Le Pape François va-t-il briser l’idéologie des années 70 ?

Download PDF

Pour la messe In Cena Domini, hier, le pape s’est rendu dans une prison pour jeunes mineurs dans la banlieue de Rome. Dans une homélie improvisée, le pape François a évoqué l’évangélisation d’une façon un peu nouvelle… ou ancienne, comme l’écrit Jean-Marie Guénois dans Le Figaro :

“Il cherche à décomplexer l’Église catholique sur la question de l’annonce du Christ, un sujet tabou depuis quarante ans dans les rangs ecclésiaux. Tabou parce que le concile Vatican II (1962-1965) a volontairement rompu avec une théologie de l’expansion qui était souvent comprise comme du prosélytisme et qui a été bannie.

Seuls les mouvements traditionalistes ont gardé cette façon de procéder, rejoints, dans les années 1980, dans un tout autre style, par les communautés nouvelles, de types charismatiques. Elles ont ainsi pratiqué «l’évangélisation directe», dans la rue. Au sommet, les papes Paul VI, Jean-Paul II, puis Benoît XVI ont tout fait pour encourager cet élan mais le logiciel interne de l’Église catholique – celui des paroisses, des conférences épiscopales, des séminaires, des facultés de théologies – était réglé, lui, sur une interprétation minimaliste du concile Vatican II visant à éviter tout prosélytisme. Il était donc très mal vu d’oser évangéliser, la théologie dominante prônait la théorie du levain dans la pâte en expliquant que plus le chrétien disparaissait aux yeux de la société, mieux il rayonnait…”

“[…] Malgré les paroles du précédent pape encourageant l’Église en début de synode, à pratiquer «la première annonce», c’est-à-dire à ne pas avoir peur de «proposer d’emblée le Christ» à qui ne le connaît pas, c’est encore la théorie dominante des années 1970 qui l’a emporté dans le document final. Toutes les initiatives récentes de type charismatique ont été totalement marginalisées.

Dans son homélie de la messe chrismale, le pape a rejoué un morceau d’anticléricalisme, comme lors de sa première homélie, face aux cardinaux. Le Pape s’est lancé dans une définition du «bon prêtre»:

«On reconnaît un bon prêtre à sa façon d’oindre son peuple. Quand nos fidèles reçoivent une huile de joie, on s’en rend compte, c’est la preuve: lorsqu’ils sortent de la messe, par exemple, avec le visage de ceux qui ont reçu une bonne nouvelle.»

«Le prêtre qui ne sort pas de lui-même, au lieu d’être un médiateur, se convertit peu à peu en intermédiaire, en gestionnaire. (…) De là provient précisément cette insatisfaction chez certains qui finissent par être tristes et convertis en collectionneurs d’antiquités ou de nouveautés au lieu d’être des pasteurs pénétrés de “l’odeur de leurs brebis”, pasteurs au milieu de leur propre troupeau, et pêcheurs d’hommes. En vérité, ladite crise d’identité sacerdotale nous menace tous et se greffe sur une crise de civilisation ; mais si nous savons dompter cette vague, nous pourrons prendre le large au nom du Seigneur et jeter les filets.»

Dans les termes du pape, on reconnait ce qu’avait déclaré Benoît XVI aux évêques français, critiquant les structures autoréférentielles de nos diocèses… Lorsqu’il était cardinal, le pape Bergoglio demandait à ses prêtres d’aller louer des garages pour être plus proches des païens. En effet, comme ils ne viennent pas dans les églises, il faut faire venir les églises à eux. Les traditionalistes connaissent bien les garages… et c’est aussi l’une des clés de leur succès.

14 comments

  1. «Le prêtre qui ne sort pas de lui-même, au lieu d’être un médiateur, se convertit peu à peu en intermédiaire, en gestionnaire..”je trouve que Benoit avait insisté sur la primauté de l’annonce de l’évangile. la location d’un garage pas drôle comme vanne.
    rendre à Dieu la place centrale dans notre vie au quotidien Benoit XVI a raison c’est notre mode de vie qui nous éloigne d’une vie spirituelle, notre société matriacale encourage la montée de la perversion

    • Robert John Bennett

      “Notre société matriacale encourage la montée de la perversion.” C’est politiquement incorrect, bien sur, et presque personne ne comprend cette idée, mais vous avez raison.

  2. Inquiétude devant cette banalisation tout de même
    du Prêtre Alter Christus, a fortiori du successeur
    de Pierre, détenteur des clés du Royaume… Au
    final c’est Jésus le Grand-Prêtre qui est atteint
    dans sa dignité sacrée.
    Ce n’est pas d’un pape normal dont nous avons
    besoin, mais d’un guide spirituel : où sont Giovanni
    Paolo et Benedetto bien-aimés qui respiraient et
    communiquaient le Sacré ?

  3. MerrydelVal

    L’idéologie des années 70 n’a pas besoin de l’actuel évêque de Rome, personnalité transitoire, pour disparaître. Ce qui doit disparaître, c’est l’idéologie qui a cours en 2013 à peu près partout…

    Quant il ne restera en Europe que des “collectionneurs de dentelles”, du moins ceux qui ne seront pas encore passés à l’orthodoxie, son successeur devra bien tenir compte d’un certain nombre de réalités.

  4. Laflibuste

    Oizel, où êtes vous allé chercher “Notre société matriacale”?
    S’il y avait une plus grande dévotion à la Sainte Mère de Dieu (matriacale?) c’est certain que la perversion s’éloignerait.

    • @ Laflibuste

      M. Oizel a raison.
      Dieu lui-même ne nous dit-il pas dans sa parole:

      (Jacques 4:7, 8) 7 Soumettez-vous donc à Dieu ; mais opposez-vous au Diable, et il fuira loin de vous. 8 Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous […]

      Il est écrit nulle- par
      “Approchez-vous de Marie, et elle s’approchera de vous!”

      “Quoi que l’homme sème, c’est aussi ce qu’il récoltera.” (Gal. 6:7)

      “C’est à leurs fruits que vous les reconnaitrez!” (Jean 7:20)

      Question: Qu’est-ce qui a été semé pour obtenir cette récolte digne des fruits du Chef de ce monde?

      RSVP !!

      M. Laflibuste, (Jacques 4: 8)  Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous […] A-t-il un sens matriarcale?

      (1 Timothée 2:5) 5 Car il y a un seul Dieu, et un seul médiateur entre Dieu et les hommes, un homme, Christ Jésus […]
      Dans ce texte, il n’y a que deux personnes. Dieu et Jésus christ. On ne parle pas de Marie.

      (Jean 14:13-15) 13 De plus, tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié au sujet du Fils. 14 Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. 15 “ Si vous m’aimez, vous observerez mes commandements ;
      Au nom de qui encore? Marie? Quel sont ses commandements? Où voyez-vous Marie dans ses commandements?
      Si oui, j’aimerais bien le savoir parce que: la connaissance exacte de Dieu s’impose plus que jamais dans le monde dans lequel nous vivons– (Romains 1:28-32) 28 Et comme ils n’ont pas jugé bon de posséder Dieu dans la “”connaissance exacte””, Dieu les a livrés à une mentalité désapprouvée, pour faire des choses qui ne conviennent pas, 29 remplis qu’ils étaient de toute injustice, perversité, convoitise, méchanceté ; étant pleins d’envie, de meurtre, de querelle, de tromperie, de malignité ; étant chuchoteurs, 30 médisants, haïsseurs de Dieu, insolents, orgueilleux, arrogants, inventeurs de choses mauvaises, désobéissants à l’égard de leurs parents, 31 sans intelligence, manquant à leurs engagements, sans affection naturelle, sans pitié. 32 Quoique ceux-là connaissent très bien le juste décret de Dieu — que ceux qui pratiquent de telles choses méritent la mort —, non seulement ils continuent à les faire, mais encore ils approuvent ceux qui les pratiquent […]

      Juste avant ce passage, Dieu nous averti de ce qui est courant aujourd’hui:
      (Romains 1:24-27) 24 C’est pourquoi Dieu les a livrés, selon les désirs de leur cœur, à l’impureté, pour que leurs corps soient déshonorés chez eux, 25 oui ceux qui ont troqué la vérité de Dieu contre le mensonge et qui ont vénéré la création — lui offrant un service sacré — plutôt que Celui qui a créé, lequel est béni pour toujours. Amen. 26 Voilà pourquoi Dieu les a livrés à des désirs sexuels honteux, car leurs femelles ont changé l’usage naturel [de leur corps] en celui contre nature ; 27 et pareillement les mâles aussi ont laissé l’usage naturel de la femelle et se sont enflammés dans leur passion les uns pour les autres, mâles avec mâles, faisant ce qui est obscène […]

      Merci de m’avoir lu.

  5. bernard

    Enfin!
    Ce Pape est conscient de ce qu’était la mission de l’Eglise et des fidèles jusqu’à Vatican II et son confortable repli sur soi-même dans le non-agir.
    Nous allons mesurer ce qu’est le courage du clergé français

  6. Lachapelle

    Le Saint Père gagnerait à adopter un langage moins abscons pour que chacun sache à quoi s’en tenir sur ses objectifs d’évangélisation. Personnellement je ne comprends rien à son discours. “le diable n’est-il pas dans les détails”?

    • Garantez

      C’est drôle … moi, c’est tout le contraire ! ça faisait bien longtemps que je n’avais pas compris ce que disait un Pape régnant !
      Avec les précédents, c’était du “gloubi-glouba” entre herméneutique de la continuité et culte de l’homme, vous aviez le choix …
      Avec celui-ci, la petite brebis que je suis, entend à nouveau la voix de son Pasteur … comme quoi !

  7. Loco

    Si le diable se cache aussi dans les détails , c’est parfois en détaillant qu’on le débusque. Ainsi les Evangiles nous montrent qu’à l’occasion de mains non lavées, ou de pieds parfumés, le diable réagissait fortement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *