Les confusions de Mgr de Sinety

Download PDF

Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique, a fait l’effort de lire l’ouvrage pro-immigration de Mgr de Sinety, évêque auxiliaire de Paris, que nous avions déjà évoqué ici et . Son analyse montre que l’évêque a les idées bien confuses. Avant que des voix s’élèvent, encore faudrait-il que la pensée s’élève… :

Vicaire général de Paris, ancien curé de Saint-Germain-des-Prés, Mgr Benoist de Sinety est un homme important. Présenté par La Croix comme le bras droit du nouvel archevêque de Paris Mgr Aupetit, il s’est fait connaître du grand public à l’occasion de l’homélie qu’il a prononcée lors des funérailles de Johnny Hallyday. Nous avons été heureux d’y apprendre que malgré sa vie, disons un peu chaotique, nous n’avions pas de souci à nous faire sur le sort posthume du défunt, non plus que sur le nôtre d’ailleurs, ce qui est toujours une bonne nouvelle.

Nous sommes des enfants gâtés

Modestement intitulée Il faut que des voix s’élèvent, et sous-titrée Accueil des migrants, un appel au courage, la copieuse épître – en fait un petit livre de 130 pages – de Mgr de Sinety a le mérite de la simplicité. Les catholiques français « petit club d’enfants gâtés…et cyniques » ont l’impérieuse obligation morale d’accueillir tous les immigrés qui se présentent à eux. Combien ? 1, 10, 100 millions ? Nul ne sait. Quand on aime, on ne compte pas ! Ceci parce que « chez l’individu, c’est l’éthique de conviction qui doit prévaloir » et parce que c’est le seul moyen de rester fidèle à « nos valeurs – liberté, égalité, fraternité » et à notre vocation de « patrie des droits de l’homme ». Voici une bien curieuse synthèse de l’Évangile. Cette obligation catégorique ne supporte ni limites ni réserves ! Mélange d’impératif moral kantien, par nature indiscutable, et de posture gaullienne : « L’intendance suivra » !

Cette statue du commandeur est cependant mise à mal par de fâcheuses omissions et d’étranges affirmations.

De fâcheuses omissions

Ainsi, les mots islam ou musulman ne sont pas employés une seule fois. N’est-ce pas, malgré tout, une partie de la difficulté ? De même, la réalité que constitue l’utilisation de ces flux de migrants par des terroristes islamistes n’est à aucun moment évoquée.

Mgr de Sinety ne tarit pas d’éloges sur la générosité de la chancelière Angela Merkel, accueillant en 2015, en quelques mois, un million de migrants. Il n’est fait aucune mention des 1500 agressions sexuelles commises par des clandestins la nuit du Nouvel An 2016, principalement à Cologne, ni de celles perpétrées par des réfugiés lors de festivals Pop en Suède en 2017. Depuis, madame Merkel a sensiblement révisé sa position.

Des prélats, et non des moindres comme le cardinal guinéen Robert Sarah, dénoncent cette immigration massive : « Vous êtes envahis par d’autres cultures, d’autres peuples, qui vont progressivement vous dominer en nombre et changer totalement votre culture, vos convictions, vos valeurs ». Les lecteurs de Mgr de Sinety n’en sauront rien.

D’étranges affirmations

Benoîtement, le vicaire général de Paris affirme sans rire : « Nous n’avons rien fait pour accueillir les migrants » et« Les migrants en situation irrégulière n’ont aucun droit, aucun salaire minimum, aucune couverture sociale ». Quelques faits réfutent ces jugements à l’emporte pièce : l’AME (Aide Médicale d’Etat) réservée aux clandestins coûtera un milliard d’euros en 2018. Tout demandeur d’asile bénéficie de la CMU (Couverture Maladie Universelle). Un réfugié en attente d’une place dans un centre d’hébergement bénéficie d’une ATA (Allocation Temporaire d’Attente) de 340 € par mois. Une AMS (Allocation Mensuelle de Subsistance) variant entre 91 et 718 € par mois peut compléter le pécule, etc. La situation est à ce point dramatique pour les migrants qui souhaitent nous rejoindre, que leur flot ne tarit pas et qu’ainsi, par exemple en 2017, 262 000 titres de séjour ont été accordés.

Mgr de Sinety ne répugne pas à l’énoncé des lieux communs les plus éculés. Ainsi : « Cette terre (la France) a toujours été celle des migrations ». Nous savons depuis les travaux de Jacques Dupâquier (Histoire de la population française) que l’apport des étrangers dans la composition de la population française a été marginal, par rapport aux populations autochtones, jusqu’à la fin du XIXesiècle.

Le principe de non contradiction n’était sans doute pas au programme des études de monseigneur le vicaire général qui affirme : « Le devoir des immigrés de s’intégrer dans le pays d’accueil ne consiste pas à leur demander de devenir des “ gens comme nous ” ». Et « en même temps » : « Chacun de ces déracinés souhaite partager notre vie, espère que nous lui ferons un peu de place après un si long voyage pour qu’à son tour, lui aussi puisse vivre comme nous ». Comprenne qui pourra. Quant au souhait unanime des migrants de devenir « comme nous » sans doute serait-il bon que les sources de cette précieuse information soient mieux précisées ! On peut en effet s’interroger sur le fait de savoir si, vivre « comme nous », signifie adopter nos us et coutumes ou bénéficier de notre niveau de vie.

Un plaidoyer compassionnel

En fait, ce texte, plus qu’un raisonnement argumenté est non pas un appel au courage comme l’indique le titre mais un plaidoyer émotionnel. Rien n’est épargné pour faire pleurer Margot : le cadavre du petit Eylan sur une plage de Turquie, les « migrants qui ont traversé la mer sur des embarcations de fortune, bravé des déserts, vécu l’esclavage », etc. Mgr de Sinety évoque avec des trémolos dans la voix ses paroissiens retraités qui ont changé leur voiture pour acquérir un monospace afin de mieux véhiculer leurs migrants… Bene. Recte. Optime. Il y a cependant une catégorie de pauvres qui échappe à la compassion de Mgr de Sinety : les « petits blancs » de la France périphérique décrite par Christophe Guilluy qui survivent à Roubaix, Trappes, Bollène ou Béziers dans un univers culturel qu’ils ne reconnaissent plus. Il ne s’agit pas de nier la pauvreté et la misère des migrants, comme si on faisait un tri entre les miséreux, mais de souligner que les encourager à rester sur un continent dont les capacités d’intégration sont saturées c’est, aussi, les condamner à figurer en tête des statistiques de chômage, criminalité, illettrisme, etc.

Portant son cœur en écharpe, Mgr de Sinety élude les questions qui sont pourtant au cœur de la crise migratoire que nous vivons :

  • Existe-t-il un droit du peuple français à la continuité historique ?
  • La notion de civilisation est-elle pertinente où les hommes ne sont-ils tous que des consommateurs ou des producteurs interchangeables ?
  • Pourquoi existe-t-il des civilisations qui créent de la richesse et d’autres qui ne produisent que de la misère ?
  • Existe-t-il un projet d’islamisation de l’Europe par certains musulmans susceptibles d’utiliser, au service de cet objectif, les flux migratoires ?
  • Un taliban afghan est-il aussi « intégrable » qu’un napolitain catholique ?
  • Est-ce que le désir crée le droit ?

Si Mgr de Sinety cite abondamment le pape François, à aucun moment il ne cite le § 2241 du Catéchisme de l’Église Catholique qui est pourtant clair sur le sujet :

« Les nations mieux pourvues sont tenues d’accueillir autant que faire se peut l’étranger en quête de la sécurité et des ressources vitales qu’il ne peut trouver dans son pays d’origine. Les pouvoirs publics veilleront au respect du droit naturel qui place l’hôte sous la protection de ceux qui le reçoivent. Les autorités politiques peuvent en vue du bien commun dont ils ont la charge subordonner l’exercice du droit d’immigration à diverses conditions juridiques, notamment au respect des devoirs des migrants à l’égard du pays d’adoption. L’immigré est tenu de respecter avec reconnaissance le patrimoine matériel et spirituel de son pays d’accueil, d’obéir à ses lois et de contribuer à ses charges »
Il est bien question de nécessité vitale et non pas de droit absolu de chacun à s’installer où il le souhaite.

Un travail en apesanteur intellectuelle

Tout cela laisse la désagréable impression d’un travail mené à la va-vite (« Les révolutions industrielles battaient leur plein » (sic)) dans lequel le sentiment, a priori généreux, tient lieu de réflexion. Sur un tel sujet, on aurait aimé que soient abordées les solutions politiques à mettre en œuvre au regard des vertus morales de force, prudence, justice et tempérance. Et cela en partant de l’observation de la réalité, de toute la réalité. En lieu et place, Mgr de Sinety nous accable d’un discours pour dames patronnesses dénuées d’un minimum de bon sens mais au « cœur gros comme ça ». Il nous fait honte pour les curés de Paris et porte atteinte à la crédibilité de l’Église. À moins qu’il ne soit en mission pour envoyer à la société civile un message « de gauche », coup de balancier en sens inverse après le marquage » à droite » de l’épiscopat français à l’occasion de la Manif pour tous ? Ce ne serait guère plus glorieux et tout aussi misérable. Laissons le mot de la fin à Jacques de Guillebon citant Cicéron : “Ceux qui font tort aux uns pour se montrer généreux envers les autres sont aussi coupables d’injustice que s’ils s’appropriaient le bien d’autrui. Il y a en effet beaucoup de gens qui, avides d’éclat et de gloriole, prennent aux uns pour faire largesse aux autres”.

15 comments

  1. Etienne

    Merci M. Maugendre votre réponse était nécessaire : les enfants du bon Dieu ne sont pas ni des canards sauvages ni des imbéciles heureux. Après quelques réactions comme la vôtre, l’ensemble du clergé catholique finira par s’en rendre compte.
    Si on veut que notre Eglise remonte la pente descendue, cette prise de conscience de leur part est indispensable.

  2. Albert

    Le Sieur de Sinety a de grandes ambitions.
    Dès son investiture, dès sa première homélie de Vicaire général à Notre Dame, les éléments de langage étaient là, bien en place.

  3. Barthe

    Quelle tristesse de voir des “Pasteurs” occupant une place importante dans notre Eglise faire preuve d’une telle indigence intellectuelle et spirituelle!
    Oui une approche aussi superficielle de ce grave problème qui se pose à notre conscience de Catholiques est une insulte à l’intelligence…
    Prions l’Esprit-Saint pour qu’Il donne à nous tous Sagesse, Intelligence et Science pour agir dans la Modestie et la Charité, avec Prudence et Justice.

  4. Qon quijote

    qu’en sait-il de Johny? et de dire que nous n’avons pas de souci à nous faire sur notre sort après la mort? Voilà bien le langage tenu par les conciliaires de tout poil qui ressemble étrangement à la pensée de luther

    • hermeneias

      oUI ses références théologiques semblent se limiter à Michel Polnareff et son “on ira tous au paradis” …….commode et arrangeant qui regarde d’un oeil bonnasse et cauteleux le MAL à l’oeuvre dans le monde le cynisme , les massacres de masse , les trahisons , la perversion et l’utilisation des enfants , le meurtre de l’innocent et le terrorisme islamiste pronés en vertu …..
      C’est regarder d’un oeil indifférent les Evangiles , la vie et la mort du Christ

  5. Agnès La Belle

    Petit livre de poncifes politiques. Par un Evêque complaisant.” Vision abominable “selon Benoit XVI dans le Sel de la Terre.Encore un séduit par la Théorie de la Libération. Qu’il fasse de la politique et démissionne.”Ceci est son Eglise pas un terrain pour théologiens.” Ni ambitieux .

  6. Paul Claude

    “Si vous m’êtes fidèle, renoncez à toute promotion” dit la TSVM. dans ses messages à Don Gobbi.
    C’est ainsi qu’une catégorie défectueuse pour le moins a pris les rênes, les micros pour mener le troupeau lambda où Lucifer le veut.
    La seule arme : prière et pénitence. Tout va y passer: tapis rouge pour l’antichrist etc… Vidéo: 4 baptisés sur 5 vont en enfer !!! L’océan ne peut contenir nos larmes !

    • Courivaud

      oui, mais les fidèles ne doivent pas rester passifs, si les évêques cèdent aux séductions imaginées par Satan (pouvoir des médias, idéologies, irénisme). Il n’est pas question de voir l’enfer s’installer sur terre de cette manière. Notre foi est aussi celle de saint Jacques.

  7. Courivaud

    Une fois de plus, les évêques en France manquent à leur devoir, qui est celui d’exercer une fonction magistérielle à part entière au sein de l’Eglise et refusent ainsi de guider les fidèles de l’Eglise militante vers leur salut éternel. En outre, les propos tenus par cet évêque contredisent ouvertement ce que dit la loi naturelle dans le domaine qu’il prétend examiner.
    De tels propos, d’ailleurs, sont irresponsables dans le contexte politique et social actuel, celui d’une insécurité politique et sociale croissante, provoquée par les liens de plus en plus évidents entre le terrorisme, l’explosion de courants migratoires que les gouvernements d’accueil ne maîtrisent plus et le développement d’un fondamentalisme musulman, lui aussi incontrôlable et incontrôlé, en l’absence d’un magistère au sein de l’Islam.

    Face à de telles carences et de telles irresponsabilités épiscopales débordant le thème traité par ce livre, il revient aux fidèles qui sont l’Eglise, doit-on le rappeler (ce qui est déjà affirmé par le catéchisme de saint Pie X), de mettre en œuvre un principe de nécessité pour rappeler sans tarder ce qu’enseignent l’Eglise de la vérité catholique et la loi naturelle de la vie en société aux fins d’éviter à l’Eglise et aux nations de sombrer dans de grands désordres – ce fut le cas par le passé au prix de guerres civiles – qui retarderaient davantage l’avènement définitif de la Royauté de Notre-Seigneur sur la terre et qui se manifesteraient pour le plus grand malheur de tous (un enfer sur la terre, en quelque sorte).
    D’ailleurs, les fidèles participent déjà à la fonction magistérielle, ce que par exemple, illustre la supplique publiée l’automne dernier par les auteurs de la « correctio filialis de haeresibus », adressée au pape François 1er qui se comporte substantiellement de la même manière qu’aujourd’hui, par exemple, Mgr de Sinety et bien d’autres évêques en France et ailleurs (l’Allemagne en particulier).

    C’est pourquoi, mutatis mutandis, une « correctio filialis » sur le thème traité ici pourrait être adressée à cet ou à ces évêques qui manquent ainsi à leur devoir d’éclairer les fidèles et refusent par ce comportement, l’action du Saint-Esprit sur l’Eglise catholique. Cette supplique pourrait en outre, avoir valeur de témoignage au nom de la vérité naturelle et d’avertissement, appelant l’attention de ces évêques qu’ils ne sont pas des citoyens comme les autres et qu’ils exercent des responsabilités politiques spécifiques dans le pays où ils exercent leur apostolat.

    Qui vent se charger de cette supplique, à faire publier dans les principaux organes de presse, électroniques ou classiques ? Monsieur Maugendre, par exemple ?

  8. Jacques

    Monseigneur,

    Nous avons, en France, près de 9 millions de compatriotes français qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Vous avez bien lu : neuf millions ! Soit un Français sur sept environ. La charité chrétienne ne nous demande-t-elle pas de nous occuper en priorité de l’immense misère qui sévit dans notre pays avant d’accueillir davantage de misère venue d’ailleurs ? Ne faites-vous pas preuve d’angélisme ?

    A la base de cette inversion de priorités, je pense, se situe le fait que, les responsables de l’Eglise comme vous, n’ont pas de charge familiale. Vous n’avez pas à vous préoccuper de l’avenir de nos enfants et petits-enfants car vous n’en avez pas. Quelle France et quelle Europe allons-nous laisser à nos enfants ? Avons-nous encore les moyens d’accueillir en France et en Europe des millions de nécessiteux qui viendrons grossir les rangs des demandeurs d’empoi et de logement alors que nous n’arrivons déjà pas à satisfaire les besoins les plus élémentaires de milliers de nos compatriotes ? Etes-vous autant ému par les sans domicile fixe, qui dorment dans la rue, comme des chiens errants, comme vous l’êtes au sujet de l’accueil de clandestins qui, pour l’immense majorité d’entre eux, ne fuient pas la guerre mais espèrent trouver en France et en Europe un meilleur avenir. Avec quels moyens financiers allons-nous les accueillir ? Y avez-vous pensé ? Certes, la France produit encore beaucoup de richesses mais elle est aussi énormément endettée (plus de 2 200 milliards d’euros ou près de 14 500 milliards de francs nouveaux ou 1 450 000 de milliards d’anciens francs !). Nous empruntons chaque jour sur les marchés internationaux de l’argent pour payer ce que l’Etat français doit payer. Nous vivons au-dessus de nos moyens depuis presque un demi-siècle. Faut-il que nous finissions comme les Grecs ? Faut-il que la France devienne un deuxième Liban, càd, un pays ingouvernable où des milices hostiles à la foi chrétienne historique font tout pour renforcer leur présence ? Faut-il que les chrétiens de France et d’Europe envisagent un jour de fuir leur pays pour échapper, comme nos frères du Proche- et Moyen-Orient, à la persécution et à la mort ? Ce n’est pas mon rêve pour la France et l’Europe. Je ne peux imaginer que ce soit le vôtre.

    Respectueusement,
    Votre frère en Christ,
    Jacques

    • Courivaud

      à Jacques,

      Vous au moins, pensez à l’avenir de vos enfants et à celui des nouvelles générations et pour vous la France n’est pas finie ; il n’y a pas lieu de le penser, d’ailleurs.
      En outre, vous ne voulez pas baisser les bras, sous prétexte que “les derniers temps seraient venus” et qu’il ne reste plus qu’à prier et attendre, comme on le lit trop souvent dans ce forum.
      Je vous approuve, par conséquent.
      Et que pensez-vous d’une supplique à cet évêque à la fois inculte, opportuniste et inconscient (tout cela est à déplorer tout autant qu’à dénoncer), surtout s’il ne remplit pas sa tâche ? C’est le moment où jamais où les fidèles ont à prouver qu’ils sont l’Eglise, là où “des gens d’Eglise” ne le sont pas et ne font pas honneur à Jésus-Christ.

  9. hermeneias

    Je n’avais pas lu l’article initial complètement ….

    Il semble que “l’argumentaire” COURT de Mgr de Sinety fasse de lui un bon disciple du “cardinal républicain” .
    C’est du politiquement correct à couper au couteau et encore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *