Evêque-arbitre

Download PDF

Mgr Dominique Lebrun, évêque de Saint-Etienne, participera à l’émission du « Jour du Seigneur » dimanche 22 juin à 11 h 30 sur le thème « Le foot, quel terrain pour la foi ? 

Alors que la coupe du monde de football se déroulera du 12 juin au 13 juillet 2014 au Brésil, Mgr Dominique Lebrun, évêque du diocèse de Saint-Étienne, revient sur sa passion pour ce sport en tant qu’ancien arbitre :
 

Pourquoi avoir choisi d’être arbitre de football ? 
J’ai décidé d’être arbitre de football en entendant un appel de la fédération française. J’ai découvert le défi que représente chaque match pour l’arbitre. Il doit faire en sorte qu’il se déroule selon les règles et dans l’esprit du sport.

Comment réagissiez-vous aux tensions et aux violences éventuelles ? 
L’arbitre doit montrer l’exemple en appliquant les règles paisiblement. Il peut aussi désamorcer des mouvements de colère ou des accès de violence par un regard, un sourire, un geste bien posé ou un petit mot.

Le football a-t-il un lien avec votre mission d’évêque ? 
Ce n’est pas si loin de la mission d’évêque ! Celui-ci est seul, avec quelques collaborateurs, au service de l’Évangile. L’Évangile est sa règle du jeu, la meilleure règle de la vie en société. Et l’évêque n’est rien sans fidèles, comme un arbitre sans équipes ! S’il y a une dimension spirituelle, c’est celle engendrée par l’esprit de service

2 comments

  1. Alex

    ” Dimension spirituelle , c’est le sens du service … DE QUI, DE QUOI ?”

    sens du service de l’esprit de compétition , pour dominer les autres, pour “vibrer” avec la FOULE à la célébration du veau d’or-BABALLE-ballon-roi, pour avoir une superbe et donner une image stéréotypée-glorifiée de soi au monde, pour le gout du JEU-ROI, le gout du POUVOIR, non ??

    Cet évêque est DU monde, c’est pas la même cour Céleste et la cour de la jouissance-ludique abrutissante en tous points et “messalisée” (plus que rituel) à bloc.

    C’est de la politique aussi, par le prétexte sportif-rutilant.
    Bernard Tapie dirigeant Marseille gouta aussi à ce milieu de gloire mondaine,de domination, et s’en servit dans SES AFFAIRES AUSSI, et m^me pour accéder à la politique et une popularité plus grande.

    Egarement et vanité: les 2 jambes d’un pasteur pour lui-même , perdu, sans conscience honnête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *