Les écoles catholiques et les musulmans

Download PDF

Dans de nombreuses écoles catholiques sous-contrat avec l’Etat il y a désormais des musulmans. Mgr Di Falco, évêque de Gap, estime (dans cette courte vidéo de quelques minutes) qu’il ne doit pas y avoir de filtrage, c’est-à-dire de “discrimination”, à l’entrée des écoles catholiques. Ce serait contraire avec le nouveau statut de l’enseignement catholique. Non seulement elles doivent accueillir tout le monde, mais en plus, elle ne doivent pas privilégier l’accueil des catholiques. Et Mgr Di Falco se félicite que dans certaines écoles catholiques de Marseille il y ait 60% de musulmans.

Que l’école catholique n’accueille pas uniquement des catholiques, rien de plus normal. Mais qu’entre un enfant issu d’une famille catholique et un enfant issu d’une famille musulmane elle n’établisse pas une  préférence en faveur de l’élève catholique, c’est assez ahurissant. Car l’instruction à l’école n’est que le prolongement de l’éducation qui se trouve à la maison. Aussi, ne pas faire de distinction entre un élève catholique et un qui serait païen ou croyant d’une autre religion, c’est entrer en contradiction avec ce lien entre l’instruction scolaire et l’éducation parentale. Cela signifie surtout que les écoles dites catholiques n’ont plus grand chose de catholique. 

42 comments

  1. Persoons

    il semble bien étrange de confier à l’école la mission de “prolonger” l’éducation familiale ; il me semble au contraire que l’école a pour mission d’ouvrir l’enfant à d’autres horizons , ce que Freud appellerait passer du “narcissisme” enfantin à la découverte des “autres”. L’école prépare l’enfant à la vie en société, ce que la famille ne fait que très peu. Il est donc utile que les écoles soient fréquentées par des élèves différents puisque sa mission sera d’y enseigner le pluralisme. Même dans une institution religieuse catholique ou autre.
    L’école n’a pas à favoriser qui que soit, la société est unique et mieux l’enfant aura été préparé à sa diversité, plus il y trouvera sa place naturellement.
    Le Christ Lui-même, juif nazaréen et non-orthodoxe, n’est pas un “béni oui oui” ou un être formaté à la pensée unique mais un révolté. D’où tient-il sa révolte , d’une école expurgée de ses différences sociales ou religieuses? Qui veut faire l’ange fait la bête (Pascal).

    • YVES

      D’accord qu’il n’y ait pas de discrimination. Mais l’enseignement privé est bien le prolongement, sinon le même cadre d’éducation que les parents veulent donner à leur enfants.
      C’est une des principales raisons du choix des parents d’une école privée religieuse pour leurs enfants.
      Par ailleurs on devrait employer le terme “enseignement” et pas “éducation”
      Les écoles catholiques ne disent pas “éducation catholique”.Ça ferait hurler au prosélytisme.Alors que les écoles laïques se permettent de s’appeler “éducation nationale”. C’est du prosélytisme laïque. V.Peillon l’a bien compris.
      Si l’enseignement laïque se veut neutre il ne doit pas faire de choix d’éducation.
      D’ailleurs au nom de qui et de quoi le ferait il? à quelle référence le ferait il? sinon de lui même.Ce que veut faire Peillon avec toutes les dérives que l’on voit. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil en matière de morale.Tout a été dit.Il n’y a qu’à appliquer.

      • Daniel

        Ne confondons pas l’instruction et l’éducation; si vous relisez bien le commentaire du rédacteur de ce site il différentie bien “l’instruction” des savoirs techniques donnée par les maîtres face à “l’éducation” au savoir-être et à l’être donnée par la famille. Ceci dit, enseigner un savoir nécessite d’instituer un savoir-être d’élève : effort, respect, écoute, participation, image de soi, etc. qui est universel, mais on n’est pas là dans le théorie maçonne du “je me fais ma nature telle que je la pense” car nos pensées ne sont pas celles de Dieu qui connait lui parfaitement notre nature créée, pour la bonne raison qu’il est notre créateur, donc la nature que nous voulons construire va se retourner contre nous ou amplifier nos déséquilibres psychiques ou s’établir au détriment d’autrui (les enfants, les personnes âgées, etc.) et les musulmans se méfient de cette EDUCATION maçonne qui est athée.
        C’est une grâce d’accueillir tant d’enfants de musulmans car ils manifestent au monde que notre EDUCATION nationale (et non le ministère de l’INSTRUCTION comme avant guerre) ne vaut rien au moins en matière d’éducation (et en matière de productivité la démonstration n’est plus à faire). En matière de savoirs technique elle n’est pas mauvaise.
        S’il manque des places pour accueillir aussi les catholiques, construisons et recrutons, rien n’en empêche. L’Eglise catholique dans les pays non catholiques est réputée pour ses établissements scolaire où de nombreux non catholiques affluent pour le plus grand bien de l’Eglise universelle quand tous ces gens seront adultes et électeurs. L’Evangélisation a toujours débuté là depuis que Constantin fit fermer les universités païennes.

    • maroussia

      C’est du grand n’importe quoi. Je vous rappelle qu’il existe en France un réseau d’écoles…PUBLIQUES, où les fantasme de pluralisme et de société multiculturelle dont vous êtes visiblement un adepte ont toutes les opportunités pour s’appliquer.
      L’école PRIVEE “catholique” relève d’un choix éducatif des parents, choix matérialisé par le paiement de FACTURES.
      Rien que cela justifie, sur la base du simple DROIT des CONTRATS le respect des aspirations éducatives des parents.
      “L’école prépare l’enfant à la vie en société, ce que la famille ne fait que très peu”.
      “la société est unique et mieux l’enfant aura été préparé à sa diversité…”
      Et depuis quand la mission de l’école catholique est-elle “d’enseigner le pluralisme “?
      Inutile de commenter un tel ramasis de lieux communs gauchistes.
      Allez commenter ailleurs, sur Rue 89 par exemple.

    • LILIANE

      Cher Monsieur, votre réponse est ridicule, je m’étonne que vous soyez un catholique. Quelle honte de prendre pour exemple des soit disant philosophes. Et pour vous montrer que votre réponse est ridicule, je m’en vais vous dire qu’avant (les années antérieures, les siècles passés disons où la France était catholique) les enfants ne se portaient pas mal du fait de n’être pas avec des gens différents ou d’obédiences religieuses différentes. Bien au contraire, parce qu’il est naïf et idiot de croire qu’être avec des gens différents vous rend meilleurs et plus ouverts au monde. C’est faux. C’est l’amour de DIEU qui nous rend meilleur et avec cet amour on comprend qu’on doit aimer l’autre quand bien même il serait différent. Il est même dangereux de faire fréquenter des catholiques avec des musulmans car les derniers cités peuvent influencer les premiers au grand désespoir de la religion catholique. Je suis déçue de Mgr Di Falco. J’aurais compris qu’il soit fier et qu’il se réjouisse que ces musulmans se soient convertis au catholicisme du fait de leurs fréquentations des écoles catholiques. Pas étonnant que l’on ne convertisse plus personne et que ce soit plutôt les autres qui convertissent les catholiques.

  2. Patrick Gourand

    Vous avez tout à fait raison. Les écoles catholiques ne sont qu’une apparence. D’ailleurs il faut être lucide, beaucoup de parents n’attendent pas de ces écoles une instruction religieuse pour leurs enfants. Oh, non, vous n’y pensez pas! C’est plutôt par confort ou par snobisme qu’on met son gosse à l’institut du Sacré-Coeur. Mais n’allez surtout pas parler du Sacré-Coeur de Jésus à ces gens-là! La vraie raison du maintien de ces écoles par la hiérarchie en place, c’est le fric qu’elles rapportent à l’Eglise de France. Le denier du culte ( pardon de l’Eglise ) ne rapporte plus comme auparavant. Et c’est une bonne chose. Quand on sait la pléiade de laïcs employé(e)s ET PAYE(E)S par les diocèses pour remplir des rôles indus eu égard à leur condition d’ignorants et d’incompétents dans les choses de la foi. Que dire des diacres permanents, les pires éléments de la corruption doctrinale organisée.
    Il faut couper les vivres à ces déviants doctrinaux, et réserver son offrande pour la Sainte Eglise qui subsiste dans le clergé séculier et régulier traditionnel.

  3. Jean-Pierre Delmau

    Pour connaître un peu la situation des Etablissements catholiques sous contrat, il me semble qu’il faille prendre ces commentaires de Mgr Di Falco, tels qu’ils sont rapportés, avec prudence. On peut supposer que s’il existe des écoles catholiques où les élèves musulmans sont plus nombreux que les catholiques, ce soit dans des quartiers où les musulmans sont particulièrement nombreux, et je ne suis vraiment pas sûr que leur admission ait nécessité le refus d’élèves catholiques… En revanche, c’est un fait que des familles musulmanes font l’effort de mettre leurs enfants dans nos écoles, d’une part à cause d’une meilleure atmosphère et d’un comportement plus respectueux, mais aussi parce qu’on “y parle de Dieu”. Même si l’on admet ici l’ambiguïté de la notion de Dieu, c’est un fait que ces familles préfèrent que leurs enfants entendent parler du “Dieu des Chrétiens” plutôt que de personne. Faut-il leur faire grief de cette confiance ? Ne faut-il pas plutôt regretter que les familles catholiques, beaucoup plus nombreuses, ne soient un peu trop insouciantes sur ce point, et que le silence sur Dieu, voire une laïcité parfois agressive dans certains établissements publics, les laissent indifférentes ?

    • Secotine

      En fait les musulmans mettent leurs filles dans les écoles catholiques pour une raison très simple c’est que le port du voile n’y est pas interdit comme dans l’école publique.
      Une amie enseigne dans un établissement catholique sous contrat et s’agace un peu de la situation d’autant que certains parents musulmans ont demandé que les “signes religieux” à savoir une statue de la vierge soit retirée du hall d’entrée car cela “heurtait leur conviction” (leçon bien apprise). Pour l’instant la direction de l’établissement ne s’est pas excécutée mais jusqu’à quand ?

    • Carodom61

      Après le directeur de l’enseignement dit catholique d’Angers, voici un prélat qui donne aux parents d’enfants catholiques une leçon sur le bien fonder d’accueillir les enfants de confession musulmane.
      Depuis quand parle t-il de notre Dieu dans ces écoles, y t-il longtemps que vous les avez fréquentées?
      Vous n’y êtes pas, Dieu n’a plus le droit de cité dans ces établissements scolaires. Rendez-vous aux sorties d’école et vous vous rendrez compte de l’état d’ambiance générale.
      Il vaut mieux parfois pour nos enfants un bon établissement public qu’un mauvais établissement “catholique”.
      Seul salut pour nos petits enfants et enfants, l’école Catholique hors contrat. Point d’ambigüité de ce coté, nous savons où nous sommes et Dieu avec eux.
      .

  4. Ce n’est pas nouveau, les écoles dites catholiques sont le reflet de la société française qui est fort loin de l’Eglise.
    L’abandon de l’enseignement du catéchisme par les prêtres, l’abandon de la pratique religieuse,,les suites malheureuses du dernier concile aboutissent à des écoles qui n’ont rien de catholique .
    Pourquoi y inscrit on son enfant ?
    Pour le niveau scolaire
    Pour la discipline
    Pour l’absence de grèves ( les mères travaillent)
    La religion, ils s’en fichent, il y a longtemps qu’on ne prie plus dans les classes, le catéchisme est en option.
    Les enseignants ne sont d’ailleurs pas catholiques pour la plupart .
    J’ajouterais que je me demande si certains clercs, prêtres ou religieuses que j’ai vu à l’oeuvre dans ces écoles sont encore catholiques……le discours de Mgr di Falco est religieusement correct.
    Annoncer l’Evangile n’est pas sa priorité , il s’agit de ne pas se faire accuser de discrimination.
    Voilà le péché suprême .

  5. Marcel the patriot

    D’accord avec le texte mais esque les musulman sont aussi tolérant ? A voir les meurtres viols et tortures que
    vivent nos frères et soeures des pays musulmans me rend perplexe un jour la chrétienté disparetras et le christ
    aura alors donner sa vie pour nous sauvée pour rien soyons généreux mais toujours vigilants car de moins en moins de chrétiens on confiance en eux

  6. Amor Lagueuse

    Vraiment il n’en loupe pas une ce Di Falco!! Au royaume du MASDU pas de quoi s’étonner! l’enseignement dit catholique sous contrat n’est que du “public payant” saupoudré d’aumônerie “”very ligth””, canada dry d’une véritable évangélisation”! Il ne sait que dire et que faire pour ne pas être oublié…!

  7. Stéphane

    Cela fait un certain temps que l’on se rend compte de la soumission de l’enseignement diocésain sous contrat à l’Education nationale et son dictat athée.
    Dans ce jeu, les écoles catholiques sous contrat ont perdu la bataille, faute de combattants.

  8. marie

    donc les ecoles cathos doivent prendre des eleves musulmans
    comme dans la fac catho d anger ou les cathos ne peuvent plus se faire entendre car miner par le ps et le npa!!!!!
    les etudiants contre la pma et la gpa sont mal menes par le ps et nps de la fac catho
    fin de regne

    ne payons plus pour ces eveque vendus au diable( di falco sent le ouffre
    il a deja du partir de pari stanisla pour de drolllllllleeeees de bruit

  9. REZVOY

    Mgr Di Falco est relativement clair ; mais relativement seulement.

    Il confond origine maghrébine (ou même seulement “à consonance maghrébine” ce qui peut être trompeur) et origine musulmane, ce qui est autre chose.

    La non-discrimination poussée à l’extrême ne conduit-elle pas à gommer toute différence entre l’enseignement catholique et l’enseignement public ?

    Quant à l’accueil à bras ouverts des musulmans, quelle est l’attitude de l’enseignement catholique à l’égard du prosélytisme musulman ? Est-ce que les petits musulmans font la prière sur le temps scolaire ? Est-ce que l’enseignement catholique n’est pas plus tolérant à l’égard du voile pour les petites filles que l’enseignement public qui l’interdit et s’y tient ? Qu’est-ce qui est diffusé en terme d’enseignement religieux sans aucune discrimination ?

    Quel est l’avenir des établissements catholiques situés dans des quartiers qui sont devenus des quartiers majoritairement musulmans ?

    A l’usage, c’est, me semble-t-il, un peu plus compliqué que ce qu’à l’air de dire Mgr Di Falco.

  10. DUMAS

    Monseigneur DI FALCO,

    Vous savez très bien que nos écoles catholiques ( notamment celles situées dans les villes ) n’ont plus rien de catholique ( l’un de mes fils a fréquenté pendant 3 ans un collège catho; à mon grand désespoir la catéchèse n’était pas la priorité: dans ce cas-là où est l’éducation catholique? le but recherché est de faire le plein des élèves pour perdurer!!!). Donc, moralité, si l’on recherche une vraie Ecole catholique, il faut choisir sans hésiter une Ecole “hors-contrat” qui sera vraiment “indépendante” et pour les programmes et pour l’enseignement religieux!! Je me permet d’ajouter que j’ai été par le passé, prof de français dans un collège privé catholique dirigé par les Frères des Ecoles Chrétiennes, à SAINT-DENIS (LA REUNION): donc je sais de quoi l’on parle; un établissement catholique ne doit pas perdre son identité propre sous prétexte d’un recrutement élargi à d’autres religions.En conclusion, soyons prudent dans ce domaine!!!

    En union de prière, pour tous les paroissiens de votre diocèse

    Hervé DUMAS

  11. Carodom61

    Après le directeur de l’enseignement dit catholique d’Angers, voici un prélat qui donne aux parents d’enfants catholiques une leçon sur le bien fonder d’accueillir les enfants de confession musulmane.
    Depuis quand parle t-il de notre Dieu dans ces écoles, y t-il longtemps que vous les avez fréquentées?
    Vous n’y êtes pas, Dieu n’a plus le droit de cité dans ces établissements scolaires. Rendez-vous aux sorties d’école et vous vous rendrez compte de l’état d’ambiance générale.
    Il vaut mieux parfois pour nos enfants un bon établissement public qu’un mauvais établissement « catholique ».
    Seul salut pour nos petits enfants et enfants, l’école Catholique hors contrat. Point d’ambigüité de ce coté, nous savons où nous sommes et Dieu avec eux.

  12. David

    parions que dans quelques années il y aura des musulmans au conseil d’administration ; la cantine sera hallal ,
    …………. et au final le nom Ecole catholique sera haram……………pour mieux vivre ensemble on tendra encore l’autre joue……..

  13. Jacq44

    Bonjour,

    Et dans le cas de 60% de musulmans à Marseille dans cette école chrétienne, à quand des salles de prières pour ne pas dire mosquée pour la prière 5 fois par jour ???
    La veulerie de beaucoup de catholique qui ne défendent pas leur religion, va amener d’énormes problèmes si on ne se positionne pas très fermement sur nos positions catholiques traditionnelles…
    Bonne journée, Jacq44

  14. rocheteau

    moi je suis pour que nos écoles catholiques accueillent tous les élèves quelles que soient leurs origines sociales raciales culturelles religieuses mais à la condition que ces mêmes écoles soient vraiment catholiques et que l’enseignement dispensé soit sans doute possible (que votre oui soit oui que votre non soit non) teinté des vraies valeurs chrétiennes : oui au prosélytisme catho ! les parents qui leur confient leurs enfants doivent savoir que dans ces écoles leurs chérubins seront enseignés sur la religion chrétienne non seulement sur la morale, mais les sacrements et le dogme.
    si nos écoles ne sont pas capables de ça, qu’elles disparaissent : l’enseignement laïc et obligatoire de l’état avec des maîtres formés et compétents est suffisant pour instruire nos chers petits (mais que cet enseignement laïc ne se prétende pas “éducation nationale”, l’éducation appartient aux parents)

  15. danina

    Que peut on répondre à cet article ? Qu’il y a belles lurettes que j’appelle les écoles catholiques de France des écoles “privées”, ou encore payantes, mais surement pas des écoles catholiques !
    J’ai été élève d’une école privée catholique de 1953 à 1963, et, petite élève, j’ai vu au cours des années : disparaître nos chères sœurs les unes après les autres, cesser les prières avant les cours et les récrés, supprimer le chapelet et bien sur la visite hebdomadaire du prêtre à l’école. Quand je l’ai quitté à l’age de 14 ans nous étions une école “comme les autres” ou peu s’en faut….
    Ayant inscrit mon fils à cette même école il y a 25 ans, je l’ai retiré précipitamment 3 ans plus tard en découvrant des aberrations qui m’ont mises hors de moi ! On y apprenait : “mon pays l’europe”, Jésus est venu sauver tous les hommes même les musulmans, l’enfer est plutôt sur terre, et surtout : nous irons tous au paradis….
    Mon fils a alors intégré une école vraiment catholique, vraiment privée, vraiment hors contrat.
    Gros sacrifice pour un petit salaire mais je ne le regrette pas.
    Et si mes petits-enfants ne vont pas dans une école semblable, habitant la Belgique ils sont -un peu- à l’abri des dérives françaises mais surtout vont au catéchisme (tradi) chaque semaine et font partie des croisés. Aujourd’hui, si l’on veut que nos enfants reçoivent une éducation véritablement catholique (je ne parle que de ça) il faut s’en donner les moyens car ce n’est pas évident…..

    • Daniel

      Désolé, tout est vrai sauf le déni que notre Seigneur Jésus-Christ ne soit pas venu pour sauver aussi les musulmans : regardez les conversions de musulmans ne sont pas rares. Et avant Vatican II il y eu de nombreuses et retentissantes conversions de juifs ex. le Rabbin de Rome qui pris le prénom du Pape Pie X “eugenio” à la sortie de la dernière guerre juste avant de se faire expulser de son appartement de fonction.
      Et surtout, n’oubliez jamais que vos ar-ar-… arrière parents furent des convertis et non des chrétiens de souche.
      Si le Seigneur n’est pour rien dans ces conversions alors il ne sert de rien, donc il n’est rien … Blasphème !!
      Blasphémez-vous ? Non, bien sur. J’espère vous avoir convertie à la vraie foi (j’ai moi aussi des petits enfants, nous avons donc du recevoir la même religion en notre enfance).

      • danina

        Je ne comprends pas très bien le sens de votre message…
        Bien sur que Notre Seigneur est venu sauver tous les hommes, sans exception…. à condition qu’ils se convertissent ! N’a-t-il pas dit ! ” Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ! Celui que ne croira pas sera condamné ” Les musulmans ne peuvent se sauver tant qu’ils ne se convertissent pas !
        Et convertis ils ne sont plus musulmans mais chrétiens, non ?
        Concernant le rabin de Rome, s’il avait pris le prénom du pape Saint Pie X il se serait appelé Giuseppe (ou Joseph)…..Mais peut être voulez vous parler du pape Pie XII ?
        Enfin concernant mes grands-parents, les derniers en date côté paternel étaient communistes ! Du côté maternel c’était plutôt des protestants… Mais en recherchant dans ma généalogie j’ai appris qu’un de mes ancêtres avait été guillotiné pendant la révolution.
        Quant à moi j’ai eu la chance d’être élève dans une école tenue par des religieuses ce qui a préparé le terrain…. La conversion interviendra plus tard…. par la Grâce, hé oui, puisque aucune conversion ne se fait sans Lui…. Amicalement.

  16. Jean de Préaudet

    Le commentaire bien huilé et curieusement instantané du courageux Persoons ( ce porteur de masque serait-il en mission, et pour qui sinon pour un épiscopat soucieux de s’ aligner sur les principes de la république maçonnique ?) doit être pris pour ce qu’ il est : un tissu de sophismes.
    Evoquer Freud, faux médecin et authentique prosélyte du matérialisme athée pour inverser la mission de l’ école catholique (enseigner le pluralisme… au lieu d’ apprendre à “louer, honorer et servir Dieu, et par ce moyen sauver son âme…), c’ est déjà très fort. Ecrire:” la société est unique” sans remarquer qu’elle ne peut être simultanément unique et “pluraliste” ou “diverse”, c’ est nager dans la confusion mentale , dans la négation du principe d’ identité, c’ est piétiner le “que votre oui soit oui” enseigné sans ambages par le fondateur du christianisme.
    Révolté, oui, le Christ, mais contre les prétentions totalitaires des “sépulcres blanchis”, contre les Goebbles haineux qui criaient à l’ honnête Pilate : crucifie-le!
    Alors, Persoons, cesse de cacher ta haine de l’ Eglise du Christ derrière ton tablier en peau de cochon!

  17. zézé

    Si des “catholiques” entraient dans des écoles coraniques croyez bien qu’ils seraient immédiatement éduqués et transformés en bons musulmans….

  18. petilu

    surprenant et fort triste d’entendre ça.! Devrais_je donc en tant que catholique inscrire mes enfants dans une ecole coranique parce qu’il n’y a plus de place pour eux dans une ecole “libre”? y apprendra-t-on le respect de ma religion?ou lavera-t-on le cerveau de mes enfants?

    ces enfants musulmans suivent -ils les cours de catechisme ou fait-on deja venir un imam?? pour etre respecter il faut deja savoir qui on est . Est-ce dans cette dilution religieuse que je dois faire baigner mes enfants? ou ,in finé,les musulmans finissent toujours par nous imposer leur lois ? meme s’ils sont minoritaires!!! va-t-on continuer à suivre ces évêques qui nous conduisent à l’abattoir??
    je veux transmettre à mes enfants ce qui est pour moi le plus precieux :la foi en Jesus-Christ
    j’attends de l’ecole libre qu’elle m’y soutienne.Apres Ils choisiront en toute connaissance de cause pas cette bouillie infame que leur sert cet eveque
    Il y a un moment que j’ai choisi d’aider l’eglise autrement que par le denier du culte et je vais continuer .Le jour ou ces évêques géreront leur budget en suivant la parabole des talents je verrai si je les soutiens à nouveau sous cette forme

  19. Remy

    Cette enquête du Centre National de la Recherche Scientifique, faite en octobre 2013 ressemble à une manipulation, ou une forme de flicage.

    Ces écoles ont bien un caractère et une identité propre, elle sont, du moins au départ c’est leur raison d’être, le prolongement de l’éducation des familles par le moyen d’une instruction, générale, technique et aussi spirituelle.
    Qu’elles soient ouvertes potentiellement à tous les enfants, dans la mesure où les familles acceptent ce caractère catholique, et l’instruction qui est censé aller avec, c’est normal. Qu’elles puissent brasser des enfants d’origine différente est une bonne chose, tout le monde en convient.

    Ceci dit, ces écoles fonctionnent en bonne partie avec le soutien financier, et une part non négligeable de bénévolat de nombreuses familles catholiques pratiquantes, et ont même parfois été créées par elles avant d’être reprises par les diocèses.
    Il est logique, juste et légitime, qu’en cas de limite de places, ce soient ces familles qui soient prioritaires, car leur adhésion au projet pédagogique et religieux de l’établissement est meilleure …
    C’est ce qui se fait pour n’importe quelle entreprise et dans la plupart des autres pays .
    Refuser cela revient à pratiquer une discrimination, on refuserait l’enfant de telle famille, car elle est catholique …

    D autre part, les musulmans ont aujourd’hui des moyens financiers quasiment égaux voire supérieurs aux familles catholiques ou françaises, et la loi ne leur interdit pas de créer des écoles privées.

    En fait ce problème se pose, car il y a actuellement plus de demandes que de places disponibles …
    Ce problème découle de la décision de l’État, qui limite arbitrairement à 20 %, les moyens attribués au Privé, pour remplir sa mission
    Donc cela contrôle indirectement le nombre des enfants scolarisés dans ces établissements qui ne peut globalement aller au delà de cet ordre de grandeur, toute classe d’âges confondues.

    Si cette limite artificielle n’existait pas et que les établissements soient vraiment libres, il n’y aurait aucun problèmes de places, et de refus de tel ou tel enfant et donc cette question ne se poserait même pas !
    Et c’est là sur l’abrogation de cette mesure injuste que Mgr Di Falco ferait mieux de se battre !

    Autre chose : l’école ne prépare les enfants à la vie en société que sur le plan de l’instruction, des savoirs divers, et donc de l’insertion professionnelle, et non sur le plan éducatif ou des valeurs, religieuses, philosophiques, politiques, ou autres, qui restent la prérogative des familles.
    Affirmer le contraire (l’éducation serait le rôle de l’Etat et non des familles ?) est proprement dictatorial.

  20. Mario

    Au septième siècle l`Égypte était un pays chrétien – les musulmans sont arrivés par la force et se sont installés. Depuis bien longtemps la foi chrétienne y a été persécutée et éradiquée par les autorités islamiques. Que reste-t-il de la foi chrétienne en Égypte de nos jours.

    Il est vrai que la foi était défaillante et rebelle – dans cette région au septième siècle et que les invasions islamiques se sont arrêtés en France a Poitiers sur une ligne ou la foi était saine après avoir laminé l`Afrique du Nord et l`Espagne arienne (une hérésie).

    On peut se demander si nous ne vivons pas la même chose – cette fois partout en Occident ou la foi est malade, le peuple rebelle, le clergé confus et l`islam qui réapparait partout.

  21. Sylvie Houbouyan

    Comment une école qui se réjouit d’accueillir 60 pour 100 de musulmans ne se réjouirait elle pas d’en accueillir 90 pour cent ? Où est la limite ? Y a -t-il une limite ? Non:.il faut accueillir l’autre jusqu’à mourir à soi-même!
    Et donc à renoncer à sa spécificité si elle heurte l’autre.
    Fort bien mais ce message s’adresse à l’individu non au groupe.
    Que le chrétien donne sa vie pour son frère, musulman ou athée , très bien!
    Mais il y a une erreur quelque part et une erreur monumentale. Jamais le message du Christ n’a été de sacrifier son peuple et donc son message d’amour pour le confort de ceux qui détruisent son peuple et ignorent son message d’amour. Son message doit être transmis ,
    Or plus ample informée ( cf. LevDiscours de Benoit XVI à Ratisbonne ) , le message du Christ ne passe pas par l’Islam.
    Donc une école catholique doit accueillir un pourcentage suffisant de chrétiens pour que la transmission du message du Christ ne risque pas de froisser nos bien chers frères musulmans. Et c’est de ce pourcentage qu’il faut se réjouir.

  22. Jérôme

    Pour avoir été enseignant dans des établissements scolaires qualifiés de catholiques, je peux dire qu’ils n’ont vraiment plus grand chose de catholique. Les propos de Mgr Di Falco ne font qu’entériner un état de fait: la France n’est plus peuplé que par des catholiques, mais aussi par des athées, des agnostiques, des musulmans, des bouddhistes, etc…Comme les catholiques sont devenus minoritaires en nombre et très loin d’une vie conforme aux Evangiles et aux enseignement de l’Eglise, les écoles catholiques sont devenues comme des écoles publiques. Jules Ferry et ses comparses, et ses héritiers idéologiques (M. Peillon et tant d’autres!) auront tout fait pour détruire l’influence de l’Eglise sur la société en promouvant des enseignements anticatholiques depuis la théorie de l’évolution de Darwin jusqu’à la théorie du genre, des théories qui nient l’essence des choses réduites à des états passagers et fluctuants. Mais le Christ vaincra! Alors prions et œuvrons en agissant dans le cœur à cœur!

    • YVES

      Jérôme.
      Comment pouvez vous dire que les catholiques sont minoritaires en France.Alors que l’on a vu des millions de catholiques s’élever récemment quand on touche à leurs valeurs.
      Croyez vous que tous les musulmans ou les autres vivent leur religion. Certainement non.
      Même s’il y a peu de pratiquants l’immense majorité des français garde, consciemment ou non ces valeurs, ne serait ce que par inertie culturelle.

      • Jérôme

        Cher Yves,

        Le Christ n’attend pas de nous que nous descendions simplement dans la rue pour manifester notre réprobation devant des lois iniques, mais il attend aussi que tous les baptisés s’efforcent de vivre pleinement de sa Parole. Or, je crains que beaucoup de catholiques soient tels des enfants prodigues qui abandonnent leur héritage chrétien pour des veaux d’or et autres idoles que notre époque leur vend comme des voies qui conduisent au seul bonheur possible : un bonheur strictement terrestre! Quand je vois le taux de participation à l’Eucharistie, je ne peux pas m’empêcher de penser que la plupart des catholiques se sont nettement détachés de l’Eglise et de ses enseignements, et de ses rites. La distinction entre croyant et pratiquant est fallacieuse: un vrai catholique attache au moins autant d’importance aux sacrements qu’à la vie quotidienne, si ce n’est plus car c’est du cœur des sacrement que le catholique est censé recevoir la force de témoigner de sa foi au quotidien. Or, je constate que bien des prêtres ont jouer le jeu d’un discours soit très convenu, soit édulcoré soit politiquement correct sans ouvrir à la dimension mystique de la foi qui est un tremplin vers le surnaturel! Mais je ne doute pas qu’il y ait un réveil car le Christ est un merveilleux judoka capable de retourner le force de Satan contre lui, en faisant redécouvrir la force vivifiante de la foi en son amour miséricordieux. Le combat est là, et nous en sommes!

        • YVES

          Jérôme,
          Je suis d’accord avec ce que vous dites, mais pour ma part je ne me permettrai pas d’évaluer la foi des chrétiens par rapport à la pratique religieuse.
          Je me souviens que lorsque j’étais jeune, adolescent, (j’ai 65 ans), et que je me trouvais à la messe en Bretagne dans une église pleine, les gens y allaient beaucoup plus machinalement que ceux qui y vont maintenant.
          Les gens parlaient, riaient, partaient avant la fin de la messe juste après la communion, sans se recueillir etc..
          Maintenant ceux qui “tiennent le coup” sont sincères.Les situations sont plus claires et plus franches.
          Cependant vous avez raison de dire que dans l’ensemble la foi dans la société a considérablement faibli. Je dirai en quantité plus qu’en qualité.
          Et c’est vrai que les écoles catholiques sont très laïcisées.
          Ceci est du à notre société matérialiste et toutes les religions y sont touchées.
          Mais n’éteignons pas la mèche car elle fume encore et l’Esprit Saint saura la rallumer.
          La difficulté de ces temps difficiles est l’annonce même du renouveau qui vient.C’est dans ce sens que st Paul nous dit:”quand je suis faible c’est alors que je suis fort”
          Et c’est bien par la croix que le Christ a commencé sa résurrection.
          Donc courage.
          Cordialement.

    • Jacq44

      Bonjour cher ancien professeur,

      En gros je suis d’acord sauf sur un point c’est la théorie de l’évolution de Darwin, si vous la contestez, il y a un problème, et il est heureux que vous ayez quitté l’enseignement…

      Bonne journée,
      Jacq44

  23. Jean de Préaudet

    Hier, j’ai privé Goebbels de second e qui doit suivre son double b, mais je ne sais comment procéder pour lui rendre son identité…

    Mon billet précédent visait surtout à dénoncer une pratique devenue courante sur la toile : dès que s’ouvre un échange un peu chaud sur un site relativement consensuel comme Riposte catholique, un “veilleur” du camp adverse intervient le premier pour jeter un pavé dans la mare. Objectifs :
    -casser d’ emblée le climat de charité caractéristique de Riposte catholique ;
    -favoriser l’ apparition de commentaires susceptibles de déclencher des mesures de rétorsion, éventuellement pénales,contre les responsables du site et/ou contre les auteurs des commentaires de protestation;
    -dégrader le climat psychologique et le niveau intellectuel des échanges entre les fidèles catholiques, qui ont le droit de conforter (non de confronter) leurs convictions grâce à internet (“don de Dieu”, Franciscus dixit).

    Conclusion: les trublions masqués n’ont pas leur place ici. L’ Eglise est une institution hiérarchique (Christus regnat…). Aucun membre d’une société secrète ne peut usurper la qualité de fidèle. Cette règle ne doit pas faire acception de …Persoons.

  24. Sylvie Houbouyan

    L’Ecole de la république a complètement perdu les valeurs chrétiennes. Comment pourrait-elle éduquer les français?
    On ne lui demande que de les instruire mais elle s’y refuse laissant ce rôle à la famille qui doit s’occuper de l’apprentissage de la lecture et du choix des livres de ses enfants si elle ne veut pas se retrouver avec des petits barbares dévoyés et illettrés.
    Car l’Ecole de la république se réserve l’Education . Éduquer à la guillotine d’abord car c’est un bon moyen de supprimer quelques inégalités, éduquer au ” genre ” ensuite car c’est un bon moyen de supprimer les différences.
    L’Ecole de la république aurait elle des “valeurs” ? Pas des valeurs comme le vrai ( différent du mensonge ) , le beau ( différent de la dérision ) …. Mais quelque chose comme les vases communicants et l’indifférenciation dans un système clos ce qui aboutit à la mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *