“Les relations avec les musulmans exigent de nous une grande vigilance”

Download PDF

Le titre de cet article est tiré d’une intervention de Mgr Claude Dagens, évêque d’Angoulême, prononcée au synode des évêques sur la nouvelle évangélisation, le 19 octobre dernier. Il s’agit du rapport du carrefour des évêques francophones. En effet, après les interventions de chaque participant au synode, les évêques se rassemblent dans des “carrefours” pour échanger leur opinions, lesquelles discussions donnent lieu à des rapports, rédigés sous forme de collection des opinions de la majorité comme de la minorité et expriment de façon claire les avis unanimes ainsi que les avis contraires. Ces rapports, soumis à l’approbation des carrefours, contiennent toutes les suggestions et les réflexions des membres de chaque carrefour et représentent une description fidèle des opinions de la majorité et de la minorité. Ces rapports sont extrêmement importants, car ils sont l’expression la plus évidente et la mieux formulée de la pensée des Pères synodaux, qui ont participé à la discussion des carrefours. Ils contiennent aussi les éléments de base des conclusions du Synode. Les rapports, dans leur ensemble, représentent une première synthèse du travail synodal. Voici donc le rapport des évêques francophones, par Mgr Dagens :

1. Nous appartenons à 18 nationalités différentes et nous parlons tous la langue française. Je le dirai dès que possible à l’Académie française!
2. Au sujet des termes que nous employons,
– Faut-il parler de “nouvelle évangélisation” ou plutôt d’évangélisation renouvelée, ou bien de renouveau et d’approfondissement de l’évangélisation?
– Le travail actuel de l’évangélisation fait partie d’une histoire qui nous précède depuis plusieurs siècles.
3. D’un point de vue théologique, nous souhaitons que l’on insiste davantage sur l’action de l’Esprit Saint dans l’évangélisation, avec ses deux notes caractéristiques: – Depuis la Pentecôte, l’Esprit Saint est donné à l’Eglise pour “aller vers la vérité tout entière” et pour faire face à des situations nouvelles.
– L’Esprit Saint fait participer les disciples du Christ à son mystère pascal de mort et de résurrection.
– La prière à l’Esprit Saint est nécessaire à toute démarche d’évangélisation.
4. Face à un monde éclaté, pouvons-nous exprimer une parole d’espérance qui rejoigne des hommes et des femmes dans leurs situations d’épreuve? Nous avons besoin d’apprendre à voir le monde en état d’enfantement (cf. Rm 8,18), sous le signe du mystère pascal.
5. Dans plusieurs pays auxquels nous appartenons, les relations avec les musulmans exigent ·de nous une grande vigilance. Même dans des pays où il n’est pas toujours possible d’évangéliser explicitement, il est possible de vivre l’Evangile du Christ, et de témoigner du Christ. On ne doit pas ignorer qu’il existe aussi une crise de l’Islam, que l’on compare parfois avec des attitudes conquérantes.
6. En Afrique, ce qui peut faire obstacle à l’évangélisation, ce sont des phénomènes liés à la sécularisation, mais aussi à la présence d’une religiosité forte et enracinée qui demande elle-même à être évangélisée.
7. Nous adhérons à cette affirmation contenue dans la Relation post disceptationem (fin de la 3ème partie): La nouvelle évangélisation n’est pas seulement un programme pour faire face aux nécessités du temps présent, mais beaucoup plus une raison de regarder vers le futur de l’Eglise, en consentant nous-mêmes au renouveau de notre foi et en appelant les autres à vivre du Christ ressuscité”.

 

1 comment

  1. Melmiesse

    En effet, tant que nous assistons à des guerres entre musulmans et des agressions contre les chrétiens les relations que nous avons avec eux seront d’abord méfiants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *