“L’Église n’a pas à se mêler de l’organisation de la société” Vraiment ?

Download PDF

Dans sa dernière chronique, Mgr Di Falco, évêque de Gap, répond à ceux qui veulent que “l’Eglise” ne s’occupe pas de politique :

“J’ai pu lire ou entendre ici ou là : « Il est bon de rappeler que l’Église […] n’a pas à se mêler de l’organisation de la société ». Je répète et je souligne : « Il est bon de rappeler que l’Église […] n’a pas à se mêler de l’organisation de la société ».

J’espère, avec cette déclaration, avoir reconquis les cœurs de ceux qui suite à ma dernière chronique me traitent « d’idiot utile de l’islam » ou « d’agent payé par l’islam », de ceux qui en ont marre de voir, selon leurs dires, dans certaines villes le drapeau français remplacé par celui de la Manif pour tous, de ceux qui n’en peuvent plus d’entendre des propos moyenâgeux sur la vie, la mort, le sexe, le genre, la contraception, l’éducation, l’enfant, l’embryon, le nouveau-né, que sais-je encore.

Non, l’Église n’a pas à se mêler de l’organisation de la société. Mais de qui donc parlez-vous lorsque vous dites : l’Église ? Car qu’est ce que l’Église ? Qui est l’Église ? Montrez la moi qu’on puisse enfin lui dire qu’elle n’a pas à se mêler de l’organisation de la société. Donnez-moi un numéro de téléphone, une adresse, un mail. Comment la prévenir, l’avertir pour lui dire les yeux dans les yeux de se taire.

À défaut d’annuaire, je prends le dictionnaire et je pense tenir une piste. Église, du latinecclesia, mot emprunté au grec qui signifie « assemblée de citoyens ». Alors si on s’arrêtait à cette définition mon affirmation du début prendrait la tournure suivante : « L’assemblée de citoyens n’a pas à se mêler de l’organisation de la société ». Vous conviendrez que cela devient assez contradictoire avec la démocratie de la République française.

Alors allons plus loin dans la définition et nous lisons qu’Église signifie également :« Assemblée de tous ceux qui ont la foi en Jésus-Christ ». Cette assemblée regrouperait donc les prêtres, les religieux, les religieuses, mais aussi les pères et mères de famille, les enfants, les hommes et les femmes qui ont la foi en Jésus-Christ. (Regardez derrière moi sur les écrans, ils sont là!) Précisons que ces derniers sont aussi des citoyens. Selon une logique tout à fait basique, la phrase initiale prend désormais la tournure suivante : « Les citoyens français qui ont la foi en Jésus-Christ n’ont pas à se mêler de l’organisation de la société ».

Cette affirmation est difficilement acceptable. Pourtant, ce sont des propos d’une militante  rapportés dans un article du Monde. On peut donc se demander si cette personne a des tendances anti-démocratiques… L’organisation de la société passe aussi par le vote. Les citoyens français qui ont la foi en Jésus-Christ ne devraient-ils pas, selon elle, pouvoir participer aux élections ?

Alors dites-moi en quoi vous croyez et je vous dirai si vous avez le droit d’exprimer votre avis.”

30 comments

  1. Je pense, dans ce débat, qu’il faut faire très attention à la définition de chaque mot. Il est ici question de l’organisation de la société. Seul l’Etat, via le choix des citoyens (vote) , dispose de ce droit d’organiser la société, c’est-à-dire, le comment bien “vivre ensemble”. L’Eglise ou les “Eglises” en tant que telles ne sont pas, comme toute autre organisation ou association, autorisées (principe de laïcité) à intervenir dans ce travail d’organisation. Toutefois, un croyant, quelle que soit sa religion, est aussi un citoyen qui dispose du droit de vote. Et à ce titre exprime par son vote sa participation à cette organisation de la société. Ce qui aujourd’hui est mis en évidence, c’est qu’il n’appartient pas à l’Etat (laïque, démocratique et républicain) d’imposer une morale aux citoyens. Morales qui depuis l’origne des temps est née puis fut portée par le “religieux” en l’homme et les religions. La perte de vitesse des religions à notre époque moderne engendre un terrible déséquilibre qui voit toute morale élémentaire et fondamentale s’écrouler. Cela veut dire qu’il appartient aux religions et aux “Eglises” constituées de se ressaisir: en ce domaine elles disposent bien évidemment le droit de se faire entendre “haut et fort” au sein de la société: le “sacré” est justement ce que l’homme ne doit pas toucher. Là oui, les religions doivent se faire entendre … et souever des montagnes !

  2. dudesert

    ce sont les meme qui reproche a l’Eglise de n’avoir rien dit contre le nazisme. alors il faudrait qu’ils soient logiques : on ne dit rien , on nous le reproche , on parle, on devrait se taire ….
    comme a chaque fois l’Eglise ne se taiera pas , elle a des le debut lutter contre l’esclavage du temps des romains et apres , elle a denoncer les communistes , franc macons et les nazis , elle denonce ce qui arrive ….

  3. Marie Odile

    Ce commentaire n’a t il pas un brin de provocation? Un Evèque ne sait pas qui est l’Eglise? Il ne sait pas qu’il s’agit du Magister, des Evèques?? Des cardinaux?
    Sommes nous prêt pareillement à voir d’autres “religions dominantes” interférer dans la société et imposer des contraintes de “croyants”?
    Au risque de choquer : Non! La religion, aussi louable soit elle ne doit elle pas plutôt être dans les coeurs et dans la vie “privée”?
    Aux électeurs que nous sommes le droit de choisir nos quandidats…
    Mais une république laïque permettant à chacun de vivre de manière neutre n’est elle pas une bonne chose???

    • Daniel

      Merci à Marie-Odile d’apporter la contradiction, cela permet de bien préciser ce qu’il est erroné de penser :
      “La religion ne doit-elle pas être dans la vie privée ?” et “une république laïque permettant à chacun de vivre de manière neutre n’est-elle pas une bonne chose ?”.
      Hélas, deux fois non.
      La religion ne se résume pas à quelques prières faites au chevet de son lit ou dans une église sentant bon l’encens et le silence, ceci arrange trop bien les athées qui eux militent dans la vie publique, ne prient pas mais agissent puissamment.
      La religion c’est aussi une morale d’action, l’action morale de référence étant le bien. Or la religion catholique enseigne le bien.
      Donc un chrétien doit aussi faire savoir cela dans la cité. Et à donner l’exemple bien sur en replâtrant avec patience les dévastations athées et déshumanisantes.
      Une république laïque ne permet pas de vivre de manière neutre, elle nous entraîne dans son fonctionnement luciférien, celui que lui impriment les lucifériens qui pensent posséder les lumières.
      Les voyages forment la jeunesse : si vous allez aux USA vous verrez ce qu’est la vraie laïcité, en France ce n’est pas la laïcité, c’est une terrible dictature de la pensée : voyez le dévoiement dans l’éducation nationale et aussi le fait par exemple de payer l’impôt pour assurer la gratuité des avortements de confort et des changements de sexe, d’interdire les sites internet prônant de sauver des bébés de l’avortement, etc.
      Si cela ne vous gêne pas, moi ça me gêne, et je ne me sent pas administré de façon neutre.
      La neutralité serait de financer l’avortement à partir des dons volontaires à une association (type complémentaire mais pas “santé”), et aussi de permettre de déduire de ses impôts les frais de mise en école hors contrat ses enfants.
      Si vous saviez ce que ça coûte en impôts de rafistoler par derrière les dysfonctionnements de la société laïque libertaire qui voudrait bien comme vous que les catholiques se taisent … une étude a parlé de 200 milliards/an de budget de l’état français.
      C’est le prix du péché.

  4. FERRARI

    A mon humble avis, Jésus n’a jamais promu la séparation de l’Eglise et de la société. Rendre à César ce qui est à César et rendre à Dieu ce qui est à Dieu, cela signifie que le Chrétien est aussi citoyen. Il a des obligations envers César et Dieu. Il me semble que lorsque l’Apôtre Paul connu quelques déboires avec la justice romaine, il a fait valoir sa citoyenneté romaine. En fait, un Chrétien fidèle à la Parole de Dieu, doit apporter une plus value dans la société.

  5. Daniel

    Deutéronome 17, 14-20 : s’adressant au peuple hébreux …
    “… quand tu diras “je veux au dessus de moi un Roi “… quand il sera monté sur son trône royale, il écrira pour lui même une copie de cette Loi … Elle restera auprès de lui et il la lira tous les jours de sa vie … pour les mettre en pratique … sans devenir orgueilleux devant ses frères ni s’écarter à droite ou à gauche …”
    Ensuite le chapitre 28 énumère les malédictions sur le peuple en cas de non respect de la Loi. Elles sont toutes advenues: Babylone et la première déportation, Rome et la dispersion Jérusalem rasée avec son Temple et 800’000 morts, puis la Shoah.
    Le Christ est venu “pour sauver ce qui est perdu” et 40 ans plus tard Jérusalem était assiégée puis rasée.
    Oui, la religion a des choses à dire aux athées, libertins, et au peuple mondial car le peuple hébreux n’est que le modèle démonstratif de ce qui attend l’humanité si elle accepte qu’on l’animalise.
    Les principes chrétiens (qui sont hérités de l’Ancien Testament) devraient être appris par coeur par les dirigeants.

  6. Cirilo Perera

    C’est une très bonne réponse de Mgr Di Falco. Ici aux États-Unis, nous lisons et entendons la même insistance des ennemis de la foi, que les chrétiens doivent se taire sur la place publique. Plût à Dieu que nous ayons plus d’évêques comme Mgr Di Falco pour répondre à sa façon. ( Nous en avons quelques-uns, mais pas assez ! )

  7. angel

    On ne vous dit pas de vous taire mais on vous demande d’être un berger qui guide ses brebis en ne les mêlant pas sur un terrain glissant comme celui de la secte islamique ou de nous donner des points de vues qui ne sont que votre reflet au sujet des votes !Pour ma part je n’ai pas à recevoir de leçon de qq qui se dit un ancien et qui n’a pas la véritable sagesse
    Je reviens sur l’islam ….Des frères !!! les musulmans certes!!au nom de Jésus mais, je regrette ,en faisant l’apogée de leur (religion) vous les incitez à penser que notre religion n’est qu’une apparence et que la leur est la meilleure !Alors proclamez plus tôt ,l’Amour de Dieu en évangélisant et non pas en déviant !

  8. DUMAS

    bonjour,

    Depuis VATICAN II, la plupart des évêques de FRANCE ( qui sont régulièrement à contre-courant des directives papales)se sont toujours distingués par leur “libéralisme”, leur “laxisme”, leur “tolérance” à l’égard des errements du pouvoir politique; cela a commencé avec Mgr GAILLOT, que Jean-Paul II a dû démettre de ses fonctions; bon nombre de nos Pasteurs s’intéressent plus à la politique ( on cmpte parmi eux de nombreux Francs-Maçons; par ailleurs, dans notre pays où règne le laïcisme, il faut être dans le politiquement correct pour figurer sur la liste des futurs évêques!); ainsi, les catholiques français, en bons citoyens, n’ont pas à recevoir de “consignes” de la part de leurs Pasteurs; ils attendent de leurs évêques qu’ils “paissent le troupeau de fidèles” dont ils ont la charge! Quand on voit l’apostasie en FRANCE, on ne peut que déplorer le fait que bon nombre de nos PASTEURS ne sont pas à la hauteur de leur engagement! Dans les débats sociétaux actuels, ils sont inaudibles et souvent complices du pouvoir en place.Nous catholiques de FRANCE, attendons que nos évêques sient courageux et qu’ils nous montrent l’exemple!

    Que DIEU protège l’Eglise de FRANCE, qui est de plus en plus divisée.

    Hervé

  9. David Gattegno

    Merci Monseigneur !
    Comme quoi, il suffit d’en revenir à la simple signification des mots et à la simple organisation d’une phrase pour comprendre exactement ce que parler veut dire. Merci Monseigneur d’avoir su vouloir dire la simple réalité.
    Dieu vous ait en sa sainte garde.
    David Gattegno

  10. boubert

    Bravo Monseigneur Di Falco
    avec vous les choses sont claires
    Je vous suis reconnaissant de donner de l’espoir aux chrétiens de France.

  11. Courivaud

    On peut être comme 90 % des évêques français et en plus, un “expert” (autoproclamé) de la communication et ne pas – ou ne plus – avoir la foi en Jésus-Christ : c’est possible ! mieux que dans l’entreprise publique qui en a fait son slogan, mais qui est en perte d’identité.

    Il faut d’autres évêques par tous les moyens (prière comprise, bien sûr) et des fidèles qui ont la foi en Jésus-Christ, non pour faire “de la com’ ” (qui ne ressemble à rien) mais à en faire déplacer les montagnes (restons au plus près “du texte”).

  12. alain protte

    Le premier souci des chrétiens, sous l’autorité de l’Eglise, est de tendre à organiser la société en fonction du message du Christ afin que les hommes, par la modération de leurs comportements, puissent accèder à la vie éternelle..
    C’est une évidence.
    Que dire de plus…, seulement que “Le Monde” est un invariant dans son orientation antichrétienne.

  13. Françoise Authosserre

    Bien parlé, Monseigneur ! et que l’Eglise, soit toute la société qui croit en Jésus-Christ mette ses paroles en pratique !

  14. marchand

    Bien sur que les autorités religieuses ainsi que les catholiques ont parfaitement le droit de s’occuper de l’organisation de la société. D’ailleurs on ne voit vraiment pas ce qui les empêcherait légalement de le faire.
    Mais ils doivent également en assumer la responsabilité. Il y a des catholiques de droite, de gauche et du centre et d’innombrables nuances dans la position des uns et des autres. Il ne faudrait pas qu’en professant en toute bonne foi des idées par ailleurs très contestables, ils jettent le discrédit sur la religion dont ils se réclament. Il y a malheureusement des cas où les catholiques auraient mieux fait d’exprimer leur point de vue sans faire référence à leur religion. On a eu dans le passé ancien la condamnation du prêt à intérêt et de la démocratie, sans parler de la platitude de la terre ou de la course du soleil. Aujourd’hui certaines considérations sur l’économie, la contraception, le divorce, l’avortement, par exemple, prétendent s’imposer à des incroyants au nom de la religion et non au nom de la raison. Il faut rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César.

    • FERRARI

      Je partage votre point de vue, sauf lorsque vous faites référence aux affirmations scientifiques moyenâgeuses. Aujourd’hui nous découvrons que de nombreuses affirmations scientifiques contemporaines, réputées salvatrices voir miraculeuses pour la santé de l’homme, se sont avérées être particulièrement dangereuses pour la santé de l’homme et pour la nature. Salutations respectueuses

  15. Pingback: L'Église n'a pas à se mêler...

  16. Michel Cliche

    On voit le résultat aujourd’hui en cherchant à éliminer Dieu de nos sociétés. L’Église fait partie intégrante de notre monde. Un gouvernement représente toute sa population et il ne sert à rien d’affaiblir la foi des peuples en Dieu. Si l’on recherche cette voie, on court après notre perte à plus ou moins long terme. C’est dans le dialogue et dans la dignité qu’il faut porter la croix!

    • Marie Odile

      Difficile de penser que Dieu puisse t être en dehors de la société… Je ne crois pas qu’il s’agisse de çà….
      Difficile d’expliquer aux enfants de la catéchèse pourquoi les religions s’affrontent depuis l’Antiquité…
      Que ce qui divise les hommes est leur rapport avec Dieu et avec les religions sur cette Terre…
      A mon époque “le diable” suffisait comme explication… Plus maintenant et ce, dès le plus jeune âge…
      Le décalage de cette société avec le monde est un fossé qui se creuse de plus en plus… Des positions de l’Eglise au cours des siècles sont difficiles à expliquer aux enfants…
      J’avoue être souvent désemparée….

      • Michel Cliche

        C’est dans le dialogue et dans la dignité qu’il faut porter la croix! Malheureusement au cours de l’histoire de l’humanité nous avons souvent manqué le bateau… La perfection n’existe pas dans ce monde tout en essayant de s’en approcher. Les religieux, les religieuses, les responsables des religions comme en politique ou autres sont humainement faillibles. Le problème en regard de l’enseignement dit « moderne », c’est que l’on juge les mœurs et le temps passé par nos lois actuelles… Inévitablement, cela nous entraîne dans un jugement déficient en regard d’une réalité sur le passé. Il est inutile de juger l’Âge de pierre en comparaison de notre époque, mais il faut s’en servir comme d’un guide pour nous améliorer. Aujourd’hui, nous avons tous les droits en effaçant nos obligations… Est-ce mieux? Pour ce qui est du diable, il est beaucoup plus actif que l’on puisse le voir et le croire et en terminant « c’est dans le dialogue et dans la dignité qu’il faut porter la croix! »

  17. Melmiesse

    Mg Di Falco a bien répondu. On peut dire aussi, la société athée n’a pas à se mêler de l’Eglise: par exemple: “les curés doivent se marier” , le mariage à la mairie ( même si les mariés n’en veulent pas) avant la mariage à l’église, divorce de fait si les époux vivent séparés même s’ils ne l’ont pas demandé, nominations des évêques soumises à l’approbation du ministre de l’intérieur, refus d’une clause de conscience pour les mariages gays par des maires chrétiens, remise des registres paroissiaux d’avant 1789 aux archives publiques…etc., la liste est longue

    • Daniel

      Pour le mariage à l’église (en Eglise) c’est que nous manquons d’imagination car depuis le Pacs, rien n’interdit de d’abord se marier à l’église (en Eglise) puis de se pacser pour assurer les avantages de la loi, comme on pourrait le faire avec un notaire. Le mariage à la Mairie n’a aucune valeur morale supplémentaire vis à vis du pacs depuis qu’il a été jeté en pâture … Se pacser n’est donc plus un acte “moindre”. Si pour de vrais catholiques le mariage en Eglise revêt la totalité de la valeur du mariage, alors rien à craindre d’un complément administratif … Appliquons au mariage ce que nous avons préconisé pour les homosexuels : un pacs + un complément notarial.

  18. Qu’ils le veuillent ou qu’ils ne le veuillent pas, d’une facon ou d’une autre, l’Evangile de Jésus Christ en particulier et la Parole de Yahvé Dieu en général sera appliquée à chaque etre humain qui se dit homo sapien. Organiser la société selon l’intelligence humaine uniquement, en dehors de l’observance de la Parole de Yahvé Dieu qui est la Lumière pour le salut des ames des hommes. Légaliser le mariage des homosexuels et toutes sortes d’abominations, mais l’essence et la finalité de la vie n’est pas l’existence dans cette enveloppe corruptible que l’on appelle cadavre après la mort.
    C’est de la provocation comme à la tour de babel, c’est de la provocation comme à sodome ( NB:sodomiser) et gomohrre. Qu’ils organisent la société des hommes selon leur bon vouloir et qu’ils ignorent Yahvé Dieu! Parler et contribuer à la promotion des droits et de la liberté que chacun a à disposer de son corps surtout dans les comportements démoniaques.
    Oui tout est permis ici bas, mais tout n’est pas utile pour le salut des ames des hommes. Car le salaire du péché c’est la mort. Mais le don gratuit de Yahvé Dieu en Jésus Christ c’est la vie éternelle.
    Et le péché règne par la mort éternelle.

  19. giannetto di camporella

    Non DANIEL il n’est pas posible de se marier à l’église sans d’ abord passer devant Monsieur le Maire. Le certificat de mariage est obligatoirement demandé par la paroisse pour ce marier à l’ église. J’ai fais partte de l’équipe d’ acceuil de mon ancienne paroisse et je suis bien informé.
    Par déduction des pacsés ne peuvent pas prétende un mariage ” en l’église” comme vous dit….!
    Bon mercredi des cendres dans la joie du rédemteur.

    • FERRARI

      Nous traversons une période où il est impérieux de se « mêler de l’organisation de la société ». Si nous négligeons cette implication, au nom de la loi 1905, ou suite à une interprétation de la Parole de Dieu qui serait conforme aux convenances sociétales actuelles, nous laisserions le champ libre à l’islamisation qui ne tarderait pas à s’immiscer dans l’organisation de la société. Nous avons tous reçu au moins un talent à faire fructifier ! Qui de nous oserait l’enterrer, afin de le rendre au maître lors de son retour ? C’est pourquoi il nous faut impérativement connaître les objectifs en matière d’organisation de la société, souvent inavoués ou habilement dissimulés, des futurs candidats. Il est impensable de croire qu’un candidat catholique pratiquant méprise la culture chrétienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *