“Le président de la CEF n’est pas le chef des évêques”

Download PDF

Interrogé dans La Croix, le nouveau président de la CEF, Mgr Pontier, déclare :

“Vous prenez vos fonctions au moment où les premiers mariages entre personnes de même sexe sont célébrés dans notre pays. L’Église de France a-t-elle eu raison de s’engager à ce point dans ce débat ?

Je rappelle que de nombreux mariages religieux sont célébrés partout en France ces jours-ci. Cette réalité-là est constitutive de la société française, du bonheur des hommes et de la vie de l’Église. Pour le bien de tous, il était essentiel que cette vision de la famille, reposant sur une tradition millénaire, soit valorisée. Avec bien d’autres, des catholiques ont voulu faire prendre conscience du risque qu’il y avait à transformer l’idée du mariage, à l’affaiblir, à la troubler. Ceci ne remet pas en cause le souhait des personnes homosexuelles de bénéficier de certains droits [sic ! lesquels ?].

Sur les questions de société, des visions différentes s’expriment toujours. Les tensions qui en résultent ont été vives sur ce sujet, comme elles le sont sur l’accueil des Roms ou le dialogue avec les musulmans. Pour les catholiques, l’affirmation de convictions doit aller de pair avec le souci sincère de la communion.Celle-ci ne doit pas être mise en péril. Je constate toutefois que ce débat a aussi été positif dans la mesure où les jeunes générations ont mieux pris conscience de leur responsabilité de laïcs dans la société.

Le politique ne nous comblera jamais totalement comme il ne nous décevra jamais totalement. Si nous œuvrons pour que la législation contribue à l’humanisation de la société, notre espérance se situe aussi ailleurs. Il faut promouvoir la notion de bien commun dans une société sensible aux revendications individuelles. Nous ne sommes pas croyants contre l’État, nous sommes croyants et citoyens, et nous aimons notre pays.

Alors que se profilent de nouveaux débats de société sur la PMA ou la fin de vie, l’épiscopat doit-il entrer dans un rapport de force avec le pouvoir ?

Je ne veux pas être enfermé dans cette logique… Nous ne définissons pas nos fondamentaux par rapport à un pouvoir en place. Nous les trouvons dans l’Évangile. Notre problème n’est pas de nous opposer ou non au gouvernement, mais de défendre le bien commun, la dignité humaine, le plus faible.”

Passage plus intéressant :

“Le président de la CEF n’est pas le chef des évêques, il ne dicte pas une politique. Il est au service de leur réflexion et de leur dialogue. Il prend part au débat mais il n’a pas à le diriger, à l’orienter, à l’accaparer. Sur les questions de société, il me paraît important de favoriser l’échange, voire la confrontation si elle est nécessaire. Le but est de parvenir à un consensus le plus large possible, en gardant sauve la variété des sensibilités. Je ne suis pas chargé d’appliquer un programme.”

25 comments

  1. DELMAU Jean-Pierre

    Je crains que la “langue de buis” ne sorte renforcée de l’arrivée de Mgr Pontier à la présidence de la CEF…
    Bien sûr, certaines décisions politiques sont un peu discutables, mais il faut accueillir tous les points de vue. La charité commande d’avoir l’esprit large. Une chose est de prendre part aux débats, et une autre d’avoir la moindre influence sur son orientation : si je comprends bien, l’Eglise ne doit donc influencer personne. Ah! bon.

  2. Ce débiteur d’eau tiède est-il franc-maçon ou non? Mais qui donc pourra répondre à cette question?

    [Pas la peine de poser cette question 10 fois, j’y ai déjà répondu. Que vous me croyez ou non, c’est autre chose et cela vous regarde. Maximilien BERNARD]

  3. fatal

    Il est très regrettable que la C.E.F. ne comprenne pas le sens de certaine Paroles de l’Évangile ; notamment “accueillir l’étranger” !
    Accueillir , OUI, mais pas ceux qui une fois , “installés” refusent de vivre en frères avec la communauté française en voulant imposer leur “culture” …
    ou ceux qui restent marginaux, vivant de vols et d’escroqueries.
    Quant aux mouvements pacifiques de protestations contre la loi inique du mariage homo et ses conséquences, la C.E.F. doit les soutenir car il s’agit d’objection de conscience directement liée à l’esprit de l’Évangile.
    Espérons qu’en ces heures graves pour la France l’Eglise de France sera du bon côté : “celui qui n’est pas pour Moi est contre Moi”.
    Bien fraternellement .

  4. legendre jacques

    Mgr N’est pas chargé d’appliquer un programme mais peut être de se lever pour témoigner comme l’on fait en leur temps les Martyrs évêque ou non, face aux sociétés civiles qui imposaient comme aujourd’hui des actes contraires à la loi naturelle et à la loi divine …
    jacq44

  5. karr

    Heureuse nouvelle!
    Souhaitons que l’ensemble des évêques de France soient en accord avec Mgr Pontier et qu’ils redécouvrent leur place à la tête de leurs propres diocèses.
    Nous avions tendance à penser que seule la CEF décidait de tout dans l’Eglise de de notre pays.
    Que chaque évêque puisse redevenir un pasteur ,un médiateur au sein de l’Eglise dont il a charge,en pleine communion avec le Souverain-Pontife!

  6. clavier jean pierre

    Au sujet de l’accueil des Roms

    La France manque de pauvres !
    Merci a la CEF d’encourager la venue des roms, pour permettre aux bobos socialistes , d’exprimer leur charité

  7. Langlois

    Mon Dieu, pardonnez leurs leur lâcheté. Comme le dit le pape François: ” Allez à contre courant de leurs valeurs avariées”.
    Voir aussi l’ interview de “Mgr” Dubost, évêque d’ Evry, publié précédemment par Perepiscopus. Lâcheté, quand tu nous tiens…

    • Belette Daphné

      Bonjour, Mgr Dubost n’est pas un lâche, il affirme et il applique ses convictions politiques d’extrême gauche, j’en sais quelque chose, j’habite dans son diocèse. Il commet des abus de pouvoir, la plupart des fidèles de son diocèse sont en désaccord avec lui mais, soit on se tait, soit on se fait traiter d'”intégristes” et on est obligé de s’en aller. Je l’ai vu pour d’autres et je l’ai vécu. Je n’ai plus envie de donner d’argent à cet évêché et je vais à la messe ailleurs.

      • Samuel

        Bonjour, votre commentaire m’interpelle, car je suis en train de faire le même constat après quelques mois dans le diocèse.
        Pas de positionnement sur le mariage pour tous ; la pratique de l’homosexualité n’est plus un péché ; d’ailleurs, le péché n’existe pas vraiment, tout le monde est sauvé sans conditions (ce qui ne permet pas aux âmes perdues de prendre conscience de leur péché et d’être sauvées) ; les Blancs sont stigmatisés pour leur communautarisme, voire leur racisme ; les prêtres progressistes et anti Eglise sont soutenus et promus en charge de paroisses ; le sacré n’existe pas dans l’Eglise catholique ; les paroissiens classiques sont traités de traditionnalistes et sont bannis, y compris de la cathédrale…
        Existe t il encore des paroisses où il est possible de se tourner vers le Seigneur, de vivre de l’Esprit ou faut il vraiment partout s’embourber dans le monde, vivre avec le monde, dans le monde, comme le monde…?
        Et pourriez vous m’indiquer les livres / documents / interventions qui vous permettent d’affirmer qu’il est d’extrême gauche ?
        Merci

  8. A croire que les catholiques de France ne sont plus chez eux…
    Je suis dans mon appartement ou ma maison…
    je dois laisser la porte ouverte…
    tout le monde est chez lui en venant chez moi…
    très bien…
    je m’en vais ailleurs?
    Au lieu de participer à une politique d’aide efficace aux pays des ces immigrés pour éviter ce nomadisme…
    nos évêques préfèrent que leurs fidèles deviennent
    des nomades!
    Cela n’est pas de la charité, ni pour les uns ni pour les autres…
    ce laisser faire mène droit au chaos…
    à une Syrie bis…dans 20 ans.

  9. Benoit

    Je tombe des nues :
    “Ceci ne remet pas en cause le souhait des personnes homosexuelles de bénéficier de certains droits” !!!!
    Comment peut-on ainsi parler en telle contradiction avec la doctrine constante ?

  10. Labarthe

    Le Seigneur va vers les pécheurs mais ne leur a jamais dit : continuez
    Non il dit en forme de conclusion : va et ne pêche plus !
    Et s’il ne mentionne pas la possiblité d’un mariage gay, c’est que la parole de Dieu est ordre et non pas désordre. Son silence devrait nous faire frémir de peur, simple fidèle ou président de la conférence des évêques
    Le mariage gay est une déclaration de guerre contre Dieu.
    Il serait utile que les évêques le comprennent, en suivant l’exemple de l’évêque de Bayonne.
    Jean-Christophe

  11. Hélène

    Que voilà un discours bien lisse, qui conviendra à tout le monde. Et je lis des réactions qui voudraient qu’on appelle cet homme Monseigneur! Mais qu’il tienne sa place, joue son rôle, et tout le monde lui donnera son titre!
    Pour l’instant il veut ménager la chèvre et le chou, ne pas prendre parti, ne pas S’ ENGAGER alors il est plus homme politique qu’évêque.

  12. Maurice

    Il serait bien que les évêques pensent aux fidèles, pas à leur avancement dans la hiérarchie de l’Église !
    Servir n’est-il pas ce qui incombe à leur mitre, à eux comme à tous les ecclésiastiques ?!
    L’église n’est pas une société financière, quoi que d’après ce que nous lisons sur ce qu’il ce passe à Rome… la question se pose.

  13. Philippe

    Mais Monseigneur, il ne s’agit ni de communion ni de faire de la politique. Il s’agit tout simplement de trouver dix justes pour éviter que Paris ne soit détruite par la colère divine. Vous n’y croyez pas ; vous ne voulez pas dire NON ? bon très bien vous êtes libre. Mais dans ce cas le Père des cieux va détruire Paris.

  14. Goupille

    Savons-nous seulement comment fonctionne cette CEF ?
    Les décisions seraient “consensuelles”… Quelles sont les “sensibilités”, en quelle proportion, quelle proportion d’Evêques participent effectivement aux débats, et aux votes ?

    Autrement dit lorsqu’ils expriment une position, est-ce celle des Evêques de France, de la majorité des Evêques de France, de certains Evêques de France, particulièrement activistes et organisés (Cf la Curie romaine, si l’on en croit la légende) ?

    Que se passe-t-il, qu’est-il prévu, lorsque les positions de la CEF heurtent profondément les Catholiques (résiduels) du pays (résiduel) ?
    Face au danger, ce robinet d’eau tiède ambigü ne résistera pas longtemps. Est-ce voulu ?

  15. mangouste20

    J’ai lu l’entretien de Mgr Pontier. Ce qui le caractérise bien, ce sont les mots de la fin : “Dans ces conditions, où se situe le juste chemin entre ouverture et méfiance ? Nous sommes sans cesse en train de nous le demander”.
    Jusqu’à quand allez-vous vous demander où se trouve le Chemin, la Vérité et la Vie ? Les bras croisés et cofortablement installé dans vos murs, vous ne riquez pas de vous compromettre, alors que les “veilleurs” vous attendent dans la rue.

  16. abbé

    “Ceci ne remet pas en cause le souhait des personnes homosexuelles de bénéficier de certains droits”.

    C’est le nouvel enseignement des “évêques” de France ?

    Ont-ils donc oublié l’évangile et les épîtres qui affirment que ces vicieux n’ont aucun droit en tant que pécheurs publics, si ce n’est celui de se convertir et de réparer leurs scandales ? Mais où va-t-on ?

    S’ils ne se convertissent pas, le Sacré-Coeur les enverra là où il y des pleurs et des grincements de dents pour toute l’éternité.

    Ce péché fait partie de ceux nommés par S. Paul comme excluant du Royaume des Cieux et par le catéchisme de S. Pie X comme criant vengeance contre le Ciel !!!

    Mais peut-être que nos “évêques” vont-ils expliquer au Fils de DIEU qu’Il n’est pas assez tollérant ?!!!
    Ce ne sont pas des pasteurs, mais des traîtres de la très sainte Foi ! des modernistes dénoncés dèjà il y a un siècle par S. Pie X dans l’encyclique Pascendi.

    Ne vous scandalisez donc pas, cher M. Pelchat, des guillemets que je mets quand je parle d’eux ;
    ce sont en effet des évêques matériellement certes , mais pas formellement, ils ont abandonné leur Mission divine !

    Prions pour leur conversion à la vraie Foi !
    Prions aussi pour les pécheurs publics !

  17. de Provenchères Charles

    Mgr Pontier n’est pas “une fléché” si cela était comme ses prédécesseurs il aurait été fait Cardinal c’est un CAMELEON .Il fait partie des Evêques plutôt progressistes qui épousent les idées au gout du jour.

    Il n’y a rien de bon à attendre de lui et de son équipe

    Actuellement l’Eglise de France est dirigée par des Evêques de la même couleur..(.Je ne parle pas de l’habit mais de la pensée.)

    Charles.

  18. edmond

    oui, l’Évangile doit être notre seule référence en tant que Chrétien. En tant que Catholiques romains nous avons un autre devoir celui de défendre les positions du Magistère et des différents Papes. J’ose espérer que nos Évêques s’en souviendront lorsque viendront les débats sur la PMA, la GPA et l’euthanasie. Nous n’en demandons pas plus mais surtout pas moins!

  19. gege

    Quand le sinistre de l’Education, le serpent Vincent Peillon dit qu’il faut abattre l’Église catholique et elle seule, on a du mal à comprendre le président de la CEF quand il dit qu’un politique ne nous décevra jamais totalement. Je ne sais pas ce qu’il lui faut!
    Je suis d’autan surpris qu’il n’y ait aucune excellence qui montent au créneau dans cette affaire…
    Dans l’époque actuelle le “consensus mou” ce n’est qu’une catastrophe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *