi sages que ceux du père Michel-Marie, mais je ne supporte pas qu’un homme exemplaire et méritant soit stigmatisé ! <3

    Article à méditer <3

  8. Claire-Marie

    A ceux qui critiquent le Père Zanotti, Ne vous y trompez pas, ce prêtre est un Saint. Demandez plutôt à l’Esprit Saint de vous éclairer pour comprendre que Notre Seigneur Jésus-Christ habite en lui.
    Il est certain qu’il faut être humble et sans prétention pour apprécier ce prédicateur de feu, imprégné du Feu du Saint-Esprit.

  9. Chantal

    Je rentre de Notre Dame du Laus ce pretre porte Marie et Jesus en lui il nous les offre et j ai vu au Laus meme des gens athees prier ! Et que dire quand il nous parle de saint Antoine de Padoue Bravo Pere Zanetti

  10. Boutrand

    Je rentre du Laus egalement, ses homelies sont de veritables joyaux qui reveillent nos ames et ses enseignements encadres par la vie des saints et des saintes nous menent a l Amour du Dieu vivant dont tous nous en parlons sans souvent ne l avoir ni perçu ni touché. Pere Michel Marie c est le tsunami de la foi toujours en coeur a coeur avec Marie. Dieu l a fait artiste son eloquence et son ecriture nous conduisent vers l Amour … D un souffle pousse par le souffle de Dieu.

    [… qui vous a écouté, ne serait ce qu un jour ne pourra plus jamais se passer de l Amour …]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *