Le lobby LGBT intervient dans des écoles catholiques en Bretagne

Download PDF

Dans une enquête, la Direction Diocésaine de l’Enseignement catholique d’Ille et Vilaine demande aux établissements leurs pratiques en matière d’éducation à la sexualité.

En page 3, on remarque que la première association citée est l’association CONTACT dont on apprend sur leur site qu’elle

“a pour but de rétablir ou d’encourager le dialogue entre les parents , les gays, les lesbiennes et bi, leurs familles et leurs amis . Elle s’adresse à toute personne concernée de près ou de loin par l’homosexualité. A ce titre, elle est composée de parents, de gays, de lesbiennes, et de proches d’homosexuels.”

Elle est en totale contradiction avec l’enseignement catholique :

Le 23 avril, le quotidien La Croix faisait également la publicité de mouvements homosexualistes qui collaborent avec l’Eglise dans les diocèse :

  • David & Jonathan (D & J).
  • Devenir un en Christ (DUEC).
  • Communion Béthanie.
  • Contact.

Pas de place pour l’association Courage, qui vient en aide aux personnes homosexuelles qui veulent vivre la chasteté. Car la grande différence de ces associations est là : il y a celles qui légitiment les actes contre-natures et celles qui, reconnaissant l’oeuvre de la création, apprennent aux personnes à se maîtriser.

31 comments

  1. Courivaud

    et qu’en pense Mgr d’Ornellas ? et Mgr Centène ?
    Prendront-ils une initiative d’autorité ?

    Et les parents d’élèves n’ont pas l’idée d’une pétition à signer ?

    Pas étonnant que la “manif’ pour tous” ait échoué aussi lamentablement…

  2. BERTRAND

    David et Jonathan est clairement un mouvement qui veut qu’on accepte l’homosexualité comme une pratique normale. Très opposé à l’enseignement du magistère.

    La Communion Bétanie est plus spirituelle, insiste sur la conversion, organise sessions et retraites en lien avec des monastère, mais n’est pas très claire sur le fond et recommande même un livre :
    Je cite :
    Je me permets de vous inviter à lire l’ouvrage de notre ami Michel Anquetil :

    « Chrétiens homosexuels en couple, un chemin légitime d’espérance »
    Edition : EDILIVRE Fin de citation

    “Etre un en Christ” est un mouvement d’accueil et de compréhension des personnes homosexuelles qui propose conversion (avez-vous essayé ?), souvent ardu, et de renonciation aux actes homosexuels. C’est cela qu’il faut : amare errantes aborrare errorem

    La liste établie par la DDEC de Rennes (dont le directeur change) résulte d’une enquête. Quand on ignore la situation de départ on ne peut ni comprendre, ni progresser.
    J’ai, pour ma part, confiance en notre archevêque, Pierre d’Ornellas. Il redresse la barre discrètement et obstinément. Observez bien et ne jugez pas trop vite.
    Dieu vous garde.

    • Courivaud

      “Discrètement et obstinément”.
      Pas si sûr dans cette affaire, surtout après un effet d’annonce de cette nature, particulièrement déplorable.
      Là, il me semble qu’un évêque doit rappeler haut et fort les exigences du Magistère en qualité de premier responsable de l’enseignement catholique.

  3. Moi

    Malheureusement, j’ai bien peur que ce soit partout pareil.

    Les évêques ne portent aucun intérêt à l’enseignement catholique et les structures nationales appliquent les directives de l’éducation nationale avec servilité.

    En matière d’éducation affective, on préfère envoyer les élèves se faire avorter plutôt que de subir une grossesse précoce dans ces écoles.

    Pour le reste, ils sont ralliés à l’air LGBT du temps.

    Vous pointez du doigt l’association “contact” mais les autres ne sont pas plus catholiques.
    Le CLERC est soit disant proche de la CEF mais ne se garde bien d’avoir aucune référence à l’Eglise catholique sur son site.
    SESAM s’enorgueillit de parler de tout aux enfants, il n’y a qu’à voir sur leur site la vidéo de présentation…

    Mais comment s’étonner alors que les trois quart des catholiques prennent la pilule ou portent un stérilet et que prêtres et évêques nous expliquent que l’avortement n’est qu’un drame pour la mère (alors que, permettez moi de le rappeler, c’est un meurtre du point de vue de l’enfant découpé dans le sein de sa mère) ou lorsqu’on lit les fiches bioéthiques de la CEF qui expliquent tellement bien que la PMA sans père c’est mal qu’à la fin du texte on est persuadé que lorsqu’elle est faite avec un père et une mère, elle est vertueuses !

    • Shimon

      Moi, ce n’est pas que les évêques se désintéressent de l’enseignement catholique sur la sexualité (lequel?) c’est plutôt qu’ils sont souvent lâches, ont peur de faire des vagues, craignent d’être accusés d’être ringards, d’être rétrogrades, pas dans le sens de l’histoire, catholiques. Beaucoup d’évêques adoptent souvent une attitude consensuelle, font profil bas, ont honte d’être catho, honte de la réalité et préfèrent mentir.
      La CEF (et des évêques que je ne nommerai pas) ne fait pas mieux. Profil bas et consensualisme.

      • Nicolas

        La CEF est le lobby des évêques modernistes pour faire pression sur les évêques qui auraient tendance à être un peu trop traditionnel. La lâcheté humaine faisant le reste.

  4. Bertrand2

    L’accueil des homosexuels ne se résume pas à une position binaire entre « légitimer les actes contre-nature » et « reconnaître l’oeuvre de la création ». Courage est très bien pour aider ceux qui sont déterminés à suivre le magistère de façon héroïque. Mais ce n’est pas évangélique de laisser sur le bord de la route ceux qui ne sont pas prêts à cela. Quand on porte un regard d’amour sur les gens , on ne peut pas se contenter de les vouer à l’enfer en se disant qu’on a été « charitable dans la vérité ». La grâce est un mystère et il faut se garder d’en avoir une vision trop humaine et intellectuelle. Je suis convaincu qu’on sera surpris des âmes présentes au ciel. En revanche, les associations « chrétiennes » qui combattent ouvertement le magistère sont évidemment à fuir. La tolérance peut être maximale mais elle ne peut avoir pour prix d’inverser la vérité.

    • Nicolas

      Bertrand2, est-ce que vous croyez vraiment qu’un homosexuel est laissé sur le bord de la route, même s’il a des difficultés à suivre la Vérité ?
      S’il veut suivre Jésus, il devra porter sa croix comme nous tous et il sera aidé par l’Eglise avec ses sacrements.

      Je n’ai pas l’impression que nous sommes dans la même Eglise, la vôtre distribue des billets pour le paradis ou pour l’enfer.

      • MPS

        Bertrand essaie seulement d’apporter de la nuance à ces propos souvent trop “binaires”.
        “Porter sa croix” “comme nous tous” ? dites vous. Et bien non, nous ne sommes pas tous égaux devant la souffrance……

      • Bertrand2

        Certaines croix sont particulièrement lourdes à porter. « Mon Eglise » ne distribue pas de ticket. Elle nous rappelle que nous somme tous pêcheurs et que le salut est un don immérité. Elle nous dit aussi de regarder la poutre dans son œil avant la paille dans celle du voisin. Enfin, les sacrements sont l’instrument du salut et nous en donnent l’assurance, mais Dieu n’est pas limité par ses sacrements. Je crois qu’il y a toujours un espoir pour celui qui cherche Dieu sincèrement et confesse Jesus comme son sauveur.

        • fg

          C’est vrai, Dieu n’est pas limité par ses sacrements.
          Mais si j’étais homosexuel, je ferais inlassablement oraison afin de comprendre pourquoi je rejette l’autre sexe que Dieu a mis en ma compagnie par amour, car Il a trouvé cela bon.

  5. DUFIT THIERRY

    St Paul décrit les « passions d’ignominie : leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature ; de même aussi les hommes au lieu d’user de la femme selon l’ordre de la nature ont, dans leurs désirs, brûlé les uns pour les autres, ayant hommes avec hommes un commerce infâme, et recevant, dans une mutuelle dégradation, le juste salaire de leur égarement ». (Rm 1, 24-27).
    Mais s’ils sont coupables ceux qui s’y livrent, plus coupables encore sont « ceux qui approuvent ceux qui font de telles choses ». (ibid. 1, 32) Car « malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres » ! (Is. 5, 20).
    C’est dire le terrible jugement de Dieu qui se prépare pour ces évêques qui laissent toutes ces perversions être enseignées dans les écoles.

  6. PM de Montamat

    Je ferai 2 observations sur votre commentaire, Moi.

    Les évêques ne sont pas serviles, ils sont déstructurés intellectuellement. Ils n’ont qu’une bien piètre formation philosophique et théologique et ne peuvent faire autrement que de suivre le courant: non seulement l’Etat, mais du plus haut de leur hiérarchie, ‘on’ dit des tas de bêtises. Ils suivent.

    Votre phrase ‘En matière d’éducation affective…’ est troublante. Vous aussi, vous faites comme tout le monde, vous ‘suivez’. Oui, votre constat est effrayant, mais je veux dire qu’il est trop tard d’en être arrivé là. Vous me direz qu’un écart est si vite arrivé: d’accord, mais à l’exception. Il faut prendre la question beaucoup plus tôt, c’est à l’age du Primaire que les prémisses sont posées.
    On y voit des comportements d’enfants – garçons ou filles – qui se produisaient autrefois en Collège. Phénomène des pré-ados. Y compris dans les meilleures écoles, celles qui sont censées être les plus protectrices. Je peux vous en citer des exemples d’enseignants ou surveillants qui laissent faire n’importe quoi. Qui n’éduquent pas vraiment – entre autre sur ces questions-là. Ne nous voilons pas la face, peu de parents et éducateurs accompagnent vraiment leurs enfants dans le Primaire. Alors allez vous étonner qu’ensuite au Collège, ça parte en vrille; d’une certaine manière, il est trop tard, malheureusement.

    • Moi

      À MP : c’est dès le primaire que les élèves des écoles “catholiques” sont soumis à des enseignements sur la sexualité contraires à la morale catholique.
      Les parents ne sont même pas informés de l’existence ou du contenu des enseignements qui sont faits par des “intervenant extérieurs” labellisés par l’éducation nationale (c’est tout dire…) L’enseignement “catholique” dirige ouvertement les enfants vers des organismes publics qui distribuent contraceptifs et avortement en cachette des parents. Parents qui n’auront même pas la possibilité de soutenir leur enfant dans cette épreuve et de l’aider à faire le seul bon choix.
      J’ai refusé que mes enfants assiste aux interventions sur le sexe à l’école et je continuerai à refuser que les suivants y assistent aussi. Mais je suis seul ou presque.

    • Nicolas

      En parlant de formation, les évêques peuvent aussi se former, en lisant un catéchisme. Après pour la lâcheté, ils peuvent aussi tous les jours communier et se confesser tous les 8 jours.

  7. Dudesert

    “On n’est homosexuel ni par choix , ni par mode , , ni pour suivre un exemple “.
    Pourquoi est – on homosexuel ? Par tiranie ? Par obligation? , par peur ?, par révolte? Par goût de l’interdit?

  8. Lévi

    Voir le récent et excellent article de l’abbé Christophe Cossement « l’amour homosexuel et l’Église catholique » https://donchristophe.be/index.php/recherche/312-l-amour-homosexuel-et-l-eglise-catholique
    Bien que ce ne soit pas un article de fond, on peut aussi parcourir l’article de Jean-Pierre Dickès : http://www.medias-presse.info/bergoglio-nous-mene-t-il-a-leglise-gay-2/82709/

    On peut aussi consulter :
    CDF Congrégation pour la Doctrine de la Foi : Lettre aux évêques de l’Église catholique sur la pastorale à l’égard des personnes homosexuelles.
    http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19861001_homosexual-persons_fr.html
    CDF Congrégation pour la Doctrine de la Foi : Notification regarding sister Jeannine Gramick, SSND, and father Robert Nugent, SDS :
    http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19990531_gramick-nugent-notification_en.html
    Instruction de la Congrégation pour l’Education catholique sur les critères de discernement vocationnel au sujet des personnes présentant des tendances homosexuelles
    http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/ccatheduc/documents/rc_con_ccatheduc_doc_20051104_istruzione_fr.html

  9. Jacques

    Le fait que des associations, dites catholiques, puissent défendre la perversion contre-nature homosexuelle masculine et félinine, démontre, au mieux, une méconnaissance abyssale de l’enseignement pourtant extrêmement clair et précis sur ce sujet de l’Eglise, au pire, une indifférence, voire un mépris colossal envers l’Eglise et sa tête, Jésus-Christ. Voilà une situation plus qu’inquiétante qui devrait interpeller nos évêques et les parents d’élèves et surtout, devrait les faire réagir immédiatement. Il est absolument invraisemblable que le lobby homosexualiste subversif ait un accès libre dans des écoles catholiques ! Il faut protéger nos enfants contre le danger existentiel que représente le lobby LGBT décadent.

  10. John-Paul

    – L’alcoolisme est-il une maladie ? Pour moi, non. La boulimie est-elle une maladie ? Pour moi non. Ce sont des troubles du comportement, néfastes pour la personne. Le bouche est faite pour boire et manger, mais pas n’importe quoi n’importe comment.
    – Ces troubles sont-ils reconnus comme tels ? Pas toujours, certaines personnes en souffrant les nient ou les minimisent.
    – Ces troubles du comportement se soignent-ils ? Oui, mais cela est toujours long et difficile, et les « rechutes » sont fréquentes.
    – Des médicaments peuvent-ils aider à se libérer ? Oui, parfois, jusqu’à un certain point, mais l’essentiel est toujours un cheminement psychologique. Des groupes de soutien (alcooliques anonymes, outremangeurs anonymes, ..) sont une aide réelle.
    – Faut-il bannir, moquer, exclure, ostraciser ceux qui souffrent (oui souffrent) d’un trouble du comportement ? Certes non, ils doivent être aidés, accueillis, intégrés.
    – Le rejet d’une personne présentant des troubles du comportement fait-il souffrir ? En général oui, mais ce n’est pas la cause première de la souffrance qui est intrinsèque et liée au fait d’être différent et de sentir que l’on se fait du tort.
    – Est-ce rendre service à la personne qui a des troubles de comportement de lui dire : « c’est normal » ? En aucune circonstance, mais les choses doivent être dites avec tact et amour.
    – Les troubles du comportement sont-ils choisis ? Jamais. Mais la personne a le choix d’essayer d’en sortir, de se libérer de comportements néfastes, ou de les subir.
    – Les troubles du comportement sont-ils un délit ? Cela dépend des pays et des périodes.

  11. Lucas

    Je voudrais quand même rappeler que jusqu’à la fin du siècle passé ou le début de celui-ci (il faudrait que je recherche les dates) l’homosexualité était classée par le DSM (manuel de diagnostic mental) avec la nécrophilie, la zoophile ou la pédophilie. Ce n’est que récemment qu’elle a été sortie de ce groupe de pathologies, sous la pression et le chantage de différents lobbys.
    Il faut bien aussi constater que les comportements homosexuels sont tout à fait minoritaires et d’un point de vue statistique « hors norme ».

    • Jacques

      Vous avez parfaitement raison : le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, publié par l’association américaine de psychiatrie, considéra l’homosexualité comme une maladie mentale/comportementale jusqu’en 1974 ! C’est en 1974 que la même association de psychiatres américains, sous la pression, l’intimidation, le chantage et la violence des opérations coup de poing organisées par les activistes homosexualistes de la National Gay Task Force (sic !), décida de supprimer cette perversion sexuelle contre-nature du manuel précité ! Voilà comment, en Occident, nos décideurs politiques irresponsables en sont venus, graduellement, à ne plus considérer l’homosexualité comme ce qu’elle est en réalité, une abomination aux yeux de Dieu. Ce ne sont donc pas les “progrès” de la médecine ou de la science qui ont permis cette décision odieuse mais le combat incessant, violent et virulent de la communauté homosexualiste. C’est par le chantage, la menace, la violence, l’insulte et l’intimidation que cette dernière a réussi à faire plier les psychiatres américains qui, de guerre lasse, décidèrent de capituler devant les homosexualistes et d’enlever leur comportement sexuel pervers et criminel de la liste des maladies et comportements pathologiques. Voilà la vérité factuelle et non pas celle inventée mensongèrement par les médias sodomitophiles qui nous mentent et nous manipulent à longueur de journée.

  12. berjan

    C’est une perversion qui peut être corrigé dés l’enfance par les parents ; mais y-a-t-il encore de l’EDUCATION dans les familles ?. loyauté, respect des uns avec les autres , charité , correction fraternelle et maternelle pas forcément avec le martinet !!!! mais avec patience et douceur devant l’adversité. Avoir un comportement digne et honnête devant tous. Le comportement homo est contre nature et banni dans la bible. Ceux qui y sont confrontés devraient être suivi par adulte fort et courageux; qui discernera les tendances douteuses et portera un remède humain ou spirituel.

    • John-Paul

      Oui, Berjan : « Avoir un comportement digne et honnête devant tous. ». L’important pour les parents-éducateurs est d’abord de vivre eux-même une relation harmonieuse et heureuse. C’est cela qui aide un enfant à se construire.

  13. JAM

    J’aimerai avoir la copie de cet appel à enquête du Comité académique de l’Enseignement Catholique de Bretagne, éventuellement où se procurer les résultats ? Qu’en est-il de ce CAECB quels sont ses liens avec l’EC35 ?
    Elle est en totale contradiction avec l’enseignement catholique : sans doute votre commentaire ?
    D’où sont tirées les recommandations :
    Nous rappelons :
    – Que l’homosexualité, la bisexualité …..
    – Que pleinement assumée ….
    – Que ce n’est ni une maladie, ni une tare …
    – …etc.

  14. Arome

    Tout a été dit ici et bien dit, rien à ajouter.

    Témoignage personnel et question : la lâche capitulation des évêques devant les structures technocratiques des DDEC (Directions Diocésaines de l’Education Catholique). Les chefs d’établissement peuvent faire ce qu’ils veulent – et souvent eux-mêmes sont otages consentants de groupes de pression : profs et infirmières. Sous prétexte de subsidiarité, l’évêque n’ose plus mettre son nez dans ces affaires, et la corruption des jeunes se fait sur une échelle industrielle.

    Grave question pour les parents : 95% des parents ne demandent pas à leur enfant “Qu’as-tu appris aujourd’hui ?”. La question hélas dominante, c’est : “As-tu eu de bonnes notes ?”. Comptez sur les pourris de l’Enseignement ex-catholique sous contrat pour que les enfants aient toujours des notes honorables, pas trop bonnes, pas trop mauvaises… et surtout aucune question de parents.

    Seigneur protégez nos enfants,

  15. genand

    Une minorité cherche à faire prévaloir leurs volontés anti-natures. Ils sont tellement agressifs dans leur démarches qu’ils finissent par obtenir ce qu’ils veulent jusqu’à la bisexualité (poly-amour !?!)… le prochain rendez-vous… la bestialité. Sodome et Gomore achèvent d’être reconstruites.
    Ils ont sorti la religion des écoles et voilà ce qu’on y laisse entrer à l’insu des parents des jeunes de moins de 12 ans.
    Je prie Dieu pour les éclairer afin de les sauver. Toutes grâces pour ceux qui se retirent vers l’abstinence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *