A propos de l'"opposition" à Mgr Cattenoz

Download PDF

Les médias ont abondamment relayé l’opposition qui se manifeste dans l’archidiocèse d’Avignon. Notamment le quotidien de référence de la “grosse” presse française : Le Monde (on trouvera l’article de Stéphanie Le Bars dans les messages d’un liseur du Forum catholique). Ce bruit médiatique est plutôt louche. De fait, quand on creuse un peu, on s’aperçoit que cette opposition est surtout… médiatique. D’ailleurs, l’article du Monde commence ainsi : “ils sont 200 catholiques à mener la fronde“. Autant dire pas beaucoup. Et même très peu. Si toutes les manifestations rassemblant 200 personnes avaient droit à une pleine page du Monde, ce dernier devrait se transformer en catalogue !

Alors pourquoi Le Monde s’intéresse-t-il à ce groupuscule, l’association Chrétiens en Vaucluse (CEV) ? Parce qu’ils osent manifester contre Mgr Cattenoz : “du jamais vu“. Bigre. D’autres groupes, bien plus nombreux, et connus pour leurs polémiques, n’ont jamais eu autant de faveurs du Monde. Que l’on pense par exemple à Paix Liturgique 92, qui faisait le pied de grue devant l’évêché de Nanterre toutes les semaines en attendant d’être reçu par Mgr Daucourt, qui ne les a d’ailleurs jamais reçu (Mgr Cattenoz, qui a proposé sans succès de recevoir des membres de CEV, est à cet égard, un homme bien plus ouvert). Oui mais les traditionalistes n’ont jamais été appréciés du quotidien du soir.

Ainsi, notre consoeur Stéphanie Le Bars prend parti pour un groupuscule héritier de la pastorale de l’enfouissement des années 1970, qui a vidé les églises et les séminaires, contre un évêque réformateur, énergique (parfois trop selon certains), qui a à coeur de redynamiser son diocèse. C’est bien de cela qu’il s’agit : des communautés nouvelles et charismatiques, venues de France et d’ailleurs (ah, l’accueil de l’étranger… quand il s’agit du clandestin, c’est chrétien, quand c’est un prêtre sénégalais converti de l’islam et faisant du porte à porte pour réveiller les consciences, cela devient un scandale !), réévangélisent le diocèse.

Toutefois, Stéphanie Le Bars, qui utilise les grands mots (“ce sont bien deux conceptions de l’Eglise qui s’affrontent“) reconnaît tout à la fin de son papier que la partie est perdue pour le groupuscule. Non seulement les détracteurs de Mgr Cattenoz reconnaissent que le diocèse a de nouveau le vent en poupe. Mais plusieurs milliers de personnes (voilà un sujet d’article pour Mme Le Bars…) ont signé sur Internet un texte soutenant l’archevêque. Enfin, et ce n’est pas le plus mince, en janvier 2009, Mgr Cattenoz s’est rendu à Rome où Benoît XVI a confirmé son action de redressement.